Les fresques de Pierre Bompard au Collège de France

Le Cosmos. Allégorie de la physique et de la chimie alliées aux quatre éléments (1938)

Le dispositif connu sous le nom du « 1 % artistique », qui impose de consacrer aux nouveaux bâtiments publics 1 % du budget de construction à une ou plusieurs œuvres, connaît un projet de loi dès 1936, sous l’impulsion du ministre de l’Éducation nationale, Jean Zay (1904-1944). C’est dans ce cadre que le Collège de France commande deux fresques monumentales à Pierre Bompard (1890-1962), peintre officiel de la Marine depuis 1936. Elles sont réalisées à l’occasion de l’achèvement des travaux des nouveaux bâtiments dédiés à la chimie, avant que n’en soient livrés deux autres consacrés l’un à la physique, l’autre à la biologie (pour en savoir plus, retrouvez notre article sur l’histoire de ces bâtiments). Couronnées par les noms des plus éminents représentants de la physique et de la chimie dans l’institution depuis sa création, ces fresques sont des allégories du progrès et de la science dominant la nature.

La terre et le feu

Vue générale de la fresque représentant la terre et le feu. Photographie Frédérique Pailladès

La fresque est séparée en deux parties par un volcan dont émanent des nuées. L’arc-en-ciel, en tant que phénomène optique, répond à l’aurore boréale de l’autre fresque, tout en faisant le lien entre les éléments célestes et terrestres. L’agriculture et l’industrie s’allient ici pour symboliser l’abondance de la production humaine.

Volcan trônant au centre de la fresque. Photographie Frédérique Pailladès

La terre est représentée par la nature apprivoisée. Nature vivante et végétale d’abord : jardins à la française, cultures céréalières, vignes s’étendant sur une partie du panneau. Nature minérale et transformée par la culture ensuite : l’architecture assemble les éléments en bâtiments monumentaux, parmi lesquels on reconnaît une cathédrale gothique, le Parthénon, les pyramides de Gizeh et l’arc de triomphe d’Orange.

Allégorie de la terre, maîtrisée par l’agriculture, le jardin et l’architecture. Photographie Frédérique Pailladès

Le feu est maîtrisé allégoriquement par la production d’électricité, naturellement présente dans la foudre que l’on aperçoit dans la partie supérieure droite. Le barrage hydro-électrique, les lignes à haute tension, l’extraction de pétrole via un derrick alimentent en énergie les ateliers, les manufactures et les usines sidérurgiques.

Allégorie du feu, naturel sous forme d’éclairs, maîtrisé par l’Homme dans ses différentes industries. Photographie Frédérique Pailladès

Au centre, un train à vapeur traverse un viaduc et relie le monde agricole au monde industriel. On note, le surplombant, la position centrale d’un petit village, symbole d’attachement à la terre.

L’air et l’eau

Vue générale de la fresque représentant l’air et l’eau. Photographie Frédérique Pailladès

La fresque s’articule autour d’une trombe marine symbole des forces naturelles à l’état sauvage, forces que l’homme seul est à même de dompter. Elle est parcourue horizontalement par une aurore boréale, phénomène optique longtemps demeuré mystérieux jusqu’aux premières explications scientifiques des XVIIIe et XIXe siècles.

Détail de la bourrasque. Photographie Frédérique Pailladès

La navigation de pleine mer y est présentée à différents stades technologiques : au centre gauche, une caravelle du XVIe siècle ; à sa droite, le Soleil Royal, navire amiral de la marine royale de 1669 à 1692. Le progrès s’accélère : le bateau vapeur à roues à aubes montre les débuts de la navigation motorisée, tandis que le Normandie, plus grand paquebot du monde lors de sa mise en service en 1935, flanqué d’un sous-marin militaire, figure le sommet de la technologie d’alors.

L’air est symbolisé, dans la même logique de progrès, par les aérostats richement décorés des frères Montgolfier et de Jean-François Pilâtre de Roziers, suivis par le prototype d’avion de Louis Blériot (ou Bréguet), un Farman (avion biplan reconnaissable aux cocardes tricolores sous les ailes) et un ballon aérostier de la Première Guerre mondiale. Enfin, des silhouettes de monoplans modernes accompagnent un ballon dirigeable dans l’angle supérieur droit.

Ces figures sont associées aux signes du zodiaque correspondant aux éléments de l’air et de l’eau : gémeaux, cancer, balance, scorpion, verseau et poisson.

Le luminaire en bronze de Pierre Poisson (1896-1953)

Luminaire de Pierre Poisson, vu depuis l’entrée du bâtiment. Photographie Patrick Imbert

Commandé en même temps que les fresques de Pierre Bompard, le luminaire est composé de deux cariatides (statues de femmes soutenant une corniche) portant la lumière de la science. La religion chrétienne avait fait du serpent un animal néfaste : le sculpteur réactive le symbole du serpent, positif cette fois, comme allié de la connaissance.

Pour citer cet article : Christophe Labaune, "Les fresques de Pierre Bompard au Collège de France," in Colligere, 17/06/2020, https://archibibscdf.hypotheses.org/8653. Consulté le 10/07/2020.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.