La mise en ligne des archives Schaeffer : focus sur les plaques de verre photographiques

Traité à partir de 2014, le fonds Schaeffer a fait l’objet de plusieurs campagnes de numérisation pour aboutir en janvier 2021 à la mise en ligne sur Salamandre de plus de 4000 documents. Nous souhaitions revenir sur les différentes étapes ainsi que sur les objectifs d’un tel projet qui a mobilisé les archivistes du Collège de France pendant plusieurs années. De l’inventaire à la mise à disposition de cette collection numérique, en quoi consiste le travail des archives ? Nous vous proposons donc de  questionner Frédérique Pailladès, archiviste, sur son travail. Elle s’est notamment occupée du traitement de quelque trois mille sept cents plaques de verre photographiques que comporte ce fonds.

Que contient ce fonds, d’où vient-il et quand est-il arrivé aux archives du Collège de France ?

Claude Schaeffer est titulaire de la chaire d’archéologie de l’Asie occidentale du Collège de France de 1954 à 1969. À son départ, les documents laissés dans son bureau ont été récupérés pour constituer ce fonds. Celui-ci a été complété d’un don fait par sa veuve, Odile Schaeffer, en 1982. Il est composé de papiers liés à son activité de professeur, à l’École du Louvre d’abord, puis au Collège de France, mais aussi de documents scientifiques concernant les différentes fouilles qu’il a menées pendant sa carrière : sur les sites d’Ougarit en Syrie, d’Enkomi à Chypre, ou pendant de plus petites missions à Chypre qu’il faisait parallèlement et qui sont pour certaines encore actives aujourd’hui. C’est probablement le fonds le plus varié que nous ayons au sein du service des archives du Collège de France : trente et un mètres linéaires,  dans lesquels on trouve des carnets de fouilles, des inventaires, un peu de correspondance, deux cents plans des sites de fouilles, plus de trois mille six cents moulages de tablettes et deux mille cent de sceaux-cylindres – dont certains originaux sont au Louvre. Il y a également de nombreuses photographies : d’objets, de chantiers de fouilles, mais aussi des vues aériennes prises par l’Armée du Levant, armée française en Asie occidentale, qui possédait du matériel de cartographie et travaillait avec les archéologues sur place. Il y a également à peu près trois mille sept cents plaques de verre, dont plus des deux tiers concernent Ras Shamra-Ougarit. Je me suis occupée plus particulièrement de ces plaques.

Florilège non exhaustif du type de documents présents dans le fonds Schaeffer. En bas au centre, deux plaques de verre en négatif

Comment et quand est née l’idée de travailler sur ce fonds, et quel était l’objectif de départ ?

Le fonds a longtemps été conservé par le cabinet d’assyriologie avant d’être déplacé sur le site de la Belle-Gabrielle, d’où nous l’avons ramené définitivement sur le site de la place Marcelin Berthelot. Il a alors tout de suite été étudié par la mission archéologique du site d’Ougarit, qui a numérisé pour ses propres travaux une partie des plaques de verre dont nous parlerons juste après. Le traitement du fonds a rejoint l’actualité, notamment en ce qui concerne la partie Ras Shamra-Ougarit. Situé au nord-ouest de l’actuelle Syrie, ce site est – pour des raisons que l’on conçoit assez bien – impossible d’accès. Bien que la mission soit toujours active, elle fut dès les années 1940 régulièrement interrompue. On sait aujourd’hui que le site a pu être fouillé clandestinement et une partie n’est plus accessible parce que située à proximité d’une base militaire syrienne.

L’objectif était donc de rendre disponible des documents qui, pour certains, sont aujourd’hui devenus en quelque sorte les seules sources scientifiques, mais sont aussi très fragiles et difficilement communicables. Deux campagnes de numérisation ont été financées par la Fondation de l’Orangerie (via la Fondation du Collège de France), puis par le programme SUSES de la région Île-de-France pour la valorisation du patrimoine, accordé à PSL. Ce second volet a par ailleurs fait l’objet d’une première mise en ligne sur l’outil de découverte PSL-Explore en 2019. Plusieurs campagnes de restauration ont été réalisées, notamment pour les plans, qui ne pouvaient être manipulés ou numérisés en l’état.

Venons-en justement au traitement physique dont les documents, et notamment les plaques de verre, ont dû faire l’objet avant d’être numérisées. Quelles ont été les étapes de ce travail préparatoire ?

Il y a cinq ans, à mon arrivée au Collège de France, j’ai travaillé au récolement des carnets de fouilles et d’inventaires. Il s’agissait de fournir à notre prestataire pour la numérisation, un tableur avec les titres, les dimensions des documents et d’autres informations nécessaires à leur traitement. En 2018, j’ai recommencé le même travail, cette fois pour les plaques de verre. J’ai dû donner un titre à chaque image ainsi qu’une cote. Ce travail d’identification n’a pas toujours été évident car la plupart des images étaient en négatif noir et blanc et j’ai dans un premier temps composé avec les titres généraux qu’il y avait sur les boîtes.

Plaque de verre en négatif du Dieu Baal brandissant le foudre (site d’Ougarit), cotée 8 PV 1474

Ce fonds comporte des plaques de verre très fragiles recouvertes d’une émulsion au gélatino-bromure d’argent, mais aussi des plaques photographiques sur verre pour la projection et enfin des ektachromes – diapositives – insérés entre deux plaques de verre, tous de dimensions différentes. Tous ces renseignements ont aussi été ajoutés dans le tableur.

Le traitement physique des documents se décline en plusieurs étapes : mesurer, coter,  nettoyer et  reconditionner. Le nettoyage des trois mille sept cents plaques de verre a monopolisé toute l’équipe du service des archives : ce travail a consisté à nettoyer le côté verre de chaque plaque à l’aide d’un chiffon doux imbibé d’une solution eau/éthanol (technique apprise lors d’une formation, en amont, à l’EPHE). J’ai ensuite tout reconditionné en pochettes neutres puis en boites. Après à peu près neuf mois de traitement, les plaques étaient prêtes pour la numérisation.

Après la numérisation s’entame le travail numérique des clichés. Comment as-tu procédé ? Quels outils as-tu utilisé ?

Revenus au bout des quelques mois nécessaires à la numérisation, les documents ont été remis dans nos magasins. Il restait à traiter quelque trois mille sept cents images reçues. J’ai tout d’abord effectué un contrôle qualité. Puis, comme je les voyais en positif, il m’est apparu qu’un certain nombre de mes descriptions étaient incomplètes. Il m’a donc fallu repasser sur une grande quantité de documents pour refaire un travail d’identification et d’enquête, recouper les informations. Je me suis alors penchée sur tout un tas de travaux scientifiques :  la revue Syria1, les publications de Claude Schaeffer Ugaritica2 et Enkomi-Alasia pour lesquelles les plaques avaient elles-mêmes servi de documentation, mais aussi  les carnets de fouilles (certains objets y étaient par exemple mentionnés avec l’endroit exact où ils avaient été trouvés). J’ai également cherché dans la documentation du musée du Louvre qui possède beaucoup d’objets originaux, ainsi que dans celle du Musée d’archéologie nationale  de Saint-Germain-en-Laye. D’autres sont restés non identifiés et cette information est toujours mentionnée ; peut-être qu’à l’avenir ces objets pourront être mieux renseignés.

Numérisation de la plaque (8 PV 1474) présentée plus haut

Je me suis également aperçue qu’il existait beaucoup de doublons dans les images. J’ai donc choisi de mettre en ligne une seule numérisation en me basant sur la qualité du cliché. J’ai très peu retouché les photos à leur retour de numérisation, uniquement lorsque le cliché était vraiment difficilement exploitable. Pour cela, j’ai utilisé un logiciel gratuit de retouche.

Il a ensuite fallu que je réfléchisse à un classement intellectuel pour la mise en ligne, le plus ergonomique possible pour les utilisateurs de notre bibliothèque numérique Salamandre. Dans les cartons d’origine, ces images étaient classées par campagne de fouille, mais aussi par thèmes. J’ai donc opté pour une description par thèmes (vue aériennes, plans et cartes, fouilles, objets) déclinés par sujets et par années. Je me suis ensuite attelée à la création d’une arborescence pour lier les objets entre eux et créer des hyperliens entre les clichés, de sorte que l’usager puisse se voir proposer la consultation d’objets en rapports avec ceux déjà visionnés.

La mise en ligne s’est faite par l’intermédiaire du progiciel Arkhéïa, qui est en quelque sorte le back-office de ce que voit l’usager sur Salamandre. Cet outil m’a permis de bâtir l’ossature de mon classement, de l’organiser et de le rendre aussi ergonomique que possible pour l’usager. Les images sont stockées en local sur notre serveur et des liens viennent les pointer.

Organiser un fonds d’archive revient finalement à rendre un ensemble de documents et/ou d’objets cohérent et utilisable par le lecteur sans pour autant porter atteinte à la logique générale d’organisation originelle du fonds. Le numérique joue ici bien plus qu’un simple rôle d’interface : il permet de mettre en place autour du document tout un univers d’hypertexte et d’hyperliens, de renvois vers d’autres documents, mais également vers des ressources extérieures potentiellement utiles pour le lecteur/chercheur en relation avec ce qu’il vient de consulter. Il peut également permettre, à terme, de repenser le classement numérique de cette collection sans jamais avoir à toucher le fonds lui-même et son classement physique. Tout cela ouvre finalement un réel champ des possibles dans la manière d’appréhender et d’exploiter les quantités de collections qui dorment dans nos institutions.

Pour citer cet article : Frédérique Pailladès, Marion Piecuck, "La mise en ligne des archives Schaeffer : focus sur les plaques de verre photographiques," in Colligere, 09/06/2021, https://archibibscdf.hypotheses.org/9617. Consulté le 28/09/2021.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Disponible sur Persée pour les anciens numéros et sur Open Edition pour ceux postérieurs à 2004 []
  2. Disponibles en texte intégral sur GoogleBooks []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search