Enquête sur un fonds d’archives

Collection « Souvenirs photographiques d’un voyage en Basse-Égypte » de la bibliothèque d’égyptologie*

La bibliothèque conserve depuis 2019 une collection de photographies prises en Égypte à la fin du XIXe siècle. Numérisé intégralement en 20201, cet ensemble s’intègre dans la riche collection des Fonds Iconographiques des archives de cette bibliothèque. À la suite de diverses opérations post‑numérisation (inventaire, numérotation, classement, reconditionnement puis saisie des métadonnées), les photos ainsi traitées et la totalité des informations descriptives correspondantes ont été mises en ligne sur Salamandre en septembre 2021.

Les clichés de cette collection ont visiblement été réalisés par un photographe amateur2 anonyme lors d’un séjour touristique en Égypte à la fin de l’époque khédiviale (1867‑1914) et plus d’une vingtaine d’années après l’inauguration du Canal de Suez en 1869. Les sujets représentés sur les photos révèlent la curiosité du groupe de visiteurs non seulement pour les sites archéologiques et les monuments emblématiques du Caire de l’époque mais aussi pour les paysages du Nil, la population et les coutumes locales. Au-delà de son intérêt pour les spécialistes et passionnés de l’Égypte ancienne, cet ensemble constitue une importante source d’informmégniations pour l’étude de l’histoire contemporaine de l’Égypte au tournant du XIXe siècle.

Description physique

Le lot est composé de 189 tirages argentiques de couleur sépia, parmi lesquels cinq exemplaires identiques développés en double (nos. 044_01 et 044_02 ; 046_01 et 46_02 ; 134_01 et 134_02 ; 030_01 et 092 ; 175 et 176). À leur entrée dans les collections de la bibliothèque d’égyptologie, les épreuves étaient conservées sans classement spécifique dans un coffret en bois vraisemblablement d’origine (Fig. 1)3.

Fig. 1. Vue de l’ensemble des épreuves et du coffret en bois d’origine

Les photos sont contrecollées sur des cartons aux coins arrondis de format 8 x 9 cm (voir ci‑dessous Format carte-de-visite) dont neuf ont été utilisés en recto-verso. Sur six cartons, la mention du mot « Tourner » écrit au crayon noir (sur le recto ou à la fois sur le recto et le verso) indique la présence d’une photographie sur chacune des faces (Fig. 2).

Les clichés sont disposés pour la plupart en mode paysage et possèdent des dimensions plus au moins identiques variant entre 7 x 5,5 et 8,6 x 6 cm, à l’exception de douze exemplaires (nos. 003, 005, 006, 007, 030_01, 037, 039, 043, 092, 094, 095, 177) présentant une hauteur plus grande comprise entre 6,9 et 7,5 cm et couvrant presque la totalité de la surface du support cartonné (Fig. 3).

Fig. 3. Exemple d’un tirage de grande taille 8,2 x 7,5 cm (photo no. 043).

Les supports en carton portent parfois sur la marge inférieure – ou plus rarement supérieure – une légende manuscrite à l’encre noire (Fig. 2). Dans deux cas (nos. 043 ; 092), faute d’espace suffisant sur la marge inférieure du carton, cette légende est mentionnée sur la photo même (Fig. 3). Des défauts de montage (photo mal placée ou en position inclinée) et de coupe manuelle (non-perpendiculaire ou avec encadrement du papier photo encore visible) s’observent sur certains exemplaires (Fig. 4).

État de conservation

L’état de conservation du lot est relativement bon. Quelques images apparaissaient floues ou impactées par des orbes lors de la prise de vue (Fig. 5). La présence d’une bande sombre ou blanche sur un petit nombre de tirages peut s’expliquer par des problèmes techniques au moment du développement des épreuves.

Fig. 5. Orbes de forme circulaire visibles sur la photo no. 017.

Les dommages les plus fréquents causés par l’usure et la manipulation consistent en rayures, micro-rayures et taches4. Une légère dégradation de la surface du papier photo peut être remarquée sur certains tirages (Fig. 6). De nombreuses photos montrent également une surface affaiblie et d’apparence surexposée au point qu’une ou plusieurs parties des éléments figurés apparaissent totalement effacées ou difficilement visibles (Fig. 6). Quelques photos présentent enfin un effet de miroir d’argent dans leurs parties sombres5.

Les supports cartonnés, eux, sont majoritairement endommagés sur les bords, avec occasionnellement des pliures ou déchirures provoquées dans les coins et sur les marges. Des traces de colle peuvent être observées sur la plupart des cartes au niveau du contour des photos. Très rarement (trois cas repérés), les restes de poils de pinceau à colle sont visibles sous le papier photo. La surface de la majorité des cartons (support seul ou support et photo) est affectée par des tâches d’humidité plus au moins importantes.

Format carte-de-visite (CDV)

Les photos du lot sont du type « photo-carte » ou « photo-carte-de-visite » apparu en France dès 1854 suite à l’évolution des techniques de photographie (négatif au collodion humide) et à la réalisation des épreuves multiples en série beaucoup plus économiques que les photos unitaires au daguerréotype6. Le tirage photographique dans ce format est en général de faibles dimensions (environs 5 x 8 cm) et le support en carton adopte la taille d’une petite carte de visite ne dépassant guère les 6 x 10 cm7.

Le nom du photographe est souvent mentionné (à la main ou impression) sous le cliché. Le dos de la carte, d’abord laissé vierge, porte ensuite des éléments publicitaires du studio de production ou bien les noms et les titres de personnages représentés. (Fig. 7)8.

Fig.7. Exemple d’une photo-carte (modèle peint) de la fin du XIXe siècle avec le nom et le tampon de l’atelier photographique au dos.

Dès 1860, ce type de photographie devient un véritable phénomène de société et les photos‑cartes sont réalisées en très grand nombre en France aussi bien par les professionnels et propriétaires d’ateliers de renom que par les photographes amateurs9.

Sous cette forme spécifique, les épreuves sont destinées à passer de main en main, à être distribuées, collectionnées ou être conservées dans des albums familiaux10. La mode se développe tout au long de la fin du XIXe siècle et reste très répandue jusqu´aux premières années du XXe siècle11. Elle est initialement adoptée par les familles de la haute société, puis dans tous les milieux aisés12. Ainsi, presque chaque famille française de classe sociale élevée ou moyenne possède à cette époque une collection de photos-cartes pouvant circuler entre les différents membres de familles, les amis ou les simples relations13. Bien que principalement réservé aux portraits de particuliers (familles, célébrités, personnalités politiques, militaires, membres du clergé, etc.), le format est aussi utilisé pour présenter des œuvres d’art, des paysages, des monuments ou bien pour constituer une sorte de recueil en souvenir d’une cérémonie ou d’un voyage14. Outre les modèles simples largement répandus, certains photographes de l’époque tentent également de développer une production de photos-cartes « peintes » sur lesquelles la couleur était portée à la main (Fig. 7)15.

Le présent lot, compte tenu de sa forme et de sa composition, a dû être conçu comme une collection familiale de photos-cartes. L’absence de signature d’un photographe professionnel ou d’un atelier photographique, le montage simple des tirages sur les cartons et sans ajout de cadre décoratif, la différence de tailles des photos et les défauts de coupe ou de positionnement de certains clichés sur le support laissent penser que la collection a été réalisée par un amateur et dans le cadre d’un usage exclusivement privé.

Contenu de la collection

Le lot comprend un ensemble de photographies réalisées au fil d’un séjour touristique en Égypte, principalement au Caire et aux alentours (Fig. 8)16. D’après le contenu des images, l’auteur des clichés accompagne sa famille pendant les différentes étapes de son expédition égyptienne17. Le voyage se fait en bateau et le point de départ est manifestement le port de Marseille représenté par la première photo du lot prise depuis la mer avec vue sur le Palais du Pharo18.

Fig. 8. Carte des environs du Caire dans le guide Baedeker de 1898 (plan entre p. 102 et 103), avec les zones repérées sur les photographies du lot marquées en orange. 

Au-delà des classiques monuments pharaoniques, les sujets photographiés sur place se rapportent aussi bien aux balades touristiques qu’à la rencontre avec les habitants du pays. Les photos de la collection étant arrivées sans aucun groupement particulier, un classement thématique a été opéré en cinq grands groupes distincts, en respectant la cohérence avec les légendes mentionnées sur certaines cartes :

  1. Trajet de France vers l’Égypte et visites touristiques du groupe de voyageurs (34 images)
  2. Nil et scènes d’activités au bord du Nil (36 images)
  3. Scènes de vie quotidienne – rues, marchés, cafés, petits métiers, cérémonies (58 images)
  4. Monuments du Caire (20 images)
  5. Villages et portraits de population locale (41 images)

La plupart de ces thèmes trouvent des parallèles proches dans d’autres collections photographiques de voyageurs occidentaux en Égypte à la même période, notamment en ce qui concerne les monuments cairotes, les scènes de vie rurale, les portraits de gens, les activités au bord du Nil ou encore la navigation sur le Nil : on rencontre ainsi souvent des dahabiehs touristiques (bateaux fluviaux à deux voiles) de structure et décors semblables, portant généralement un nom emprunté aux divinités de l’Égypte ancienne, telle la déesse « Nephtis » qui a donné son nom à la dahabieh figurée dans le présent lot (nos. 053‑055 : Fig. 9)19.

Fig. 9. Dahabieh « Nephtis » accostant sur la rive du Nil (photo no. 055).

La durée du séjour des visiteurs sur place semble avoir été de plusieurs semaines, voire de quelques mois si l’on considère les deux images no. 140 et no. 141 (Fig. 10) qui montrent un même paysage photographié à deux saisons différentes dans le pays : l’une pendant la crue et le débordement du Nil sur les terres à une période où la végétation est toujours florissante et l’autre pendant la saison du retrait du Nil, quand les arbres perdent leurs feuilles. De même, les scènes de l’inondation et de la décrue du Nil dans la plaine de Giza reproduites successivement sur les deux clichés 017 et 018 peuvent témoigner du déroulement du voyage à cheval sur deux périodes climatiques différentes. Si l’on se fie aux descriptions des guides de voyage de la fin du XIXe siècle, à cette époque, la crue du Nil se produisait progressivement entre juillet et décembre avec des débordements atteignant leur apogée dans la première quinzaine d’octobre. Entre janvier et mars, le fleuve se retirait et les terres arables se desséchaient lentement. Le Nil redescendait à son niveau le plus bas entre avril et les premiers jours de juin20.

Toutes ces constations amènent à penser que le voyage du groupe a dû s’étaler sur une période allant de novembre-décembre à mars-avril, correspondant aux mois de l’année pendant lesquels la forte chaleur n’est pas présente dans le pays et où les conditions climatiques sont donc les plus favorables au tourisme21. Allant dans ce sens, les vêtements relativement chauds des visiteurs sur les photos semblent également renvoyer à un climat plutôt tempéré loin de la saison caniculaire (Fig. 11).

Date des photographies

Le format CDV de la collection ainsi que certains sujets représentés situent chronologiquement ces photographies dans la deuxième moitié du XIXe siècle. En ce sens, les éléments les plus significatifs se rapportent à un nombre de monuments du Caire et des régions avoisinantes érigés à partir de 1867 sous les Khédives d’Égypte. Parmi ces monuments, on peut mentionner l’édifice dit « Maison de l’impératrice Eugénie » sur le plateau de Giza près de la grande pyramide de Khéops (photo no. 016). Ce petit bâtiment en pierre de plan rectangulaire a été construit en 1869 lors de l’inauguration du Canal de Suez et probablement à l’occasion de la visite du site par l’impératrice Eugénie à la même date22. Ce premier bâtiment appelé « Kiosque du Khédive » ou « Kiosque khédivial » dans les guides de la fin du XIXe siècle (Fig. 12) a fait par la suite l’objet de différentes transformations architecturales et fonctionnelles23.

Fig. 12. Édifice dit « Maison de l’impératrice Eugénie » sur la photo 016 du lot et sa mention sous l’appellation « Kiosque du Khédive » sur le plan de Giza publié dans le guide Baedekerde 1898 (plan entre p. 112 et 113).

Le pont de Qasr el-Nil (Kobri el-Gezira) bâti sur le Nil entre la place Tahrir et l’île de Gezira au Caire fait également partie des monuments caractéristiques de la seconde moitié du XIXe siècle. Les premières phases de la construction du pont (tel qu’il apparaît sur les photos nos. 050_01, 086 et 088 du lot) ont été achevées en 1871 par l’ingénieur français Pierre-Félix Moreaux sous le gouvernement du Khédive Ismaïl Pacha24. Ce premier pont, en poutre en treillis, comportait une section mobile destinée au passage des bateaux (Fig. 13b). L’ouvrage a ensuite été démoli en 1931 pour être remplacé par un nouveau pont plus moderne en acier dès 193325.

L’ancien pont de Qasr el-Nil était décoré à chaque extrémité de deux lions en bronze sculptés par Henri-Alfred Jacquemart en 1872 (Fig. 13a)26. On retrouve d’ailleurs parmi les photos de la collection d’autres œuvres réalisées par Jacquemart entre 1871 et 1874, à savoir la statue équestre d’Ibrahim Pacha sur l’ancienne place de l’Opéra khédivial du Caire (photos nos. 123‑124)27 et la statue debout de Soliman Pacha (photo no. 131) érigée en 1874 sur la place du même nom (actuelle place Talaat Harb) et déplacée plus tard au musée militaire de la Citadelle du Caire28.

De même, la construction au Caire du « pont des Anglais » (Kobri al-Ingleez al-Gadeed, actuel pont El‑Galaa) (photo no. 027) remonte aux années 1871-1872. Reliant l’île de Gezira et le quartier al-Doqi, ce petit pont, également en poutre en treillis métalliques, a lui aussi été remplacé par une nouvelle construction en 1913‑191429.

La mention du « Lycée Tewfik » sur le cliché no. 110 constitue un autre indice important servant à dater les prises de vues (Fig. 14). Cet établissement public d’enseignement secondaire égyptien fondé dès 1880 sous le gouvernement du Khédive Tewfik (1879‑1892) a été installé plus tard dans l’ancien bâtiment du palais Qasr el-Nouzha en banlieue nord du Caire (Choubra)30. Initialement composé d’un collège et d’une école normale, il devient « l’École normale et Lycée Tewfik » en 188431.

Fig. 14. Légende de la photo no. 110 précisant le nom du « Lycée Tewfik » à Choubra.

Au-delà des monuments repérés sur les tirages, les vêtements portés par les voyageurs semblent également corroborer une datation vers la fin du XIXe siècle. En particulier, les vestes cintrées et les chapeaux à ruban ou à fleurs des dames sur la photo n° 12 (Fig. 15a) sont à comparer avec les accessoires similaires sur certaines photos d’une autre collection photographique du voyage en Égypte (Fig. 15c) et sur celles du fonds Georges Daressy de la bibliothèque d’égyptologie datées de la fin du XIXe siècle (Fig. 15b)32.

Si les éléments susmentionnés définissent le cadre chronologique général du voyage, quelques photos du lot permettent de préciser davantage la datation en l’associant à la dernière décennie du siècle, entre 1892 et 1899. En premier lieu, il convient de citer le nouveau « bâtiment voyageur » de la gare centrale du Caire (Gare Ramsès) du style classique islamique figuré sur les photos no. 126, 127_01 et 128 et dont la construction et la mise en service ont été entreprises au cours des années 1892-1894 (Fig. 16)33.

Fig. 16. Bâtiment voyageur de la gare centrale (Gare Ramsès) au Caire (photo no. 126).

La légende « Fontaine de l’Hôtel de Gezireh » mentionnée sur la photo no. 132 pointe également vers la même date. Ce palais, érigé en 1867-1868 sous le Khédive Ismaïl Pacha sur l’île de Gezira au Caire, n’a été transformé en « hôtel » qu’à partir de 189434, ce qui fournit un terminus post quem essentiel pour le lot.

Enfin un dernier témoignage significatif en faveur de cette datation est apporté par la présence de l’écrivain et diplomate français Abel Chevalley sur une photographie d’un lot externe que l’on peut rattacher à la présente collection35. Professeur agrégé d’anglais en début de carrière et auteur d’un article sur le « Lycée Tewfik » en 189336, Abel Chevalley a dû passer cinq années au Caire précisément entre 1894 et 1899, où il fut affecté à la réorganisation de l’enseignement secondaire égyptien37.  


Exemples intéressants de l’usage du format photo-carte comme recueil illustré d’un séjour touristique, les clichés de la collection « Souvenirs photographiques d’un voyage en Basse Égypte » apportent non seulement un aperçu général des modes de vie publique des Égyptiens de la fin du XIXe siècle, mais reflètent également la splendeur du Caire voulue par le Khédive Ismaïl Pacha et ses successeurs. Ces images rappellent en somme les grands projets de modernisation et d’extension urbaines menés en Égypte sur le modèle européen sous la dynastie de Méhémet Ali ainsi que la participation de la France et des experts français dans la réalisation de ces travaux d’envergure.

La mise en ligne de cette riche documentation permet désormais un accès rapide et pratique à des paysages d’une Égypte d’un autre temps, offrant des vues et des informations à la fois sur des monuments historiques du Caire et de ses environs et sur des constructions résolument modernes pour l’époque dont certaines ont ensuite été remaniées, remplacées ou ont tout simplement disparu depuis.

Références

  • Al Sayyad N., Cairo. Histories of a City, Cambridge (Mass.), Belknap Press of Harvard University Press, 2011.
  • Arnaud J.-L., « De l’exposition à l’urbanisation. Le Caire d’Ismaïl Pacha », Rives méditerranéennes 47 [en ligne], 2014 (http://journals.openedition.org/rives/4630 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rives.4630 consulté le 27 mai 2021).
  • Attiya M., « Gare du Caire : Un lifting de façade », dans Al-Ahram Hebdo, n°897, semaine du 23 au 29 novembre 2011 [en ligne] (https://hebdo.ahram.org.eg/Archive/2011/11/23/null0.htm consulté le 25 mai 2021).
  • Baud M., Égypte. Les Guides Bleus, Paris, Hachette, 1950.
  • Baud M., Parisot M., Égypte. Le Nil égyptien et soudanais du Delta à Khartoum, Les Guides Bleus, Paris, Hachette, 1956.
  • Béchard É., Album photographique comprenant soixante et une vues exécutées d’après les constructions élevées au nouveau Caire sous le règne de S. A. le Khédive Ismaïl-Pacha, Le Caire, Paris, A. Lengère, 1874 [en ligne] (Bibliothèque nationale de France, RESERVE PET FOL-VZ-1248 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b105408295/f76.planchecontact# consulté le 25 mai 2021).
  • Bénédite G., Le Caire et ses environs, Guides Joanne, Paris, Hachette, 1909.
  • Bernal C., « La contribution des photographes à l’égyptologie française dans la seconde moitié du XIXe siècle et au début du XXe siècle », dans Colligere. Le carnet des bibliothèques et archives du Collège de France [en ligne], 12 décembre 2018 (https://archibibscdf.hypotheses.org/1904 consulté le 15 septembre 2021).
  • Boisjoly F., La photo-carte. Portrait de la France du XIXe siècle, Lyon, Éditions Lieux Dits, 2006.
  • Boon B., Leloup G., Archives photographiques. Recommandations pour leur conservation. Archives générales du Royaume et Archives de l’état dans les provinces [en ligne], mars 2011, 27p. (http://www.arch.be/docs/brochures/archives_photographiques.pdf consulté le 18 mai 2021).
  • Charpy M., « La bourgeoisie en portrait. Albums familiaux de photographies des années 1860‑1914 », Revue d’histoire du XIXe siècle 34 [en ligne], 2007 (http://journals.openedition.org/rh19/1382 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.1382 consulté le 15 avril 2021).
  • Chartier M., « L’inspiration égyptienne du sculpteur Henri-Alfred Jacquemart », [en ligne] janvier 2016 (https://egyptophile.blogspot.com/2016/01/linspiration-egyptienne-du-sculpteur.html consulté le 14 mai 2021).
  • Chartier M., « La gare du Caire : un voyage dans son histoire » [en ligne], novembre 2016 (https://egyptophile.blogspot.com/2016/11/la-gare-du-caire-un-voyage-dans-son.html consulté le 28 mai 2021).
  • Chartier M., « Qasr al-Nil : le pont aux lions, entre Gezira et Tahrir », [en ligne] février 2016 (https://egyptophile.blogspot.com/2016/02/qasr-al-nil-le-pont-aux-lions-entre.html consulté le 14 mai 2021).
  • Chevalley A., « L’École Tewfik », La revue Pédagogique 23, juillet-décembre 1893, p. 481-487.
  • Ebers G.M., Steindorff G., Egypte. Manuel du voyageur, Guides Baedeker, Leipzig, Paris, K. Baedeker-P. Ollendorff, 1903.
  • Grillot M., « Gezira Palace : une demeure aussi belle que son histoire » [en ligne], septembre 2015 (https://egyptophile.blogspot.com/2015/09/gezira-palace-une-demeure-ou-lhistoire.html consulté le 25 mai 2021).
  • J. E., « L’instruction en Égypte », Revue pédagogique 30, janvier-juin 1897, p. 229‑240.
  • Lavédrine B., (re)Connaître et conserver les photographies anciennes, Collection Orientations et Méthodes no. 10, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2016.
  • M. J., « L’École normale Tewfik, au Caire », Manuel général de l’instruction primaire. Journal hebdomadaire des instituteurs, 60e année, tome 29, 1893, p. 54.
  • Mégnin M., La photo-carte en Algérie au XIXe siècle, Paris, Alger, Non Lieu-Edif, 2000.
  • Morlier H., « Visiter Le Caire en compagnie d’Émile Isambert, auteur de l’Itinéraire descriptif de l’Orient », dans M. Volait (dir.), Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Paris, Picard CNRS Institut national d’histoire de l’art, 2013, p. 275-295 [en ligne], décembre 2017 (http://books.openedition.org/inha/4895 ; DOI : https://doi.org/10.4000/books.inha.4895 consulté le 23 avril 2021).
  •  Mosseri R., Photographies sur les transformations urbaines du Caire entre 1849 et 1946, Album photographique, 1946 [en ligne] (Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, PET FOL-VZ-1478 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10546945n/f82.item# consulté le 25 mai 2021).
  • Mostyn T., Egypt’s Belle Epoque. Cairo and the Age of the Hedonists, Londres, New York, Tauris Parke Paperbacks, 2006.
  • Radwan N., Les modernes d’Egypte. Une renaissance transnationale des Beaux-Arts et des Arts appliqués, Bern, Peter Lang, 2017.
  • Said Gamal N., Vers une écologie sensible des rues du Caire : le palimpseste des ambiances d’une ville en transition, thèse de doctorat soutenue en janvier 2014 à l’Université de Grenoble [en ligne] juin 2015 (https://dumas.ccsd.cnrs.fr/AO-ARCHITECTURE/tel-01124262v1 consulté le 25 mai 2021).
  • Seton‑Williams V., Stocks P., Egypt, Blue Guide, Londres, New York, A. & C. Black-W. Norton, 1993.
  • Solé R., L’Egypte, passion française, Paris, Éditions du Seuil, 1997.
  • Steindorff G., Egypte. Manuel du voyageur, Guides Baedeker, Leipzig, Paris, K. Baedeker-P. Ollendorff, 1898.

Portails et bases de données en ligne

* Je remercie vivement Elsa Rickal, Cécile Bernal, Dominique Lefèvre et le service des archives du Collège de France pour leurs conseils lors du traitement du lot et la préparation de cet article.

Pour citer cet article : Sépideh Paquette, "Enquête sur un fonds d’archives," in Colligere, 16/09/2021, https://archibibscdf.hypotheses.org/9773. Consulté le 23/10/2021.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. La numérisation des photographies a été réalisée par la société d’imagerie numérique Tribvn. []
  2. Les photos de photographes professionnels étaient généralement signées, à ce sujet voir C. Bernal, 12 décembre 2018 https://archibibscdf.hypotheses.org/1904 consulté le 15 septembre 2021). []
  3. Ce lot est issu d’un ensemble plus important qui avait déjà été dispersé avant son acquisition en 2019. []
  4. Pour les dégradations courantes des tirages photographiques, se reporter à B. Boon, G. Leloup, 2011, p. 17-20 ; B. Lavédrine, 2016, p. 282‑294. Sur presque toutes les photos du lot, de multiples points noirs et blancs répartis sur l’ensemble de la surface peuvent être observés à la loupe. Ce phénomène est assez fréquent sur les anciens tirages argentiques. Cf. Ibid., p. 158. []
  5. Concernant l’apparition de ce reflet métallique dit « miroir d’argent » sur la surface des tirages anciens, voir ibid., p. 154 et 203. []
  6. F. Boisjoly, 2006, p. 20-33 ; B. Lavédrine, 2016, p. 122. Ce format se développe notamment grâce au photographe portraitiste Adolphe Eugène Disdéri (1819-1883) qui dépose le 27 novembre 1854 un brevet pour la photo-carte permettant la production en série des photos (F. Boisjoly, 2006, p. 27-28). []
  7. Ibid., p. 28-29. Fin et souple au départ, le support cartonné devient plus épais à partir des années 1895 (Ibid., p. 55). []
  8. Ibid., p. 29-30. []
  9. Ibid., p. 30-31. À propos des photos-cartes comme reflets de la position sociale des personnages représentés, voir ibid, p. 52-53 et 58-59. []
  10. Ibid., 2006, p. 28. []
  11. Ibid., p. 26-34 et 57. Cet engouement pour la photo-carte n’est d’ailleurs pas limité à la France et il se répand également à grande vitesse à travers l’Europe et aux États-Unis (Ibid., p. 32-33). []
  12. Ce support photographique est utilisé durant les années 1860 comme un véritable outil de propagande par beaucoup de personnalités de l’époque, comme Napoléon III, la reine Victoria ou le président Lincoln (Ibid., p. 40‑41). La diffusion de ce type de photos-cartes officielles est assurée par les ateliers photographiques mais aussi par l’intermédiaire des libraires, éditeurs et papetiers (Ibid., p. 41-42). []
  13. Ibid., 2006, p. 52-53 ; M. Charpy, 2007. []
  14. F. Boisjoly, 2006, p. 38-51 et 62-147. Voir également les catégories réunies dans la base de données en ligne de « Photo-carte » ; M. Mégnin, 2000 ; ou encore une collection de photos-cartes réalisées en Nouvelle-Calédonie à la fin du XIXe siècle exposant majoritairement des paysages et des portraits de la population locale : https://la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie/collection-cartes-visite-565691.html. []
  15. F. Boisjoly, 2006, p. 54-55 []
  16. En se basant sur les principaux sujets et sites présents sur les images et compte tenu de l’absence de monuments caractéristiques de la Haute-Égypte. []
  17. D’après les photos nos. 06 et 07 portant respectivement la mention des villes de Berneval-le-Grand et de Dieppe, on peut suggérer que la famille pouvait être originaire du Nord de la France. []
  18. Sur le départ du voyage et l’embarquement au port de Marseille (généralement en direction d’Alexandrie), voir les guides touristiques de l’époque : e.g. G. Steindorff (Guides Baedeker), 1898, p. XIX et 1-2 ; G. Bénédite (Guides Joanne), 1909, p. 1. L’image du port de Marseille est d’ailleurs assez fréquente dans les albums photographiques des voyageurs de la fin du XIXe siècle à destination de l’Égypte. Un exemple similaire (avec vue sur le Palais du Pharo) se trouve dans une autre collection photographique des Fonds Iconographiques de la bibliothèque d’égyptologie du Collège de France : Album Voyage en Égypte 1891. Le Nil I, pl. 1. []
  19. À titre d’exemple, se reporter aux albums photographiques Voyage en Égypte 1891. Le Nil I-IV et Voyage en Égypte 1891. Égypte Monuments 1 de la bibliothèque d’égyptologie du Collège de France (Fonds Iconographiques : 23FI). À comparer également avec les monuments cairotes dans d’autres albums photographiques de l’époque, comme celui de Béchard en 1874. Pour un aperçu des itinéraires des voyageurs (au Caire et environs) à cette période, voir e.g. H. Morlier, 2013, p. 275-295. []
  20. Cf. G. Steindorff (Guides Baedeker), 1898, p. LXIV-LXV. []
  21. Cette période correspondant aux mois d’hiver en Europe est d’ailleurs considérée comme la meilleure saison touristique en Égypte dans les guides de voyageurs de l’époque. Cf. Ibid., 1898, p. XVII et LXXIV-LXXVIII. []
  22. Voir aussi dans R. Mosseri, 1946, vue 68 : « Le kiosque khédivial des pyramides ». L’aménagement de cet édifice fait suite au projet de la construction de la Route des Pyramides par le Khédive Ismaïl Pacha pour la réception des invités à l’inauguration du Canal de Suez. Sur cette route carrossable reliant le plateau de Giza et les pyramides, voir J.-L. Arnaud, 2014 ; M. Baud (Guides Bleus), 1950, p. 258. []
  23. G. Steindorff (Guides Baedeker), 1898, p. 109 et plan sur p. 112 ; G.M. Ebers, G. Steindorff (Guides Baedeker), 1903, p. 112 et plan entre p. 114 et 115. Le bâtiment est toujours mentionné sous le nom de « Kiosque khédivial » dans les guides bleus de 1950 : M. Baud (Guides Bleus), 1950, plan sur p. 264-265. Il a été transformé plus tard en musée et rest-house : M. Baud, M. Parisot (Guides Bleus), Paris, 1956, p. 158 ; V. Seton‑Williams, P. Stocks (Blue Guide), 1993, plan sur p. 426-427. []
  24. Cf. M. Chartier, février 2016 (https://egyptophile.blogspot.com/2016/02/qasr-al-nil-le-pont-aux-lions-entre.html consulté le 14 mai 2021). []
  25. Ibid. []
  26. Ces quatre lions étaient initialement destinés à être placés autour de la statue équestre du vice-roi Méhémet Ali à Alexandrie, également sculptée par Jacquemart : N. Radwan, 2017, p. 47, n. 25 ; M. Chartier, février 2016 (https://egyptophile.blogspot.com/2016/02/qasr-al-nil-le-pont-aux-lions-entre.html consulté le 14 mai 2021). []
  27. Ibrahim Pacha est le second fils du vice-roi d’Égypte Méhémét Ali (1805-1848) et le vice-roi d’Égypte en 1848 (T. Mostyn, 2006, p. 35-37). Cette statue est une œuvre commune de Charles Henri Joseph Cordier (pour la sculpture du personnage) et de Jacquemart (pour l’exécution du cheval) érigée sur la place de l’Opéra en 1872 : N. Radwan, 2017, p. 45-47. []
  28. Joseph-Anthelme Sève dit Soliman Pacha, l’officier français passé en 1819 au service du vice-roi d’Égypte Méhémét Ali : R. Solé, 1997, p. 62-63. Pour sa statue sculptée par Jacquemart, voir : N. Radwan, 2017, p. 47-48 ; M. Chartier, janvier 2016 (https://egyptophile.blogspot.com/2016/01/linspiration-egyptienne-du-sculpteur.html consulté le 14 mai 2021). []
  29. R. Mosseri, 1946, vue 18 : « Le Pont des Anglais » ; G. Bénédite (Guides Joanne), 1909, p. 133. []
  30. A. Chevalley, 1893, p. 481-487 ; M. J., 1893, p. 54 ; J. E., 1897, p. 229‑240. Sur le palais Qasr al-Nouzha à Chourba, voir aussi N. Said Gamal, 2014, p. 216 et 269. Le français était la première langue de l’enseignement dans cette école, avec une section anglaise ajoutée à partir de 1890 : A. Chevalley, 1893, p. 483. []
  31. Ibid., p. 481-487 ; J. E., 1897, p. 230 et 236-237. []
  32. Collection des Fonds Iconographiques de la bibliothèque d’égyptologie du Collège de France : Album Voyage en Égypte 1891. Le Nil I, pl. 19 (EGY_23FI) ; Fonds Georges Daressy (EGY_3FI). []
  33. M. Attiya, novembre 2011 (https://hebdo.ahram.org.eg/Archive/2011/11/23/null0.htm consulté le 25 mai 2021) ; M. Chartier, novembre 2016 (https://egyptophile.blogspot.com/2016/11/la-gare-du-caire-un-voyage-dans-son.html consulté le 28 mai 2021) ; G. Steindorff (Guides Baedeker), 1898, p. 25. []
  34. N. Al Sayyad, 2011, p. 199-203 ; T. Mostyn, 2006, p. 83-87 et 174-175 ; M. Grillot, septembre 2015 (https://egyptophile.blogspot.com/2015/09/gezira-palace-une-demeure-ou-lhistoire.html consulté le 25 mai 2021). []
  35. Voir note 3. Parmi les clichés ayant vraisemblablement fait partie du même lot d’origine, se trouvaient deux photos montrant un homme identifié par la légende manuscrite sur le support comme « Abel Chevalley ». []
  36. Voir notes 30-31. []
  37. Sur Daniel Abel Chevalley et sa carrière d’abord dans l’enseignement, puis comme diplomate, voir le site des Archives départementales de la Vendée : Dictionnaire historique des Vendéens (http://www.vendeens-archives.vendee.fr/personnalite-chevalley-daniel-abel-24149 consulté le 25 mai 2021) et sur le portail de FranceArchives (https://francearchives.fr/findingaid/656cfc5caee7c77e6d4961599df3e78f949087df consulté le 25 mai 2021). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search