Des archives de chercheurs en bibliothèque

Fondée en 1960, la bibliothèque Claude-Lévi-Strauss, connue également sous le nom de bibliothèque du laboratoire d’anthropologie sociale (LAS), est aujourd’hui considérée comme l’une des trois plus importantes bibliothèques de recherche spécialisée en ethnologie et en anthropologie sociale en France. Elle est composée de trois sections : les Human relations aera files dont une présentation a été faite dans un précédent billet1, les imprimés (ouvrages et revues) et les ressources en ligne, enfin les archives des ethnologues dont il sera question dans cet article.

Une histoire d’archives

Retracer, même brièvement, l’histoire de cette section ne peut se faire sans se pencher sur le développement de l’intérêt porté aux archives de chercheurs et, plus précisément, d’ethnologues. Cet engouement pour les papiers de scientifiques devient manifeste dans les années 1980. En s’appuyant sur l’avant-propos de Cornu, Fromageau et Müller (2014, p. 9) on peut convenir que l’expression « archives de chercheurs » couvre les documents, au sens large, générés par l’acte même de recherche, conçu comme un processus conduisant à la production de connaissances et à la mise en mémoire de la science. Il ne s’agit pas de publications qui sont quant à elles l’aboutissement de la recherche, mais de notes, sous toutes leurs formes, qui constituent les étapes pour arriver à cet objet finalisé. Dans cette typologie, les archives des chercheurs en ethnologie ne trouvent leur place que dans le milieu des années 1990 (Mouton, 2014, p. 135).

D’après Marie-Dominique Mouton et Marion Abélès (2008, p. 89), « […] des documents fondamentaux pour l’histoire et l’épistémologie de la discipline, comme les archives des ethnologues disparus, étaient difficilement localisables et bien souvent inaccessibles. Dans le même temps, les anthropologues approchant de la retraite et soucieux d’assurer la sauvegarde des matériaux qu’ils avaient rapportés du terrain, se heurtaient à des refus ou à de fortes réticences de la part des centres d’Archives nationales ou départementales d’en assurer la conservation ». S’il est aujourd’hui possible de trouver des archives d’ethnologues dans de grandes instituions comme la BnF (c’est le cas de celles de Claude Lévi-Strauss) ou les Archives nationales (celles de Françoise Héritier), d’autres sont conservées dans des bibliothèques de recherche spécialisées en ethnologie et anthropologie sociale. Les bibliothèques du laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative de Nanterre et du laboratoire d’anthropologie sociale de Paris ont, dès le début, travaillé de concert pour protéger ces ensembles de documents. Néanmoins, conserver des archives dans une bibliothèque, et non dans un centre spécifiquement dédié à ce type de conservation, a suscité, d’emblée, des commentaires sur les méthodes de travail, de conditionnement, d’occupation de l’espace… Cela a également conduit à des réflexions fructueuses sur le fait de rassembler en un même lieu toute la production d’un chercheur. « On trouve ainsi, dans les archives, ses matériaux rapportés du terrain, les différents stades d’élaboration de ses écrits, les traces de ses interventions à des colloques ou à des séminaires, et dans le fonds d’imprimés de la bibliothèque, ses différentes publications ainsi que les comptes rendus critiques ou les articles dont ils ont pu faire l’objet » (ibid., p. 90). Parfois, les archives sont données avec la bibliothèque de travail du producteur qui est généralement conservée en l’état et, tant que faire se peut, classée comme au domicile du propriétaire. Elle fournit des éléments complémentaires sur l’univers intellectuel du chercheur et enrichit les fonds de la bibliothèque d’accueil.

La section des archives au laboratoire d’anthropologie sociale est de création bien plus récente que la bibliothèque. Cette dernière a commencé à se former dès les débuts du laboratoire d’anthropologie sociale, en 1960 (Abélès et Assal, 2017), tandis que la section des archives a véritablement vu le jour au début des années 2000. Néanmoins, bien avant cette date, au LAS, certains documents avaient été entreposés dans des armoires. C’est le cas de ceux de Robert Hertz (1881-1915), Alfred Métraux (1902-1963) et Lucien Sebag (1933 ou 1934-1965). À propos du fonds Hertz, dans une lettre, datée du 3 juin 1964 et adressée à Marcel Bataillon, l’administrateur du Collège de France, Claude Lévi-Strauss affirme sa volonté de récupérer « les manuscrits et la bibliothèque de Robert Hertz » : « Tous les livres ne sont pas d’un égal intérêt scientifique, mais leur valeur tient, à mes yeux, aux nombreuses annotations marginales de la main de Robert Hertz. Avec les notes manuscrites et la correspondance, il y a là un ensemble […] dont le dépouillement pourrait apporter une contribution décisive à l’histoire de la pensée sociologique française à la fin du XIXe et au début du XXsiècle, c’est-à-dire au temps de son apogée ». En écrivant ces lignes, Lévi-Strauss donne le ton, avant l’heure, de ce que peuvent apporter les papiers des chercheurs à une science et à son histoire.

Dans la deuxième moitié des années 1960, la femme d’Alfred Métraux et les parents de Lucien Sebag font don à Claude Lévi-Strauss, des archives respectivement de l’époux et du fils. Lévi-Strauss les conserve, sans avoir pour autant les moyens de les faire traiter ni de les préserver dans des conditions adéquates. Il faudra attendre plus de trente ans pour qu’une section réservée aux archives des ethnologues voit le jour au laboratoire d’anthropologie sociale.

Le fonds de Georges Devereux endosse, en quelque sorte, le rôle de révélateur de l’intérêt émergeant pour les archives scientifiques. L’acquisition de ce fonds mobilise un grand nombre de chercheurs : Ariane Deluz, Françoise Héritier, Pierre Corvol, Marc Augé, Pierre Lamaison, Carlo Severi… et Philippe Descola qui était en 1987 directeur-adjoint du LAS. En témoigne une abondante correspondance, conservée dans les « archives des archives » du LAS. Sur les conseils d’Ariane Deluz, Georges Devereux écrit une lettre à Françoise Héritier en février 1984, dans laquelle il s’inquiète pour la préservation de ses « papiers, tant scientifiques que personnels », après son décès. Dans une lettre datée, elle, de décembre 1986, Françoise Héritier annonce au notaire de Devereux que « l’EHESS et le Laboratoire d’anthropologie sociale acceptent formellement le legs des ouvrages et archives du professeur Georges Devereux ». Ce fonds, considérable, est composé, d’une part, des papiers de Devereux, d’autre part, des 1500 ouvrages et 2600 tirés à part constituant sa bibliothèque de travail. Faute de place et de moyens humain et matériel pour traiter ce fonds, les papiers sont déposés, en 1994, à l’Institut « Mémoires de l’édition contemporaine » (IMEC), après avoir été inventoriés au LAS. Les livres et tirés à part sont en revanche conservés, distinctement du fonds général, à la bibliothèque du LAS. Néanmoins, malgré ce dépôt à l’IMEC, ce fonds soulève les premières interrogations concernant la préservation des archives des ethnologues.

Un des trois fonds, délaissés, celui de Hertz, ressurgit alors à la fin des années 1990 et fait l’objet d’un premier inventaire sous Word. Ce traitement quelque peu expérimental marque les balbutiements de la section des archives du LAS. Une politique de collecte commence également à se préciser (Abélès et Assal, 2017, p. 159)2. Elle a pour programme de proposer aux chercheurs du laboratoire, sur le point de cesser leur activité professionnelle, de déposer leurs archives. Elle n’est pas pour autant fermée à des fonds provenant de chercheurs extérieurs au LAS. C’est ainsi que le fonds Michel Leiris a pu, grâce à Jean Jamin, son exécuteur testamentaire, y être déposé en 2006.

Cette section connaît donc un véritable déploiement dès le début des années 2000. La majorité des fonds arrivent entre 2001 et 2013. Certains sont apportés directement par leur producteur, d’autres par les ayants droit. Certains sont livrés avec la bibliothèque personnelle du chercheur, d’autres sans. On trouve, parmi les africanistes, les fonds Robert Pageard, juriste africaniste (déposé au LAS en 2001), Jean Pouillon (2004), Ariane Deluz (à partir de 2005), Michel Izard, Charles-Henri Pradelles de la Tour et Elisabeth Copet-Rougier (les trois en 2006), Marguerite Dupire (2009) ; parmi les américanistes, les papiers de Jacques Lizot (2004), de Michel Perrin (2012) ; parmi les européanistes, ceux d’Yvonne Verdier (2004-2005), d’Isac Chiva et de Françoise Zonabend (les deux en 2008), de Nicolas Govoroff (2011). Les archives de Louis Berthe sur l’Indonésie sont inventoriées en 2012, celles d’Alain Testart en 2015. À côté de ces fonds de chercheurs, il existe également des archives photographiques, d’une part, et celles qualifiées d’« institutionnelles », d’autre part3. Dès 1960, et à la demande de Lévi-Strauss, les chercheurs devaient déposer au laboratoire les clichés pris sur le terrain. C’est ainsi qu’ont été réunis dans cette photothèque plusieurs centaines de photographies comme celles de la mission Pierre Clastres et Lucien Sebag en 1963 ou d’Arlette Frigout sur les indiens Hopi ou encore sur Minot, mission menée dans un village en Châtillonais. Les archives institutionnelles rassemblent plus de 15 000 lettres écrites ou reçues par Claude Lévi-Strauss et/ou Isac Chiva, à des institutions, des étudiants, des chercheurs… en France et à l’étranger, ainsi que de nombreux dossiers de chercheurs, sur la période 1960-1982 quand l’un était directeur, l’autre, directeur-adjoint, du laboratoire. On compte également plus de 5 000 lettres rédigées par ou adressées à Lévi-Strauss, entre 1983 et 2009.

Pour chaque fonds, une convention est signée, après avoir été acceptée au nom de l’assemblée des professeurs du Collège de France par son administrateur, entre le producteur, le professeur titulaire de la Chaire d’anthropologie4 et l’administrateur. Grâce à ce document, les fonds sont donnés au Collège de France et déposés au Laboratoire d’anthropologie sociale, plus exactement à la bibliothèque, pour y être traités et valorisés. Cela garantit une sauvegarde à long terme de ces archives au sein même du Collège de France.

Contenus, usages des fonds d’ethnologues

Comme dans tous fonds scientifiques, ceux d’ethnologues rassemblent des notes de lecture, des préparations de conférences, de séminaires ou de cours, différentes versions de la rédaction d’un ouvrage ou d’un article, de la correspondance… Mais leur spécificité se définit par la présence de ce qu’on appelle couramment les matériaux de terrains, composés de notes manuscrites dans des carnets/cahiers, sur des fiches cartonnées, souvent de photographies. Dans son livre Le Savoir des anthropologues, Dan Sperber (1982, p. 6) liste ce que l’ethnologue est censé rapporter de son terrain :

[Il] rapporte dans ses malles un journal de terrain, un fichier linguistique, un herbier, des cartes, des croquis, des photos, des bandes magnétiques, des généalogies, des textes, des protocoles d’entretiens et des carnets remplis d’observations griffonnées sur les genoux dans la pénombre d’une case enfumée, contre le tronc d’un arbre lors d’un déplacement en forêt ou, le soir, enfin seul, à la lumière d’une lampe à pétrole. Dans ces documents il est question d’hommes, de femmes, d’enfants, d’enclos, de voisinage, de villages, de champs, de travaux agricoles, de techniques artisanales, de cuisine, de plantes, d’animaux, de marchés, de fêtes, de sacrifices, de consultations de devins, de crises de possession, de conflits, de meurtres, de vengeances, de funérailles, d’assemblées, de chefs, d’ancêtres, de chants, de rêves, et de la raison pour laquelle les serpents n’ont pas de pattes. 

La citation est volontairement un peu longue car si, à l’issue de cette énonciation, Dan Sperber pose la question : « mais comment faire partager cette compréhension ? », il est, sans doute, évident pour toutes personnes ayant côtoyé des fonds d’archives d’ethnologues que l’on y retrouve tout ou partie de ce qui est mentionné plus haut et que le partage se situe précisément au niveau de ce regroupement de données.

D’une façon générale, les documents que l’on peut trouver dans les fonds réunis au LAS sont des carnets de terrain (pour la plupart des originaux), des généalogies, des fiches de vocabulaire, des images, des sons, de la correspondance, des notes de cours, de la documentation scientifique utile à la préparation de séminaire, d’article ou de livre, des curriculums vitae, des éléments de leur bio-bibliographie… Dans le traitement de ces fonds, il a toujours été convenu de faire ressortir le ou les terrains des chercheurs dépositaires, puisque cet aspect de leur travail est le fondement même de toute recherche ethnologique. Grâce à des financements provenant en partie du consortium « Archives des ethnologues »5, il a été possible de mettre en place une politique de numérisation des carnets de terrain. Une telle action de numérisation permet de préserver ces documents uniques et donc irremplaçables ainsi que de faciliter leur consultation.

Ce type d’archives soulève, comme tous papiers de scientifiques, nombre de questions sur leur statut juridique et historique, leur utilité, leur rapport avec la science « en train de se faire ». Les archives des ethnologues posent une question supplémentaire, celle de l’éthique. En effet, des données sur des populations vivantes y sont inscrites, des données qui peuvent être délicates, car secrètes, sensibles ou personnelles. Elles appartiennent au fonds du chercheur, mais doivent être traitées avec prudence et respect vis-à-vis des groupes ethniques ou des interlocuteurs dont il est question. C’est pourquoi la consultation et la reproduction de ce type de documents sont soumises à certaines règles.

De nombreuses personnes qu’elles soient doctorantes, chercheurs ou autres, viennent de France et de l’étranger pour consulter ces archives. Les fonds les plus demandés sont ceux de Hertz, Métraux et Leiris. Le premier a été utilisé pour plusieurs publications (ouvrages ou articles) sur l’histoire de la première Guerre mondiale dont la dernière en date est le remarquable livre de Nicolas Mariot, Histoire d’un sacrifice (2017).

D’une façon générale, l’archive, qu’elle soit au singulier ou au pluriel, renvoie au passé. Elle est « trace, indice matériel, en l’occurrence scripturaire, qui, dans le moment même où elle se lit et se révèle, vient signifier que ce dont elle parle n’existe plus mais qu’elle a la vertu de faire survivre, resurgir, émerger, nous mettant, comme le notait déjà Claude Lévi-Strauss [in La Pensée sauvage, Paris, Plon, 1962, p. 321], “au contact de la pure historicité” » (Jamin et Zonabend, 2001-02, p. 57). Ces documents d’archives sont consultés, pour la plupart, dans le but d’alimenter des ouvrages, des articles, des thèses en histoire qu’il s’agisse de l’histoire intellectuelle (des idées, des sciences), institutionnelle, sociale et culturelle, de la construction de l’objet, parfois aussi de l’art. Ils servent aussi pour étayer des histoires de vie ou des biographies6 (ibid., p. 60). Il arrive aussi que certaines pièces soient prêtées pour des expositions, comme celle sur Michel Leiris (Leiris and Co) qui s’est tenue à Beaubourg-Metz en 2015.

Des documents spécifiques, telles que des généalogies, présents dans des fonds notamment africanistes comme celui d’Ariane Deluz, d’Elisabeth Copet-Rougier ou de Marguerite Dupire, ont permis d’enrichir la plateforme Kinsources7.

Enfin, des fonds peuvent, par la présence de carnets très riches en données de terrain, faire l’objet de lecture pour préparer un futur séjour dans le même lieu ou apporter d’autres éléments au retour de mission. C’est le cas par exemple des fonds de Michel Perrin et de Jacques Lizot.

On imagine bien comment ces documents d’archives peuvent être utilisés par des historiens, des ethnologues ou, encore, des chercheurs d’autres disciplines en sciences humaines et sociales. Cela reste dans notre domaine de compétences, de connaissances. Il est peut-être, en revanche, moins aisé de se représenter l’intérêt de ces papiers pour des artistes. Pourtant les fonds Leiris et Métraux attirent, à une fréquence moindre, des peintres, des sculpteurs, des documentaristes qui s’en servent pour leurs créations ou leur réflexion sur de futures créations.


La richesse de ces fonds est loin d’être épuisée, le nombre croissant des consultations tend à le prouver. Les fondements de cette section « Archives des ethnologues » de la bibliothèque Claude-Lévi-Strauss du laboratoire d’anthropologie sociale ont été solidement posés et déployés entre 2001 et 2013. Cette section est aujourd’hui connue et reconnue de par le monde comme étant une source d’informations sur les ethnologues et l’ethnologie du XXsiècle. Son accroissement se poursuit grâce à l’arrivée de nouveaux fonds. Des fonds qui continuent à se répondre, à se faire écho, les uns les autres, à propos de thématiques similaires, d’époques identiques et de terrains proches.

Références citées

ABÉLÈS, Marion et Sophie ASSAL

2017 « D’une documentation éparse à une bibliothèque de recherche. La bibliothèque Claude-Lévi-Strauss », Les Études sociales, 166, p. 145-162.

ABÉLÈS, Marion et Marie-Dominique MOUTON

2008 « Sauvegarder le terrain des ethnologues : un défi relevé en commun », La Gazette des archives, 212 (4), p. 89-99.

CORNU, Marie, Jérôme FROMAGEAU et Bertrand MÜLLER

2014 Archives de la recherche : problèmes et enjeux de la construction du savoir scientifique, Paris, L’Harmattan.

JAMIN, Jean et Françoise ZONABEND

2001-02 « Archivari », Gradhiva, 30-31, p. 57-65.

LOYER, Emmanuelle

2015 Lévi-Strauss, Paris, Flammarion.

MARIOT, Nicolas

2017 Histoire d’un sacrifice. Robert, Alice et la guerre (1914-1917), Paris, Éditions du Seuil.

MOUTON, Marie-Dominique

2014 « Dans les archives des ethnologues : la recherche autrement », in Cornu Marie, Jérôme Fromageau et Bertrand Müller, Archives de la recherche : problèmes et enjeux de la construction du savoir scientifique, Paris, L’Harmattan, p. 135-145.

2001-02 « Archiver la mémoire des ethnologues », Gradhiva, 30-31, p. 67-72.

SPERBER, Dan

1982 Le savoir des anthropologues, Paris, Hermann.

Pour citer cet article : Sophie Assal, "Des archives de chercheurs en bibliothèque," in Colligere, 05/05/2020, https://archibibscdf.hypotheses.org/8595. Consulté le 10/07/2020.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Voir Lecointre Sandrine, « les Human Relations Aera Files à la bibliothèque Claude Lévi-Strauss », in Colligere, 15/10/2018, https://archibibscdf.hypotheses.org/1520. Consulté le 08/04/2020. []
  2. Depuis lors, pour traiter ces fonds d’archives qui enrichissent la bibliothèque du LAS, les bibliothécaires ont dû acquérir de nouvelles compétences en matière de normes et de traitements archivistiques et entretenir des relations professionnelles étroites avec des archivistes de métier pour réfléchir à l’organisation de l’espace afin de conserver ces fonds dans de bonnes conditions, pour mettre en place une politique de collecte des documents tout en respectant la volonté du producteur, des ayants droit ou de l’exécuteur testamentaire. []
  3. En collaboration avec un prestataire spécialisé en ingénierie documentaire, un outil informatique a été développé pour les instruments de recherche décrivant chacun de ces fonds. Il est possible de les consulter en cliquant ici. []
  4. À partir de 2014, la direction du LAS signera également les conventions et donnera les autorisations de consultation, en accord avec la responsable de la bibliothèque. []
  5. Le travail sur les archives des ethnologues au laboratoire d’anthropologie sociale a toujours été réalisé en collaboration avec le laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative de Nanterre. Ensemble ils ont créé en 1999 le « réseau des archives des ethnologues » et, en 2011, ils forment, avec le Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie, la phonothèque de la MMSH, le centre d’études des mondes africains (Paris), le centre d’études himalayennes (Villejuif) et le centre de recherches bretonnes et celtiques (Brest), le consortium « Archives des ethnologues » dans le cadre du corpus IR qui est devenu par la suite une Grande infrastructure de recherche Huma-Num. []
  6. Voir la riche biographie de Lévi-Strauss par Emmanuelle Loyer (2015). []
  7. Plateforme (entrepôt OAI-PMH) mise en place par une équipe de chercheurs, spécialisée sur l’étude de la parenté, permettant d’archiver, de partager, d’analyser et de comparer des données de parenté utilisées dans la recherche scientifique et visant à comprendre comment l’interaction entre généalogie, terminologie et espace fait émerger des structures de parenté. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.