La revue turque Belleten, outil de recherche et source

Fondée en 1937 sous la tutelle de Türk Tarih Kurumu (Société turque d’histoire), la revue trimestrielle Belleten a depuis publié sans interruption des travaux sur l’archéologie anatolienne et l’histoire des peuples türks, de l’Empire ottoman et de la République de Turquie. Le dernier numéro paru, en décembre 2020, porte le numéro LXXXIV/301.

Couverture du premier numéro de la revue

Les plus éminents historiens et archéologues turcs, comme Bekir Sıtkı Baykal, Semavi Eyice. Tayyib Gökbilgin, Halil İnalcık, Enver Ziya Karal, Fuad Köprülü, Aptullah Kuran, Akdes Nimet Kurat, Ali Sevim ou Ismail Hakkı Uzunçarşılı, ont confié de nombreux articles à Belleten, qui fut longtemps l’organe de diffusion des recherches archéologique et historique le plus prestigieux de Turquie. Estimant que la revue devait être la vitrine des études sur le monde turc, les comités de rédaction des trente premières années ont également fait paraître des traductions en turc de travaux de spécialistes étrangers renommés, comme Claude Cahen, pour ne citer qu’un exemple, ou d’historiens et archéologues d’Europe du Sud-Est et centrale, qu’il s’agisse de traductions ou de contributions originales. Du reste, si le turc domine très largement, Belleten publie également en français, en anglais et en allemand. Une des particularités de la revue est qu’elle n’a pas de politique de limitation du nombre de signes des textes qu’elle reçoit. Certains peuvent donc prendre la forme d’un mémoire, voire d’un livre. Revue internationale fonctionnant désormais avec un système d’évaluation par les pairs, Belleten est toujours imprimée sur papier, mais tous ses numéros sont accessibles en ligne sur le site officiel de la Türk Tarih Kurumu (société turque d’histoire).

Outil de recherche pour les archéologues et les historiens médiévistes et modernistes, Belleten est également une source pour les contemporanéistes qui s’intéressent aux histoires des sciences, des institutions républicaines et des réformes kémalistes. La société turque d’histoire,  fondée en 1931 sous le nom de Türk Tarihi Tetkik Cemiyeti, devenu Türk Tarih Kurumu en 1935, est en effet le principal organisme de recherche historique géré par l’État de Turquie et la revue qui en dépend permet d’étudier la mobilisation politique de l’histoire par la République et de suivre l’élaboration des sciences sociales et humaines républicaines par le gouvernement kémaliste. Son lancement se fit d’ailleurs dans un contexte d’affirmation nationaliste dont témoigne l’étymologie attribuée dans le premier numéro, en application de la théorie dite de la « langue soleil », au mot belleten : on y découvre que le français « bulletin » est une forme dérivée du turc belleten, qu’on peut traduire par « qui informe et enseigne ».

Enfin, dans la mesure où elle a succédé à la Türk Tarih Encümeni Mecmuası (Revue de la commission de l’histoire turque) fondée en 1923, en remplacement de la Târîh-i Osmânî Encümeni Mecmuası (Revue de la commission de l’histoire ottomane) fondée en 1910, la revue Belleten met en valeur les continuités et ruptures dans l’historiographie ottomane et républicaine et les échanges entretenus avec les chercheurs européens. Elle propose d’analyser aussi les réformes d’occidentalisation mises en place par les premiers gouvernements républicains, puisque le but principal de Belleten était d’expliquer et faire valoir l’importance de l’histoire turque à l’Occident, de rendre la turcologie et plus largement les études anatoliennes légitimes et par ce biais de promouvoir le savoir-faire et l’historiographie turcs.

La section des périodiques (cote PER) de la bibliothèque d’études ottomanes du Collège de France donne un accès libre à la collection complète de Belleten, ainsi qu’aux index publiés en 1972, 1988, 1999 et 2006. La bibliothèque d’assyriologie et d’études ouest-sémitiques possède également quelques numéros en relation avec l’Anatolie et les études hittites, hourrites et élamites. 

Pour aller plus loin :

  • Copeaux (Étienne), 1997, Espaces et temps de la nation turque : Analyse d’une historiographie nationaliste (1931-1993), Paris, CNRS Éditions, 376 p.
  • Eyice (Semavi), « Belleten » dans İslam Ansiklopedisi, 1992, TDV İslâm Araştırmaları Merkezi, t. 5, p. 424 – 425. URL : https://islamansiklopedisi.org.tr/belleten
  • Gürpınar (Doğan), 2013, Ottoman/Turkish Visions of the Nation (1860-1950), Basingstoke, Palgrave Macmillan, vii +301 p.
  • Hager (Veronika), « A Past, So Distant, and Yet So Very Near. Belleten and the Creation of a Historiographical Rupture », European Journal of Turkish Studies [Online], 24 | 2017, URL : http://journals.openedition.org/ejts/5506 ; DOI : 10.4000/ejts.5506
  • İğdemir (Uluğ), 1973, Cumhuriyetin 50. Yılında Türk Tarih Kurumu, Ankara, Türk Tarih Kurumu Yayınları, 200 p.
Pour citer cet article : Elif Becan, "La revue turque Belleten, outil de recherche et source," in Colligere, 10/05/2021, https://archibibscdf.hypotheses.org/9587. Consulté le 28/09/2021.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search