Science ouverte et accès ouvert, petit manuel pour chercheurs et chercheuses (épisode 2)

Retrouvez le premier épisode en cliquant ici.

Choix en matière d’open access et open data

Lorsqu’un chercheur ou une chercheuse s’engage dans la science ouverte, il lui faut se souvenir que cela requiert :

  • l’accès libre à ses publications revues (ou non) par ses pairs : il s’agit là d’open access ;
  • l’accès libre aux données brutes de la recherche produites par des financements d’origine publique. Les données ne doivent pas avoir de restrictions technique, juridique ou économique : il est question ici d’open data ;
  • l’accès libre aux codes de calcul et aux algorithmes : on parle ici d’open source.

Pour y parvenir, plusieurs possibilités s’offrent à eux dans chacun de ces deux premiers domaines. Le troisième mérite un article à lui tout seul et ne sera pas envisagé ici.

Choisir un modèle économique de publication et donner libre accès à ses publications1

Le chercheur peut choisir parmi plusieurs modèles économiques:

  • le « green open access» ou « voie verte » (auto-archivage de ses travaux par l’auteur dans les archives ouvertes). Peuvent être déposées en archives ouvertes les différentes versions d’un article (preprint ou de post print) à l’exception de la version éditée. Le chercheur peut aussi choisir de publier son travail sous une licence libre. En France, dans le cas d’un article publié dans une revue commerciale, il faut respecter un embargo de six mois pour les sciences et techniques et de douze mois pour les sciences humaines et sociales avant de pouvoir déposer en archives ouvertes ;
  • le « gold open access», ou « voie dorée ». Les articles sont accessibles librement et gratuitement dès leur parution. La publication peut être gratuite ou payante pour l’auteur ou les financeurs. Il existe un modèle intitulé open access gold en revues hybrides : seule une partie des articles est alors en libre accès, ceux pour lesquels les auteurs ont payé des frais (APC ou Article Processing Charges) mais la revue complète ne reste accessible que sur abonnement ou au « pay per view » (paiement à l’article) pour les articles qui ne sont pas en libre accès ;
  • La « voie diamant » désigne le modèle économique dans lequel il n’y a pas à payer de frais d’auteur pour être publié en libre accès, en opposition précisément à la « voie dorée » de plus en plus identifiée comme le modèle de l’auteur/payeur par le biais des APC. Dans la voie diamant, tous les frais sont payés directement par les organismes de parrainage (tels que les bibliothèques, les financeurs, etc.) ;
  • Un autre modèle émerge, appelé « transformant » ou « PAR » (Publish and Reade. Publier et Lire), ou encore Transformative Agreement: il s’agit d’un partenariat entre l’éditeur et les financeurs. Dans le cadre de cet accord, tous les chercheurs de l’institution concernée pourront publier en libre accès par l’intermédiaire de leur établissement, sans frais supplémentaires. Ce modèle prévoit le libre accès aux droits de publication et de lecture d’articles de recherche. Par exemple tous les chercheurs d’une institution ont accès aux revues d’un éditeur, archives comprises, et peuvent publier des articles en libre accès dans toutes les revues de cet éditeur. La cotisation annuelle est fondée sur le nombre d’articles qu’ils publient dans ces revues et elle est payée par l’institution. La plupart des articles seront publiés avec une licence CC-BY. Cependant, certaines revues n’offrent que des licences CC-BY-NC et CC-BY-NC-ND2. Il ne faut pas confondre les modèles RAP (Read and Publish i.e. lire et publier) et PAR (Publish and Read ie publier et lire ) : dans le premier cas, les coûts sont basés sur le prix de l’abonnement pour la lecture, alors qu’avec un accord PAR, les coûts sont basés sur un volume de publications calculé.

Une fois son travail de recherche publié, le chercheur archive soit une copie électronique de sa publication revue par les pairs, soit les données de recherche qui y sont liées, dans un entrepôt institutionnel ou thématique qui y donne libre accès pour tous. Reste à choisir lequel.

Choisir la plateforme de dépôt, les entrepôts

Pour déposer vos travaux de recherche (articles, chapitres de livres, données de la recherche etc.), il est conseillé d’utiliser la plateforme de dépôt de votre institution (au Collège de France, comme dans de nombreuses institutions académiques, il s’agit de HAL). Chaque communauté de recherche a ses usages en la matière et les physiciens par exemple déposent de longue date dans ArXiV. Cela n’empêche pas de déposer aussi dans HAL, qui est moissonné par OpenAIRE et archive donc les données dans un cloud sécurisé, gratuit et pérenne.

Pour vous aider dans votre sélection, pouvez consulter :

  • OpenDOAR, Directory of Open Access Repositories (https://v2.sherpa.ac.uk/opendoar/) : il s’agit d’un annuaire mondial des dépôts en libre accès ou archives ouvertes. La recherche et la navigation peuvent s’effectuer sur différents critères tels que le nom, la région du monde (ou le pays) et le logiciel ;
  • ROAR, Registry of Open Access Repositories (http://roar.eprints.org) : il présente plus de 4000 plateformes d’archives ouvertes, classées par type et par pays.
  • OAD, Open Access Directory (http://oad.simmons.edu/oadwiki/Disciplinary_repositories) : il s’agit d’un annuaire qui permet une recherche thématique.

Sachez que les principales plateformes utilisées en France par les chercheurs sont les suivantes :

  • HAL : l’archive ouverte pluridisciplinaire française qui alimente OpenAire (https://hal.archives-ouvertes.fr/)  ;
  • OpenAire : plateforme qui référence plus de treize millions de publications et de données de la recherche en Europe (https://www.openaire.eu/) :
  • ArXiv : plateforme de pré-publications dans les domaines de la physique, des mathématiques, de l’informatique, de la biologie quantitative et des statistiques. Créée en 1991, il s’agit de la première archive de pré-publications scientifiques (https://arxiv.org/) ;
  • PubmedCentral : archive ouverte du National Institutes of Health (NIH), elle permet de rechercher des articles en open access dans le domaine biomédical et des sciences de la vie (https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/) ;
  • Research Papers in Economics (REPEC) : archive ouverte dans les domaines des sciences économiques donnant accès à plus d’un million d’articles (http://repec.org/) ;
  • Social Science Open Access Repository (SSOAR) : archive ouverte dans le domaine des sciences sociales (https://www.ssoar.info/ssoar/) ;
  • Zenodo : dépôt international compatible avec OpenAIREet HAL, qui alimente OpenAIRE. La plateforme nationale française est destinée au dépôt et à la diffusion d’articles scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, et de thèses, émanant des établissements d’enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés. (https://zenodo.org/).

Nota : avant de déposer un article dans une archive ouverte, il est recommandé d’attribuer un Digital Object Identifier (DOI) à chaque élément de sa production scientifique. Cela permet de disposer d’un lien pérenne et stable (voir notre précédent article sur le sujet : https://archibibscdf.hypotheses.org/7340.

Faire les bons choix en matière d’accès libre aux données brutes de la recherche (open data)

Terminologie

Commençons par rappeler les définitions couramment admises pour les données brutes de la recherche, et qui sont complémentaires.

« Les données de la recherche sont définies comme des enregistrements factuels (chiffres, textes, images et sons) utilisés comme sources principales pour la recherche scientifique et généralement reconnus par la communauté scientifique comme nécessaires à la validation des résultats de recherche » (OCDE, 2007).

« Données brutes : recueillies sur un sujet à partir d’observations ou de mesures, et qui n’ont pas encore été traitées, validées ou triées. Censées être neutres et objectives et ne dépendant pas de leur contexte de création, d’une analyse ou de leur producteur » (Thessen & Patterson, 2011).

« Jeu de données : agrégation, sous une forme lisible, de données brutes ou dérivées présentant une certaine « unité », rassemblées pour former un ensemble cohérent » (Gaillard R., 2014).

Qualités des entrepôts de données

Les entrepôts de données bruts doivent toujours garantir l’intégrité, la lisibilité, l’intelligibilité des données. Cela signifie qu’ils doivent permettre :

  • le téléchargement tout comme l’import de fichiers ;
  • l’organisation des données en collections ;
  • la conservation des données par le biais d’un stockage sécurisé et d’un archivage à long terme ;
  • l’attribution d’un identifiant, au moment du dépôt, au jeu dans son ensemble et à chaque version du jeu de données, si possible un DOI : le DOI (Digital Object Identifier) est un code alphanumérique associé à un objet documentaire de manière permanente. Stable, il ne changera pas si le document est renommé ou déplacé. Le DOI garantit stabilité, traçabilité et pérennité.
  • l’intégration d’éventuels identifiants préexistants (tous ne le permettent pas mais c’est le cas de Zenodo).

Typologie des entrepôts de données

Jusqu’à fin 2009, les données sur lesquelles s’appuyait une publication n’avaient pas d’existence propre. Cela rendait difficile toute autre exploitation des données que celle fournit dans l’article ou les travaux qui y faisaient référence. Aujourd’hui il existe plusieurs moyens de publier des données de recherche. Parmi eux, les data papers ont l’avantage d’être des articles à part entière, suivant la même logique de processus éditorial que les articles scientifiques classiques.

Un data paper est une publication décrivant un ou plusieurs jeux de données scientifiques brutes. Il doit remplir les critères suivants :

  • fournir les métadonnées et informations concernant les jeux de données (obtention, réutilisation,…) ;
  • donner un accès pérenne aux données, qui peuvent provenir d’entrepôts différents ;
  • indiquer la liste des nouvelles analyses sur les jeux de données ;
  • fournir de ces données une description lisible pour un humain (et pas seulement via l’intelligence artificielle ou la modélisation) et structurée.

Par contre, un data paper ne fournit pas d’interprétation des données ni de conclusions sur l’analyse des données.

Cette vidéo présente brièvement comment se déroule la publication d’un data paper : https://doranum.fr/data-paper-data-journal/minute-publication-data-papers/.

Afin d’avoir une liste exhaustive des entrepôts de données vous pouvez consulter le wiki des services dédiés aux données de la recherche de Cat OPIDoR : https://cat.opidor.fr/index.php/Entrep%C3%B4t_de_donn%C3%A9es.

Cat OPIDoR (https://cat.opidor.fr/index.php/Cat_OPIDoR:À_propos) est un catalogue qui a pour objectif de cartographier les services français dédiés aux données scientifiques. Cette cartographie initiée par la Bibliothèque Scientifique Numérique, prédécesseur du Comité pour la science ouverte, recense aujourd’hui plus de trois cents services français dédiés aux données scientifiques et leurs structures de rattachement. Il vous permet d’identifier le ou les services dont vous avez besoin dans le cadre de votre projet de recherche. Le catalogue est hébergé par l’Inist-CNRS qui en assure la modération. 

Data management Plan (DMP) ou Plan de gestion des données (PGD)

Lors du dépôt d’un projet de recherche figure de plus en plus l’obligation de présenter un Data Management Plan (DMP) ou Plan de gestion de données (PGD), afin de répondre aux critères d’intégrité, de reproductibilité et aux principes FAIR évoquées plus haut.

Le DMP est un document évolutif qui aide les chercheurs ou le chargé de projet de la recherche à définir un plan pour gérer les données utilisées et générées dans le cadre de leur activité ou de leur projet de recherche.

Le DMP doit être rédigé au commencement d’un projet de recherche et définir ce que les chercheurs feront de leurs données et jeux de données pendant et après le projet, explicitant notamment la mise à disposition des données. Il s’agit donc d’un document formel qui décrit le projet en précisant comment les (méta)données ont été obtenues, traitées, organisées, stockées, sécurisées, préservées et partagées au cours de la recherche et comment elles le seront une fois le projet terminé.

Plus précisément, il doit :

  • définir et décrire les données, leurs typologie, nature et volumétrie ;
  • identifier les risques liés à la gestion des données ;
  • assurer la sécurité et la préservation des données sur le long terme ;
  • identifier les responsabilités, les rôles de chacun dans la gestion des données ;
  • planifier les ressources et compétences nécessaires à cette gestion ;
  • donner accès à des données fiables afin d’assurer la reproductibilité de la recherche et permettre à d’autres de comprendre et d’utiliser les données ;
  • anticiper les coûts liés au projet en matière de ressources humaines, logiciels ou équipements nécessaires, documentation, archivage.

Le DMP se base sur les bonnes pratiques de gestion des métadonnées, lors du projet ainsi que pour une réutilisation future.

Le DMP est un document évolutif tout au long du cycle de vie du projet. Des mises à jour et des livrables précis doivent être définis3.

Deux outils en ligne qui peuvent vous aider à rédiger votre DMP :

  • DMP OPIDoR (https://dmp.opidor.fr/) vous accompagne à travers l’élaboration et la mise en pratique de plans de gestion de données et de logiciels. Accessible à la communauté scientifique de l’ESR et à ses partenaires français ou étrangers. Il est personnalisable par tout organisme de recherche pour la mise en place de sa politique de données. Il est enrichi par des exemples et des recommandations adaptées à l’environnement de recherche. Il est collaboratif : il facilite les échanges entre les partenaires d’un même projet et les services d’accompagnement.
  • ARGOS (https://argos.openaire.eu) est un outil en ligne qui s’appuie sur des processus automatisés pour la création, la gestion, le partage et le lien entre les plans de gestion des données et les données de recherche auxquels ils correspondent. Cet outil est le résultat de l’effort conjoint d’OpenAIRE et d’EUDAT Collaborative Data Infrastructure (CDI) pour fournir une plate-forme ouverte dédiée à la planification de la gestion des données qui réponde aux meilleures pratiques. Il applique des normes communes pour les DMP, exploitables par machine, telles que définies par la communauté mondiale des données de recherche de la Research Data Alliance (RDA), en consultant les chercheurs, les communautés de recherche et les financeurs de la recherche pour mieux répondre à leurs besoins.

Cat OPIdOR référence aussi les PUD, les Plateformes universitaires de données4, qui visent à stimuler l’utilisation des données mises à disposition par PROGEDO.

PROGEDO est une Très Grande Infrastructure de Recherche (TGIR) chargée d’impulser et structurer une politique des données d’enquêtes pour les communautés de recherche en sciences humaines et sociales en France. Dans ce but, elle travaille à faire connaître le vaste ensemble de statistiques et d’enquêtes publiques produites en France et en Europe, et à organiser l’accès à ces données.

Centrées sur le développement des compétences, les PUD5 prolongent l’action de PROGEDO au niveau régional et apportent un soutien direct aux utilisateurs de données d’enquêtes par : 

  • l’aide à la recherche, à l’acquisition et à la mise en œuvre des fichiers de données ;
  • la formation à la compréhension, à l’utilisation et au traitement de ces données ;
  • la formation à l’utilisation d’outils informatiques et statistiques.

Afin d’identifier rapidement les services qui accompagnent la rédaction de vos plans de gestion des données dans votre établissement, vous pouvez consulter le répertoire des Services Opérationnels de Soutien à la rédaction des Plans de Gestion des Données (SOS-PGD)6 qui recense les services accompagnant la rédaction des plans de gestion des données au sein des établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Il vise à aider les chercheurs à identifier leurs interlocuteurs au sein de leur institution et à faciliter la mise en relation entre les services supports de différentes institutions pour les projets de recherche multi-partenariaux.

Promouvoir son travail et veiller à son E-réputation

Une fois votre production scientifique mise en ligne, il faut penser à la promouvoir. La science ouverte permet de donner un accès ouvert à vos données de recherche, vos articles, etc. et nécessite ensuite une bonne gestion de votre production scientifique, comme on l’a analysé précédemment, mais aussi de votre profil public.

Pour être facile à trouver et accessible, votre recherche doit être visible et pour gagner en visibilité, plusieurs types de profils sont envisageables. On peut en effet :

  • créer un profil dans la page de votre institution par exemple via HAL ;
  • avoir un profil à jour sur des réseaux tels que Linkedin, Academia, ou encore ResearchGate;
  • communiquer via Twitter, votre page web ou votre blog ;
  • créer un profil ORCID7 (https://orcid.org/) ; ORCID est une organisation internationale à but non lucratif qui gère un répertoire central (ORCID Registry) d’identifiants chercheurs (ORCID ID), associés à des informations relatives aux activités des chercheurs et où l’inscription est gratuite. Il s’agit d’un identifiant neutre et indépendant. Avoir un ORCID ID permet de rassembler toutes les données de son profil de chercheur et de lier ses autres identifiants auteurs comme ceux de ResearcherID, Scopus Author ID, et ainsi mettre à jour l’ensemble de ses profils à partir d’un seul. Il est aussi possible de lier l’ORCID ID à son IDHAL et d’importer dans ORCID sa production scientifique de HAL.

Dans tous les cas, il faut bien gérer vos identifiants chercheurs et vos signatures, cela vous permettra d’acquérir une meilleure visibilité et plus de citations de votre production scientifique.

Par ailleurs, il faut toujours garder à l’esprit que si vous signalez vos articles sur des réseaux sociaux de chercheurs (Academia, ResearchGate), qui se focalisent sur le chercheur et pas sa production scientifique (Anne Chatellier, Gianna Sergi, « HAL, Academia, ResearchGate : comment choisir?, » in Colligere, 13/05/2019, https://archibibscdf.hypotheses.org/4024. Consulté le 29/06/2020.)), vous avez les mêmes droits et obligations vis-à-vis du droit d’auteur.

Assurer la qualité de son travail de recherche

L’évaluation par les pairs (peer review)

Publier signifie aussi être relu(e) par des pairs, ou peer reviewed.  Le terme peer review désigne la révision d’un travail scientifique soumis pour publication – par des pairs, c’est-à-dire des experts de la discipline sur laquelle porte l’article. Cette relecture est parfois payante.

Dans le contexte de l’open access est née la demande d’une open peer review, évaluation par les pairs conforme à la science ouverte.

Il faut donc analyser la prépublication ou la post-publication open review, qui nous amène à l’évaluation ouverte. Dans le cas de l’open peer review, auteurs et reviewers sont clairement et ouvertement identifiés et leurs échanges sont publics.

Nous avons vu que le Comité pour la Science ouverte avait formulé des recommandations générales et spécifiques pour chacun des 10 points du Plan S, afin de guider l’ANR dans la mise en application de ce plan8.

Le point 2 prévoit que : « …toute publication issue d’une recherche financée par l’ANR et les autres agences qui s’engagent dans la cOAlition S devra satisfaire simultanément aux deux exigences suivantes :

  • avoir bénéficié d’un processus de relecture et d’évaluation de qualité par les pairs ;
  • voir son contenu diffusé en accès ouvert de manière pérenne (…) ».

Il évoque aussi la nécessité de l’ouverture (totale ou partielle) du processus de relecture et d’évaluation par les pairs (open peer-review) et d’une politique d’accès ouvert aux données scientifiques servant de base à l’article.

Le point 8 des préconisations rappelle que « l’importance des archives ouvertes et des dépôts d’archives pour l’hébergement des résultats de la recherche est reconnue en raison de leur fonction d’archivage à long terme et de leur potentiel d’innovation éditoriale […], le terreau de nombreux projets innovants aussi bien, par exemple, dans le domaine des epi-revues (Episciences…) que dans celui des modes d’évaluation (Peer Community In…) et d’autres à venir. »

Peer Community In

La Peer Community In… (PCI)9 est une organisation scientifique à but non lucratif qui vise à créer des communautés spécifiques de chercheurs qui examinent et recommandent, gratuitement, des prépublications inédites dans leur domaine (c’est-à-dire des articles non publiés déposés dans des archives en ligne ouvertes comme Hal, arXiv.org et bioRxiv.org). Dans une moindre mesure, ils peuvent également recommander des articles déjà publiés dans des revues.

L’organisation PCI a été fondée en 2016 par Denis Bourguet, Benoit Facon et Thomas Guillemaud, trois chercheurs de l’INRA. L’organisation est administrativement installée à Nice.

Chaque PCI disciplinaire est constituée d’un comité de direction (managing board) comptant une dizaine d’experts reconnus du domaine, de plusieurs dizaines ou centaines d’éditeurs associés (recommenders), et fait intervenir des rapporteurs (reviewers) externes. Une commission sélectionne en fonction de leur intérêt scientifique les articles qui seront évalués par des pairs.

Il n’y a pas de frais associés au processus d’évaluation ni à l’accès aux évaluations (les sites web des PCI sont en libre accès).

Il existe plusieurs PCI, parmi lesquels on peut citer :

  • Peer Community in Evolutionary Biology (PCI Evol Biol) ;
  • Peer Community in Ecology (PCI Ecol) ;
  • Peer Community in Paleontology (PCI Paleo) ;
  • Peer Community in Animal Science (PCI Anim Sci) ;
  • Peer Community in Entomology (PCI Entomol) ;
  • Peer Community in Circuit Neuroscience (PCI C Neuro) ;
  • Peer Community in Genomics (PCI Genomics).

Après un examen rigoureux, le travail du chercheur est recommandé par une ou plusieurs de ces PCI. Les articles recommandés peuvent figurer dans la bibliographie officielle des scientifiques et être cités dans la littérature scientifique. On peut verbe choisir de soumettre ces articles recommandés à des revues « classiques ».

Les Peer Community in sont un système public, gratuit et de haute qualité avec l’objectif d’être reconnu à la fois au sein de la communauté scientifique et, par la suite, par les organismes de financement et de recherche.

Ce projet devrait aboutir à un nouveau système de publication scientifique, dans lequel les preprints, ou prétirages, sont déposés dans des archives ouvertes et gratuites et, le cas échéant, évalués par les pairs.

Ce processus de recommandation peut coexister sans problème avec le système actuel des revues scientifiques traditionnelles. L’apport des PCI peut augmenter la qualité de l’article et donc sa probabilité d’acceptation dans une revue classique.

Aujourd’hui, un nombre croissant d’écoles doctorales accepte le principe que dans le dossier individuel d’un doctorant, un manuscrit déposé sur une archive ouverte (HAL, arXiv.org, bioRxiv, etc.) et ayant fait l’objet d’une recommandation par une PCI soit assimilable à une publication dans une revue scientifique évaluée par les pairs.

L’initiative PCI est soutenue par de nombreuses institutions telles que le CNRS ou l’INSEE.

Ces institutions s’engagent ainsi à :

  • considérer le système PCI comme un moyen légitime d’évaluer et de valider des résultats scientifiques ;
  • traiter les manuscrits recommandés par PCI de la même façon que des articles publiés dans des revues scientifiques traditionnelles ;
  • encourager leurs membres, collègues et étudiants à intégrer les PCI dans leurs pratiques éditoriales.

 

Episciences.org, Self Journal of Science (SJS)

Sur les mêmes principes a été édifiée Episciences.org10, base sur laquelle il est possible de trouver des articles publiés en open access selon la « voie dorée » et la « voie verte » : dans ces deux cas  les comités éditoriaux des revues organisent l’activité d’évaluation et de discussion scientifiques des prépublications soumises ou sélectionnées.  Les comités éditoriaux des épi-revues organisent l’activité d’évaluation et de discussion scientifique des prépublications soumises ou sélectionnées. Les épi-revues peuvent ainsi être considérées comme une « sur-couche » (overlay) aux archives ouvertes ; elles y apportent une valeur ajoutée en apposant la caution scientifique d’un comité éditorial à chaque article validé11.

Il n’y a pas de frais d’accès pour accéder aux revues hébergées par la plateforme ni de frais de publication pour publier dans les revues hébergées par Episciences.org.

Le Self Journal of Science (SJS), est une « plate-forme de dépôt multidisciplinaire » qui met les chercheurs en capacité de diffuser et commenter directement leurs travaux sans validation. Le rôle de reviewer n’existe pas. Les commentaires et les évaluations des chercheurs-relecteurs sont publiés en toute transparence. La validation vient des échanges entre les auteurs et les relecteurs.

Conclusion

Cet article ne prétend pas donner l’état complet de l’art en matière de science ouverte et d’open access, d’autant qu’il s’agit d’un domaine extrêmement évolutif.

Pour la seule année 2020, on peut noter de nombreuses nouveautés, dont l’impact sera important :

  • Le lancement d’un nouvel outil, dénommé « Amnésie : l’anonymat des données au bout des doigts », vient d’être annoncé par OpenAIRE12. Les données de recherche peuvent en effet contenir des informations sensibles qui limitent leur partage. Développé conjointement avec le centre de recherche et d’innovation Athena, Amnésia a pour objectif de rendre les données anonymes dans le respect du règlement général sur la protection des données (RGPD), entré en application le 25 mai 2018, grâce à des algorithmes de pointe continuellement mis à jour ;
  • L’ouverture de la nouvelle plateforme de publication de la Commission Européenne « Open Research Europe (ORE)13 » pour les bénéficiaires de subventions de l’initiative Horizon 2020. Les chercheurs peuvent publier pendant ou après la fin d’une subvention, en respectant pleinement les politiques de libre accès de la CE. La plateforme fournit des lignes directrices détaillées adaptées à six domaines, ainsi que des indications sur la manière de publier et de relier les données ;
  • La mise à disposition du NI4OS-Europe License Clearance Tool14, qui facilite et automatise le processus de gestion des droits d’auteur des données de recherche avant diffusion publique sous une licence ouverte, en établissant des modèles fiables pour les plans de gestion de données également ;
  • La publication du Passeport pour la science ouverte15 à l’attention des doctorants, actualisé deux mois plus tard et dont une version en anglais est également en ligne ;
  • La publication par le ministère de l’Enseignement, de l’Innovation et de la Recherche des résultats du premier appel à projet du Fonds national pour la science ouverte en faveur de l’édition scientifique ouverte16 ;
  • Le lancement par la Liège Library (Université de Liège, Belgique) de Compass to Publish, le premier outil public aidant à évaluer, sur base d’un examen critéris ?é et transparent, le degré d’authenticité de revues en open access exigeant des frais de publication (APC)17;
  • Check. Submit., vise également à encourager les publiants à se poser les bonnes questions18 ;
  • La publication par le réseau de l’Université du Québec d’une vidéo qui présente des informations et des ressources pour mieux se protéger, reconnaître et comprendre les enjeux liés à la publication dans des revues prédatrices19 ;
  • La création d’un escape game sur la science ouverte. C’est la société HappyKits sur un scénario co-construit avec Formadoct avec le soutien de l’Université Bretagne Loire, l’école des docteurs de Bretagne Loire, l’URFIST de Rennes et le consortium COUPERIN, qui a publié Unlock Science : un jeu pour sensibiliser les doctorants à l’open access20 ;
  • Le 16 novembre 2020 il y a eu la journée « Science Ouverte 2020, où en sommes-nous ? », un moment d’échanges à l’attention des instituts du CNRS : directeurs et directrices, directeurs et directrices adjoint(e)s scientifiques et membres des Conseils scientifiques, ainsi que les directeurs d’unités. Au programme figuraient les avancées et la dynamique internationale sur les pratiques de publication, le partage des données, et les enjeux de l’European open science cloud (EOSC). La journée était aussi l’occasion de présenter le « Plan sur les données de la recherche du CNRS », destiné à accélérer le développement de la science ouverte. Ce Plan national de la Science ouverte1 (PNSO), souligne l’importance :
    • du DMP (Data Management Plan) ;
    • des identifiants pérennes pour les jeux de données de la recherche, pour les données, les logiciels ;
    • de la certification des dispositifs de prise en charge des données de la recherche ? les publications ;
    • du partage des données.

Pour tenir compte de la vitalité de cette discipline, cet article sera donc actualisé chaque année ou complété par des billets spécifiques.

Pour en savoir plus

Contacts

Gianna Sergi : gianna.sergi[at]college-de-france.fr

Marion Piecuck : marion.piecuck[at]college-de-france.fr

DRPD-Département de bibliométrie et des ressources en ligne 
11 Place Marcelin Berthelot
75005 Paris 
tel.: 01 44 27 13 49 

Pour citer cet article : Gianna Sergi, "Science ouverte et accès ouvert, petit manuel pour chercheurs et chercheuses (épisode 2)," in Colligere, 18/01/2021, https://archibibscdf.hypotheses.org/9108. Consulté le 25/06/2021.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Guidelines for Open Access to publications and data in H2020 (p.6-7) https://ec.europa.eu/research/participants/data/ref/h2020/grants_manual/hi/oa_pilot/h2020-hi-oa-pilot-guide_en.pdf []
  2. https://www.lepublikateur.de/2019/01/16/pay-to-publish-open-access-deal-wiley-agreement/ []
  3. Tutoriel complet ici : https://www.college-de-france.fr/media/bibliotheques-archives/UPL3412676772100941154_TUTORIEL_DMPOPIDOR_gs_v07092018.pdf []
  4. https://cat.opidor.fr/index.php/PROGEDO []
  5. http://www.progedo.fr/promouvoir/plates-formes-universitaires-de-donnees/ []
  6. https://scienceouverte.couperin.org/sos-pgd/ []
  7. Gianna Sergi, « Lier les identifiants chercheurs : Scopus, WoS, Hal, ORCID (version bilingue), » in Colligere, 15/05/2018, https://archibibscdf.hypotheses.org/997. Consulté le 29/06/2020. []
  8. Préconisations en vue de la mise en œuvre du Plan S : https://www.ouvrirlascience.fr/plan-s-recommandations/ []
  9. https://peercommunityin.org/ []
  10. https://www.episciences.org/ []
  11. https://www.ccsd.cnrs.fr/2018/09/episciences-une-enquete-pour-mieux-connaitre-nos-utilisateurs/ []
  12. https://amnesia.openaire.eu/ []
  13. https://open-research-europe.ec.europa.eu/for-authors/publish-your-research []
  14. https://lct.ni4os.eu/lct/login []
  15. https://www.ouvrirlascience.fr/passeport-pour-la-science-ouverte-guide-pratique-a-lusage-des-doctorants []
  16. https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid155105/resultats-du-premier-appel-a-projet-du-fonds-national-pour-la-science-ouverte-en-faveur-de-l-edition-scientifique-ouverte.html []
  17. https://lib.uliege.be/fr/news/compass-publish-est-disponible []
  18. https://thinkchecksubmit.org/ []
  19. http://ptc.uquebec.ca/pdci/editeurs-predateurs []
  20. https://zenodo.org/record/4041694#.X8TQYM1KiMp []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 23/01/2021

    […] Sergi, G. (2021, janvier 18). Science ouverte et accès ouvert, petit manuel pour chercheurs et chercheuses (épisode 2) [Billet]. Colligere. https://archibibscdf.hypotheses.org/9108 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search