Présentation du fac-similé du Ménologe de Basile II

Bibliothèque byzantine

Le Ménologe de Basile II, manuscrit byzantin illustré conservé à la Bibliothèque Apostolique Vaticane (ms. Vaticanus graecus 1613) constitue le manuscrit byzantin le plus richement enluminé que l’on connaisse, le chef d’œuvre absolu de l’art de la miniature byzantine, copié et peint à Constantinople à la fin du Xe ou au début du XIe siècle sur commande de l’empereur Basile II (976-1025).

C’est un livre liturgique contenant une brève présentation des saints du jour destinée à être lue quotidiennement au cours de l’orthros, l’office grec des matines : chaque page est occupée par moitié par une scène enluminée de grand format, le reste de l’espace étant réservé au texte correspondant. Le manuscrit conservé comporte 430 miniatures qui ne représentent que les saints fêtés de septembre à février (les six premiers mois du calendrier byzantin, qui commençait le 1er septembre et finissait le 31 août). Il a dû exister, en effet, un second tome du Ménologe présentant les mois de mars à août mais celui-ci a été perdu. A côté de chaque miniature, on peut lire la “signature”, c’est-à-dire le nom du peintre qui l’a exécutée (huit peintres au total), écrite non pas par l’artiste lui-même mais par les soins d’un calligraphe anonyme ; il s’agit d’un cas unique à Byzance où les artistes, surtout s’il s’agissait de moines ou d’ecclésiastiques, se réfugiaient presque toujours dans le plus total anonymat. Grâce à ces “signatures” nous pouvons saisir, dans chaque miniature, les particularités du style de chaque peintre et réussissons de la sorte à nous faire une idée précise de la coexistence de tendances et de talents partiellement différents – en dépit d’une profonde unité de style – à l’intérieur d’un extraordinaire et unique atelier de peinture de la Constantinople de l’an Mille.

Un premier fac-similé de ce manuscrit avait été réalisé en 1907, en noir et blanc.

La nouvelle édition en couleur réalisée en 2005, avec les moyens numériques actuels, avait bien sûr un objectif de conservation (le manuscrit connait de délicats problèmes de conservation surtout en ce qui concerne les pigments) mais a été aussi l’occasion de mettre sur pied un projet de recherches interdisciplinaires sur le manuscrit dont témoigne le livre d’études qui accompagne le fac-similé : texte, miniatures, iconographie, écriture,  reliure, etc. ont été examinés.

Ces études n’ont bien sûr pas épuisé le sujet et ce fac-similé est un extraordinaire outil pour les chercheurs. Sa qualité leur évite bien des missions au Vatican pour voir l’original.

L’exemplaire acquis par le Collège de France est unique en France (même le département des manuscrits grecs de la Bibliothèque nationale n’a pas pu l’acquérir) et demeure rare de par le monde : sur les 750 exemplaires publiés, il porte le numéro 190.

Il a été acquis pour la somme de 6 911 euros, financés à hauteur de 4 000 euros dans le cadre de l’appel à projets lancé par le Collège de France en 2013, le reste étant pris en charge sur le budget de fonctionnement de la Bibliothèque byzantine.

Nina Iamanidze, ingénieure de recherche en analyses des sources à la Bibliothèque byzantine

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.