« Qu’est-ce qu’une politique de chaires ? » – retour sur un débat présenté par l’historien des sciences Wolf Feuerhahn dans le cadre des « Débats du CAK, saison 9 », le 7 mars 2018 au Centre Alexandre Koyré

http://koyre.ehess.fr/index.php?2642

 

Le 7 mars 2018, s’est tenue, sous le titre « Qu’est-ce qu’une politique de chaires ? », une rencontre autour de l’ouvrage collectif dirigé par Wolf Feuerhahn (chercheur au CNRS et directeur-adjoint du CAK)1, La Politique des chaires au Collège de France, coédité par les Belles-Lettres et le Collège de France dans la collection commune « Docet omnia » et paru en juin 2017. Plusieurs des auteurs assistaient à ce débat amplement introduit par la présentation de Wolf Feuerhahn et poursuivi par les discutants, Emanuel Bertrand (ESPCI Paris et CAK) et Christian Topalov (EHESS et Centre Maurice Halbwachs) puis par les auditeurs.

Feuerhahn, Wolf (dir.) « La politique des chaires au Collège de France », Collège de France/Les Belles, Paris, 2017

 

Le Professeur Compagnon, qui occupe depuis 2006 la chaire de Littérature française moderne et contemporaine2, a voulu cet ouvrage comme le premier d’une série consacrée aux recherches du programme « Passage des disciplines » par lui initié en 2011-2012. Un ouvrage de synthèse, destiné à un large public et élaboré à partir des premiers résultats de ce programme, était déjà paru en 2015, en coédition avec Gallimard,  sous le titre Le Collège de France : cinq siècles de libre recherche et sous la direction des professeurs Antoine Compagnon, Pierre Corvol et John Scheid. Conduit, comme ce livre de 2015, avec la collaboration de Céline Surprenant, « Passage des disciplines » a reçu le soutien du CNRS, de la Fondation Hugot et de la Fondation du Collège de France ; depuis 2017 s’y ajoute le financement de PSL Research University qui a permis la publication du présent volume. Ce programme réunit les chercheurs de plusieurs institutions (CNRS, Centre Alexandre-Koyré,  École des hautes études en sciences sociales, FMSH, Universités de Paris I, Paris-Sud, Paris V Descartes, Paris VIII et Valenciennes, Collège de France) et de plusieurs disciplines pour une histoire « globale » du Collège de France.

Celui-ci porte sur la naissance des disciplines scientifiques et littéraires, leur agencement et leur évolution, à l’échelle nationale et internationale, aux XIXe et XXe siècles, à partir de l’histoire des renouvellements de chaires au Collège de France. L’établissement constitue ici un observatoire privilégié car la juxtaposition et la redistribution des savoirs y sont statutaires. Ce programme s’organise autour d’un corpus circonscrit, qui se compose des « rapports de présentation » ou « rapports de candidature » conservés aux Archives du Collège de France, à partir desquels il est possible de conduire l’analyse de la formation et la circulation des savoirs dans une perspective élargie, c’est-à-dire en ne nous limitant pas aux chaires retenues, ni aux cadres d’un seul établissement de savoir. L’analyse conjointe des propositions de chaires validées et non validées, dans le contexte global de l’enseignement supérieur et de la recherche, peut faire apparaître dans la moyenne et longue durée des enjeux encore inconnus, dans des documents qu’il nous reste, pour la plus grande majorité, encore à lire et à déchiffrer pour éclairer la formation antérieure et contemporaine des disciplines.

Compagnon, Antoine ; Corvol, Pierre ; Scheid, John. « Le Collège de France : cinq siècles de libre recherche », Gallimard/Collège de France, Paris, 2015

 

Ce projet au long cours, Antoine Compagnon l’a en effet conçu, dès l’origine, comme « global » souhaitant par-là contribuer, sans prétendre l’épuiser, à une histoire plus ample des savoirs constitués en disciplines. « Global » aussi dans les approches et les voix académiques convoquées, afin d’éviter trois principaux écueils : celui de l’univocité, dont est vite soupçonné un discours né au sein de la seule institution concernée ; celui de l’hagiographie, qui guette d’autant plus les membres de l’institution que cette dernière est  – il faut bien l’admettre – belle et gratifiante dans ses missions et belle à vivre, prestigieuse aussi dans l’esprit du public. Enfin, on est tenté d’ajouter l’écueil de l’autocensure qui peut naître, dans un esprit d’honnêteté scientifique, d’une crainte exagérée des deux premiers et conduire à trop atténuer le propos à force de critique et de nuance par prétérition. Dans l’ensemble des travaux menés par l’équipe de recherche, il est remarquable en effet que le ton des débats change selon qu’ils se tiennent dans les lieux, au Collège même et en présence de certains de ses professeurs, ou dans d’autres espaces de recherche selon d’autres configurations. Ainsi certains contextes sont-ils propices à ce que les langues se délient, à la faveur d’une moindre révérence par exemple que celle qu’inspirent, entre autres institutions et membres prestigieux, le Collège de France et ses professeurs. L’honnêteté intellectuelle des participants, qui travaillent selon une pluralité de méthodes conjuguées, qu’ils soient ou non membres du Collège de France, n’est pas en cause. Une saine émulation joue en effet lorsque plusieurs grands établissements des savoirs, de tradition plus ou moins longue et de haute renommée, se mettent ensemble au travail autour de l’une d’elles et sur les relations politiques et épistémologiques qu’elles entretiennent dans le façonnement du paysage disciplinaire. La question « qui parle ? » et son associée « d’où ça parle ? » s’assortissent donc d’une troisième légèrement différente et tout aussi stimulante : « où en parle-t-on ? ». Ce n’est pas l’un des moindres effets féconds de ces rencontres entre institutions sur des institutions et leurs pratiques d’étiquetage ou d’autodéfinition, que de révéler le biais du lieu, en plus de soulever le problème du sujet de l’énonciation et de son positionnement théorique et institutionnel. Gageons que, dès lors, la délocalisation ou la plurilocalisation des séances de travail et de discussion aident à éviter, ensemble, tous les écueils évoqués.

Dans le cas présent, lors du débat du 7 mars et peut-être aussi dans l’ouvrage lui-même, on a plutôt accentué l’importance de l’autodéfinition du Collège de France, de l’énoncé de sa mission pluriséculaire selon laquelle il est destiné à promouvoir les savoirs nouveaux, jusqu’à en faire un levier critique majeur de l’entreprise. Or l’accent peut sembler avoir été mis sur l’autodéfinition afin de mieux la remettre en cause, non sans une certaine ironie parfois, alors que pourrait être davantage discutée la question de savoir si les « discours indigènes », telles la devise et l’idée de transformation, sont si déterminants dans la pratique de la liberté scientifique et de la sélection des chaires.

L’ouvrage de 2017, après celui de 2015, inaugure une nouvelle étape dans l’historiographie du Collège de France, telle que Wolf Feuerhahn la rappelle dans l’introduction3. Hormis les travaux pionniers de prosopographie réalisés par l’historien Christophe Charle et les publications jubilaires réalisées par certains professeurs (à l’occasion des 400 ans par exemple) ou encore la publication thématique des leçons inaugurales, relativement peu d’ouvrages étaient jusqu’alors disponibles sur l’histoire du Collège et de ses chaires. Peu de savants en général et peu d’historiens en particulier avaient jusqu’alors abordé l’histoire générale du Collège, sur la longue durée qui est la sienne (1530 – 2018), dans l’espace profus de ses traditions et inventions disciplinaires comme dans l’individualité de ses figures professorales et la collégialité de ses pratiques politico-savantes4.  Peu enfin s’étaient plongés dans le détail, c’est-à-dire aussi dans l’abondance, l’austérité sérielle parfois, des archives disponibles. Or seule la fréquentation assidue de celles-ci, au Collège même mais aussi aux Archives nationales, à la BnF ou encore à l’Institut de France, à l’EPHE, à la Sorbonne, peut nourrir l’étude du « nerf » de cette histoire, la politique des chaires dans l’économie locale et globale des disciplines, en regard du paysage scientifique plus vaste, académique ou non, des époques successives.

C’est pourquoi les chercheurs réunis au sein de ce groupe incarnent la variété des appartenances institutionnelles et des approches méthodologiques convoquées, volontairement, dans leur féconde diversité. La bannière PSL, pour importante qu’elle soit, n’épuise certes pas la richesse des regards et « Passage des disciplines », programme créé par Antoine Compagnon avant même la fondation de PSL, ne s’interdit aucune excursion hors du périmètre formel lorsqu’il s’agit de compléter ou de nuancer le paysage décrit : c’est là ce que dit encore l’épithète « globale » de son programme. Les sources propres aux chaires de la Sorbonne, que cette dernière fût concurrente, repoussoir ou bien inspiratrice, partenaire, ne sauraient être négligées dans ce programme au long cours.

Le présent ouvrage en est la première manifestation publiée, comme en témoigne la liste des vingt-et-un contributeurs5, pour la plupart présents le 7 mars. Wolf Feuerhahn a tenu à saluer l’entreprise collective du livre et Christian Topalov a renchéri en louant « l’architecture très construite du livre » issue d’un « véritable atelier de plusieurs chercheurs sur un même corpus spectaculaire, ce qui reste relativement rare. »

Autour d’une devise, la question de l’autodéfinition

« Docet omnia », choisi pour titre de la collection éditoriale, n’est autre que la devise du Collège de France, et l’ouvrage, comme le débat du 7 mars, lui fait nécessairement un sort, lui rend hommage autant qu’il la dissèque et l’interroge. L’enquête proposée dans La politique des chaires se fait donc au prisme d’une histoire plus globale des disciplines, de leurs genèse, longévité, disparition, transformation, y compris celles de leurs intitulés  ̶  leur « étiquetage » est le terme choisi par Wolf Feuerhahn pour décrire le continent des sciences dans ses règnes successifs ou topographies variées. Il s’agit de dégager et d’analyser les choix de politique scientifique à l’œuvre dans l’implantation ̶ ou l’absence, tout aussi parlante, ou bien encore l’émergence sous forme de projet sans lendemain ̶ de telle discipline au Collège de France sous l’entité propre de la chaire et selon un intitulé souvent débattu au sein de l’Assemblée collégiale des Professeurs. Cette dernière est en effet l’organe de délibération et de décision, en la matière comme en toute autre ; il convient toutefois de signaler dès à présent, avec Wolf Feuerhahn et Rafael Mandressi (le directeur du Centre Koyré), que plusieurs des termes employés dans le discours institutionnel quoiqu’ils se maintiennent relativement sur la longue durée, ne revêtent évidemment pas la même réalité à chacune des époques (que l’on songe seulement aux « lecteurs royaux » du « Collège royal » devenus « professeurs » du « Collège de France », ou des « leçons d’ouverture » devenues « leçons inaugurales » pour ne citer que les plus fameux). Il en va de même des intitulés de chaires qui, comme l’indique le Professeur Antoine Compagnon dès la préface de l’ouvrage, peuvent même n’avoir plus aucune relation avec le contenu réel des enseignements.

Wolf Feuerhahn a donné une claire synthèse des attendus méthodologiques et des principaux apports de l’ouvrage – nous résumons ci-après, avec son accord, une grande part de ses propres termes.

Explorer « l’aventure des mots », dans le sillage de l’École de Chicago

Loin du nominalisme, il s’agit de suivre l’apparition des intitulés de chaires, leur évolution, leur « re-sémantisation » le cas échéant, en partant de l’observation des usages et vocabulaires des acteurs. Sont analysés les effets, laudatifs ou stigmatisants, du « labelling », les phénomènes d’exclusion ou de remembrement, en gardant à l’esprit la performativité des discours, a fortiori dans un monde – le monde savant – où l’on parle et écrit beaucoup.

Le Collège de France se définit lui-même comme garant, depuis sa fondation en 1530, de l’avant-garde de la science face à une Sorbonne sclérosée6 ainsi que de l’autonomie de cette science. Or c’est principalement par les  « chaires » et l’explicitation de leurs « intitulés » que l’institution diffuse cette autodéfinition : le Collège échappe en effet à la reproduction et à la limitation des étiquetages disciplinaires puisqu’il crée lui-même ses labels de chaires et peut les transformer. Le premier chapitre du présent ouvrage,  « L’Atelier des intitulés », fait écho au titre d’un colloque tenu les 27 et 28 novembre 2014 au Collège de France, « Dans l’atelier des intitulés. À propos de la singularité du Collège de France »7; il s’interroge sur les mécanismes politiques, scientifiques, culturels, institutionnels et philosophiques qui ont présidé à ces opérations successives de « labelling ».

« Docet omnia » ou « nova docet » ?

Wolf Feuerhahn insiste alors sur deux éléments phares de cette autodéfinition : la devise « Docet omnia » et la célèbre formule d’Ernest Renan, née au début des années 1860 et citée jusqu’à nos jours, sur le site Internet du Collège notamment, pour définir la mission principale de l’institution : « [enseigner] la science en voie de se faire »8. Alors que le processus de transformation des chaires débute véritablement à la fin du XVIIIe siècle, ce n’est ensuite qu’à partir de l’ère Renan que s’exprime et s’explicite l’autodéfinition.

Ici, il convient de rappeler la thèse, déjà développée par Christophe Charle selon laquelle la pratique du changement des intitulés résulte en fait d’une contrainte imposée par la Sorbonne à partir de 1770 ; l’Université de Paris accepte alors de laisser toute sa place au Collège royal si et seulement si ce dernier accepte de changer les intitulés de ses chaires pour ne pas faire lui faire de l’ombre9. [Ndlr : notons que le programme « Passage des disciplines » sera sans doute conduit, après une mobilisation inédite de toutes les sources d’archives disponibles et identifiées, à nuancer cette thèse en rappelant la dimension créative – on dirait aujourd’hui « innovante » – non négligeable au cœur même de l’institution et dans la réalité des pratiques disciplinaires, indépendamment du discours institutionnel. C’est là un des défis de cette recherche au long cours que de faire la part du discours d’autodéfinition, qu’il soit rétrospectif ou prospectif et performatif, et de la puissance créatrice à l’œuvre dans « l’atelier », ou même, pourrait-on dire, dans la forge des disciplines et de leurs intitulés. Dans le même ordre d’idée, le fait avéré que la puissance publique, par lettre du ministre de l’Instruction publique à l’Administrateur Émile Levasseur en 1908, ait recommandé à l’institution de valoriser particulièrement la formule de Renan (« la science en train de se faire ») ne saurait réduire cette formule à la version dévitalisée d’une autodéfinition sous contrôle étatique. À quel point les acteurs, en l’occurrence les professeurs de l’assemblée collégiale, ont-ils successivement, avec et après Renan, fait leur cette formule, dans leurs pratiques individuelles de recherche et de leurs réflexions collectives sur l’institution ?  Dans leur manière de vivre l’engagement au renouvellement des cours chaque année, par exemple, en écho au déploiement de leurs recherches nouvelles ? C’est là ce qui est difficile à percevoir et à restituer10.]

Avec le XXe siècle, le Collège se transforme et acquiert un capital symbolique encore plus fort tandis que les effectifs universitaires croissent de manière exponentielle. En 1951, alors que Lucien Febvre – il compte parmi ceux que Wolf Feuerhahn désigne comme « les grands électeurs » du Collège, ceux qui ont un rôle et un poids notables au sein de l’Assemblée des professeurs et dans les élections de chaires – intervient en assemblée au propos de la chaire d’« Histoire de la pensée scientifique », il suggère de préférer à « Docet omnia » la devise « Nova docet », proposant que le Collège n’enseigne « que ce qui ne s’enseigne point ailleurs »11.

De « l’atelier des intitulés » à la « tectonique des savoirs »

Wolf Feuerhahn insiste alors sur les choix méthodologiques appliqués au corpus d’archives que constituent ces rapports et les procès-verbaux des assemblées (cotes 4 AP des archives du Collège de France, en cours de numérisation en texte intégral et interrogeable sur la Bibliothèque numérique Salamandre) auxquels il convient d’ajouter les registres de délibération (cotes 2 AP), les dossiers de chaires (cotes 14 CdF) et les dossiers administratifs de professeurs (cotes 16 CdF).

Ndlr : Il convient de noter ici que le travail du programme « Passage des disciplines » a permis de financer, grâce au soutien du CNRS et de PSL, plusieurs beaux chantiers archivistiques pour le signalement et la numérisation de fonds sériels tels que celui des rapports de présentation ou celui des affiches de cours, par exemple. L’équipe des archives du Collège de France, sous la conduite de Claire Guttinger, a ainsi œuvré en étroite collaboration avec les vacataires recrutées dans le cadre du programme et poursuit cette coopération, notamment par des investigations complémentaires dans les gisements des Archives nationales à la série F 17, investigations entreprises par Lucile Peycéré à l’automne 2017. Les membres de cette équipe, affectés à la Bibliothèque patrimoniale du Collège sous la direction d’Anne Chatellier, conservateur général, sont d’ailleurs périodiquement conviés aux sessions du programme « Passage des disciplines » et amenés à y exposer, le cas échéant, les résultats de leurs propres travaux. Citons en particulier l’intervention de Christophe Labaune qui a réalisé l’inventaire détaillé du fonds Marcel Mauss entre 2015 et 2017 – voir son billet sur le présent carnet : « Deux ans en compagnie de Mauss : rétrospective d’une exploration archivistique ».

« Tableau historique du College Royal de France, depuis sa fondation en 1530, jusqu’à la présente année 1758 ». Archives du Collège de France, 2 CDF 2

 

Le premier de ces choix méthodologiques a consisté à partir de la lettre exacte des intitulés en s’efforçant de ne jamais extrapoler à partir des usages et vocabulaires des acteurs.  Une telle approche des archives de l’institution a mis en évidence une « tectonique des savoirs » selon la formule introduite par Wolf Feuerhahn en page 20 de l’ouvrage. Les entrechoquements avec les pratiques d’autres institutions, y compris étrangères et en particulier allemandes, sont analysés comme faisant partie de cet « atelier des intitulés » du Collège de France.

Implicitement, développe Wolf Feuerhahn, il y a un débat sur les hommes (les femmes, à partir de Jacqueline de Romilly en 1973 et dans une bien moindre mesure) derrière le débat sur les chaires et leurs intitulés.

De cet atelier des intitulés de chaires peut-on dégager une véritable politique de l’institution Collège de France ?

Quelques dynamiques à l’œuvre dans la fabrique des intitulés

Sans entrer dans le détail des corpus explorés autour de chaires ou de groupes de chaires particuliers, ce que propose le travail collectif de l’ouvrage, Wolf Feuerhahn dégage deux grands axes dans la fabrique des intitulés :

  • tenir compte de facteurs politiques plus généraux, par exemple dans la manière d’atténuer la dimension colonialiste en créant une chaire de « Sociologie et sociographie musulmane » pour Alfred Le Châtelier en 1902 ;
  • considérer les chaires comme focales de l’affirmation institutionnelle.

Renisio, Yann. « Le crédit des chaires », extrait de Feuerhahn, Wolf (dir.). « La politique des chaires au Collège de France », Collège de France/Les Belles Lettres, 2017, p. 232-233

 

Il y a des dynamiques d’assemblée qui font émerger des intitulés ; elles sont variables certes mais on peut repérer quelques continuités, notamment autour du terme « civilisation » ou encore autour du « comparatisme ».

À partir de la fin du XIXe siècle, le poids croissant des sciences se traduit dans l’économie générale des chaires et cela non seulement dans les intitulés de chaires scientifiques mais aussi dans ceux des sciences humaines qui s’orientent progressivement vers une affirmation croissante de « scientificité » : le comparatisme et non seulement la description, la structure, les invariants, la profondeur (cette dernière particulièrement réclamée par Claude Lévi-Strauss, Jean-Pierre Vernant ou encore par Françoise Héritier).  Le lien entre sciences du vivant et sciences humaines et sociales se voit en outre valorisé par la relation privilégiée du Collège avec les éditions Odile Jacob (la fille de François Jacob, un autre « grand électeur » de l’assemblée).

Principaux éléments de la discussion

Christian Topalov a salué l’architecture de l’ouvrage, un livre très construit et d’une grande rigueur au profit d’une véritable ethnographie des pratiques institutionnelles, avec une mention particulière pour les chapitres consacrés aux chaires coloniales et au comparatisme, à la psychologie et à sa manière d’avancer masquée ou, au contraire, de servir à masquer d’autres disciplines, telle l’histoire de l’art de René Huygues, par exemple.

« À force d’y croire, on finit par le faire » : telle est la formule employée par Christian Topalov pour commenter le caractère performatif de la formule de Renan au cours du XXe siècle et même jusqu’à nos jours, avant de synthétiser quelques points saillants : les formes de népotisme, direct ou spirituel, le phénomène de « laboratorisation » des sciences au XXe siècle, les « moments » scientifiques confinant à des modes, ainsi autour de la notion de « civilisation » ou encore avec le couplage de la linguistique et de la philologie.

Emanuel Bertrand, pour sa part, complimente les auteurs d’un ouvrage qui relève un véritable défi, celui d’une entreprise collective qui ne se contente pas de juxtaposer des chapitres mais parvient à les faire dialoguer. La cohérence du propos repose sur un corpus commun, riche et sériel, d’où émergent trois grands axes : le renouvellement constant des savoirs enseignés par le Collège de France, l’autodéfinition comme caractéristique de l’autonomie institutionnelle, l’originalité et la rupture avec l’Université de Paris. Le Collège se dit et se vit en concurrence, voire en conflit, avec la Sorbonne (avec l’Université allemande, avec les ministères de « tutelle », etc.) mais comment la Sorbonne se situe-t-elle, de son côté, par rapport au Collège de France ? Comment interroger plus avant l’articulation entre le choix des intitulés de chaires et le choix des hommes ? Ici, il serait utile de comparer avec ce qui se pratique à l’École pratique des hautes études puis à l’École des hautes études en sciences sociales, issue de la VIe section de l’EPHE. Enfin, peut-on réellement parler de « politique de chaires » ? Ne conviendrait-il pas de parler plutôt de « pratique » ou même d’une « autogestion » des chaires ?

Rafael Mandressi, quant à lui, rappelle qu’on ne peut, sur la longue durée de l’histoire du Collège, de 1530 à nos jours, employer sans précaution les termes génériques « Université de Paris », « Sorbonne » et même « Collège », comme si ces dénominations ne recouvraient pas des réalités mouvantes tout au long de la période. Il pose en outre la question cruciale : comment se construit le prestige d’une institution ?

Ainsi la présentation, comme la discussion, a-t-elle ouvert de nouvelles pistes de recherche pour le groupe « Passage des disciplines ». À l’horizon 2019-2020, d’autres ouvrages ont vocation à faire connaître les recherches et les analyses réalisées au sein du programme, en particulier au sujet des règlements et statuts successifs du Collège de France, mais aussi autour de grandes figures dont l’absence au sein de l’Assemblée des professeurs peut étonner à juste titre (Freud12, Einstein13, pour ne citer que les plus fameux). C’est là un gage que, grâce à la richesse des regards que ce programme fait coopérer, la circonstance jubilaire de 2030 – les cinq-cents ans du Collège – pourra fonder ses commémorations sur un travail de fond et de fonds comme il n’en a encore jamais été réalisé à cette échelle. Ainsi les célébrations manifesteront-elles, en outre, l’immersion du Collège de France, tout singulier qu’il soit, dans le paysage global des institutions savantes et de leurs pratiques.

Pour citer cet article : Laure Léveillé, "« Qu’est-ce qu’une politique de chaires ? » – retour sur un débat présenté par l’historien des sciences Wolf Feuerhahn dans le cadre des « Débats du CAK, saison 9 », le 7 mars 2018 au Centre Alexandre Koyré," in Colligere, 23/05/2018, https://archibibscdf.hypotheses.org/956. Consulté le 13/12/2018.

 

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Wolf Feuerhahn est en outre co-directeur de la Revue d’histoire des sciences humaines (RHSH). Sa recherche porte principalement sur l’histoire transnationale de l’organisation, du partage et de l’étiquetage des savoirs en Europe du XVIIIe au XXIe siècle. []
  2. L’intitulé complet de cette chaire est « Littérature française moderne et contemporaine : histoire, critique, théorie. » []
  3. Voir le détail de ces entreprises depuis celle de Guillaume Duval en 1644, en passant par celles d’Abel Lefranc et Maurice Croiset sous la Troisième République jusqu’à la création du Comité pour l’histoire du Collège de France, en 1993, sous la présidence de Marc Fumaroli. []
  4. Citons ici une précédente entreprise éditoriale dirigée par André Tuilier, sous le titre Histoire du Collège de France, chez Fayard, dont seul le tome 1 est paru, en 2006. []
  5. En pages 535-541 de l’ouvrage. []
  6. Ce face à face, de part et d’autre de la rue Saint-Jacques dans sa dimension topographique aussi, a été amplement décrit et nuancé ; Wolf Feuerhahn rappelle notamment que les titulaires de la chaire de Médecine au Collège de France officiaient souvent à la Sorbonne également et se transmettaient les chaires de père en fils ou d’oncle en neveu, un peu à la manière de charges notariales. []
  7. Colloque organisé par le programme « Passage des disciplines » sous la direction d’Antoine Compagnon avec la collaboration de Céline Surprenant, avec le soutien du Centre Alexandre Koyré (UMR 8560), de l’Institut d’Histoire moderne et contemporaine (UMR 8066) et du laboratoire « Anthropologie et histoire des mondes antiques » (Anhima – UMR 8210), comme l’explicite la note 6 du chapitre rédigé par Wolf Feuerhahn, p. 17. []
  8. La formule devenue plus usuelle de nos jours est « la recherche en train de se faire ». []
  9. Voir p. 91 et sqq. où est mentionnée une des sources à l’appui : le manuscrit MS 964 « Université contre C[ollège] royal » conservé à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Abel Lefranc fait également mention de pièces d’archives relatives à cette affaire à la page 258 de son livre Histoire du Collège de France depuis ses origines jusqu’à la fin du Premier Empire, Paris, Librairie Hachette, 1893, 432 p.  (il mentionne en note des pièces conservées à la bibliothèque Mazarine Ms 3310, « «pièces 4, 19, 20, 26 etc. »). []
  10. Etienne Jules Marey s’approprie la formule de Renan et en fait mention dans un rapport de présentation des titres et travaux de Manouvrier en 1903, chaire d’Histoire des sciences. Il écrit : « Renan caractérisait fort bien la fonction du Collège en disant  qu’elle consiste à enseigner la science en voie de se faire ». []
  11. Voir pp. 18-19, la citation de Febvre extraite du « Rapport (…) sur la création d’une chaire d’histoire de la pensée scientifique », à l’Assemblée des professeurs du 11 mars 1951 (cote 4 AP 542), pp. 3-4. []
  12. Un colloque s’est tenu en juin 2016 sous le titre « Freud au Collège de France » : https://www.college-de-france.fr/site/antoine-compagnon/p2093006875800059_content.htm []
  13. Un autre colloque se tiendra les 11 et 12 juin 2018 sous le titre « Einstein au Collège de France » : https://www.college-de-france.fr/site/antoine-compagnon/symposium-2017-2018__1.htm []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.