Dix œuvres népalaises du Collège de France exposées au musée Guimet

Dans la cadre de l’exposition Népal : art de la vallée de Katmandou qui se tient au musée national des arts asiatiques Guimet du 20 octobre 2021 au 10 janvier 2022, la bibliothèque d’études indiennes du Collège de France prête sept œuvres, un manuscrit et deux photographies.

Vajrasattva et son épouse (statue du XIXe siècle, détail)

Une exposition qui met en lumière les collections népalaises en France

Avec quelque 90 œuvres dont les dates s’échelonnent du Xe au XIXe siècle, sur des supports variés (manuscrits, peintures, objets et sculptures en bronze, en pierre ou en bois), l’exposition offre un panorama du raffinement et de la variété du patrimoine artistique népalais à travers des objets remarquables, mais parfois méconnus, issus des collections françaises.

Il s’agit de la première rétrospective en France depuis 1966 dédiée à l’art de ce royaume niché au creux de l’Himalaya.

Sélectionnées avec soin par Nathalie Bazin, conservatrice des collections himalayennes au Musée national des arts asiatiques Guimet, la majorité des œuvres proviennent des collections du musée et sont pour certaines présentées pour la première fois au public.

C’est notamment le cas de stèles de pierre datables du IXe au XIe siècle figurant des images hindoues (l’oiseau Garuda ; la triade hindoue ; Shiva et Umâ dans leur séjour himalayen) dans un style et une iconographie encore proche du modèle indien, qui succède à l’art de la période ancienne dite Licchavi (env. Ve s. – env. VIIIe s.). Celle-ci est évoquée à travers l’estampage de l’inscription du pilier de Changu Narayan (Ve siècle) réalisé par Sylvain Lévi en 1898. Les collections du musée Guimet offrent un admirable panorama des époques médiévale et moderne, caractérisées par trois grands foyers artistiques : Katmandou, Patan et Bhaktapur, sous la domination de monarques hindous, les Mallas. L’époque Malla (1200-1768), en particulier sa phase ancienne (1200-1482), est considérée comme un âge d’or dans le développement des arts du peuple de la vallée de Katmandou, les Newars. Virtuoses dans l’art du métal (orfèvrerie et sculptures en cuivre ou en bronze doré, parfois incrustés de pierres semi-précieuses), les artistes newars se distinguent aussi dans la statuaire en bois, en pierre et dans la peinture. Les sujets en sont religieux : hindous, avec la présence particulièrement importante du dieu salvateur Vishnou, de sa monture l’oiseau Garuda, de la forme terrible de Shiva Bhairava ; mais aussi bouddhiques, en particulier dans les manifestations complexes du bouddhisme tantrique tel qu’il se développe dans la région, notamment au sein de la communauté vajrâcarya. Les deux religions cohabitent, voire se fondent parfois dans des manifestations syncrétiques.

À partir de 1768 et jusqu’à 2008, le Népal passe sous la domination de la dynastie hindoue Gurkha des Shah. Si l’art de cette époque est moins délicat, il s’illustre cependant par la diversité de ces formes iconographiques, parfois complexes.

En dehors des collections du Musée Guimet, les œuvres présentées ont été prêtées par le musée du Quai Branly – Jacques Chirac (Bouddha debout), le musée départemental de Nice (sculptures d’Indra et Indranî), le musée Georges Labit de Toulouse (sculpture en pierre du mythe des trois pas de Vishnou), le principal prêteur étant le Collège de France avec sept œuvres, un manuscrit, et deux photographies.

Les œuvres prêtées au musée Guimet

Les deux photographies sont présentées dans la section de l’exposition dédiée à l’histoire des études sur le Népal. Il s’agit d’une part d’une photographie de Sylvain Lévi étudiant des manuscrits à Katmandou, entouré de Kaiser Shumsher (assis à gauche), du « Rajgourou » Hemrāj Śarman (assis au centre), et Prabodh C. Bagchi (debout à droite), en 1922, d’autre part d’un portait officiel et autographe du Maharaja Chandra Shumsher, premier ministre et commandant en chef des armées du Népal, en compagnie de ses fils.

Les œuvres prêtées par le Collège de France, datant du XIXe siècle, illustrent la diversité et la richesse de l’iconographie de cette époque.

 

La sculpture du Bouddha victorieux des assauts de Mâra revisite un thème aussi ancien que l’art bouddhique dans le contexte tantrique du véhicule du diamant, tandis que l’image de Vajrasattva et de son épouse illustre un développement iconographique récent, reflet de la complexité et la richesse du panthéon  bouddhique népalais.

Deux aspects opposés du dieu à tête d’éléphant Ganesha sont illustrés : une statuette le représente debout dans une posture guerrière, une autre, piétiné par le Destructeur des obstacles, Vighnântaka.

Le dieu hindou Vishnou apparait également à travers deux objets en bronze incrustés d’orfèvrerie : sur une chapelle portative de type ghau, et sur une plaque votive, associée à une console.

L’architecture est quant à elle évoquée par une lampe de temple reprenant la forme d’un édifice particulier : le temple de Krishna de Patan.

Enfin, les rites du bouddhisme newar sont illustrés par un manuel manuscrit du rite d’union avec les divinités dans le culte du Vajradhatumandala daté de 1720/21 (841 de l’ère népalaise).

Ces œuvres font l’objet d’une notice détaillée rédigée par les responsables de la bibliothèque d’études indiennes, Caroline Riberaigua et Ronan Moreau, au sein du catalogue de l’exposition publié sous la direction de Nathalie Bazin.

La collection népalaise du Collège de France

Les œuvres présentées au Musée Guimet ne forment qu’une partie des œuvres et manuscrits népalais conservés par la bibliothèque d’études indiennes du Collège de France.

Le manuscrit lié au culte du Vajradhatumandala appartient à un corpus de manuscrits et de documents collectés par Sylvain Lévi à l’issue de son troisième voyage et complète la collection de manuscrits sur ôles ou de copies sur papier népalais qu’il avait ramenées dès son premier séjour au Népal en 1898. Ces manuscrits sont progressivement restaurés, numérisés et mis en ligne sur la bibliothèque numérique du Collège de France Salamandre.

Dans la documentation liée à l’étude de ce culte spécifique, on peut citer une série de films envoyés par l’ethnomusicologue Arnold A. Bake à Sylvain Lévi, mettant en scène le prêtre Siddhi Harsa Vajracarya procédant à différentes danses ou séquences rituelles de mudra.

La collection d’objets a quant à elle déjà été présentée partiellement au musée Guimet au printemps 1963 en marge des commémorations du centenaire de la naissance de Sylvain Lévi.

Contrairement à une croyance bien ancrée, elle n’appartenait pourtant pas à l’illustre indianiste, même si celui-ci a joué un rôle d’intercesseur dans sa donation. Le cœur de cette collection a été en effet donnée en 1929 par Chandra Shumsher lui-même à l’Institut de civilisation indienne, alors en Sorbonne.

Outre les œuvres présentées actuellement au musée Guimet, cette collection comporte quelques sculptures remarquables en bronze, comme la Reine Mâyâ donnant naissance au Bouddha dans un jardin, le Bouddha Dipankara, plusieurs statuettes, mais aussi des coffrets en ivoire, en bois précieux, ou en orfèvrerie, des armes, et une reproduction d’une des fenêtres de bois du palais de Patan.

Ces œuvres ont été photographiées entre 2007 et 2014 à l’initiative du professeur Gérard Fussman et peuvent être visionnées sur la bibliothèque numérique Salamandre. Une partie en sera exposée à l’accueil du pôle Mondes asiatiques de l’Institut des civilisations qui ouvrira ses portes aux public en 2022, au 52 rue du Cardinal Lemoine, Paris 5e.

Bibliographie

  • Bazin, Nathalie (dir.).  Népal : art de la vallée de Katmandou. Paris : Musée national des arts asiatiques Guimet, Gand : éditions Snoek, 2021

  • La collection d’objets de la bibliothèque d’études indiennes sur Salamandre :

https://salamandre.college-de-france.fr/archives-en-ligne/ead.html?id=FR075CDF_00IEI-COLL&c=FR075CDF_00IEI-COLL_e0000019

  • Les manuscrits de la collection Sylvain Lévi sur Salamandre :

https://salamandre.college-de-france.fr/archives-en-ligne/ead.html?id=FR075CDF_00IEI00SL&c=FR075CDF_00IEI00SL_e0000019

  • Collection iconographique de la bibliothèque d’études indiennes :

https://salamandre.college-de-france.fr/archives-en-ligne/ead.html?id=FR075CDF_00IEI00ICONO&c=FR075CDF_00IEI00ICONO_e0000017

Pour citer cet article : Caroline Riberaigua, "Dix œuvres népalaises du Collège de France exposées au musée Guimet," in Colligere, 15/11/2021, https://archibibscdf.hypotheses.org/9934. Consulté le 27/11/2021.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search