Les voyages de Monsieur Lévi. Épisode 1 : une leçon à l’ombre des manguiers

Retrouvez le prologue aux « Voyages de Monsieur Lévi » : https://archibibscdf.hypotheses.org/1311.

Il y a cent ans, Sylvain Lévi (1863-1935), professeur de langue et littérature sanscrites au Collège de France, débarquait dans le port de Colombo au Sri Lanka, le 1er novembre 1921. Il s’agit de son deuxième voyage en Asie, après une première mission en 1897-1898 qui l’a mené de l’Inde au Japon. Il est cette fois accompagné de son épouse Désirée, qui publiera quelques années plus tard le récit de ce voyage sous forme de lettres et journal1. La première étape de ce périple, qui les mène à nouveau de l’Inde au Japon, en passant par le Népal, l’Indochine et la Chine, est la région du Bengale, le village de Santiniketan2 en particulier. Situé à 180 km au nord-ouest de Calcutta, ce village est celui de Rabindranath Tagore (1861-1941). Poète, compositeur, romancier, dramaturge, peintre et philosophe, prix Nobel de littérature en 1913, Tagore soutint également le mouvement pour l’indépendance de l’Inde.

La rencontre

À partir de 1912, Tagore fait plusieurs voyages à travers le monde. La rencontre avec Sylvain Lévi a lieu en 1920, lors d’une tournée européenne de l’écrivain indien. Celui-ci visite pour la première fois la France, où il est accueilli chez le banquier Albert Khan à Boulogne-Billancourt, dans le cercle « Autour du Monde ». Tagore n’est pas là seulement en tant qu’artiste et intellectuel de son temps, il est également à la recherche de fonds pour développer l’université Vishva Bharati qu’il vient d’ouvrir à Santiniketan. Lors de ce premier passage à Paris, Tagore rencontre ainsi Henri Bergson et Sylvain Lévi. Ce dernier invite le poète à faire une conférence à la Sorbonne. De son côté, Tagore propose à Lévi de venir le rejoindre à Santiniketan en tant que professeur invité, dans la perspective d’y enseigner « l’orientalisme à la manière occidentale »3. Pour Tagore il s’agit de former ses élèves à l’étude des sources anciennes de la civilisation indienne, et qui mieux que le plus illustre des orientalistes de son temps pour y parvenir ? L’intérêt réciproque de Lévi et Tagore semble vite se transformer en amitié chez ces deux grands esprits ouverts sur le monde. Au printemps 1921, Tagore passe à nouveau à Paris, où il rencontre Romain Rolland, puis rejoint Sylvain Lévi à Strasbourg. Celui-ci y enseigne depuis l’année universitaire précédente (1919-1920) et durant le second semestre de l’année 1920-21. Il a été nommé directeur de l’enseignement des langues et civilisations de l’Orient à l’Institut oriental de la faculté des lettres de l’université de Strasbourg4. Tagore y donne une conférence sur Le message de la forêt, et réitère son invitation à Lévi de venir le rejoindre en Inde. Le 14 octobre 1921, Sylvain et Désirée Lévi partent de Marseille pour arriver le 9 novembre à Santiniketan.

Tagore et Santiniketan

Santiniketan est un vaste plateau désertique relativement aride, propriété du père de Tagore. En 1899, ce dernier décide de s’y installer et de quitter ainsi l’effervescence de la ville de Calcutta. En 1901 il y crée une école sur le modèle des anciens ermitages, au fonctionnement et à l’enseignement bien différents du système éducatif formel, auquel Tagore a toujours été rétif. L’enseignement repose ainsi sur la communion avec la nature, une relation privilégiée et familiale entre le maître, le guru, et ses disciples, dans une quête d’une vérité plus élevée. Les cours ont lieu en plein air sous les arbres. Les élèves doivent s’adapter à leur environnement, observer et apprendre de celui-ci. Aux enseignements scolaires de base s’ajoutent des activités manuelles (travaux de la maison, du jardin, artisanat) et artistiques. La musique, la danse, le dessin et le théâtre ont une grande importance et les élèves sont invités à s’y exprimer librement. L’éducation doit permettre l’épanouissement de l’individu, sur les plans intellectuel, sentimental, spirituel et physique. Les années passant, il devient nécessaire de poursuivre la formation des jeunes gens et pour Tagore de travailler en commun au bien de l’humanité. L’idée s’impose d’une université internationale, Vishva Bharati, voulue comme l’« un des meilleurs moyens de favoriser la compréhension mutuelle entre l’Orient et l’Occident »5. Santiniketan regroupe ainsi une école, un collège, une université et un centre de recherche, une école d’art et de musique, une grande bibliothèque, ainsi qu’une école agricole, Sriniketan.

Le séjour de Sylvain et Désirée Lévi à Santiniketan

Sylvain et Désirée Lévi resteront un peu plus de quatre mois auprès de Tagore. Le journal de Désirée Lévi est évocateur de leur vie sur place, tout autant que le sont les lettres de son mari. Un mois après leur arrivée, le maître écrit :

Je mène ici une existence effroyablement laborieuse, avec un cours par jour et d’innombrables consultations ; aujourd’hui même c’est un jJaponais qui vient de Calcutta passer 8 jours ici pour discuter les textes de philosophie bouddhique, et chaque jour m’amène de nouvelles questions. On m’a accueilli ici avec une bienveillance et une déférence vraiment indiennes. Vous verrez par mon fils une photo prise à mon cours en plein air, sous l’ombre des manguiers, mes auditeurs accroupis autour de moi. Ma femme a des élèves de français depuis 7 ½ le matin jusqu’à 8h du soir, y compris le professeur de français, un Parsi, qui obtient de beaux succès d’enseignement. Et on me demande des conférences dans toutes les universités, et mon cher Népal m’invite par la plume de son Maharaja ; je ne sais comment je me tirerai de cette année surtout quand les chaleurs vont arriver »6.

Sylvain Lévi enseignant sous les manguiers. On voit Rabindranath Tagore assis à gauche. Santiniketan, 1921.

Premier professeur étranger à venir enseigner à l’université Vishva Bharati, Lévi donne des cours de sanscrit, de tibétain et de chinois. Il enseigne aussi la littérature et l’histoire du bouddhisme et sa philosophie, ainsi que l’histoire ancienne de l’Inde. En retour, Tagore lui apprend le bengali. Quant à Désirée Lévi, elle enseigne le français, avec la lecture des œuvres de Molière. Lévi avait fait collecter plusieurs ouvrages en français avant son départ pour en faire don à l’université de Tagore, et les caisses de livres arrivent progressivement, mettant ainsi le français « tout à fait à la mode »7.

Le journaliste Albert Londres, en reportage en Inde à cette période et invité par Tagore à venir le voir, livre par ailleurs ce témoignage surpris et amusé :

« Inde magique ! Qui me montres-tu encore sous cet arbre ? Tête nue, cou nu, pieds nus, en pan de chemise comme les autres, Sylvain Lévy [sic] ! l’éminent professeur au Collège de France. Il berce dans ses bras un petit Hindou de trois mois et fait en même temps son cours de sanscrit. Si je le reconnais vraiment ? Bien sûr ! Seulement je l’avais connu du temps qu’il portait des souliers, un faux col et un pantalon. De la Sorbonne à l’arbre du Bengale. La science française est sans préjugé »8.

Le séjour des Lévi est ainsi ponctué de cours, de visites, nombreuses, officielles ou non, et de fêtes. La plus remarquable est celle qui accompagne l’inauguration de l’université internationale et célèbre en même temps les vingt ans de la création de l’école, les 22 et 23 décembre 1921 :

La salle des séances était limitée aux quatre coins par un manguier ; car vous pensez bien que la cérémonie se passait en plein air. Des dames avaient dessiné sur le sol un bel alpona9. Des fleurs, de la poudre de Santal, un tabouret bas où s’assiéra Docteur Seal, président, lorsque Tagore aura fini son exposé.

Tout notre petit univers remplit les trois côtés du rectangle, les dames à part, les messieurs, comportant tous les élèves, depuis les plus petits, sept ans, jusqu’aux étudiants de vingt-deux ans, et les professeurs, les invités, tous pêle-mêle.

Car le trait caractéristique de notre communauté est d’être indivisible. Tous participent en toutes occasions, et c’est, je pense, pour les enfants qui ont la chance rare de grandir sous de telles directions, une formation unique »10.

Cérémonie d’inauguration de l’université Vishva Bharati à Santiniketan, le 23 décembre 1921. Au premier plan, de trois-quarts dos, Brajendra Nath Seal, derrière lui de gauche à droite : Sylvain Lévi, Rabindranath Tagore, Kshiti Mohan Sen.

Au-delà de la description anecdotique de l’inauguration donnée par madame Lévi, il faut souligner la présence d’intellectuels et d’artistes importants de l’époque. Ainsi, Brajendra Nath Seal (1864-1938), humaniste et philosophe bengali qui occupa la première chaire de philosophie à l’université de Calcutta, préside la cérémonie. Assistent également Kshiti Mohan Sen (1880-1960), grand érudit, écrivain et professeur de sanscrit au Queen’s College de Bénarès puis à Santiniketan ; des frères de Tagore, Abanindranath (1871-1951) et Dinendranath (1882-1935), et leurs disciples, comme Nandalal Bose (1882-1966), artiste peintre, considéré comme pionnier de l’art moderne indien, qui dirigea l’école d’art de Santiniketan.

À la suite de Sylvain Lévi, d’autres érudits européens viendront enseigner à Vishva Bharati : Moriz Winternitz (1863-1937), éminent spécialiste de l’histoire des littératures sanscrites et professeur à Prague, vient ainsi en 1923-1924, et Stella Kramrisch (1896-1993), historienne de l’art formée à Vienne séjourne à partir de 1922, avant d’enseigner à l’université de Calcutta à partir de 1924.

Les Lévi resteront jusqu’à la mi-mars 1922 à Santiniketan, avant de partir pour plusieurs mois au Népal, et repasseront brièvement chez Tagore sur le chemin du retour au mois d’août de la même année. De ce séjour de Sylvain Lévi au Bengale, la bibliothèque d’études indiennes conserve quelques photos (tirages sur papier, plaques de verre) qui illustrent en partie le récit qu’en a fait Désirée Lévi : description de leur habitat, de la campagne environnante, d’une fête chez les Bauls, etc. La bibliothèque possède également les œuvres de Tagore, dans leur édition originale en bengali, mais aussi dans leurs traductions françaises et anglaises, ainsi que quelques raretés comme une traduction du Bourgeois gentilhomme en bengali par Jyotirindranath Tagore, frère de Rabindranath.

Couverture de Ṛturaṅga (« Le jeu des saisons »), drame musical chanté et dansé par les étudiants de Santiniketan, 1927

Bibliographie

Bongard-Levin Grigorij M., Lardinois Roland, Vigasin Aleksej A. (éd.)

  • 2002, Correspondances orientalistes entre Paris et Saint-Pétersbourg (1887-1935), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

François Chan,

  • 1965, Rabindranath Tagore, 1861-1941, Paris, Institut pédagogique national.

Lardinois Roland, Weill Georges

  • 2010, Sylvain Lévi : le savant et le citoyen, Paris, Honoré Champion.

Lévi Désirée

  • 1926, Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, Paris, F. Rieder.

Lévi, Sylvain

  • 1924, « L’Asie nouvelle. Deux personnalités, deux œuvres. », La Géographie, 1924/01-05, p. 328-347.
  • 1931, « Un ancêtre de Tagore dans la littérature javanaise », in Golden book of Tagore, p. 292-297.

Londres, Albert

  • 1922, « Le poète indien Tagore contre le mage Gandhi », Excelsior : journal illustré quotidien, n° 4350, 9 novembre 1922, pp.3-4. [Réimprimé dans : Albert Londres, Visions orientales, Privat/Le Rocher, 2007, p. 214-222]

Rabindranath Tagore : 1861-1941 : [exposition, novembre-décembre 1961], Paris, Bibliothèque nationale, 1961.

Rabindranath Tagore, souvenir du centenaire, Pondichéry, Comité du Centenaire de Tagore de Pondichéry, 1962.

Rabindranath Tagore 1861-1941, Inde perspectives, vol. 24, n° 2, 2010.

Tagore Rabindranath

  • 1928, « Une université orientale », in L’Inde et son âme, écrits des grands penseurs de l’Inde contemporaine, Publications Chitra (Feuilles de l’Inde, n°1), Boulogne-sur-Seine, p. 11-31.

Tagore, Rathindranath

  • 1958, On the edges of time, Calcutta, Visva-Bharati.

Site de l’université Visva-Bharati : http://visvabharati.ac.in/index.html

Pour citer cet article : Ronan Moreau, "Les voyages de Monsieur Lévi. Épisode 1 : une leçon à l’ombre des manguiers," in Colligere, 24/11/2021, https://archibibscdf.hypotheses.org/9984. Consulté le 27/11/2021.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Lévi, 1926. []
  2. Ou Śāntiniketan, la « demeure de la paix ». []
  3. Lévi, 1931 : 292. []
  4. Lors de la fondation d’une nouvelle université par les Allemands en 1871, une impulsion est donnée à l’enseignement des langues et civilisations orientales : une chaire de grammaire comparée et une de sanskrit sont créées. Au lendemain du retour de l’Alsace dans le territoire français, la volonté politique est naturellement de « renationaliser » l’université de Strasbourg et de lui faire jouer un rôle prépondérant au sein du milieu intellectuel de la France face à l’Allemagne vaincue. Lévi espère ainsi faire de Strasbourg un foyer des études orientales, notamment pour l’Europe centrale et orientale. Mais les restrictions et difficultés économiques, ainsi que le faible auditoire inscrit aux cours, auront raison du projet envisagé. Voir Bongard-Levin, Lardinois et Vigasin, 2002 : 45-47. []
  5. Tagore, 1928 : 11. []
  6. Lettre de Sylvain Lévi à Jacques Bigart, Santiniketan, 7.12.1921 (source : Archives de l’Alliance israélite universelle, France, VII A 44), citée par Lardinois, Weill, 2010 : 175. []
  7. Lévi, 1926 : 23 []
  8. Londres, 1922 : 4 []
  9. Images temporaires utilisées dans les rites féminins []
  10. Lévi, 1926 : 59-60 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search