Dessiner les bibliothèques. Entretien avec Christelle Tea

En septembre 2020, nous avons été contactés par Christelle Tea, une jeune artiste qui venait de débuter une série de dessins consacrée aux bibliothèques. Elle souhaitait visiter celles du Collège de France dans l’idée d’en intégrer une à cette série. Envoyée vers nous par la directrice de la bibliothèque et des archives du Sénat, Claire-Emmanuelle Longuet, Christelle avait au préalable installé sa planche à dessin dans la salle Labrouste de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), à la bibliothèque Thiers de l‘Institut, à la bibliothèque de l’Arsenal et aux Beaux-Arts de Paris. Il était très tentant pour le Collège de France de rejoindre ce projet, d’autant que la rénovation de l’Institut des civilisations touchant à son terme, plusieurs salles de lecture étaient désormais réaménagées et assez spectaculaires.

Christelle Tea a d’abord choisi la bibliothèque Claude Lévi-Strauss comme sujet de sa série, fascinée par l’architecture en fer dont cet espace est un bel exemple, ainsi que par la rénovation effectuée par l’architecte Jacques Moussafir. Elle dit avoir eu le sentiment d’être totalement absorbée par la voûte en métal de la salle de lecture.

Bibliothèque Claude Lévi-Strauss, Collège de France, Paris, 22.X.2020. 
Encre de Chine sur papier. Dimensions : 50 x 65 cm.

Puis, quelques mois après, une fois le deuxième confinement terminé, Christelle est revenue nous voir afin de dessiner la salle de lecture du Pôle Mondes Asiatiques, en privilégiant la représentation des ouvrages à reliure chinoise qui avaient retenu son attention par leur format, leur étui en tissu et leur titre en caractères chinois, qui ressemblent à des dessins pour qui ne les déchiffre pas : c’était pour elle comme une invitation au voyage.

Bibliothèque d’études chinoises, Collège de France, Paris. 
Encre de Chine sur papier.

En la voyant à l’œuvre, l’envie nous est venue d’en savoir davantage sur son travail et son parcours : Christelle a accepté de se prêter au jeu des questions-réponses.

– Quelle est votre formation ? Depuis quand dessinez-vous, Christelle ?

Depuis toujours, car mes parents tiennent un restaurant et une fois que j’avais fini mes devoirs, ma mère me donnait son stylo-bille et du papier pour m’occuper si bien que je dessinais beaucoup et que j’ai continué ensuite.

– Quand avez-vous pensé en faire un métier ?

C’est venu au hasard des rencontres ; je viens d’un milieu où on ne va pas au musée, et c’est par l’intermédiaire d’une professeure d’arts plastiques au collège que j’ai découvert cet univers et appris qu’on pouvait en faire un métier. Mais je n’y pensais pas pour moi jusqu’en terminale scientifique. Ce professeur qui, cette année-là, m’a parlé des Beaux-Arts et des filières artistiques. De fil en aiguille, je me suis décidée à présenter les concours d’écoles d’art et de graphisme tout en préparant mon bac S et j’ai ainsi été admise à l’école Olivier de Serres, en MANAA (mise à niveau artistique). A la fin de ma scolarité dans cette école, j’ai constaté que la publicité et la typographie, qui étaient les principaux débouchés proposés, ne me tentaient pas et je pensais passer le concours de l’Ecole nationale des Arts Décoratifs de Paris quand un professeur m’a incitée à présenter le concours des Beaux-Arts de Paris, que j’ai réussi en 2010. Et je suis titulaire du diplôme national supérieur des arts plastiques (DNSAP) des Beaux-Arts de Paris, que j’ai obtenu avec les félicitations à l’unanimité en 2015.

– Les professeurs ont donc joué un grand rôle dans votre orientation ?

Oui, j’ai fait de belles rencontres !

– Qu’est-ce qui vous a plu aux Beaux-Arts ? On dit que c’est un lieu un peu élitiste, est-ce votre ressenti ?

J’ai aimé la liberté qui est laissée aux élèves, les rencontres qu’on peut y faire puisque les première et cinquième années sont mélangées en atelier, j’ai aimé la variété des cours et puis le cadre : je suis tombée sous le charme de ce lieu ! Oui, l’ambiance est élitiste, certains essaient de vous décourager, on vous parle de 5% de réussite seulement en première année, mais on apprend aussi l’autonomie et on va de découverte en découverte.

La première année, il n’existe pas d’ateliers de dessin et j’ai suivi les cours d’atelier de Patrick Tosani, puis j’ai créé mes photomontages autoportraits. Par contre, nous avons aussi des cours de dessins dès la première année, et c’est resté une de mes matières préférées.

 

– Qu’est-ce que vous aimez dans le dessin, Christelle ?

Le fait qu’il suffise de partir d’une feuille blanche pour faire surgir ce qu’on veut représenter, qu’il ne faille pas beaucoup de matériel.

Je dessine en noir et blanc, sans ébauche ni repentir (quand le résultat ne me plaît pas, je détruis et recommence) et plus un sujet fourmille de détails, plus j’aime y travailler. Je représente tout ce que je vois en partant d’un élément central (par exemple à la bibliothèque Lévi-Strauss, je suis partie des supports de lustre métalliques, qui descendent de la voûte et rythment l‘espace).

J’ai également dessiné des portraits, alors que j’étais encore aux Beaux-Arts, et je continue, mais je réalise aussi des séries sur des sujets variés dont les bibliothèques sont un exemple. J’avais durant mes études dessiné quelques bibliothèques, comme celle de l’Arsenal par exemple, et j’ai eu, après le confinement, envie d’y revenir. Mais j’ai également à mon actif une série consacrée aux blocs opératoires, une autre aux Bains de Budapest. Le plus difficile pour débuter une série, c’est de nouer les premiers contacts, d’obtenir des autorisations de dessins, ensuite, le bouche-à-oreilles permet aussi d’accéder à d’autres lieux.

– Avec quoi dessinez-vous ?

J’utilise du papier Canson C grains 224g lisse, car c’est à mon avis le plus adapté à la plume de mon rapidograph, que je remplis d’encre de Chine. Le rapidograph est un stylo technique très utilisé par les architectes, dont j’ai fait mon outil de dessin.

Cour des mûriers aux Beaux-arts © Jean-Baptiste Monteil
Le rapidograph Staedtler®, utilisé par Christelle Tea
Christelle Tea à l’œuvre à la bibliothèque Claude Lévi-Strauss.

–  Vous ne dessinez jamais en couleur ?

Je l’ai fait pour les Bains de Budapest et puis pendant le premier confinement : j’avais décidé de réaliser deux dessins par jour, sur la table de ma cuisine puisque dessiner à l’extérieur était interdit ; je me suis focalisée sur ce que je mangeais (ananas, champignon, etc.). J’ai donc 118 dessins du confinement, que j’ai décidé d’auto-éditer et de proposer à ma liste de contacts.

Homard, 15.V.2020, I, extrait de « Christelle Tea, 58 jours » (en vente à la librairie L’Écume des Pages à Paris)
Encre de Chine et aquarelle sur papier, 26 x 36 cm.

– Avec vous, on a l’impression que tout est simple, Christelle, alors qu’il est rare de vivre de son art, comme vous le faites à seulement 32 ans.

En fait je prends les choses comme elles viennent, je me lance et lorsque cela marche, ensuite, tout s’enchaîne. Par exemple aux Beaux-Arts, on voit passer des annonces de concours, des propositions de résidences d’artistes et j’ai commencé à candidater.

En parallèle, j’ai eu envie de faire des portraits de professeurs, d’élèves, d’amis, de proches, etc., qui les ont montrés à leurs proches, de sorte que je suis depuis régulièrement sollicitée pour en dessiner et me suis construit une clientèle. J’aime réaliser des portraits même si c’est difficile de rendre ce que l’on voit, d’être au plus proche de la ressemblance, d’autant qu’en observant un visage pendant des heures, on ne le voit plus de la même manière. L’autre est le miroir de soi. Mais je ne souhaite pas flatter ni embellir la personne, je veux simplement dessiner ce que je vois et camper mon sujet dans son environnement de vie ou de travail. Quand la personne est d’accord, je discute avec elle pour mieux la connaître mais si elle souhaite le silence, je le respecte totalement.

J’ai obtenu en 2015 le prix du portrait Bertrand de Demandolx-Dedons, un des cinq prix décernés chaque année depuis 2008 par l’association des amis des Beaux-Arts de Paris et par un mécène. Cela m’a permis d’exposer mes travaux à la Fondation Brownstone, rue Saint-Gilles à Paris. Toujours pour mes portraits, j’ai obtenu en 2017 la mention spéciale du Prix de dessin David-Weill de l’Académie des Beaux-Arts et j’ai exposé quai de Conti, à l’Institut de France, trois des cinq portraits que j’avais proposés.

Je n’ai pas de galerie attitrée car je veux rester libre.

Portraits de la famille de Marc Blondeau, 19.VIII.2019, Espagne.
Encre de Chine sur papier, 65 x 50 cm.

Pour en revenir aux concours, j’ai répondu à beaucoup d’entre eux, j’ai été lauréate de certains et j’ai pu ainsi exposer assez vite, ce qui m’a permis d’étoffer mon CV et d’être éligible à d’autres concours ainsi qu’à des résidences d’artistes.

Ma première résidence d’artiste, c’était au musée national Jean-Jacques Henner et elle a débouché sur une exposition. La seconde était à Budapest, grâce à l’Institut français, la Mairie de Paris et la Budapest Galeria et j’ai choisi d’y dessiner les Bains : c’est une institution là-bas, c’est même pris en charge par le système de santé et suivant les heures de la journée, le public n’est pas le même ; le matin viennent les habitués, des Hongrois de tous âges et parmi eux des hommes d’affaires de Budapest, car on y vient pour y parler business, le midi, ce sont les touristes qui occupent les bassins et le soir, les amoureux. C’est une série que j’ai beaucoup aimé réaliser.

 – Comment se passe un concours ?

Cela dépend, il y a plusieurs possibilités, parfois on vous demande, sur un thème précis, un porte-folio qui rassemble des dessins et des textes. Vous disposez d’un temps assez court pour préparer et envoyer votre dossier, en parallèle avec le travail que vous menez pour les ateliers à l’Ecole, ensuite vous attendez les résultats.

Il y a des concours pour lesquels l’École des beaux-Arts est dans le jury avec un partenaire extérieur comme Nespresso par exemple : dans ce cas précis, il s’agit pour les candidats de réaliser une nature morte en y associant des éléments de la marque et mon photomontage a obtenu le prix.

Coque et Capsules, œuvre photographique, 2014. © Christelle Tea

Il y a d’autres concours, prix ou bourses qui sont mécénés (par exemple ceux des amis des Beaux-arts, par Agnès B., David-Weill, etc.).

Je préfère les concours extérieurs à l’école, plus ouverts à mon sens.  

– Quels sont vos projets en cours ?

J’en ai deux principaux : la série sur les bibliothèques et celle que je réalise au Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris. Ce deuxième projet est devenu l’an passé une résidence d’artiste, consacrée aux coulisses du Muséum et va déboucher éventuellement d’ici deux ou trois ans sur une exposition et un ouvrage imprimé. Je travaille dans le hangar du département de la taxidermie, où sont restaurés les plus gros animaux : c’est un lieu spectaculaire.

Hangar Taxidermie réserve du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, 15.I.2019.
Technique : encre de Chine sur papier, 50 x 65 cm.

Mais je travaille aussi sur un livre de cuisine asiatique dans lequel j’illustre les recettes de ma mère. Et puis j’ai commencé à créer un agenda à partir des dessins que j’ai faits durant le second confinement, consacrés à des objets du quotidien que j’ai dessinés en couleur.

Petit-déjeuner, 6.IV.2020.
Technique : encre de Chine et aquarelle sur papier, 26 x 36 cm.

Et puis j’expose et vends à l’orangerie de la propriété Caillebotte, à Yerres, les dessins que j’ai réalisés là-bas sur les jardins, le potager, la volière, le lac, les espaces intérieurs de ce magnifique endroit ; j’ai également dessiné deux lieux peints par Caillebotte, rue de Moscou et Place de l’Europe ; du fait des conditions sanitaires, c’est prolongé jusqu’au 9 mai 2021 : le musée espère rouvrir le 16 avril prochain (http://www.proprietecaillebotte.fr/expositions/christelle-tea-449.html).

– Et qu’aimeriez-vous encore dessiner ?

New-York et Londres, mais aussi le Japon. Et puis l’Opéra de Paris, pour représenter les coulisses et les musiciens, car j’ai étudié aussi la musique et hésité un temps entre une carrière de chanteuse et une carrière de dessinatrice.

 

Pour citer cet article : Anne Chatellier, Christelle Tea, "Dessiner les bibliothèques. Entretien avec Christelle Tea," in Colligere, 12/04/2021, https://archibibscdf.hypotheses.org/9464. Consulté le 14/05/2021.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search