Dans les coulisses d’un déménagement : la bibliothèque d’assyriologie et d’études ouest-sémitiques

Du site Marcelin-Berthelot au site Cardinal-Lemoine (décembre 2019-automne 2020)

La bibliothèque d’assyriologie et d’études ouest-sémitiques fait partie du pôle Proche-Orient ancien de l’Institut des civilisations, qui regroupe également les chaires Civilisation mésopotamienne (Pr. Dominique Charpin), Milieux bibliques (Pr. Thomas Römer), l’UMR 7192 Proche-Orient, Caucase, Langues, Archéologie, Cultures (PROCLAC), ainsi que la bibliothèque d’égyptologie et les chercheurs associés à la chaire Civilisation pharaonique : Archéologie, Philologie, Histoire (Pr. Nicolas Grimal de 2000 à 2020).

Elle est née de la fusion récente de deux bibliothèques, afin d’offrir un ensemble documentaire cohérent et homogène propice aux recherches sur le Proche-Orient ancien au sens large, et rassemble donc les fonds de la bibliothèque de l’Institut d’études sémitiques qui date de 19301 et de la bibliothèque d’assyriologie créée en 1936 par Charles Fossey2.

Sous la direction de Loraine Marcheix et en collaboration étroite avec les professeurs et équipes de recherche concernés, dont ces fonds documentaires demeurent l’outil de travail quotidien, la fusion des deux fonds a débuté en amont du ré-emménagement dans les locaux rénovés de l’Institut des civilisations, 52 rue du Cardinal Lemoine, dont elle constituait l’un des principaux défis.

C’est ce travail minutieux et complexe que l’on souhaite retracer ici tout en en montrant les enjeux, afin de faire découvrir les coulisses d’un déménagement et d’en expliquer toutes les implications. Levons donc le voile sur le travail accompli durant plus d’une année par nos collègues d’assyriologie et d’études ouest-sémitiques.

Anne Chatellier, directrice des réseaux et partenariats documentaires du Collège de France

De l’hiver 2019 au printemps 2020, le travail de l’ensemble de l’équipe de la bibliothèque d’assyriologie et d’études ouest-sémitiques a été dédié à la préparation du déménagement de ses collections3. Déménager la bibliothèque a signifié préparer le déplacement des fonds, assuré par une entreprise de déménagement prestataire, mais aussi imaginer et concevoir la mise en place des collections dans la nouvelle salle de lecture. Toutefois, avant d’aborder le déroulement des opérations de déménagement, il nous faut faire le point sur un chantier engagé de longue date : la recotation des collections de la bibliothèque.

La recotation des fonds

Le chantier de recotation des collections de la bibliothèque, amorcé dès 2015, répond à la nécessité de fusionner les collections provenant de deux bibliothèques différentes (assyriologie et études ouest-sémitiques). Il fait partie intégrante des opérations de déménagement, dans la mesure où il vise notamment à clarifier le système de cotes pour les lecteurs. L’attribution d’une cote à chaque ouvrage permet en effet de le localiser. Dans la nouvelle salle de lecture, les lecteurs et lectrices seront amené.e.s à prélever eux/elles-mêmes les documents, selon l’usage du libre-accès en vigueur avant le départ de la bibliothèque du site Cardinal-Lemoine4. L’ouverture de la nouvelle salle de lecture marquera également la fusion effective des deux bibliothèques et la réunion des deux salles de lecture en une.

La nouvelle cotation rompt partiellement avec le classement antérieur, qui était essentiellement organisé de façon thématique, s’agissant du fonds des études ouest-sémitiques. Elle emprunte son classement par type de document à  la bibliothèque de l’Oriental Institute de Chicago , comparable de par sa taille et sa spécialisation. Ainsi, le nouveau classement des fonds fait apparaître les catégories suivantes : mélanges, tirés à part, thèses, périodiques, collections, auteurs, usuels, musées et expositions, congrès, commentaires des textes bibliques, grands et très grands formats. À ces ensembles s’ajoutent les thématiques non encore recotées.

La recotation des documents implique soit un changement de cote, soit une modification partielle des cotes préexistantes:

  • changement de cote : le classement par auteur, d’une part, et par collection, d’autre part, prime désormais sur le classement thématique.

La recotation des collections s’est déroulée de la manière suivante : il a d’abord fallu constituer des listes d’ouvrages appartenant à une même collection, en effectuant des recherches en magasins et en interrogeant le SIGB. Il n’a pas toujours été aisé de retrouver les ouvrages qui manquaient pour compléter les collections en cours de recotation (doublons, ouvrages manquants).

  • modification partielle des cotes : il s’agit de procéder à l’harmonisation des cotes des ouvrages provenant des deux bibliothèques d’origine (bibliothèques d’assyriologie et d’études ouest-sémitiques). Sont concernées les catégories suivantes : « colloques et congrès », « musées et expositions », « mélanges ».

Sur le plan technique, la recotation se déroule en deux étapes. Chaque document recoté est d’abord modifié dans le catalogue Sudoc, via l’application d’exemplarisation Colodus. Si le livre ne figure pas encore dans le Sudoc, un code-barre lui est attribué. Ensuite, les notices sont mises à jour et les doublons d’exemplaires et de notices supprimés dans le SIGB local, Aleph.

Par ailleurs, quelques opérations supplémentaires se sont imposées au fur et à mesure de l’avancement de la recotation :

  • inventaire des références des ouvrages manquants, suppression des doublons qui subsistaient dans le SIGB (et donc dans le catalogue utilisé par le public, pouvant l’induire en erreur) ;
  • enregistrement systématique des nouvelles cotes attribuées aux collections dans un tableau de suivi, et indication de leur provenance (IATG5, etc.) ;
  • repérage de notes de lecture manuscrites insérées dans plusieurs livres. Elles ont été recueillies, classées, et signalées dans les notices des ouvrages ;
  • quelques ouvrages anciens, redécouverts au cours du chantier de recotation, ont enfin rejoint le fonds précieux.

Ainsi, les opérations de recotation, amenant à prendre en main une grande part des ouvrages, ont permis à l’équipe d’acquérir une connaissance fine et précise des collections de la bibliothèque. Celle-ci s’est avérée précieuse lors de la préparation du déménagement des collections.

La préparation du déménagement

Les opérations de déménagement proprement dites ont commencé à partir de la fermeture de la bibliothèque au public, le 20 décembre 2019. Le déménagement était alors prévu courant mars 2020.

Dès le mois d’octobre 2019, les membres de l’équipe ont pu se familiariser avec le site Cardinal-Lemoine et la disposition des lieux, grâce à des visites du chantier. Les plans de la future salle de lecture ont été présentés à l’équipe lors d’une réunion de service au mois de décembre. Celle-ci a marqué le début de l’engagement de l’équipe, désormais dispensée des tâches de service public, dans les opérations de déménagement.

Afin de ne pas perturber les opérations de métrage, la recotation des collections a été suspendue à la fin du mois de décembre. La recotation s’est néanmoins poursuivie pour les ensembles qui n’affectaient pas les mesures : harmonisation des cotes des mélanges (effectuée courant février 2020), recotation des colloques et congrès, etc.

Mise en place des fonds

La première phase de préparation du déménagement a concerné le traitement des fonds à déplacer. Il s’agissait de regrouper et de classer ces fonds, afin de pouvoir les mesurer.

Le rangement des fonds en prévision du départ a d’abord nécessité beaucoup de manutention, car il a fallu déplacer nombre d’ouvrages de la salle de lecture aux magasins et vice-versa. Ainsi, les collections rangées en libre accès ont été descendues en magasins à la mi-janvier. Faute de place en magasins, les thématiques en libre-accès sont restées en salle de lecture. Début janvier, la suspension du chantier de recotation des collections s’était accompagnée du refoulement en magasins des collections non intégrées, ainsi que des ouvrages qui avaient été mis de côté pour recotation, alors remis en place aux côtés des thématiques.

De même, le traitement des ouvrages de grand format – dont la largeur excède 27 cm –  a été effectué mi-janvier6. Les grands formats conservés en magasins parmi les auteurs et les collections ont été repérés et rassemblés. Les grands formats du libre accès ont quant à eux été déplacés en magasins. En règle générale, nous avons tâché de regrouper les fonds par ensembles afin de faciliter le travail des déménageurs. 

En outre, le regroupement de l’ensemble des collections a nécessité, dès le mois de décembre puis au cours du mois de janvier, de veiller au retour des livres prêtés aux chercheur.euse.s. Mi-janvier, les listes de prêts ont ainsi été confrontées aux fantômes laissés en magasins. Le 21 janvier, tous les livres empruntés avaient été rendus.

Enfin, nous avons procédé à la dernière opération préalable au métrage des fonds et à leur implantation : l’identification des tablettes.

Étiquetage des tablettes de départ

Début janvier, nous avons vérifié l’étiquetage des tablettes des magasins, puis étiqueté les tablettes de la salle de lecture et du quatrième étage (accueillant les commentaires).

Au terme de cette première phase, tous les ouvrages étant en place, les mesures fines ont pu débuter.

Métrage des fonds

Le métrage des collections a commencé dès début décembre. Les collections de la bibliothèque d’assyriologie et d’études ouest-sémitiques représentent plus de 900 mètres linéaires. Il a d’abord fallu connaître le métrage linéaire total des tablettes d’accueil, grâce aux plans fournis par les fabricants et à des mesures effectuées sur place.

Les opérations de métrage se sont déroulées de la manière suivante : le travail ayant été réparti au sein de l’équipe, les mesures, effectuées le plus souvent en binôme, ont pu commencer au cours de la première semaine de décembre. Au terme de cette semaine, avaient été mesurés : l’ensemble du libre accès, les commentaires rangés au quatrième étage, trois travées de périodiques, ainsi que les mélanges. La longueur des ouvrages disposés sur chaque tablette a été mesurée, au centimètre près, et les cotes extrêmes, relevées.

Des outils ont été mis en place pour enregistrer ces informations, dessinant une première implantation des fonds. D’une part, les mesures ont été reportées à la main sur des schémas d’implantation papier ; d’autre part, un dossier informatique commun, accessible à tous les membres de l’équipe, a été créé. Les mesures ont ainsi été saisies dans un « tableau de bord » d’implantation, inspiré de celui de la bibliothèque Byzantine7. C’est en fait un ensemble de tableaux qui a été élaboré, afin de saisir le métrage des fonds par catégorie de documents – un onglet correspondant à chaque type de cote.

Tableau de bord : exemple tiré de la catégorie « auteurs »

Outre ces premières mesures fines, il a été nécessaire de connaître approximativement le métrage linéaire total des collections de la bibliothèque, en procédant à des estimations, effectuées lors de la deuxième semaine de décembre. Ce qui n’avait pas encore été mesuré précisément a ainsi été évalué en magasins, en tenant compte des tablettes vides.

À l’issue de ces opérations, un premier métrage total des fonds – estimés et mesurés – a été préparé pour le 13 décembre. Le métrage linéaire fin a ainsi pu se poursuivre au cours de la troisième semaine de janvier. Au 21 janvier, les tirés à part, grands formats et thématiques avaient été mesurés ; le métrage des collections, des auteurs, et des périodiques était en cours ; restaient à traiter les mélanges et commentaires. Les valeurs obtenues continuaient d’être progressivement saisies dans le tableau de bord.

De plus, l’accroissement à prévoir a été estimé pour chaque ensemble de cotes, et pris en compte dans ces calculs. Le calcul de l’accroissement a été réalisé en fonction de l’espace total disponible sur les tablettes d’arrivée, de la quantité d’ouvrages en attente de recotation, ainsi que du rythme d’acquisition8.

Étiquetage des tablettes d’arrivée

Préalablement à l’implantation des fonds, les tablettes des armoires d’arrivée ont été étiquetées au cours des deuxième et troisième semaines de janvier. Le travail sur le site Cardinal-Lemoine, toujours en chantier, a été précédé pour chaque membre de l’équipe d’une formation consacrée aux règles de sécurité à observer9.

Les tablettes de départ et d’arrivée ayant été identifiées, et les métrages réalisés, nous avons pu commencer à implanter les collections de manière précise.

Implantation des fonds

Un schéma d’implantation, par ensembles de cotes, a été élaboré, et saisi dans le tableau de bord. La future salle de lecture comprend des travées mobiles, des armoires murales fixes autour des carrels et des fenêtres, ainsi qu’une desserte centrale. Un emplacement a été attribué à chaque type de document.

Plan de la salle de lecture. © Jacques Moussafir et Cusson associés

Mi-février, les thèses ont été implantées en haut des armoires murales ; de manière générale, l’implantation a été effectuée pour les tablettes les plus hautes des carrels et des fenêtres, qui contiendront notamment le fonds B. Sass.

L’implantation de la desserte centrale a également été effectuée : elle abritera les musées et expositions (catalogues), ainsi que les dictionnaires de langues vivantes, et de grec et latin.

Une fois réalisée par informatique, l’implantation a été reportée in situ au moyen d’étiquettes – fournies par les déménageurs – indiquant les tablettes d’arrivée, apposées sur les tablettes de départ. Ainsi, mi-février, l’ensemble des tablettes avait été étiqueté. Lors du déménagement des collections, ces étiquettes mobiles ont été reportées sur les armoires roulantes, puis sur les tablettes d’arrivée.

Tablettage des armoires

Afin d’achever l’implantation, il a fallu procéder au tablettage des armoires d’arrivée, c’est-à-dire prendre en considération la hauteur maximale des livres à disposer sur chaque tablette. Celui-ci a débuté au cours de la quatrième semaine de janvier. Des contraintes liées à la forme des meubles ont nécessité une certaine quantité de calculs, tenant compte du nombre et du pas des taquets disposés dans les armoires. Ici encore, des outils informatiques ont été élaborés afin de s’assurer de la viabilité du tablettage de chaque armoire, en particulier une échelle permettant de situer chaque tablette à la hauteur souhaitée.

Ces calculs menés à bien, nous avons pu retabletter les armoires du site Cardinal-Lemoine. Ainsi, le 28 janvier, le tablettage avait été effectué pour les colloques, les périodiques, les mélanges ; celui des collections, des auteurs et des thématiques étant en cours – les armoires accueillant les commentaires, ouvrages de petit format, ne nécessitant pas de retablettage.

Enfin, au moins deux autres chantiers ont été menés parallèlement aux opérations d’implantation des collections : la réflexion sur l’implantation des usuels et la réception du stockage fermé.

Réflexion sur les usuels

Les armoires murales de la salle de lecture étant les plus accessibles, elles sont tout indiquées pour accueillir les usuels (généralités, instruments de travail portant sur les domaines les plus représentatifs des spécialisations de la bibliothèque).

En premier lieu, les ouvrages pressentis pour être proposés aux lecteurs en tant qu’usuels ont été sélectionnés. Mi-janvier, les chercheurs ont été mis à contribution pour choisir des livres destinés à acquérir le statut d’usuels. Les collections en magasins ont ensuite été passées en revue afin d’en extraire les ouvrages qui rejoindront les rangs du libre-accès. Cette sélection a respecté les critères suivants : ont été retenus les ouvrages de langues (grammaires, manuels), ainsi que les instruments de travail (encyclopédies et dictionnaires historiques et thématiques). L’ensemble des bibles, dans leurs différentes versions et traductions, ont également été remontées en salle de lecture pour être intégrées aux usuels (mi-janvier).

Mi-février, la réflexion sur les usuels aboutit à un plan de classement. Ils seront classés en trois grandes catégories :

  • histoire (archéologie, histoire, histoire de l’art ; bibliographies, catalogues et inventaires de sources),
  • religions (histoire des religions ; Ancien Testament, judaïsme, Nouveau Testament, islam),
  • langues (langues diverses, langues ouest-sémitiques, langues est-sémitiques, langues relatives à l’assyriologie, langues arabiques et berbères, langues éthio-sémitiques).

Les ouvrages qui avaient été sélectionnés, tous regroupés en salle de lecture, sont alors classés sur la base de ces catégories. Il est ensuite procédé à leur implantation. Ils sont d’abord mesurés (mi-février), puis implantés (fin février).

Le traitement des usuels a permis d’aboutir à un schéma d’implantation d’ensemble, nécessitant ici et là une harmonisation a posteriori de l’implantation initiale. Ainsi, l’implantation des usuels, ayant dérangé le classement des ouvrages en magasins, appelle quelques ajustements. Fin février, à l’issue de l’implantation des usuels, celle des thématiques doit ainsi être décalée, car une quinzaine de mètres d’ouvrages a été extraite des thématiques pour rejoindre la sous-catégorie « judaïsme » des usuels.

Comme précédemment, les armoires destinées aux usuels sont retablettées. Fin février, nous mesurons sur le site Cardinal-Lemoine la hauteur totale des armoires murales, puis procédons au tablettage – informatiquement puis in situ – des tablettes préalablement étiquetées.

Enfin, une réflexion sur la nouvelle cotation des usuels est engagée. Les nouvelles cotes feront notamment apparaître, pour chaque ouvrage, le thème principal (histoire, religions, ou langues) puis le sous-thème dont il relève. Les usuels porteront une étiquette distinctive, de couleur verte.

Il s’agit enfin de déménager, outre les collections, le matériel ainsi que les bureaux de l’équipe. Fin janvier, le matériel de la salle de lecture (serre-livres, porte-revues, etc.) est nettoyé puis mis en cartons. La mise en cartons du contenu des bureaux est également effectuée à partir de mi-février.

Le déménagement

Parallèlement aux opérations de préparation du déménagement, une partie des collections avait déjà rejoint son emplacement définitif.

Réception du stockage fermé (février 2020)

Les fonds déménagés ne se limitent pas aux collections conservées en magasins et en salle de lecture sur le site Marcelin-Berthelot. Ils comprennent également des ouvrages « en cartons » (ou « stockage fermé »), conservés par l’entreprise de déménagement Bedel sur un site distant, depuis le départ de la bibliothèque du site Cardinal-Lemoine. Ces cartons contiennent les doublons, les livres hérités de la bibliothèque des Christianismes orientaux10, certains périodiques accessibles en ligne ou présents à la bibliothèque d’égyptologie (sans compter un assemblage hétérogène d’ouvrages de provenances diverses – dons, bibliothèques de professeurs, cartons des chercheurs, etc.).

Ces cartons ont été livrés sur le site Cardinal-Lemoine à la fin du mois de janvier. À partir de cette date, l’équipe a travaillé sur place afin de trier puis de mettre en place les ouvrages dans les armoires dédiées, suivant le schéma d’implantation. Ainsi, les boxes contenant les livres ont été déchargés par les déménageurs selon des zones de tri prédéfinies, puis réparties sur des armoires roulantes, et enfin mises en place sur les tablettes d’arrivée par les déménageurs. Le 12 février, plus de 410 cartons avaient ainsi été réceptionnés.

Au milieu du mois de mars, la préparation du déménagement peut être considérée comme achevée. Le déménagement des bureaux est prévu pour le lundi 16 mars. Au moment où une mesure de confinement national est décrétée en raison de la pandémie de coronavirus, nous venions de mettre en place les instruments de suivi du déménagement11. Notre principal outil, les tableaux de bord, avaient été mis au net et imprimés. Un jeu en avait été remis à chaque membre de l’équipe, afin de mener à bien l’étape suivante de ce chantier : le déménagement proprement dit des collections.

Le déménagement des collections (juin 2020)

En amont du déménagement des collections, l’équipe se rend sur le site Cardinal-Lemoine dès la fin du mois de mai, afin de s’assurer que les outils disposés avant l’interruption sont restés en place, notamment l’étiquetage des tablettes et travées. Par ailleurs, le dépoussiérage des tablettes d’arrivée est effectué. Le déménagement des collections se déroule du 8 au 12 juin. Il implique l’équipe de la bibliothèque ainsi que les déménageurs prestataires. Au cours des opérations, les mesures sanitaires en vigueur sont appliquées : chaque agent.e dispose de masques, de gants, et de gel hydroalcoolique. Le déménagement a lieu lorsque le Plan de Reprise d’Activité Progressive (PRAP) adopté par le Collège de France est en vigueur : il vise à faire observer des mesures sanitaires particulières, jusqu’au 10 juillet. Dans ce cadre, le travail à distance a été privilégié.

Le personnel de la bibliothèque est scindé en deux groupes qui ne se rencontrent pas : sur le site Marcelin-Berthelot, une première équipe veille au chargement des armoires roulantes ; sur le site Cardinal-Lemoine, une seconde équipe aide à leur déchargement. Les collections sont déplacées dans l’ordre suivant : d’abord les ouvrages des magasins (collections et thématiques, auteurs, périodiques, commentaires, usuels), puis ceux de la salle de lecture.

Les deux équipes aident à remplir et vider les armoires roulantes avec les déménageurs afin de maintenir le rythme des rotations12. En effet, le déménagement dure quatre jours, à raison de trois rotations d’une douzaine d’armoires roulantes par jour (la contenance de chaque armoire étant d’environ 5 mètres linéaires). Au total, 800 à 900 mètres linéaires d’ouvrages ont été déplacés. Une dernière journée est réservée à l’arrivée des boxes. Le bilan des opérations de déménagement des fonds est globalement positif : quelques incidents de tablettage mis à part, nous ne nous étions pas trompés dans nos calculs.

Ceci achevé, nous vérifions le classement des documents le 22 juin. Nous identifions alors des livres abîmés, en petit nombre.

Au déménagement des collections succède celui des bureaux. Il a lieu le 6 juillet : le matin, les déménageurs enlèvent le contenu des bureaux, préalablement empaqueté13 ; l’après-midi, les cartons sont livrés à Cardinal-Lemoine, dans chaque bureau. Les services informatiques (DSI) interviennent rapidement, pour raccorder l’ensemble des ordinateurs aux nouveaux réseaux.

La préparation de l’ouverture au public de la salle de lecture

De juin à septembre (hormis une interruption estivale au mois d’août), l’équipe de la bibliothèque prend les dispositions nécessaires afin d’assurer de bonnes conditions de consultation aux futurs lecteurs. Un premier accès aux collections de la bibliothèque est proposé aux chercheur.euse.s disposant d’un bureau sur le site de Cardinal-Lemoine à la fin du mois de juillet 2020 : les documents demandés sont prélevés par l’équipe et mis à leur disposition. La bibliothèque ouvre enfin aux chercheurs le 10 septembre (avec accès direct aux collections), en attendant l’ouverture au public qui interviendra à l’issue du chantier du bâtiment. La signalétique provisoire, qui avait été installée en prévision du déménagement (numérotation des travées et des armoires) est remplacée par une signalétique permanente, plus discrète.

Une signalétique à destination des lecteurs est élaborée : le détail du contenu de chaque travée est indiqué en tête de compactus ; sur chaque tablette, des étiquettes signalent les collections et indiquent également, par un code couleur, leur éventuelle disponibilité en ligne. Six tablettes téléscopiques sont également posées à hauteur, sur plusieurs armoires (tirés à part, congrès, périodiques, collections), afin de faciliter la consultation des documents. Enfin, des plans de la bibliothèque sont mis à disposition, complétant cet ensemble de repères visuels.

Signalétique en tête de travée : exemple tiré de la catégorie « périodiques »

La signalétique du mur des usuels est également mise en place. À la rentrée de septembre 2020, l’équipe s’engage dans un important chantier : la recotation des usuels.

En attendant la réouverture prochaine de la bibliothèque au public, les acquisitions d’ouvrages se poursuivent, et les bibliothécaires répondent aux demandes de renseignements documentaires effectuées à distance.

Pour citer cet article : Clara Chevalier, "Dans les coulisses d’un déménagement : la bibliothèque d’assyriologie et d’études ouest-sémitiques," in Colligere, 03/03/2021, https://archibibscdf.hypotheses.org/9341. Consulté le 30/07/2021.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Collection spécialisée sur la linguistique chamito-sémitique, l’épigraphie ouest et sud sémitique, l’histoire et l’archéologie du Proche-Orient, de l’Afrique du Nord et de l’Éthiopie ; en outre, une partie importante concerne l’étude de la Bible hébraïque et des manuscrits de Qumrân. Sont intégrés dans ses collections les ouvrages légués par André Dupont-Sommer, Jean Starcky, Marcel Cohen, Maxime Rodinson et André Caquot []
  2. Collection spécialisée dans l’histoire du Proche-Orient ancien et en particulier dans la documentation cunéiforme, sumérienne et assyro-babylonienne. Une partie importante concerne également l’Anatolie et les études hittites, hourrites et élamites. L’archéologie du Proche-Orient y est représentée de façon moins complète. Sont intégrés dans les collections divers fonds dont celui de François Thureau-Dangin. []
  3. On parle d’ailleurs de « ré-emménagement » plutôt que déménagement, car la bibliothèque revient sur le site qu’elle occupait initialement, fermé pour travaux depuis juillet 2016. []
  4. Sur le site Marcelin-Berthelot, les documents étaient prélevés en magasins et à la demande par une magasinière ; ils seront désormais disponibles en libre accès. []
  5. Siegfried M. Schwertner, Internationales Abkürzungsverzeichnis für Theologie und Grenzgebiete. Berlin : De Gruyter, 1992 []
  6. La profondeur de la majorité des tablettes étant de 25 cm. []
  7. Tout au long des opérations de déménagement, la coopération entre les différentes bibliothèques du Collège de France a été soutenue : de la mise à disposition de membres de notre équipe pour prêter main-forte à la bibliothèque d’égyptologie, mais aussi à la bibliothèque d’études indiennes lors du classement de son stockage fermé, au fait que la bibliothèque Patrimoniale a facilité notre passage par ses magasins, et prêté ses étagères roulantes, durant la panne du monte-charge desservant nos magasins. []
  8. La bibliothèque acquiert chaque année environ 400 monographies et une centaine de volumes de périodiques. []
  9. Outre le repérage des issues de secours, les règles élémentaires de sécurité – port du casque et inscription systématique des entrées et sorties sur un registre – ont été appliquées. []
  10. La part du fonds issu de la bibliothèque des Christianismes orientaux qui n’avait pas été répartie dans les bibliothèques du Collège de France ni donnée à l’Institut protestant de théologie de Paris – en particulier les périodiques – a été reconditionnée et inventoriée début février. []
  11. Le chantier du site Cardinal-Lemoine est mis à l’arrêt le mercredi 18 mars 2020. []
  12. L’équipe de la bibliothèque se charge également de disposer les ouvrages sur le mur des usuels. []
  13. Les meubles devaient rester sur place, un nouveau mobilier étant prévu à Cardinal-Lemoine. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search