Maurice Croiset (1846-1935), professeur de grec et administrateur

Une longévité remarquable sur une chaire originelle, un double dévouement à l’institution

Professeur à quarante-six ans, Maurice Croiset occupe la chaire de Langue et littérature grecques pendant trente-sept ans. Au prestige qu’ont encore à cette date les études classiques, s’ajoute l’héritage précieux attaché à la chaire elle-même ; le grec figure en effet, aux côtés de l’hébreu et des mathématiques, parmi les tout premiers enseignements des lecteurs royaux institués par François 1er en 1530. Ainsi Maurice Croiset s’inscrit-il dans une des plus longues lignées savantes du Collège de France depuis Pierre Danès, comme le souligne Abel Lefranc, président de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres dans son éloge funèbre de 19351. À mi-parcours de sa carrière au Collège, en 1911, il en devient l’Administrateur manifestant ainsi une autre de ses aspirations, celle de servir l’institution et la cause de l’enseignement supérieur y compris dans leurs dimensions administrative et politique et au prix d’un labeur redoublé. Administrateur honoraire à quatre-vingt-trois ans, Professeur honoraire à quatre-vingt-cinq ans, il décède  trois ans plus tard en laissant un nouvel ouvrage sur le métier, consacré à la République de Platon.

Humaniste dans l’âme, une âme nourrie d’un amour précoce et constant pour les auteurs anciens, Maurice Croiset est issu d’un milieu particulièrement favorable à l’épanouissement de cette culture classique dans tous ses aspects : littérature et histoire, philosophie et morale, auteurs grecs et auteurs latins, tous lui sont, semble-t-il, aussi familiers, même si son goût le porte à privilégier « l’esprit athénien » selon ses propres mots. À en juger par les témoignages de ses contemporains mais aussi par les présentes archives, tout son parcours scolaire et académique, à la pointe de l’excellence, en est imprégné comme le sont ensuite sa pédagogie, son authentique éloquence et son implication dans la chose publique, en faveur de l’enseignement en général et des Belles Lettres en particulier.

Un enfant des Humanités, un élève du Quartier Latin

Né à la toute fin de la Monarchie de Juillet, le 21 novembre 1846, dans un milieu de lettrés parisiens,  Maurice est un véritable disciple du Quartier Latin : son père enseigne au lycée Saint-Louis, où Maurice et son frère aîné Alfred suivent une grande part de leurs études secondaires avant de les poursuivre de l’autre côté de la place de la Sorbonne, au lycée Louis-Le-Grand, toujours à un an d’intervalle2. Sa future alliance matrimoniale ne fera que consolider encore cette immersion dans le milieu académique des humanités puisqu’il épouse en 1873 la fille du Doyen de la Faculté des Lettres de Montpellier. Cependant, au titre des relations entre sphère privée et itinéraire scientifique, c’est indéniablement le rôle de la fratrie qui domine.

Les frères Croiset : une communauté de destin et l’écriture partagée du « grand-œuvre »

Elevés ensemble dès leur plus jeune âge dans le goût profond des lettres classiques, ils s’y meuvent avec une aisance hors du commun : leur prestation dialoguée en vers latins au banquet de la Saint-Charlemagne de janvier 1863, fixée pour la postérité par une publication que conserve la Bibliothèque nationale de France, laisse des souvenirs de prodige dans les nombreux hommages rendus à Maurice3. Ce dernier n’a que dix-sept ans et deux ans plus tard, en 1865, il rejoint Alfred à l’École normale avec le même rang suprême de « cacique » selon le jargon de la rue d’Ulm. Maurice est de la promotion d’Émile Boutroux4 et de Gaston Maspero, son futur collègue au Collège de France5. Trois ans plus tard, il réussit l’agrégation de Lettres, celle-là même dont il présidera le jury plusieurs années durant au tournant du siècle et jusqu’à la Belle-Époque, celle dont les programmes et les auteurs continueront d’inspirer le choix de certains cours professés au Collège. Commence alors pour le jeune Maurice la carrière de professeur de lycée en province, passage obligé ou presque pour les normaliens de cette époque et passage formateur, sinon salutaire, selon l’opinion d’Edmond Faral6 que le Croiset de la maturité n’aurait sans doute pas démentie. Ce sont huit années passées successivement au lycée de Moulins (septembre 1868 – janvier 1872) et au lycée de Montpellier (janvier 1872 – mars 1876). Seule la guerre de 1870 interrompt ce parcours sans faute et c’est ensemble que les deux frères choisissent de s’engager dans la garde mobile.

Le doctorat ès-Lettres, obtenu en 1874 avec une thèse consacrée aux Idées morales dans l’éloquence politique de Démosthène, lui permet d’accéder à la Faculté des Lettres de Montpellier, d’abord comme chargé de cours puis comme professeur à partir de 1877 et jusqu’en juillet 1891. Puis, après un bref retour à l’Ecole normale comme enseignant (1891-1893), il est élu au Collège de France déjà réputé pour des publications remarquées dans la décennie écoulée : en 1882, un essai consacré à Lucien, choix humaniste par excellence que le fondateur du Collège n’aurait pas renié7) et, respectivement en 1887 et 1891, les deux volumes à lui dévolus par tirage au sort dans le plan fraternel de publication de l’Histoire de la littérature grecque. Il s’agit des tomes impairs : le volume I, consacré à Homère et Hésiode, et le volume III qui étudie la tragédie et la comédie aux IVe et Ve  siècles, deux manifestations privilégiées du « génie athénien » selon Croiset qui en scrute tous les ressorts avec une admiration toujours renouvelée.

Or, aussitôt parvenu au Collège, Maurice s’attèle à la révision du tome premier ; le tome V ne sera publié, dans sa toute première édition, qu’en 1899 dans la suite de la réédition révisée et augmentée des volumes précédents. Outre que le fonds d’archives conservé au Collège documente directement la rédaction de cette somme, il ressort de la succession des manuscrits de cours que ce travail de référence est en filigrane de toute l’activité pédagogique : il la nourrit et s’en nourrit sans qu’on puisse toujours distinguer ce qui est premier. Cette entreprise éditoriale au long cours est véritablement l’œuvre d’une vie ou plutôt de deux vies savantes « parallèles »8, celles de deux frères dont les compétences se conjuguent et se confondent tout à la fois. Leur souci d’écrire une somme de première main, c’est-à-dire une étude complète de tous les auteurs célèbres et moins célèbres sur près de quinze siècles et à partir de leur propre lecture des textes, donne la mesure du travail à réaliser. Parce qu’elle est la première du genre conçue en langue française une telle somme fait longtemps autorité pour les études grecques en France et contribue à fonder la « magistrature intellectuelle et morale » dont Faral revêt la figure de Maurice Croiset. Abel Lefranc en souligne pour sa part la portée internationale, ce qui jusqu’alors semblait réservé à la littérature germanique dans ce domaine.

Maurice Croiset, un pédagogue et un administrateur engagés dans la défense des Belles Lettres

Nul doute que la première livraison complète de cette somme littéraire et historique achevée à l’aube du XXe siècle ait favorisé l’élection de Maurice à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres en 1903, dix ans tout juste après l’entrée au Collège. L’année suivante le voici désigné pour présenter la Notice sur la vie et les travaux d’un de ses illustres prédécesseurs, Gaston Paris. De sa présence active à l’Institut, Abel Lefranc conclut que Maurice Croiset fut « … un académicien modèle, comme l’avaient été Renan et Boissier. »9 De la description de l’homme par ses pairs, il ressort en effet un sens du service et du devoir qui lui fait accepter les charges les plus lourdes pouvant incomber à un savant si hautement distingué, et surtout les endosser sans se dérober aux lourdes tâches qu’elles comportent. Comme Renan, Croiset fut Administrateur du Collège sans interrompre pour autant son enseignement, pas même durant la Première guerre mondiale – il était âgé de soixante-sept ans en 1914 et administrateur depuis trois ans. S’y ajoutaient d’autres charges éminentes : la vice-présidence du Conseil supérieur de l’Instruction Publique de 1912 à 1931, la présidence de l’Académie des Inscriptions en 1916, la présidence de l’Association Guillaume Budé, jusqu’à son décès. Au sein de cette dernière, dont il était fondateur, il assura pour longtemps la défense et illustration des lettres grecques au moyen de la maison d’édition associée dès 1917, les Belles-Lettres10, et de ses collections bilingues communément appelées « Budé » par tous les lycéens et étudiants y ayant découvert les auteurs anciens. Il fut en outre, à l’échelle internationale, un fervent artisan de la coopération franco-grecque, parmi les fondateurs de la Ligue pour les droits de l’hellénisme et président d’honneur du Comité France-Grèce.

Comprendre le « génie athénien », en cultiver la postérité

L’enseignement de Maurice Croiset est tout entier nourri d’un goût profond de l’hellénisme, de « l’esprit athénien », du « génie athénien », ou encore de « l’atticisme » selon ses expressions favorites. Il en scrute toutes les manifestations (littéraires, philosophiques, politiques) à travers tous les genres (épique, lyrique, tragique, comique, etc.), où beauté et vertu composent ensemble, où art et science se rejoignent souvent. Le ressort pédagogique premier semble être le désir de faire connaître et de faire partager ; les notes préparatoires de cours reflètent plus d’une fois cet enthousiasme communicatif, y compris dans la rédaction anticipée de certaines adresses à l’auditoire. Ses collègues témoignent de sa passion pour l’enseignement et soulignent en particulier les liens qu’il conserve longtemps avec l’agrégation de lettres dont il présida le jury plusieurs sessions durant, au tournant du XXe siècle11. L’hommage de Faral signale que Croiset choisissait volontiers, pour l’explication de texte qui constituait sa seconde leçon hebdomadaire au Collège, des auteurs ou des œuvres au programme de ce concours, un moyen efficace, semble-t-il, d’attirer un public plus jeune, dans la continuité pédagogique de ce qu’il avait connu à Montpellier : « (…) il se plaisait alors à voir se presser au pied de sa chaire les étudiants de l’École normale et de la Faculté des Lettres. ».12

Quelle juste place à la tradition ?

Son successeur dans la lignée des Administrateurs du Collège, Faral ne peut que se montrer sensible à l’action que mène Maurice Croiset dans ce cadre à partir de 1911, date à laquelle ce dernier publie déjà un ouvrage consacré à l’institution13. Au titre des missions revues et corrigées, Faral lui attribue notamment la suppression – ou bien s’agit-il seulement d’une nuance ? – dans le grand préambule de l’Annuaire, de la fameuse formule due à leur illustre prédécesseur, Ernest Renan : « enseigner la science en voie de se faire ». Croiset souligne par là un des clivages potentiels à l’œuvre dans la mutabilité des chaires : que garder ? Quelle tradition préserver – on sait combien celle des lettres classiques lui tient à cœur ? Quelle place faire au neuf – à « l’émergent », dirait-on aujourd’hui que la formule de Renan est largement reprise dans le discours institutionnel ?

Faut-il voir en Maurice Croiset un des derniers représentants d’une méthode d’analyse qui ne pourra plus jamais être la même après l’école des Annales, entre autres évolutions épistémologiques du premier XXe siècle14 ? En conclusion de son éloge funèbre, Abel Lefranc salue « le type admirable de l’honnête homme des générations anciennes »15. De son côté, Faral semble devoir excuser Croiset par prétérition et rendre hommage à une certaine manière de faire de la science « avec le cœur » qui n’est peut-être plus vraiment au goût du jour – Faral écrit sa Notice en 1944, près de dix ans après l’éloge de Lefranc et en une période propice à la recomposition de tous les cadres de pensée d’avant-guerre.

Cependant, Maurice Croiset, le pédagogue, savant et administrateur, ne peut pas être réduit à un style désuet. Déjà Lefranc aide à nuancer l’image que l’on pourrait avoir d’un savant de cabinet exclusivement nourri de textes : parmi ses lectures nombreuses et internationales, Croiset ne néglige pas de prendre connaissance des comptes rendus de fouilles, il ne méconnaît pas les avancées de l’archéologie même s’il n’y prend pas part.16 Il n’est pas anodin que Maurice Holleaux, son collègue détenteur de la chaire d’épigraphie grecque, tienne à lui adresser personnellement les éléments découverts par le jeune Louis Robert sur le serment des Ephèbes. (Voir les éléments exposés à la fin du présent billet.)

Certes la nostalgie peut-elle poindre parfois dans l’expression de son admiration pour les Anciens mais elle ne l’éloigne pas du contemporain dans la mesure où domine la conviction de l’actualité des textes grecs, qu’il s’agisse pour lui de suivre la chronique théâtrale et les représentations de son temps lorsque les textes grecs sont portés à la scène, ou qu’il s’inspire de sa fréquentation constante des auteurs grecs pour dire sa propre réflexion sur la démocratie, la nation, l’éducation en des temps troublés. Voir « La Grande Guerre en filigrane » dans la notice de présentation du fonds d’archives sur le site Salamandre des Archives du Collège de France.

Par cette mobilisation humaniste de la tradition au service du progrès de la cité, Croiset est en profond accord avec la mission fondamentale du Collège : cela se traduit par son souci pédagogique de diffusion dans un style communicatif, avenant, élégant, voire enthousiaste, qui donne  aussi le ton de son activité éditoriale, d’auteur et d’éditeur scientifique.

Voici pour finir deux exemples d’échanges scientifiques repérés dans ce fonds Maurice Croiset et qui ont fait l’objet d’une petite exposition lors d’une  assemblée des professeurs.

Filiations et correspondances scientifiques : la découverte et la transcription du « serment des éphèbes » par Louis Robert rapportées par Maurice Holleaux à son maître Maurice Croiset dans une lettre du 15 juillet 1932.

Le fonds Maurice Croiset (1846-1935) contient une courte lettre de Maurice Holleaux (1861- 1932) datée du 15 juillet 193217, soit deux mois environ avant le décès du scripteur. À cette date, Maurice Croiset est devenu Administrateur honoraire depuis un an déjà, après avoir occupé la chaire de Langue et littérature grecques pendant trente-sept ans et exercé les responsabilités d’Administrateur du Collège de France de 1911 à 1931. Successeur de Paul Foucart sur la chaire d’Épigraphie grecque depuis 1927, Holleaux a été l’élève de Croiset ; ils se trouvent ensemble au Collège bien qu’ayant quinze ans d’écart et l’élève disparaît en 1932, trois ans avant le maître.

Monsieur et cher Maître,

Je reçois de Louis Robert la formule, relevée par lui sur le marbre, du serment des éphèbes, et je prends la liberté de vous en adresser la transcription. Si le document vous paraît intéressant, je vous serais obligé de vouloir bien garder cette copie.

Veuillez, je vous prie, Monsieur et cher Maître, agréer l’hommage de mon bien respectueux dévoûment, Mce Holleaux »

Est jointe ladite transcription de la main de Louis Robert, futur Professeur donc, de 1939 à 1974. Louis Robert vient de découvrir une stèle de marbre dite « des serments » dans le dème18 d’Acharnes au nord de l’Attique, au sanctuaire d’Arès et d’Athéna Aréia ; il publiera le fameux serment en 1938.

Maurice Croiset a encore trois ans à vivre ; les notes de cours du même dossier d’archives révèlent, pour l’année 1930-1931 une écriture moins assurée et des notes très succinctes, en comparaison des cours conservés pour les périodes antérieures. Ce bref échange matérialise le dialogue entre générations de savants, la curiosité toujours à l’œuvre ainsi qu’en filigrane l’annonce de la relève brillamment assurée.

Maurice Croiset, Eugène Gley et la mort de Socrate : pour son cours sur le Phédon, l’helléniste interroge le biologiste sur les effets de la ciguë.

Dans la toute première leçon du cours de 1917-1918 « Platon et son temps »19, qui est d’ailleurs la suite du cours de 1916-1917,  est intercalé, juste avant la conclusion, un petit feuillet de référence bibliographique sur la ciguë. Il s’agit d’un ouvrage scientifique de Martin-Damourette et Pelvet20. Comme en témoigne l’autre face du feuillet, c’est sur le conseil de son collègue biologiste Eugène Gley que Croiset a scrupuleusement recopié l’extrait de la page 66 dudit ouvrage :

C’est à tort, suivant nous, que quelques personnes refusent d’admettre que le poison socratique fut la grande ciguë, en se fondant sur ce que Socrate conserva de raison et n’éprouva pas de convulsions ni de coliques ni de vomissements. (…) ».

Sous le titre « Note de M. Gley sur l’empoisonnement par la ciguë », titre écrit par Croiset, ce dernier conserve des notes prises d’une autre écriture et d’une autre encre, celles d’Eugène Gley  qui occupe alors la chaire de Biologie générale. Or l’Annuaire indique, pour les années 1916-1917 et 1917-1918, que son cours n’a pu avoir lieu « en raison de ses fonctions de médecin attaché à l’hôpital militaire du Panthéon, annexe du Val-de-Grâce ».21

 Après avoir indiqué une liste de « symptômes de l’empoisonnement par la ciguë » d’après un Traité de toxicologie de L. Lervin, Gley écrit :

A ces indications je joins en communication un travail de Martin-Damourette et Pelvet. Veuillez consulter la p. 66. Martin-Damourette et Pelvet étaient, surtout pour l’époque, de bons expérimentateurs ».

Note d’Eugène Gley sur l’empoisonnement à la ciguë

L’ouvrage en question date en effet déjà de près de cinquante ans. Ainsi Gley a-t-il pris le temps, en pleine guerre et en pleine mission hospitalière, certes au voisinage du Collège, de répondre avec précision à son collègue et Administrateur, références à l’appui.

La conclusion de la 1ère leçon révèle combien l’enquête sur la véracité des détails physiologiques nourrit l’analyse de Croiset sur le récit du Phédon :

Et, après cette vue générale, quelle notation juste, fine, émue des détails ! Je ne peux les citer ici. | Rappelez-vous le charmant intermède, où Socrate caresse [les] cheveux de Phédon. | Rappelez-vous surtout [la] dernière page, où [nous] assistons, minute par minute, à [la] mort du sage, page où [le] réalisme si expressif, si émouvant, se mêle à un idéalisme* si admirable. | Serait insensé de récuser tel témoignage à la fois si précis, si positif et si éternellt beau ».

* ici Croiset a ajouté : « Obj[ections] médicales réfutées ».
Pour citer cet article : Laure Léveillé, "Maurice Croiset (1846-1935), professeur de grec et administrateur," in Colligere, 14/12/2020, https://archibibscdf.hypotheses.org/9011. Consulté le 27/11/2021.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Lefranc Abel. Funérailles de M. Maurice Croiset, membre de l’Académie. Discours de M. Abel Lefranc, Président de l’Académie. In: Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 79e année, N. 4, 1935. pp. 518-526. url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1935_num_79_4_85059 []
  2. Cf. Pièce cotée 24 de son Dossier individuel coté 16 CDF 87. []
  3. Comme le rappelle Edmond Faral dans son hommage posthume à l’Académie en 1944, cet épisode quelque peu anecdotique inaugure toutefois la célébrité conjointe des deux frères, Alfred et Maurice. Cf. Faral Edmond. « Notice sur la vie et les travaux de M. Maurice Croiset, membre de l’Académie ». In: Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 88e année, N. 1, 1944. pp. 78-101. Faral était devenu collègue de Croiset au Collège de France à partir de 1924 sur la chaire de littérature latine du Moyen Age et peut d’autant plus témoigner du parcours de celui-ci qu’il a lui-même exercé les fonctions d’Administrateur à partir de 1937. url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1944_num_88_1_77728. 

    Sur le frère, Alfred Croiset, voir : Lot Ferdinand. Notice sur la vie et les travaux de M. Alfred Croiset (1845-1923). In: Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 73ᵉ année, N. 4, 1929. pp. 362-384. url : www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1929_num_73_4_85233

    Alfred devient doyen de la faculté des Lettres de la Sorbonne en 1898 et y demeure jusqu’à sa retraite en 1920. []

  4. Le fonds d’archives conserve une trace indirecte des relations avec la famille Boutroux : un faire-part de mariage recyclé comme papier de cours. []
  5. Gaston Maspéro occupe la chaire d’Egyptologie de 1874 à 1916 dans la suite de son maître Rougé et à un âge remarquablement précoce : né la même année que Croiset, en 1846, il accède au Collège près de vingt ans avant lui. []
  6. Cf. note 3. []
  7. Cf. discours d’Abel Lefranc, op. cit., p520-521  : « Sans les œuvres de Lucien, Erasme et Rabelais ne seraient pas ce qu’ils sont dans l’histoire des lettres. ».

    Pour le détail de la carrière, voir les données issues de la notice individuelle qu’il remplit le 31 mars 1905 (Dossier individuel). Le même dossier conserve une copie manuscrite de la notice qui lui est consacrée dans le Nouveau Larousse (s.d. – après 1887 et la parution de la première édition de son Histoire de la Littérature grecque. []

  8. Pour évoquer bien sûr Plutarque et ses Vies parallèles auxquelles Croiset consacre son cours de 1920-1921 sous le titre « Plutarque biographe ». Le fonds conserve la trace d’un lointain et précédent cours sur Plutarque professé à la faculté des lettres de Montpellier en 1887-1888 (cote 53 CDF 11). []
  9. Op. cit., p. 524. []
  10. Cf. Abel Lefranc, op. cit., qui la qualifie d’« entreprise quasi-nationale »  p. 525. []
  11. On en trouve des témoignages indirects dans le fonds, à travers des sujets imprimés de version, par exemple, exploités comme papier recyclé pour les cours. []
  12. Cf. Faral, Edmond, op. cit. []
  13. Le Collège de France, son rôle présent et son avenir / Maurice Croiset, Paris, Renouard, 1911. Cet ouvrage est consultable à la Bibliothèque patrimoniale. []
  14. Cf. 53 CDF  « Cours de 1900-1901 – Les historiens grecs. 1ère leçon » – à bien des égards la vision générale de l’histoire exprimée dans cette leçon d’ouverture annonce des développements ultérieurs de la discipline et de ses « sciences auxiliaires ». []
  15. Cf. Lefranc, Abel, op. cit. p. 526. []
  16. Cf. 53 CDF : « (Peu après 414) probabl. 413 411 ou plutôt 410 – Trilogie des Phéniciennes. (ŒnomaosChrysippePhéniciennes) (…) » et en particulier le petit dossier consacré aux Phéniciennes : sur les 12 feuillets, l’un comporte des notes bibliographiques à partir d’un article de Carl Robert (1850-1922) dans le Jahrbuch des Kaiserlich deutschen Archeolog. Instituts (Band XXIII, 1908) sur les références de vases et coupes portant des illustrations des Phéniciennes d’Euripide. []
  17. Lettre manuscrite conservée à la cote 53 CDF 40 – 3/1. 1 lettre de Maurice Holleaux à Maurice Croiset, datée de « Paris, 15 juillet 32 » à laquelle est joint un feuillet de transcription du serment des Ephèbes, relevé par Louis Robert sur la stèle de marbre qu’il a découverte dans le nord de l’Attique peu de temps auparavant. Croiset a ajouté les références dans Stobée, « St. Flor. 43, 48 » au bas du feuillet, ce qui se rapporte donc au précédent feuillet de la cote. []
  18. Le dème est une circonscription administrative. []
  19. Manuscrit de cours conservé à la cote 53 CDF 29. []
  20. Pelvet, Norbert (Dr.), Martin-Damourette, Félix-Antoine (Dr), Étude de physiologie expérimentale et thérapeutique sur la ciguë et son alcaloïde, mémoire lu à la Société de thérapeutique, le 18 juin 1869, par Martin-Damourette et Pelvet Paris : P. Asselin, 1870, 156 p. []
  21. Cf. Annuaire, dix-huitième année, p. 46. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search