Les études de genre et sexualité : l’offre de la bibliothèque d’études ottomanes

Depuis une vingtaine d’années, des ouvrages traitant du genre et de la sexualité dans l’Empire ottoman, et plus largement dans le monde musulman aux époques médiévale et moderne, sont venus enrichir la bibliothèque d’études ottomanes du Collège de France. Loin de se borner à l’institution du Harem, ces travaux abordent les aspects littéraires, religieux, économiques, légaux et politiques de la question, sans négliger le sujet du corps et du plaisir. 

Source Wikicommons, Sadberk Hanim Museum. Portrait of a Woman. Ottoman miniature by Veli Can or another artist of his circle, ca. 1585. Black ink with a brush in technique known as kalem-i siyahi.

Les sources qui fondent cette littérature historique montrent que le terme « femme » est souvent une catégorie étique, une catégorie qui n’apparaît pas souvent dans la documentation. En effet, quand il s’agit de l’identité sexuelle ou « genrée » dans l’Empire ottoman, hommes et femmes sont catégorisés selon les étapes du cycle de la vie : le turc possède un riche vocabulaire de la parenté qui est sexué. La cote MO.MEN (« Moderne », « mentalités ») abrite des ouvrages sur la vie conjugale, le divorce et la présentation littéraire du plaisir sexuel féminin et masculin. On notera, parmi d’autres, le livre de Judith Tucker, In the House of the Law (1998) ou encore celui de Walter Guilford Andrews et Mehmet Kalpaklı The Age of Beloveds (2005), ainsi que quelques ouvrages sur la construction « genrée » de l’espace, notamment sur la vie quotidienne dans le Harem, comme l’ouvrage collectif publié par Marilyn Booth sous le titre Harem Stories (2010).

La sexualité n’est pas ignorée : on trouvera par exemple sous la cote L (Littérature) le manuscrit érotique Dafi’u’l gumum ve rafi’u’l humum de Deli Birader (Gazali) ou encore l’ouvrage consacré par Didem Havlioğlu à Mihrî Hatun (2017), dite Sappho des Ottomans. Enfin, l’ouvrage de Dror Ze’evi (2006) sur l’évolution du discours sexuel dévoile la surveillance de la moralité sexuelle entre les XVe et XIXe siècles à travers ce qu’il appelle les transgressions des frontières sexuelles. Les liens homo-érotiques sont également mentionnés dans le recueil de Wojciech Bobowski (Ali Ufkî) sur le palais de Topkapı édité et annoté par Annie Berthier et Stéphane Yerasimos (1999) ainsi que dans des ouvrages traitant la philosophie de l’amour dans certains cercles mystiques soufis qui sont regroupés sous la cote I.SF (« Islam » et « Soufisme »).

En ce qui concerne l’espace public et l’administration ottomane, les registres des tribunaux (kadı sicilleri) publiés en turc, cotés ARC (« archives ») et les études qui utilisent ces sources, cotées D (« histoire de droit ») et COM (« commerce »), permettent d’entendre la parole des femmes, musulmanes ou non, et de comprendre l’usage qu’elles faisaient des tribunaux pour résoudre leurs problèmes d’argent et promouvoir leurs points de vue. L’ouvrage de Leslie Peirce sur les tribunaux d’Antep (2003) articulant le système légal avec des femmes en est un exemple. Les lecteurs trouveront en outre, sous la cote COM, des ouvrages comme Concubines and Courtesans édité par Matthew Gordon et Kathryn A. Hain (2017) et Women and Slavery in the late Ottoman Empire de Madeline Zilfi (2010) qui abordent la question de l’esclavage à travers l’étude d’une hiérarchie sociale proprement féminine. La dernière acquisition de notre bibliothèque dans ce domaine est un ouvrage intitulé Life after the Harem (2020), où Betül İpşirli Argit suit les relations continues entre la Cour et les femmes affranchies et leur participation à la création d’une aristocratie des kul (esclaves) qui vise à casser le pouvoir des grandes familles extérieures à la Maison d’Osman. Les ouvrages portant sur le rôle institutionnel des eunuques (sous le cote ADM, « administration »), notamment celui de Jane Hathaway (2018), ou sur leur sacralisation dans la société islamique médiévale, comme l’illustre celui de Shaun Marmon (1995), approfondissent également ces réflexions sur l’esclavage et les rapports de pouvoir.

L’élément féminin est présent aussi dans les fonds consacrés au droit musulman ou aux spiritualités. C’est ainsi que, pour les périodes médiévales, Islam au féminin d’Annemarie Schimmel et Sabine Thiel (2000) et Women in islam de Wiebke Walther et Guity Nashat (2006) exposent les différentes facettes de la position sociale de la femme musulmane qui doit composer avec la doctrine islamique, la pratique sociale et le pouvoir.

L’histoire du genre et de la sexualité dans l’Empire ottoman ne peut pas être résumée dans une courte notice. Aussi, les lecteurs intéressés sont invités à découvrir sur nos rayons les ouvrages traitant la vie quotidienne des Ottomans, les biographies de femmes influentes de la cour et les travaux sur les administratrices de fondations pieuses (vakf) : autant d’études qui contribuent à une meilleure compréhension des dimensions politiques et administratives de l’Empire ottoman.

Les lecteurs pourront consulter tous les ouvrages cités et d’autres, tous en accès libre, après l’ouverture au public de l’Institut des Civilisations en 2022.

Ouvrages cités

  • Ali Ufkî (Wojciech Bobowski), Topkapi: relation du sérail du grand seigneur, édité par Annie Berthier et Stéphane Yerasimos, Arles, Actes Sud-Sindbad, 1999, 164 p.
  • Andrews Walter G., Kalpaklı Mehmet, The Age of Beloveds: Love and the Beloved in Early-Modern Ottoman and European Culture and Society, Durham : Londres, Duke University Press, 2005, 425 p.
  • Argıt İpşİrlİ Betül, Life after the Harem: Female Palace Slaves, Patronage and the Imperial Ottoman Court, Cambridge : New York, Cambridge University Press, 2020, 304 p.
  • Booth Marilyn (éd.), Harem Histories: Envisioning Places and Living Spaces, Durham : Londres, Duke University Press, 2010, 416 p.
  • Gazali (Deli Birader), Book of Shehzade: Dafiü’l gumûm, rafiü’l humûm, édité par Münif Fehim, Istanbul, Dönence, 2001, 134 p.
  • Gordon Matthew, Hain Kathryn A. (eds.), Concubines and Courtesans: Women and Slavery in Islamic History, Oxford : New York, Oxford University Press, 2017, ix+354 p.
  • Hathaway Jane, The Chief Eunuch of the Ottoman Harem: from African Slave to Power-Broker, Cambridge : New York, Cambridge University Press, 2018, xvi+323 p.
  • Havlioğlu Didem Z., Mihrî Hatun: Performance, Gender-Bending, and Subversion in Ottoman Intellectual History, New York, Syracuse University Press, 2017, xxv+220 p.
  • Marmon Shaun E., Eunuchs and Sacred Boundaries in Islamic Society, Oxford : New York, Oxford University Press, 1995, xii+162 p.
  • Peirce Leslie P., Morality Tales: Law and Gender in the Ottoman Court of Aintab, Berkeley, University of California Press, 2003, xv+460 p.
  • Schimmel Annemarie et THIEL Sabine, L’Islam au féminin: la femme dans la spiritualité musulmane, Paris, Albin Michel, 2000, 219 p.
  • Tucker Judith E., In the House of the Law: Gender and Islamic Law in Ottoman Syria and Palestine, Berkeley, California University Press, 1998, xi+221 p.
  • WALTHER Wiebke, NASHAT Guity, Women in Islam, Princeton, Marcus Wiener Publications, 1993, 281 p.
  • Zeʼevi Dror, Producing Desire: Changing Sexual Discourse in the Ottoman Middle East, 1500-1900, Berkeley, University of California Press, 2006, xv+223 p.
  • Zilfi Madeline C., Women and Slavery in the Late Ottoman Empire: the Design of Difference, Cambridge : New York, Cambridge University Press, 2010, xvi+281 p.
Pour citer cet article : Elif Becan, "Les études de genre et sexualité : l’offre de la bibliothèque d’études ottomanes," in Colligere, 27/10/2021, https://archibibscdf.hypotheses.org/9903. Consulté le 27/11/2021.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search