Les bustes de la Cour Budé

La fin du XIXe siècle est marquée en France par une véritable statuomanie qui envahit l’espace public. Le Collège de France participe de ce mouvement, en mettant en place en 1888 une commission chargée de dresser une liste des professeurs susceptibles de voir leur buste en bronze trôner dans une cour de l’aile Letarouilly. Toutefois, il ne s’agit pas de suivre un effet de mode : en 1882, l’assemblée des professeurs signale que les niches destinées à accueillir les bustes sont vides « depuis plus de trente ans »1, alors qu’une statue de Guillaume Budé, premier protecteur de l’institution, vient d’être érigée au milieu de la cour. Ce sont finalement six noms qui sont retenus2, et que nous vous présentons ici.

Travaux de la cour Letarouilly site Berthelot.

Oronce FINÉ (1494-1555). Chaire de mathématiques (1530-1555)

Oronce Finé, nommé sur une chaire de Mathématiques dès 1530, est un savant aux multiples facettes : féru d’astronomie, de géographie et de mathématiques, il a également été artisan horloger et créateur hors pair d’instruments d’astronomie dont certains sont toujours conservés. Par ses écrits et ses enseignements, il contribue à dégager les mathématiques de l’étude des textes antiques et à en faire une discipline à part entière. Il est par ailleurs le premier auteur d’une carte intégrale de la France, dressée et éditée sur le territoire, ainsi que d’une célèbre mappemonde en forme de cœur.

Buste réalisé à partir d’un de ses ouvrages conservés à la bibliothèque nationale. Installé en 1888.

Pierre de la RAMÉE (1512-1572), dit aussi Petrus Ramus. Chaire de mathématiques et philosophie grecque et latine (1551-1572)

Mathématicien et philosophe, Pierre de la Ramée est issu d’un milieu très modeste. Il est un des humanistes les plus brillants du XVIe siècle, érudit dans de nombreux domaines. Il n’hésite pas à attaquer frontalement l’Université pour son enseignement rigide qu’il souhaite rénover, allant jusqu’à débattre devant le roi de ses thèses à contre-courant de la pensée dominante. Il est nommé professeur au Collège de France en 1551 et doyen des professeurs (l’équivalent de la charge actuelle d’administrateur) à partir de 1565. Protestant, il est assassiné lors des massacres de la Saint-Barthélemy, le 26 août 1572. Par testament, il avait instauré une rente pour créer une chaire de Mathématiques, mise au concours tous les trois ans. Cette chaire se perpétue jusqu’à la Révolution.

Buste réalisé à partir d’un portrait de la collection Boissard. Installé en 1888.

Pierre DANÈS (1497-1577). Chaire de grec (1530-1535)

Pierre Danès est un des deux premiers professeurs de grec nommé par François Ier en 1530. Ses cours ont connu un grand succès et attiré de grands humanistes, tel Jacques Amyot, et de futurs professeurs du Collège de France (Jean Cinq-Arbres, Jean Dorat). Ses fonctions ecclésiastiques le familiarisent avec les textes bibliques et l’amènent à être ambassadeur de François Ier au Concile de Trente, le grand concile de la réforme catholique, qui débute en 1545 et s’achève en 1562.

Buste réalisé à partir du portrait conservé par le Collège de France et qui était accroché en salle d’assemblée. Installé en 1888.

François VATABLE (vers 1493-1547). Chaire d’hébreu (1530-1547)

François Vatable est nommé professeur d’Hébreu dès 1530. Il est alors un des principaux rénovateurs du commentaire de la Bible. Sa connaissance de l’hébreu lui permet de confronter les textes écrits dans cette langue à leur traduction en latin. Il combine pour cela les approches philologique et grammaticale. Les notes prises à son cours furent publiées par l’imprimeur Robert Estienne et furent condamnées par la faculté de Théologie de Paris en raison de leur caractère novateur.

Buste installé en 1888.

Adrien TURNÈBE (1512-1565). Chaire de grec (1547-1561) puis de philosophie grecque et latine (1561-1565)

Adrien Turnèbe est né dans une famille de la noblesse écossaise installée en France. Il fit très jeune des études à Paris et se distingua par sa maîtrise du grec, qui le fit nommer professeur au Collège de France en 1547 puis imprimeur du roi pour les livres grecs en 1551. Son érudition et son amabilité furent louées par les humanistes et poètes, Ronsard lui dédiant certains de ses poèmes. Michel de Montaigne, que l’on suppose avoir été un de ses élèves, en fait l’éloge dans ses Essais, le présentant comme le parfait contre-exemple du pédantisme.

Buste installé en 1888.

Pierre GASSENDI (1592-1655). Chaire de mathématiques (1643-1655)

Mathématicien et astronome, Pierre Gassendi est un des acteurs de la révolution des sciences du XVIIe siècle. Suite à ses observations astronomiques, notamment d’éclipses, il adhère aux théories de Galilée qu’il contribue à diffuser en France, de même que les travaux de Tycho Brahe et Nicolas Copernic. Il est nommé professeur de mathématiques au Collège de France en 1643.

Buste réalisé à partir d’un portrait gravé par Claude Mellan. Installé en 1888.

Pour citer cet article : Christophe Labaune, "Les bustes de la Cour Budé," in Colligere, 29/03/2021, https://archibibscdf.hypotheses.org/9420. Consulté le 30/07/2021.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Assemblée du 19 novembre 1882, https://salamandre.college-de-france.fr/archives-en-ligne/ark:/72507/r18804zwj5b0dk/f3?context=ead::FR075CDF_000AP0002_de-621 []
  2. Assemblée du 25 novembre 1888, https://salamandre.college-de-france.fr/archives-en-ligne/ark:/72507/r18839zkl59xnk/f1?context=ead::FR075CDF_000AP0002_de-654 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Uvaldo Bautista Martinez dit :

    Excelente informacion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search