L’inventaire du fonds d’archives Antoine Meillet en ligne

Le fonds Antoine Meillet vient d’être reclassé et le nouvel instrument de recherche est maintenant disponible sur Salamandre. Déposé de 2000 à 2013 à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (Imec), le fonds avait déjà été l’objet d’un premier classement qui a été remanié et précisé dans les descriptions des différentes pièces. C’est maintenant chose faite et cela permet au Collège de France de mettre à disposition des chercheurs un fonds qui n’a pas encore livré tous ses secrets.

Antoine Meillet (1866-1936)

Antoine Meillet est l’un des principaux chercheurs dans les domaines de la linguistique et de la philologie au début du XXe siècle. Spécialiste des langues indo-européennes, il mène une carrière remarquable tant au point de vue de la recherche que de l’enseignement.

Très tôt, il se spécialise dans l’étude de l’arménien moderne lors d’ un premier voyage en 1890 dans le Caucase. Il fait une deuxième mission à Etchmiadzin en 1902 pour parfaire sa connaissance de cette langue. On lui doit la fondation de la Société des études arméniennes en 1919 avec, entre autres, André-Ferdinand Hérold, Henri Lacroix, Gabriel Millet ou Gustave Schlumberger, ainsi que celle de la Revue des études arméniennes avec Frédéric Macler en 1920. Mais ce n’est pas la seule langue qu’Antoine Meillet a étudiée. Tout au long de sa vie, il publie des ouvrages et une multitude d’articles scientifiques sur différentes langues comme le vieux slave, le vieux perse, le polonais, le serbo-croate et plus généralement les langues indo-européennes. Parallèlement, il étudie aussi le latin ainsi que le grec, apportant beaucoup aux études homériques.

Ses enseignements de grammaire comparée débutent à l’École pratique des hautes études (EPHE) où il prend la suite de Ferdinand de Saussure en 1892 et jusqu’en 1932. Il y adjoint une conférence sur l’iranien à partir de 1894 qu’il maintient jusqu’en 1927. En 1906, Antoine Meillet est élu à la chaire de Grammaire comparée du Collège de France où il enseigne jusqu’à sa mort en 1936. Parmi les élèves qu’il forme on peut citer Émile Benveniste1, Marcel Cohen, Georges Dumézil2 ou encore Joseph Vendryès. S’ajoutent à cela des conférences à l’étranger comme celles sur les Gâthâ de l’Avesta prononcées à l’université d’Upsal et publiées en 19253, ou des cours comme ceux donnés à la Maison française de la Columbia University à New-York en 1929-1930 sur la langue latine.

Il laisse derrière lui une grande carrière saluée par bon nombre de ses contemporains, ainsi qu’une impressionnante bibliographie qui compte des ouvrages encore considérés comme incontournables pour l’étude de certaines langues.

Le fonds d’archives

Le fonds d’archives Antoine Meillet reflète parfaitement la carrière de son producteur. Composé de dix cartons et d’un classeur contenant des photographies de famille, il représente 3,5 mètres linéaires de documents.

Il contient des centaines de feuillets de notes de cours, parfois rédigés, qu’il a donnés dans les deux grandes institutions pendant une grande partie de sa vie, l’EPHE et le Collège de France. Quelques pièces n’ont pas pu être replacées de façon certaine dans les chronologies des cours. Mais souvent, les notes d’Antoine Meillet sont prises sur des morceaux de papier découpés dans des programmes de concerts ou sur des fiches de prêts de diverses bibliothèques. Grâce à cela, on a pu parfois restituer une fourchette chronologique plausible et donc apporter quelques précisions sur ces archives.

Cet ensemble est complété par des notes de recherches, de lectures mais aussi de cours suivis par Antoine Meillet, toutes aussi riches que les précédentes et qui, dans bien des cas, s’imbriquent dans les cours et/ou publications travaillés sur la même période.

Le deuxième bloc du fonds d’archives est constitué des préparatifs aux diverses publications d’Antoine Meillet. Presque une vingtaine de monographies sont présentes (à divers états).

On trouve également des articles ainsi que des comptes rendus qui montrent l’érudition du professeur. Tous ces comptes rendus mériteraient un travail de recension en croisant archives et publications. Une partie de ces textes se trouvent au verso de préparations d’articles (ainsi que quelques pages de monographies). Dans la mesure du possible, les titres des ouvrages disséqués par le professeur ont été rendus dans les notices de descriptions. Mais pour certaines publications en d’autres alphabets et translitérés par Antoine Meillet, seul un spécialiste susceptible de connaitre les auteurs ou les titres pourrait faire des recherches bibliographiques dans les catalogues internationaux. En outre, il semble que quelques textes n’ont pas été publiés ou bien l’ont été sous d’autres formes : une autre piste d’exploitation pour cette partie du fonds.

Une correspondance abondante est aussi présente dans le fonds. Elle permet de rendre compte de l’étendue du réseau professionnel d’Antoine Meillet. Ce réseau réunit un grand nombre de chercheurs allemands, y compris entre 1914 et 1918 ; leurs lettres offrent majoritairement des discussions sur les langues germaniques et l’arménien. Quelques autres échanges se font avec des Russes, des Arméniens, des Américains ou encore des Indiens.

Des informations sur la publication d’articles de chercheurs sont aussi présentes, notamment sur les Mémoires de la Société de linguistique de Paris. À partir de la fin de la Première Guerre mondiale Antoine Meillet prend en charge l’organisation de cette société et incorpore les Mémoires au Bulletin de la société de linguistique de Paris. Cela peut aussi expliquer la présence dans le fonds d’un petit nombre de textes entièrement rédigés par d’autres chercheurs tels qu’Henri d’Arbois de Jubainville4, Alfred Ernout5 ou Henri Picot.

La correspondance contient également un échange particulièrement intéressant entre Georges Dumézil et Nikolaï Sergueevitch Troubetskoï6 datant de 1935 à propos de leur querelle sur les langues caucasiennes. Le second invite Antoine Meillet à prendre position. Pour ce faire, il joint à sa lettre un tapuscrit de son texte « Quelques remarques sur le livre de M. Dumézil Études comparatives sur les langues caucasiennes du nord-ouest ».

Pour finir, le fonds comprend aussi des archives familiales. Antoine Meillet a conservé les archives de différents membres de sa famille et cela permet de suivre son évolution sur un siècle. On peut trouver des correspondances entre ses parents Jules et Louise Meillet7 et diverses personnes de la famille. Un important dossier sur son frère Émile Meillet8 est aussi présent. Les lettres d’Antoine Meillet à sa cousine Berthe Esbaupin, qui ont été publiées9, sont archivées dans cette partie du fonds. Elles forment un journal au jour le jour du voyage de Meillet en Arménie.

À signaler aussi dans ce dernier lot, trois lettres manuscrites de George Sand10 sans que l’on puisse apporter d’explications à leur présence ici.

Bibliographie

  • Fonds d’archives Meillet, Antoine. Collège de France.
  • Vendryès, Joseph .- « Antoine Meillet », dans Annuaires de l’École pratique des hautes études .- Paris, Imprimerie Nationale, 1937 .- pp. 5-37.
  • https://www.slp-paris.com/histoire.html
Pour citer cet article : Valentin Noël, "L’inventaire du fonds d’archives Antoine Meillet en ligne," in Colligere, 12/10/2021, https://archibibscdf.hypotheses.org/9888. Consulté le 23/10/2021.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Il succède à Antoine Meillet à la chaire de Grammaire comparée du Collège de France de 1937 à 1972. []
  2. Titulaire de la chaire de Civilisation indo-européenne au Collège de France de 1949 à1968. []
  3. Meillet, Antoine .- Trois conférences sur les Gâthâ de l’Avesta : faites à l’Université d’Upsal pour la Fondation Olaus Petri .- Paris, P. Geuhtner, Annales du Musée Guimet : Bibliothèque de vulgarisation n°44, 1925 .- 72 pp. []
  4. Titulaire de la chaire de Langue et littérature celtiques au Collège de France de 1882 à 1910. []
  5. Titulaire de la chaire d’Histoire de la langue latine au Collège de France de 1941 à 1951. []
  6. Nikolaï Sergueevitch Troubetskoï (1890-1938), linguiste russe membre du Cercle des linguistes de Prague et enseignant à l’université de Vienne et à l’université Saint-Clément-d’Ohrid de Sofia. []
  7. Jules Meillet (1835-1913) notaire, et Louise Meillet (1843-1878) née Poirier. []
  8. Émile Meillet (1872-1919) représentant de commerce. []
  9. Meillet, Antoine ; Minassian, Mardiros (éd.) .- Lettres de Tiflis et d’Arménie .- Vienne, [s.n.], Col. Studien zur armenischen Geschichte n°14, 1987 .- 153 pp. []
  10. George Sand (1804-1876) femme de lettre appartenant au mouvement du romantisme. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search