L’exposition « MUSIQUES ! ÉCHOS DE L’ANTIQUITÉ » et les moulages du fonds Schaeffer au Collège de France

Figure 1 : Première de couverture du catalogue de l’exposition Musiques ! Échos de l’Antiquité, Gand et Lens, Snoek et Louvre Lens, 2017, 400 p.

Une stèle funéraire trouvée près de Cologne témoigne de la mobilité géographique des musiciens de l’Antiquité : Ruphus, jeune Grec originaire de Carie en Turquie actuelle, spécialisé dans le jeu d’une sorte de hautbois que les Romains appelaient tibia, était mort âgé de seulement seize ans sur les bords du Rhin, où son père, natif d’Alexandrie, le fit inhumer1. Ce vaste horizon géographique, englobant des provinces éloignées de l’Empire romain et des régions qui se trouvent autour du bassin méditerranéen en Europe, Asie ou Afrique, est aussi celui couvert par une exposition qui s’est tenue entre septembre 2017 et janvier 2018 au Louvre-Lens intitulée « Musiques ! Échos de l’Antiquité ». Elle peut actuellement être vue à Barcelone au Forum-Caixa (jusqu’au 6 mai 2018) et finira par être présentée au Forum-Caixa de Madrid dans l’été 2018. Cette exposition tente de faire revivre le monde des musiciens et plus largement le monde du sonore depuis le IIIe millénaire av. J.-C. jusqu’au ive siècle de notre ère dans quatre civilisations antiques : Mésopotamie, Égypte, Grèce et Rome. L’exposition est le fruit d’une coopération scientifique de longue durée et a été réalisée par huit commissaires, ce qui est déjà en soi un fait exceptionnel2.

La coopération scientifique a débuté en 2008 lors d’un colloque à Lyon consacré à la question du statut social des musiciens dans l’Antiquité3. En 2012, trois spécialistes de la musique antique étaient en poste ou pensionnaires dans des Écoles françaises à l’Étranger : Sibylle Emerit à l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO) du Caire, Alexandre Vincent à l’École française de Rome (EFR) et Sylvain Perrot à l’École française d’Athènes (EFA). Ils décidèrent de profiter de cette occasion pour créer un programme de recherche commun sur les « Paysages sonores et espaces urbains de la Méditerranée ancienne », en invitant d’autres spécialistes à se joindre à l’aventure : historiens, archéologues, philologues, scientifiques chargés d’examiner des vestiges d’instruments antiques, les matériaux et les techniques utilisés, mais aussi spécialistes de l’imagerie ou de la modélisation pour reconstituer virtuellement les capacités sonores des instruments. Dans le cadre de ce programme de recherche, trois colloques ont été organisés – les actes de l’un d’eux sont parus4, un autre volume est en préparation.

Depuis le début du programme « Paysages sonores et espaces urbains de la Méditerranée ancienne », l’idée de présenter ces recherches dans le cadre d’une exposition cheminait. C’est désormais chose faite. Plus de 400 objets provenant de l’Orient ancien (Mésopotamie et Iran), d’Égypte, du monde grec et romain sont exposés provenant principalement du Louvre, mais également de prêteurs français – parmi lesquels figure le Collège de France – et étrangers.

L’exposition décline le thème de la musique antique dans plusieurs grandes sections. Après la redécouverte de la musique antique, sa place dans les sociétés anciennes est abordée. Le lien entre musique et religion, entre musiciens et pouvoir politique, mais aussi la place des instrumentistes dans les actions militaires sont présentés. Les anciens croyaient à la puissance des phénomènes sonores mais également à celle de leur absence, au silence, les uns comme les autres accompagnant la mort et le deuil. L’attention se porte ensuite sur le musicien – ses gestes, son apprentissage, la transmission du savoir musical. Les technologies modernes, la diffusion du savoir musical ou des instruments à travers le monde antique clôturent l’exposition. Une place de choix a été faite à la comparaison thématique, à la mise en regard d’œuvres des civilisations différentes, sans égard pour les questions de chronologie ou de provenance géographique. Ce choix évite l’écueil de la juxtaposition répétitive et cherche à rendre le monde ancien, les comportements, les coutumes et croyances de ces civilisations polythéistes plus compréhensibles aux visiteurs.

Les sociétés antiques accordaient une très grande importance à la musique dont de nombreux vestiges iconographiques ou textuels témoignent, à défaut d’instruments. Et même si les sonorités et harmonies du passé ne peuvent guère être reconstituées (mais on verra ci-dessous que des pistes existent), il a paru intéressant de présenter au grand public ce pan de la culture ancienne. Néanmoins, les problèmes qu’affrontent les chercheurs sont nombreux. Un hymne composé à la gloire du roi sumérien Shulgi qui régna depuis la ville d’Ur (Tell Muqayyer, Irak) au XXIe siècle av. J.-C. permet de l’illustrer. Mis dans la bouche du roi lui-même, le souverain y énumérait ses nombreuses qualités et compétences, sportives et culturelles (notamment en mathématiques ou art scribal). Dans un autre passage, le roi Shulgi disait de lui-même5:

« Moi, Shulgi, roi d’Ur, je me suis aussi consacré à la musique. Rien n’est trop complexe pour moi ; je connais (les chants accompagnés) de l’instrument-tigi et les hymnes-adab en largeur et en profondeur, perfection de la musique. Quand je fixe les frettes du luth, qui transporte les cœurs, je ne brise jamais son manche ; j’ai étudié les règles pour augmenter et diminuer ses intervalles. Je connais l’accord mélodieux de la lyre-gu-ush à 10 cordes. Je suis familier du sa-esh et sais comment frapper sa caisse de résonnance. Je peux prendre en main l’instrument-miritum, qui (…). Je connais le doigté de l’instrument-algar et de l’instrument à cordes-sabitum, créations royales. De même je peux tirer des sons de l’instrument-urzababitum, du harhar, du zannaru, du urgula et du dimlumagura.
Même si l’on m’apporte, comme on le fait à un musicien expérimenté, un instrument que je n’ai jamais entendu jouer auparavant, quand je commence, j’en produis le véritable son : je suis capable d’en jouer comme si je l’avais tenu auparavant. Accorder, mettre et défaire les cordes ou les fixer, rien de cela n’est impossible à mes mains. Je ne fais pas sonner la flûte-double comme le pipeau et de ma propre initiative je peux chanter un shumunsha ou entonner une lamentation tout comme celui qui le fait régulièrement. »

Le passage cité est le texte le plus éloquent concernant l’art musical mésopotamien. Or nous n’en comprenons que très peu de choses : les chants-tigi et adab désignent deux sortes d’hymnes – mais comment se distinguaient-ils ? Les nombreux instruments énumérés ne sont pas identifiés, sauf celui traduit par « luth » – un instrument arrivé peu de siècles auparavant en Mésopotamie, alors que différentes lyres et harpes y étaient implantées depuis longtemps. Il est probable que les instruments mentionnés (miritum, sabitum, urzababitum etc.) appartenaient à l’une ou l’autre de ces deux familles d’instruments à cordes, mais de quelle catégorie relevaient l’algar, le harhar, le dimlumagura ? Par contre, lorsque Shulgi dit qu’il est capable d’augmenter ou de diminuer les intervalles, il fait probablement allusion aux règles qui permettaient de passer d’un mode musical à l’autre et pour lesquels des textes plus récents donnent des informations plus précises.

Quelles musiques jouait-on dans l’Antiquité ? Les artistes de l’Égypte et de Rome n’ont pas laissé de partitions, au contraire de leurs collègues grecs dont certains ont pu léguer à la postérité des morceaux de musique, hymnes, chants de théâtre ou traités entiers. Distinguant notation du chant et de la partie instrumentale, indiquant aussi le rythme, ces notations grecques sont d’une grande précision. Aujourd’hui, des musiciens spécialistes de la musique antique sont en mesure de reproduire ces morceaux de musique ancienne sur des bases solides.

Qu’en était-il de la Mésopotamie ? Les scribes des textes cunéiformes ont laissé quelques éléments qui permettent de se faire une idée de la musique ancienne, et cela dès le IIe millénaire av. J.-C. Des listes lexicales révèlent les noms des différentes cordes des harpes ou lyres, les appellations données aux intervalles (donc au passage d’une de ces cordes à une autre). Les noms des modes musicaux sont ainsi connus de même que leur équivalent moderne ; un texte contient des instructions pour accorder son instrument et permettre de passer d’un mode à l’autre6.

La réunion de toutes ces informations a permis à des chercheurs de reconstituer la mélodie la plus ancienne du monde actuellement connue. Celle-ci figure sur une tablette qui date approximativement du XIVe siècle avant notre ère. Retrouvée en trois morceaux jointifs sur le site ancien d’Ugarit (actuel Ras Shamra, Syrie), la tablette porte le numéro d’inventaire RS 15.30+RS 15.49+RS 17.387 et est actuellement conservée en Syrie. Or, le Collège de France en possède un moulage de bonne qualité dans le Fonds Schaeffer, légué par l’ancien fouilleur d’Ugarit qui fut professeur au Collège de France dans la chaire d’Archéologie de l’Asie occidentale, de 1954 à 19697. La tablette, de forme oblongue, contient le texte d’un hymne en langue hourrite – une langue étrangère pour les habitants de la ville d’Ugarit – dans lequel on demandait à l’épouse du dieu-Lune, la déesse Nikkal, de favoriser une grossesse. Un double trait sépare les paroles de l’hymne, en haut, des instructions musicales données sous forme de tablature en langue akkadienne, au-dessous : intervalles à jouer sur l’instrument à cordes, nombres indiquant les répétitions de ces « notes », indication du mode, ont permis aux chercheurs de reconstituer la mélodie ancienne du chant avec une certaine probabilité, même si certaines questions sont encore débattues. Malheureusement, aucune indication concernant le rythme, l’instrument (harpe ou lyre) ou d’éventuels autres instruments accompagnant la performance n’y figure.

Figure 2 : Moulages de tablettes avec indications musicales du Fonds Schaeffer (photo prise au Collège de France)

Figure 3 : Reconstitution du plus ancien chant du monde. Proposition de A. Kilmer, « The Cult Song from Ancient Ugarit : another interpretation », Revue d’Assyriologie et d’archéologie orientale 68, 1974, p. 69-82.

RS 15.30+ n’est pas le seul texte contenant des indications musicales retrouvé à Ugarit, mais il est le seul à être entier et donc le seul pour lequel une correspondance entre parole (chantée) et mélodie peut être établie. Des moulages des différentes faces de textes fragmentaires, RS 19.149, RS 19.147, RS 19.154, RS 19.142, parmi d’autres sont également conservés dans le Fonds Schaeffer du Collège de France et permettent de voir que la transmission de ces chants étrangers pouvait se faire par écrit et que cet usage n’était finalement pas si exceptionnel.

À ce jour pourtant, Ugarit, est le seul endroit d’où des exemples de « notations » de musique du Proche-Orient préclassique nous sont parvenus. Néanmoins, ces indications étaient faites en langue akkadienne, langue des habitants de la Mésopotamie du IIe millénaire, et tout porte à croire qu’un jour d’autres chants avec notations seront découverts provenant de la Mésopotamie même.

 

Lien vers la musique reconstituée :

Ce chant peut être écouté, par exemple chanté par J. Borrell :

https://lejournal.cnrs.fr/articles/sur-un-air-de-musique-antique donne un lien.

 

Lien vers le site de l’exposition de Barcelone :

https://caixaforum.es/barcelona/fichaexposicion?entryId=256794

 

Lien vers le site de l’éditeur du catalogue :

http://www.snoeckpublishers.be/usite/snoeckpub_frbe/index.asp?p=914&i=621

 

Nele Ziegler, directrice de recherche au CNRS,
UMR 7192 « Proche-Orient — Caucase : langues, archéologie, cultures »

Pour citer cet article : Nele Ziegler, "L’exposition « MUSIQUES ! ÉCHOS DE L’ANTIQUITÉ » et les moulages du fonds Schaeffer au Collège de France," in Colligere, 19/03/2018, https://archibibscdf.hypotheses.org/904. Consulté le 18/11/2018.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Cologne, Römisches Germanisches Museum, RGM 655, catalogue Musiques ! Échos de l’Antiquité, n° 416. []
  2. Sibylle Emerit, ancien membre de l’Institut français d’archéologie orientale, CNRS UMR 5189 HISOMA ; Hélène Guichard, musée du Louvre, département des Antiquités égyptiennes ; Violaine Jeammet, musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines ; Sylvain Perrot, ancien membre de l’École française d’Athènes, Académie de Strasbourg ; Ariane Thomas, musée du Louvre, département des Antiquités orientales ; Christophe Vendries, université de Rennes II ; Alexandre Vincent, ancien membre de l’École française de Rome, université de Poitiers ; Nele Ziegler, CNRS UMR 7192. []
  3. S. Emerit (éd.), Le statut du musicien dans la Méditerranée ancienne (Egypte, Mésopotamie, Grèce, Rome). Actes de la table ronde internationale tenue à Lyon Maison de l’Orient et de la Méditerranée (université Lumière Lyon 2) les 4 et 5 juillet 2008, Lyon, IFAO Bibliothèque d’étude 159, Le Caire, 2013 ; voir : http://www.ifao.egnet.net/publications/catalogue/978-2-7247-0674-1. []
  4. Voir S. Emerit, S. Perrot, A. Vincent (éd.), Le paysage sonore de l’Antiquité. Méthodologie, historiographie et perspectives. Recherches d’archéologie, de philologie et d’histoire 40, IFAO, Le Caire, 2016 ; voir : http://www.ifao.egnet.net/publications/catalogue/978-2-7247-0674-1. []
  5. Extrait de l’hymne B de Šulgi, Catalogue Musiques ! Échos de l’Antiquité n° 207, traduction pp. 39-40. Le texte peut être consulté sur le site web dédié à la littérature sumérienne : http://etcsl.orinst.ox.ac.uk/ sous l’entrée 2.4.2.02 ; voir pour la traduction : http://etcsl.orinst.ox.ac.uk/section2/tr24202.htm. []
  6. Voir le chapitre de D. Shehata, « La théorie musicale mésopotamienne et le système de “notation” », Musiques ! Échos de l’Antiquité, Lens & Gand, 2017, pp. 44-45. []
  7. Une exposition a été consacrée aux moulages du Fonds Schaeffer: Ougarit entre Orient et Occident, voir le catalogue de l’exposition temporaire présentée par le Collège de France et la Mission archéologique syro-française de Ras Shamra – Ougarit, au 11 place Marcelin-Berthelot, Paris 5e, du 15 au 23 septembre 2017, 116 p., (ISBN 978-2-7226-0449-0). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.