Enquête sur une enquête dans le fonds Georges Dumézil : les mystères du Cheval d’Octobre (3e et dernier épisode)

Avec la publication, en février 1974, des résultats issus de la collaboration des deux académiciens, le docteur vétérinaire Rousseau et le professeur honoraire Georges Dumézil, l’enquête sur le rite romain dit « du cheval d’octobre » semblait close. Du moins les conditions matérielles du sacrifice pouvaient-elles désormais être tenues pour réalisables selon le protocole rapporté par les sources textuelles. Pourtant, quelques autres papiers de la boîte cotée DMZ 72, postérieurs, sont de nature à faire rebondir l’enquête.

C’est un retour aux lettres du directeur des archives du Gers, Henri Polge, qui éclaire ce rebondissement : à Auch en effet, où s’est finalement présentée l’occasion d’abattre un cheval, les résultats ne corroborent pas ceux obtenus par les vétérinaires Rousseau et Noblot. Le 5 mars 1974, soit seulement deux semaines après la communication du docteur Rousseau devant l’Académie Grammont, la conclusion de ce dernier semble invalidée par ce qu’écrit Polge à Georges Dumézil. Lors de la première expérience réalisée aux abattoirs d’Auch, l’écoulement du sang après caudectomie du cheval n’a duré qu’une minute. Or un tel résultat ne permet pas d’imaginer qu’un coureur, si véloce soit-il, ait eu, un jour lointain de la Rome antique, le temps de parcourir la distance qui sépare le Champ de Mars du temple de la Regia, lieu où le sang du sacrifice devait pouvoir encore couler sur les cendres du foyer. Anticipant le scepticisme ou la déception de son correspondant, Henri Polge annonce que les services vétérinaires d’Auch renouvelleront l’opération dès que l’occasion s’en présentera, précisant tout de même que l’abattage de chevaux n’est pas si fréquent dans la région1. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles l’expérience prévue à Auch depuis fin janvier grâce à l’entremise de Polge n’a pu avoir lieu plus tôt.

Dumézil toutefois ne s’arrête pas à ce contretemps : le brouillon manuscrit de sa réponse à Polge expose les mesures obtenues par le docteur Rousseau et contient une nouvelle requête, celle de tenter la prochaine expérience en « [maintenant] la section de la queue vers le haut »2. Il s’empresse ensuite de communiquer à Rousseau les résultats transmis par Polge. La réaction de Rousseau ne se fait guère attendre – il y va de sa réputation auprès de l’Académie Grammont qui a reçu sa communication le 21 février. Dès le 12 mars, il répond à Dumézil en se montrant sceptique quant aux résultats transmis par Polge et rappelle l’approbation unanime, par ses confères, de son exposé circonstancié ayant établi une durée de trois minutes3. Convaincu du bien-fondé des conclusions de Rousseau, Dumézil lui suggère d’adresser directement à Polge et aux services vétérinaires d’Auch, toutes les précisions utiles sur le protocole expérimental à suivre – c’est ce qu’indiquent les annotations manuscrites en rouge dont Dumézil a revêtu la lettre de Rousseau, en haut à droite, comme à son habitude. C’est chose faite à peine cinq jours plus tard : la dernière lettre conservée dans cette liasse trouvée en vrac et reclassée date du 18 mars 1974. Rousseau y confirme à Dumézil son envoi diligent : tout a été fait « pour unifier le protocole d’expérience conformément à votre recherche »4, lui assure-t-il. Ainsi se clôt le lot de pièces rassemblées dans la pochette DMZ 72.1. La pochette suivante, elle aussi consacrée aux questions de religion romaine et aux rapprochements avec les rites de l’Inde ou de la Scandinavie anciennes, elle aussi rattachée aux conférences de 1972 et 1973 à l’université de Liège, entraîne le lecteur vers d’autres mystères qui ont pour noms « L’Aurore et Camille », « Coriolan » ou « Scaevola et Coclès »…

Ainsi les coupures de presse prélevées à la rubrique sportive des quotidiens de juillet-août 1974, rencontrées plus tôt dans le dépouillement, peuvent-elles être finalement considérées comme les pièces les plus tardives de cette enquête, en tout cas dans le présent carton. Après toutes les expériences réalisées par deux services vétérinaires différents, Dumézil continue d’archiver tout ce qui peut encore étayer la thèse qu’il privilégie. Pour lui, le rebondissement n’en est pas vraiment un ; il est vraisemblable que le protocole d’expérience unifié viendra conforter les conclusions auxquelles Rousseau et lui-même sont parvenus.

Des papiers aux ouvrages, des ouvrages aux papiers ou l’enquête jamais close ?

En parcourant cette boîte une dernière fois avant de la fermer, un titre attire rétrospectivement l’attention par son réalisme teinté d’humour noir : « Les derniers soubresauts du cheval d’Octobre »5. Il prend pour nous un sens figuré autant que propre dans la mesure où nous venons de suivre les méandres et rebondissements de l’enquête à lui consacrée. Un carton placé en début de dossier indique « Conférences de Liège (oct-déc 1972) » et porte en outre la mention manuscrite « servira aux notes du livre en cours : Les Fêtes romaines… ».

L’ouvrage sera publié en 1975, soit l’année suivant le dernier échange entre Dumézil et le Docteur Rousseau, par Gallimard dans la collection « Bibliothèque des sciences humaines », sous le titre complet Fêtes romaines d’été et d’automne, suivi de Dix questions romaines. Les pages consacrées à la première de ces « dix questions » font état des conclusions de Dumézil à cette date : leur clarté n’a d’égale que leur concision et leur lecture ramène notre propre enquête dans les papiers profus à sa modeste mesure. Le hasard des sondages, l’impossibilité matérielle de tout lire, comme les détours de la mise en ordre des différentes pièces d’archives font ensemble qu’il n’est précisément jamais garanti de faire les choses dans l’ordre. Ces détours cependant ne sont pas inutiles. Dans le cas présent, l’exploration de papiers ayant été produits à des fins diverses (échange épistolaire entre savants, exposé oral lors d’un cours ou d’une conférence, article ou chapitre d’ouvrage publiés), cette exploration menée sans avoir lu au préalable l’une de ces productions (les pages d’un ouvrage de 1975 chez Gallimard), ouvre des angles de vue plus riches qu’une démarche qui serait strictement téléologique.

Les Fêtes romaines sont la restitution publiée des recherches approchées dans cette boîte DMZ 72 et elles en retracent les étapes de l’enquête de manière à la fois logique et chronologique. Le dossier du cheval d’octobre n’est d’ailleurs qu’une enquête parmi d’autres et Dumézil insiste sur le fait qu’il sera, pour chacune, utile de la considérer dans son articulation avec les autres, dans cet ensemble volontairement constitué pour la publication de 1975. Dès la préface, l’auteur insiste notamment sur ce point essentiel à sa manière de travailler : au-delà des apports propres aux sources romaines, c’est la comparaison, et elle seulement, du rite de l’October equus avec un des trois sacrifices royaux de l’Inde védique, qui en démontre selon lui le caractère antique, conservé ensuite jusque dans la Rome républicaine6.

« L’October Equus est la plus importante des trois cérémonies [ndlr : trois qui sont consacrées au retour des combattants, parmi les cinq qui ont lieu à l’automne]. Placée au jour de Jupiter dans le mois où se termine l’activité de Mars, elle est pleine de sens et, de toute évidence, concerne plus que l’armée elle-même : le travail de l’armée dans son rapport avec l’État. Le fait que la Regia, l’ancienne « Maison du Roi », soit le lieu d’aboutissement de tout le rituel donne à penser qu’il s’agissait en effet, avant la libertas, d’une opération royale »7.

Dumézil signale qu’il a déjà pu établir un « tableau de concordances structurées » entre ce rituel romain et l’aśvamedha ou « Sacrifice du Cheval » védique, puis il annonce ce qui anime la nouvelle étape de sa recherche : observer les articulations de ce rite du cheval d’octobre avec d’autres rites royaux hérités de la religion romaine archaïque afin de déterminer si, à l’instar de l’aśvamedha dans la série des trois grands rites royaux védiques, il n’y gagne pas en signification.

Commentaire de la figure 1 : voir cote DMZ 26.3 « appendices » du manuscrit de Mythe et épopée III, sous-dossier « Mater Matuta II » ; la chemise quadrillée est datée au crayon des 10 et 11 novembre 1958. Des références de pages dans des ouvrages de [Louis] Renou apparaissent dans la partie inférieure du feuillet : les abréviations renvoient notamment à ses Etudes védiques et pâninéennes, (Paris, De Boccard, 1957) dans lesquelles l’auteur fait la recension et la traduction des hymnes du Rig-Veda sur l’Aurore.

Comentaire de la figure 2 : ibid. Feuillet manuscrit à en-tête de l’Université d’Ankara, en turc (1 f. recto à l’encre bleue) dans le sous-dossier « Collège de France, jeudis [1959-]60, 17h15 – 18h15, salle 5 Questions de Mythologie Comparée Indo-Européenne » Il est précisé « j.[eudi] 7/1/60 – Mater Matuta 3 ». Ekrem Akurgal (1911-2002) est un historien et archéologue turc, spécialiste de l’Anatolie sur la longue durée, depuis les Hittites jusqu’à la période hellénistique. D’après la pièce suivante du dossier, un texte manuscrit de discours intitulé « L’Étude des religions anciennes et la méthode comparative », datée au crayon, du 10 octobre 1959, Dumézil a été invité par le doyen à prononcer cette conférence à l’université d’Ankara, et le feuillet en turc n’est autre que la présentation de l’orateur par son hôte. D’après la chemise de ce sous-dossier, la conférence d’Ankara a été prononcée le 13 novembre 1959.

Retour au cœur de l’enquête, après ces quelques détours

Aussi invite-t-il son lecteur à ne pas négliger la lecture d’un exposé préalable de ce qu’il appelle « une théorie générale et structurée des sacrifices royaux » dans la religion de l’Inde ancienne. L’exposé en question occupe les pages 113 à 138 et commence ainsi :

« Des trois rituels par lesquels l’Inde védique crée ou promeut un roi, seuls le premier et le troisième ont des intentions immédiatement claire : le rājasūya fait (…) un roi (…), l’aśvamedha fait d’un roi victorieux le souverain d’autres rois »8.

Le deuxième rituel, vājapeya, plus complexe à caractériser, fait l’objet d’un développement à part. Or Dumézil a déjà précisé quelques pages auparavant que, dans cette architecture rituelle globale, « l’aśvamedha n’est en effet qu’un terme dans une série de sacrifices royaux d’ampleur et d’efficacité croissantes qui gagnent en clarté à être étudiés solidairement »9 , et c’est précisément la démarche qu’il se propose d’appliquer à l’enquête romaine. Le paragraphe conclusif de la page 112 attire alors particulièrement l’attention de qui s’est plongé un temps dans les papiers plus ou moins ordonnés de la boîte DMZ 72 :

« En revanche, une importante question sera ajournée : depuis un siècle, le Cheval d’Octobre se trouve former le centre d’une controverse qui eût bien étonné les Cicéron et les César, celle du « Mars agraire ». Afin de ne pas surcharger l’exposé principal, je réserve pour les premières Questions romaines [ndlr : sur les 10 qui suivent la première partie de l’ouvrage] les divers aspects du débat. »

Nous mesurons dès lors la place réelle de l’enquête à laquelle la boîte DMZ 72 a convié son découvreur : cette affaire de la queue du cheval n’est pas le cœur de l’enquête comparatiste, la seule qui intéresse véritablement Dumézil, celle qui met au jour les articulations et les hiérarchies pour éclairer le sens d’un rite dans une série ; cette affaire agit plutôt comme une sorte d’enquête parasite, presque un serpent de mer puisqu’elle ressurgit périodiquement et interrompt chaque fois l’enquête principale que, cependant, elle nourrit. Il faut en effet la conduire et, si possible, la clore définitivement pour mener à bien le projet central.

Dumézil ne se départit pas ici de cet humour – ou serait-ce plutôt de l’ironie ? – qui fait aussi sa légende, au même titre que l’immense érudition matérialisée par la photo célèbre prise devant des piles d’écrits en étrange équilibre – la profusion toujours, si impressionnante au premier coup d’œil. Voici ce qu’il écrit pour introduire cette sorte d’appendice au débat premier, sous le titre « Les derniers soubresauts du Cheval d’Octobre » :

« Dans vingt ou trente ans, à moins qu’il n’en faille encore cinquante, on s’étonnera des efforts ingénieux, trop ingénieux, multipliés depuis un siècle pour tirer du sacrifice de l’October Equus un argument majeur en faveur de l’interprétation du Mars primitif en dieu ou « Spirit » donneur de fécondité »10.

Premier point sur lequel en finir : « La queue ou la queue », titre de la première des Dix questions romaines ((Op. cit., p. 181.)).  Et là, c’est Dumézil auteur d’ouvrage qui nous renseigne sur ce que sa correspondance, lacunaire en l’état, ne nous avait pas fait connaître jusqu’au bout : Rousseau a bien renouvelé l’expérience pour consolider ses résultats de février 1974, et ce au mois d’août suivant, obtenant des temps records de suintement du sang, près de dix minutes. Dumézil considère donc l’affaire de « la queue du cheval » – rappelons-nous l’objet de la lettre qui fit notre premier étonnement à l’ouverture de la boîte DMZ 72 – comme classée. Il s’agit bel et bien de la queue anatomique et non de la queue argotique avant l’heure – Dumézil n’en doute pas, la science vétérinaire a tranché, si l’on ose dire, et la recherche peut se concentrer sur les dimensions souveraine et martiale du rite, leur articulation et leurs affinités avec les rituels royaux védiques.  Les trois « questions » suivantes viennent clore d’autres points concernant ce même rite du cheval d’octobre de sorte que le dossier, ainsi réuni, semble devoir être fermé.

Le Professeur John Scheid, qui a occupé, au Collège de France, la chaire « Religion, institutions et société de la Rome antique » de 2001 à 2016, consacre un chapitre à la question « Comment lire Dumézil » dans son ouvrage Religion et piété à Rome. Souhaitant rendre justice aux apports du grand savant, il salue, en introduction de ce chapitre, « une oeuvre cohérente qui présente, dans le domaine romain en tout cas, une rare perfection »11 et poursuit, quelques pages après :

« C’est notamment dans le cas de Mars que sa démonstration fut la plus neuve, puisque certains voulaient faire de Mars un dieu à compétence agraire. Il a pu démontrer non seulement que Mars agissait en contexte agraire en tant que défenseur du terroir, mais encore que son intervention s’intégrait dans un plan supérieur, nettement différencié d’une fonction immédiate »12.

Et plus loin, après avoir évoqué les débats virulents auxquels Dumézil fut confronté, le Professeur Scheid écrit :

« (…) Dumézil avertit qu’il faut bien distinguer, « pour n’importe quel dieu, le mode de son action, qui est précis et constant et qui le définit, et les points d’application de son action, qui peuvent être très nombreux » : c’est tout le dossier du Mars « agraire » qui vient à l’esprit, et son traitement, qui n’a pas encore emporté l’adhésion de tous les spécialistes, reste exemplaire »13.

L’ensemble du chapitre éclaire les tenants et aboutissants de ce « dossier » scientifique controversé et permet au lecteur du présent billet, comme à celui du dossier d’archives sondé ici, de prendre la hauteur souhaitée par rapports aux éléments réunis.

Ainsi, d’un réseau à première vue improbable d’échanges et de scripteurs, émerge une enquête affinée selon la méthode dumézilienne, soucieuse du détail jusqu’à la limite de ce que peut nous livrer un passé si reculé et souvent peu documenté, sachant pour ce faire mobiliser toutes les ressources et compétences possibles, même les plus éloignées des siennes propres.

On l’aura compris, pour l’archiviste, avant même que n’intervienne l’historien ou tout autre discipline férue de mythologie comparée, la plongée inaugurale dans les fonds scientifiques est toujours, d’abord, une enquête (d’archiviste en quête d’un ordre pertinent à donner) sur l’enquête (d’un chercheur en quête de vérité et de sens comme d’une démarche appropriée pour les dégager). Aussi cette plongée dans les archives restitue-t-elle les strates, l’ambiance et les couleurs de leur paysage singulier, en l’occurrence celles d’un esprit profus d’idées et enjoué de l’enquête même.

Commentaire de la figure 3 : voir cote DMZ 26. 2. 2. e  Manuscrit de  Mythe et épopée III, 3e partie, 1973.

Commentaire de la figure 4 : ibid. Le titre du journal n’est pas identifié ; c’est la question de la filiation et des rivalités de paternité, ainsi que le rite en réponse à l’outrage qui intéressent ici Dumézil et font écho à ses recherches sur l’Aurore, Camille et Coriolan.

Deux protagonistes, deux épistoliers

Finissons sur deux portraits, deux témoignages qui rendent hommage à deux des protagonistes de l’enquête retracée. En 1981, Jean-François Le Nail fait l’éloge de son collègue défunt Henri Polge pour l’École des Chartes et nous fait découvrir une personnalité tout entière consacrée à sa mission patrimoniale14. Ce chartiste, affecté dans le Gers, bien loin de sa terre natale, s’y est fixé pour toute sa carrière ; il dirige les archives du Gers de 1948 à 1978. Il est dépeint comme un militant des archives et de l’action culturelle locale, enthousiaste et passionné, voire bouillonnant, qui offre avec générosité le matériau de recherche utile aux chercheurs, comme en témoigne une abondante correspondance. C’est là un portrait qui résonne bien avec ce que le fonds Dumézil conserve de tels échanges, les témoignages croisés d’un goût insatiable de l’énigme et de l’enquête que l’on sent partagé sur le même mode en dépit de la différence des contextes.

Dans le dossier administratif individuel du Professeur Dumézil au Collège de France est conservée une coupure de presse : il s’agit d’un entretien avec Georges Charachidzé, caucasologue à la IVe section de l’École Pratique des Hautes Études, publié dans le journal  Libération du lundi 13 octobre 1986. Voici ce qu’y déclare un des anciens auditeurs de celui qui professait à l’EPHE en même temps qu’au Collège :

« Ses cours étaient construits comme les meilleures séries policières d’une heure, ou comme un roman d’Agatha Christie. Il définissait une énigme, donnait tous les éléments pour la résoudre, et dans les vingt dernières minutes, après nous avoir bien fait mijoter, il donnait la solution. Chaque cours avait sa dramaturgie, à la mesure de son tempérament passionné, et il lisait certains textes anciens comme l’aurait fait un acteur. C’était éblouissant »15.

Figure 5. Coupure de presse : « Le tiers obsessionnel », chronique par Pierre Daninos, datée à la main du 15 février 1972 sans que l’on puisse identifier directement le journal dont elle est issue.  Voir cote DMZ 26. 2. 2. e. Pièce classée en toute fin du dossier et qui confirme l’habitude, déjà remarquée, qu’a Dumézil de conserver articles de journaux quotidiens faisant écho à ses recherches, parfois de manière fort inattendue.

 

Autres cotes utiles dans la présente boîte DMZ 72 pour approfondir le thème traité :

  • DMZ 72.1. 2. 4 : sous-chemise sans titre contenant deux morceaux découpés de la Revue des Etudes latines, 1958, paginés au crayon par les soins de Dumézil (« 113, 114, 116 » ) ; ce sont des copeaux se rapportant au sujet qui l’occupe alors, le cheval (d’octobre). Sans doute s’agit-il d’extraits de la référence suivante : « Quaestiunculae indo-italicae, 1-3 . — 1, le culmen inane fabse des Parilia; 2, les pisciculi des Volcanalia; 3, le Cheval d’Octobre bigarum uictricum dexterior » (Revue des Études latines, XXXVI, 1958, p. 112-131), dont d’autres copeaux et la couverture de tiré-à-part sont conservés dans la sous-chemise suivante.
  • DMZ 72.1. 2. 5 : sous-chemise sans titre contenant des morceaux découpés de la Revue des Etudes latines, 1958 et la page de titre de la référence ci-dessus, à laquelle Dumézil a ajouté à la main plusieurs précisions : « 36e année 1958 / paru avril 1959/p. 112-131 ».
  • DMZ 72.1. 2. 6 : sous-chemise sans titre contenant des morceaux découpés du même article, Dumézil détaillant cette fois la composition des trois « questions » sur la page de titre. On y lit en outre une dédicace manuscrite « Au professeur Leumann en confraternel hommage ». Dumézil a-t-il renoncé à donner ce tiré-à-part dédicacé ? Sinon, pourquoi cette dédicace de sa main serait-elle encore en sa possession ? On ne peut cependant exclure que celui-ci ait conservé un double exactement identique à son envoi. Il s’agit très probablement de Manu Leumann (1889-1977), le linguiste, latiniste et indo-européaniste, ayant exercé à l’Université de Zürich jusqu’à la fin des années 50 (il est en outre fils d’Ernst Leumann, lui aussi spécialiste dans ce même champ).

Cotes repérées dans d’autres boîtes du fonds grâce à l’inventaire réalisé par l’IMEC :

Au cours des années 1950, plusieurs des séries de cours professés par Dumézil au Collège de France sont consacrées aux « Éléments indo-européens dans les cultes, légendes et notions de l’ancienne Rome » (voir cotes DMZ 60 et 61). Le cours de 1957-1958 s’intitule « Étude comparative de mythes et de concepts religieux romains, germaniques, indo-iraniens. » (voir cote DMZ 63. 5).

À voir aussi pour compléter :

  • DMZ 5. 7 à 5. 8 : notes de Dumézil et correspondances de collègues autour de dix « Quaestiunculae indo-italicae », entre 1958 et 1961.
  • DMZ 47.4 : « Rituels indo-européens à Rome » et DMZ 47. 6. « Les cultes de la Regia », avec notamment des correspondances des années 1954-1955.
  • DMZ 48. 4 : « Curtus equos de la fête de Pales et la mutilation de la jument Vispala », correspondances diverses et brouillon de Dumézil daté de 1957 sur les affinités entre la légende de Rémus et Romulus et le Rig-Veda du corpus hindouiste ancien.

En 1966, Dumézil publie chez Payot une somme (provisoire) sur La religion romaine archaïque avec un appendice sur la religion des Étrusques (voir la cote DMZ 20 autour de cette rédaction). Suivront de peu les Idées romaines, en 1969 chez Gallimard tandis que se déploie, en trois volumes de 1968 à 1971, l’ample synthèse, bien que Dumézil récusât souvent ce dernier terme, Mythe et épopée (voir cotes DMZ 22 à 25). Certains textes de cet ouvrage servent d’ailleurs de support aux conférences de Liège en 1972-1973.

Pour citer cet article : Laure Léveillé, "Enquête sur une enquête dans le fonds Georges Dumézil : les mystères du Cheval d’Octobre (3e et dernier épisode)," in Colligere, 05/03/2018, https://archibibscdf.hypotheses.org/845. Consulté le 18/11/2018.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Voir cote DMZ 72. 1. 6. 6 : lettre dactylographiée du directeur des archives du Gers, Henri Polge, à Georges Dumézil, datée du 5 mars 1974. []
  2. Ibid. À ce jour, ces différentes lettres sont réunies à la même cote, en attendant l’inventaire détaillé. []
  3. Ibid. Lettre manuscrite du Dr Rousseau à Georges Dumézil, datée du 12 mars 1974, avec en pièce jointe un carton imprimé d’invitation à la remise du Prix Grammont le 2 avril 1974. []
  4. Ibid. []
  5. Chemise cotée DMZ 72.1. 5 : série de 12 feuillets manuscrits de tailles diverses (8 de grand format, 4 de petit et moyen, copeaux collés sur les grands feuillets). Les 3 derniers feuillets du dossier sont précédés du titre « Liège, 7e conférence du mardi, ma 28/11/72, 17h-19h » ; les autres feuillets portent des titres séparés pour certains « Les travaux et les jours : fêtes d’été et d’automne » ou « Les derniers soubresauts du cheval d’octobre ». []
  6. Voir Fêtes romaines d’été et d’automne suivi de Dix questions romaines, Gallimard, 1975, 303 p., Préface, p. 13. []
  7. Op. cit., p. 112. []
  8. Op. cit., p. 115. []
  9. Op. cit., p. 112. []
  10. Op. cit., p. 179. []
  11. John Scheid, Religion et piété à Rome, Albin-Michel, 2001, 192 p., p. 95. []
  12. Op. cit., p. 100. []
  13. Op. cit., p. 107 ; la citation incluse de Dumézil provient de son ouvrage intitulé L’héritage indo-européen à Rome, Paris, 1949, p. 80-81. []
  14. Voir Jean-François Le Nail, « Henri Polge (1921-1978) », Bibliothèque de l’école des chartes. 1981, tome 139, livraison 2. pp. 359-364. www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1981_num_139_2_464398. []
  15. Voir Libération, lundi 13 octobre 1986, p. 29 ; extrait conservé à la cote 16 CdF 109. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.