Focus sur deux pièces de l’exposition « Le papyrus dans tous ses États »

Le Collège de France vous invite à visiter l’exposition : « Le Papyrus dans tous ses États » du 25 septembre au 26 octobre 2021, élaborée sous la direction du Professeur Jean-Luc Fournet. Elle rassemble de nombreuses pièces, prêtées par une dizaine d’institutions et quelques particuliers, qui dressent un panorama dans le temps et dans l’espace de l’usage du papyrus comme support de l’écrit, jusqu’à son remplacement par le papier au XIIe siècle.

La bibliothèque byzantine de l’Institut des civilisations du Collège de France a pour l’occasion prêté deux documents : l’un est une page d’un codex copte contenant une homélie, panégyrique de saint Jean-Baptiste attribué à l’évêque d’Alexandrie Théodose (535-566). L’autre est une première édition d’un livre sur papyrus.

Panégyrique de Jean-Baptiste en copte.
Égypte ; vers le Xe s. apr. J.-C.
Dim. : 23,2 × 21,1 cm (fragment principal)
Paris, Collège de France, Bibliothèque byzantine, fonds Thomas
Whittemore, BYZ FP PAP1

L’homélie, qui donnait aux évêques la possibilité de traiter de sujets divers en s’appuyant sur les Écritures, a été un des cadres les plus féconds de la littérature d’expression copte.

Depuis son invention au IIIe siècle, le copte (langue égyptienne transcrite au moyen de l’alphabet grec augmenté de quelques lettres supplémentaires) est utilisé par les Égyptiens, désormais christianisés, pour les échanges privés (lettres) et pour leurs livres. Ces derniers sont à peu près tous de contenus religieux : outre les traductions de la Bible et des Pères de l’Église, ce sont les œuvres originales des prélats ou moines égyptiens, comme cette homélie.

L’écriture donne à penser que ce manuscrit pourrait avoir été copié vers le Xe siècle de notre ère. Le thème abordé est la figure de Jean-Baptiste. L’auteur entremêle, comme c’est habituel dans ce genre littéraire, récit et apostrophes des personnages. Ainsi le présent feuillet commence juste après le massacre des Innocents avec une interpellation réprobatrice du roi Hérode (« Ton impiété est grande, etc. »), puis continue avec le récit du meurtre du père de Jean-Baptiste, Zacharie, par le même Hérode.

Le premier papyrus littéraire jamais publié.
B. de Montfaucon, Palæographia græca, Paris, 1708, p. 214
In-folio, 8 F. non num., XXIX P., 574 P.
Paris, Collège de France, Bibliothèque byzantine

Bernard de Montfaucon est le premier à avoir pressenti le rôle majeur que les papyrus pouvaient jouer pour reconstituer l’histoire du livre et de l’écrit durant l’Antiquité. C’est en 1704 qu’il découvre, lors d’une visite à la bibliothèque de Saint-Martin de Tours, « les restes d’un vieux livre grec écrit sur du papier d’Égypte » (comme il le raconte dans sa « Dissertation sur la plante appelée Papyrus » de 1720). Il publie en 1708 un fragment dans son grand-œuvre, la Palæographia græca qui fonde la science des écritures anciennes. Ce n’est pas encore ce que nous appellerions aujourd’hui une édition : Montfaucon se contente de donner un fac-similé du texte gravé à partir d’une copie qu’il a fait faire par Dom Léon Le Chevalier, sous-prieur du monastère de Saint-Julien de Tours. Il le fait précéder d’un alphabet qui récapitule toutes les lettres de cette écriture. Il ne transcrit et ne traduit que quelques bribes du texte, qu’il ne peut identifier du fait de son état fragmentaire. Montfaucon n’en a pas moins immédiatement saisi le caractère exceptionnel de ce papyrus en dépit de son délabrement. Malgré cela et fort de son expérience des autres monuments écrits livrés par l’Antiquité, il parvient, en replaçant la forme des lettres dans le contexte d’une évolution générale des écritures et en s’appuyant sur l’absence d’accents et d’esprits (qui apparaissent, selon lui, dans les manuscrits à partir du VIIe siècle), à déduire la date de copie de ce papyrus autour du VIIe siècle. Nous savons aujourd’hui qu’il ne s’est pas trompé, ce qui est une prouesse quand on songe au petit nombre de documents comparables (dits « parallèles ») sur lesquels il pouvait raisonner. On a là un bel aperçu de la méthode qui fait de Montfaucon le fondateur de la paléographie grecque.

Pour citer cet article : Colligere, "Focus sur deux pièces de l’exposition « Le papyrus dans tous ses États »," in Colligere, 29/09/2021, https://archibibscdf.hypotheses.org/9867. Consulté le 23/10/2021.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search