Institut des civilisations, d’un jardin à l’autre

Le Collège de France occupe au 52 rue du Cardinal-Lemoine trois corps de bâtiment, qui étaient au XIXe siècle et jusqu’au milieu du XXe, dévolus à l’École polytechnique. Y étaient installés un grand amphithéâtre destiné à l’enseignement de la physique ainsi que, dans le bâtiment opposé, les salles dites des collections, rassemblant les objets nécessaires à l’enseignement et à la recherche dans cette discipline. Un troisième bâtiment, construit de 1946 à 1948 et rénové de 1988 à 1990, s’était ajouté à cet ensemble distribué autour d’un jardin.

Du fait de l’absence de circulation intérieure entre les trois corps de bâtiment et parce que la seule entrée existante, rue Lartigue, ouvrait sur cet espace bucolique, le jardin, avec sa pelouse plantée d’un magnifique cyprès, d’un néflier et d’un palmier ainsi que de  nombreux arbustes, tenait une place particulière, pour les occupants des lieux comme pour les visiteurs.

Lorsque le projet de rénovation a été lancé et que différentes agences d’architectes ont répondu à la consultation, plusieurs équipes ont immédiatement noté l’importance et la valeur d’usage de ce jardin, qui permettait de déjeuner sur un banc sous un arbre ou de discuter entre collègues ; quoique peu entretenu, le lieu était très agréable et l’attachement des utilisateurs à son égard très fort.

Jacques Moussafir, l’architecte retenu pour la rénovation, a fait en sorte de conserver au jardin une place privilégiée, malgré la nécessaire densification des constructions. Il explique que « le bâtiment est comme un écrin autour d’un vide au centre qui incarne l’âme du lieu, de sorte que, dès l’esquisse, le pari a été fait d’un jardin certes beaucoup moins grand qu’avant mais qui apporte un plus sur le plan qualitatif ». Parce que ce jardin qualifie l’espace, l’architecte a fait en sorte que l’on puisse tourner autour, qu’on le voie depuis les étages, les espaces d’accueil, les salles de lecture, l’ascenseur panoramique, ou encore les bureaux sur cour, qui plus est sous des angles différents.

Parce que le jardin est pensé comme l’âme de l’Institut des civilisations, sa thématique est reprise dans les salles de lecture. En effet, au centre de chacune, des moquettes très épaisses aux motifs abstraits sont enserrées dans les circulations périphériques en terrazzo de façon à évoquer des tapis, métaphores du jardin d’Éden dans les civilisations orientales.

Poursuivant son évocation des civilisations de l’Orient, l’architecte a choisi un motif d’arabesques pour les tapis des salles de lecture puis l’a repris pour décorer le parement des rayonnages denses mobiles, la toiture des extensions et les stores des carrels1 et l’a également fait apparaître en relief dans le jardin, comme un lien entre l’intérieur et l’extérieur mais aussi pour y créer du volume. « La vertu principale de la forme courbe des arabesques est d’agrandir l’espace, de donner une profondeur de champ, à hauteur de personne. Ainsi les arabesques scandent le jardin et structurent l’alternance de végétation et de gazon sur une distance finalement très faible. Si on avait juste un massif au centre, le jardin paraîtrait plus petit et c’est bien de perception qu’il est question : pour Jacques Moussafir, « il s’agit de compenser la quantité par la qualité, la réduction de surface par une sensation de bien-être, en donnant l’illusion que l’espace est plus grand qu’il n’est en réalité » ».

Le jardin est le résultat d’un travail commun entre l’architecte qui l’a dessiné, la paysagiste qui en a choisi les essences2 et l’entreprise3 qui a réalisé les arabesques métalliques, fabrication très complexe du fait des cintrages nécessaires dans l’aluminium, différents à chaque fois. La végétation retenue est de type méditerranéen : de par son encaissement, le jardin constitue en effet un site protégé des vents et, dans une moindre mesure, des intempéries, si bien qu’il comportait déjà dans sa version antérieure un cyprès et un palmier, essences qui entraient en résonance avec une partie des civilisations étudiées sur le site. De ce fait, et malgré la réglementation qui exige aujourd’hui de ne recourir dans les jardins qu’à des essences autochtones, le recours à d’autres essences pour ce lieu où l’on étudie toutes les civilisations a été accepté. Planté en novembre 2020, le jardin n’est que le pâle reflet de ce qu’il va devenir car il est conçu pour se développer dans le temps et ne prendra son ampleur définitive qu’au printemps 2021.

Pour que le lieu soit aussi attirant la nuit que le jour, tout un travail a été mené autour de la lumière : des LED sont installées sur des pics verticaux plantés près de chaque massif pour apporter des gouttes de lumière mais aussi le long des arabesques. « Ces pics constituent une ponctuation qui complète les lignes lumineuses sinueuses des arabesques, tandis que des projecteurs posés au droit des arbres permettent d’en éclairer les feuillages ». Le jardin sera même plus spectaculaire la nuit que le jour, puisque de nuit « les volumes s’effacent et l’aluminium réfléchit la lumière ».

Des bancs ont été installés sur les arabesques, de façon à ce que le lieu conserve sa fonction d’espace de sociabilité. En été, il sera le prolongement de la cafétéria dont les grandes baies vitrées pourront s’ouvrir entièrement.

Vues extérieures avant la rénovation des bâtiments et du jardin
Vues extérieures après la rénovation des bâtiments et du jardin
Pour citer cet article : Anne Chatellier, "Institut des civilisations, d’un jardin à l’autre," in Colligere, 01/02/2021, https://archibibscdf.hypotheses.org/9176. Consulté le 25/06/2021.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Box ou carrel désigne un espace vitré et insonorisé, équipé d’un ou deux postes de travail et destiné à favoriser la concentration ou les échanges entre deux personnes. À l’Institut des civilisations, une partie d’entre eux sont en surplomb du jardin. []
  2. Agathe Turmel, fondatrice de l’agence Volga. []
  3. Ecosteel. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search