JapanKnowledge et Zassaku-plus : deux bases japonaises incontournables en accès via Omnia

Sachez qu’il vous est proposé d’étudier, d’approfondir, de lire, de connaître le Japon en ligne, grâce à ces deux bases documentaires proposées aux lecteurs inscrits à la Bibliothèque d’études japonaises du Collège de France.

JapanKnowledge (plus connue sous son abréviation JK) est un riche corpus d’encyclopédies, de dictionnaires, de compilations de références et de ressources périodiques japonaises (environ 70 sources différentes, plus de 1500 en volume). Il est possible d’y consulter par exemple, non seulement des dictionnaires japonais, anglais-japonais, japonais-anglais et anglais-anglais ou français-japonais, japonais-français, des encyclopédies, des dictionnaires de mots courants et de termes scientifiques, mais également de nombreux textes sur l’histoire du Japon par période, par préfecture, sur la science, la culture, la société, la vie quotidienne, les mouvements sociaux, l’économie et bien plus encore.

JK est considérée comme un instrument de travail de base au Japon : y sont abonnées non seulement des universités et des institutions de recherche, mais aussi une centaine de lycées. Son rayonnement à l’étranger est considérable, tant aux États-Unis (69 bibliothèques abonnées, dont la bibliothèque du Congrès), qu’en Asie ou en Europe. En France, trois bibliothèques proposent cette ressource.

JK est composé de trois grandes parties. D’abord celle à laquelle on accède par l’abonnement de base, qui est principalement constituée de dictionnaires de petite ou moyenne taille, de tous les domaines y compris les sciences et les techniques, et à destination du grand public. Ensuite JK Lib, ensemble d’encyclopédies ou grands dictionnaires très spécialisés de l’histoire et de la littérature. Enfin JKBooks, également très spécialisée, constituée d’une collection de livres ou de revues de taille moyenne. Ces trois parties sont régulièrement enrichies par de nouveaux contenus. S’il n’y pas de choix pour les titres de la première partie, il est possible aux bibliothèques qui s’abonnent de composer librement les deux autres parties selon leurs propres besoins. Ainsi notre bibliothèque, centrée sur les époques pré-modernes du Japon (jusqu’à la fin du XIXe siècle), a choisi les trois titres suivants des JK Lib :

  • Kokushi daijiten (Encyclopedia of Japanese History) : version numérisée d’un des plus grands dictionnaires sur l’histoire du Japon. La version papier comporte dix-sept volumes.

  • Kadokawa kogo daijiten (The Great Dictionary of Archaic Japanese) : version numérisée des cinq volumes d’un dictionnaire de japonais ancien de référence.

  • Nihon Rekishi Chimei Taikei (Encyclopedia of Japanese Historical Place Names) : version numérisée d’une cinquantaine de volumes (au moins un volume par département) d’un grand dictionnaire de toponymes. Il retrace les changements de noms de lieu depuis l’Antiquité jusqu’à une époque très récente, documents à l’appui  : il propose par exemple de nombreuses cartes.

Parmi les 13 titres disponibles dans JKBooks, nous en avons choisi deux, à savoir :

  • collection Gunsho Ruijû: grand recueil de manuscrits transcrits et de textes dans tous les domaines de la culture japonaise, indispensable pour les études classiques. Fruit de plus d’un siècle de travail éditorial à partir du début du XIXe siècle, il représente au total 133 volumes imprimés dans ses éditions modernes.

  • Kôbunsô Taika Mokuroku (Catalogues de vente de la librairie Kôbunsô) : compilation numérisée des 77 volumes (de 1925 à 1984) des catalogues de vente de livres et de manuscrits anciens de cette librairie, dirigée par l’emblématique libraire Shigeo SORIMACHI (1901-1991). Plus de 20 000 titres y figurent avec les images d’origine, parfois en couleurs. En Europe, seules notre bibliothèque et la British Library ont pris cet abonnement. Notre faible taux d’acquisition dans cette troisième partie s’explique surtout par le fait que la plupart des offres de JKBooks concernent des périodes assez récentes, à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle. Une exception cependant, outre les deux titres déjà cités :

  • la collection Kamakura Ibun: grand recueil de documents historiques du Japon médiéval (1185-1333). D’ailleurs, elle sera notre prochaine acquisition dans JKBooks, si les conditions budgétaires nous le permettent. Nous en avons bien sûr la version papier en 49 volumes. C’est à travers la composition de ces deux parties optionnelles que chaque institution abonnée exprime son orientation documentaire ou son originalité. À l’attention des usagers français, nous résumons dans le tableau ci-dessous les contenus choisis par chacune des trois institutions françaises abonnées à JK, à savoir, le Collège de France, la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Bulac) et l’université Jean-Moulin Lyon III.

Tableau des abonnements à JK en fonction des établissements

On y voit bien que Kokushi daijiten (Encyclopedia of Japanese History) est presque indispensable, comme la collection Gunsho Ruijû, pour les études classiques. Le Collège de France collabore étroitement avec la Bulac, ce qui explique nos choix respectifs en matière d’abonnement.

Présentons maintenant les trois ressources que vous pouvez utiliser si vous êtes lecteur de la Bulac.

  • Encyclopedia of Japanese Waka Poetry, new edition (Shinpen Kokka Taikai en japonais) : outil de base pour les études sur la littéraire japonaise, compilation quasi exhaustive de près de 450 000 poèmes japonais (waka publiés dans plus de mille anthologies au cours de toute l’histoire du Japon).

Dans la partie JKBooks, la Bulac donne accès à :

  • Fûzoku gahô : reproduction en couleur de l’ensemble des 518 numéros, publiés de 1889 à 1916, de la première revue illustrée du Japon moderne. Indispensable pour les études sur les mœurs et les coutumes du Japon de l’époque.

  • Jinbutsu sôshô : grande collection de biographies de personnages historiques importants. En cours de publication, à l’heure actuelle, il y a environ 300 volumes.

Parmi ces trois titres dont le Collège de France ne propose pas la version numérisée, il offre la version imprimée du premier. Le troisième sera bientôt disponible dans la salle de lecture du Pôle Mondes asiatiques (PoMA) du Collège de France.

Parlons maintenant des fonctionnalités de JK. On peut bien sûr faire une recherche simple avec mots-clés sur l’ensemble du bouquet, soit sur les mots d’entrée, soit sur l’ensemble des textes, avant de filtrer les résultats par ressource. On peut également, dès le début, choisir une ou plusieurs ressources qui nous intéressent, et lancer une recherche détaillée sur elles. On peut lire ou feuilleter certaines collections comme on lit un livre classique. Pour la plupart des ressources, on peut imprimer ou enregistrer un résultat présenté en PDF. La fonction d’hypertexte s’applique à l’ensemble du bouquet (on fait une recherche simple à partir d’un mot souligné de l’écran), et pour certaines collections spécialisées, il existe des liens vers des sites extérieurs à JK, qui vous donnent plus d’informations, d’ images, etc. Beaucoup de dictionnaires de langue donnent la prononciation. Tout cela montre que JK n’est pas une simple accumulation de ressources papier existantes numérisées.

Pour les contenus des ressources de l’abonnement de base et de celles optionnelles qui ne sont pas disponibles ni chez nous, ni à la Bulac, voir le lien : https://japanknowledge.com/en/contents/.

Zassaku Plus, abréviation de Koseisha Zasshi Kiji Sakuin Shusei Detabesu, est un index des articles publiés dans des magazines et périodiques en japonais sur une période allant de l’ère Meiji jusqu’à aujourd’hui, à savoir à partir des années 1860, et cela représente plus de 25 millions d’articles. Cette base comprend également des journaux régionaux qui ne sont pas indexés par la Bibliothèque nationale de la Diète, à Tokyo. D’ailleurs, la base de cette bibliothèque japonaise, équivalente de notre BNF, qui ne couvre qu’un tiers de notre base comme période, est incluse dans celle-ci. La base est régulièrement mise à jour. En plus des périodiques japonais, la base contient des périodiques étrangers publiés au Japon, ainsi que des périodiques japonais publiés en dehors du Japon. En France, le Collège de France est l’une des deux institutions avec l’École française d’Extrême-Orient (EFEO), qui ont accès à cette base. Éditeur : Koseisha. Domaine : Langues et cultures d’Asie de l’Est, langue et culture japonaises.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à contacter la Bibliothèque d’études japonaises du Collège de France
Vous pouvez trouver les modalités d’accès aux ressources en ligne du Collège de France ici.

Pour citer cet article : Kaoru Baba, Gianna Sergi, "JapanKnowledge et Zassaku-plus : deux bases japonaises incontournables en accès via Omnia," in Colligere, 08/07/2020, https://archibibscdf.hypotheses.org/8728. Consulté le 06/08/2020.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.