Bergson au Collège de France (exposition virtuelle)

Cette exposition reprend les pièces présentées au Collège de France à l’occasion de la journée de rencontre du 29 novembre 2019, dont vous pouvez retrouver ici le compte rendu, ainsi que le programme des interventions. Il est également consultable sur le carnet de la Société des amis de Bergson, à l’initiative de cette collaboration : https://bergson.hypotheses.org/1731.

Le 1er janvier 1900, Charles Lévêque écrit à l’administrateur Gaston Paris pour lui faire part de la candidature d’Henri Bergson à la chaire de philosophie moderne, laquelle est convoitée par Gabriel Tarde. Ce dernier l’emporte, mais Bergson succède finalement à Lévêque, mort trois jours après sa lettre à Gaston Paris, sur la chaire de philosophie grecque et latine.

L’objectif clairement exprimé par Charles Lévêque est de faire élire Henri Bergson à la chaire de philosophie moderne. Lévêque met en avant l’approfondissement par Bergson de la méthode cartésienne, ainsi que ses incursions dans le domaine de la psychologie, notamment dans son Essai sur les données immédiates de la conscience. Des arguments qui fondent son soutien au candidat sur deux tendances présentes au Collège de France : la tradition et la modernité.


Théodule Ribot reprend une partie des arguments de Charles Lévêque dans sa présentation de la candidature d’Henri Bergson à l’assemblée des professeurs : l’originalité de sa méthode, qui consiste non pas à faire “l’exposé des systèmes” mais “l’histoire des problèmes”, son “analyse minutieuse” des “notions communes”. Il est un “esprit subtil et vigoureux”, certes métaphysicien, “mais qui rattache toujours ses spéculations à des recherches positives”.
Dans la seconde partie de son exposé, Ribot met en avant l’autodidactisme de Tarde, son succès et son absence de titre universitaire qui en font un candidat “tout désigné pour le Collège de France”.


En comparaison des Titres et travaux désormais joints aux candidatures, le curriculum vitae envoyé par Henri Bergson étonne par sa brièveté. On y prend connaissance, sans hiérarchie autre que chronologique, de certains de ses ouvrages désormais célèbres, tels l’Essai sur les données immédiates de la conscience (1889) et Matière et mémoire (1897).


C’est en 1904, suite à la disparition de Tarde, qu’il obtient, fait rare, son transfert à la chaire de philosophie moderne. Son cours se présente en diptyque : le premier cours de la semaine est traditionnellement consacré à l’analyse d’un problème (la liberté, analyse de la volonté, question des « idées générales », etc.). Le second, celui du samedi, consiste en un commentaire des théories de philosophes tels qu’Herbert Spencer, George Berkeley ou encore Baruch Spinoza.

Suite au décès de Gabriel Tarde, Henri Bergson demande à pouvoir intégrer la chaire de celui qui lui avait été préféré en 1900. Il justifie sa demande par le décalage qui existe entre ses principaux thèmes de recherche, qui concernent des thèmes de philosophie contemporaine, et l’orientation de sa chaire qui lui impose de se référer continuellement à la pensée antique. Il explique qu’il ne peut, à cause de cela, traiter les questions « que très imparfaitement, obligé […] de les rattacher à la  philosophie antique et de les envisager ainsi sous leur aspect le plus général, au lieu de les prendre dans les termes précis où la science actuelle les pose ». Le transfert est voté à l’assemblée du 13 novembre 1904, qui se prononce favorablement par 25 voix sur 31.


Son activité institutionnelle, à l’image de sa philosophie, est marquée par son ouverture vers des disciplines émergentes et des recherches audacieuses. Il œuvre plus particulièrement pour la psychologie et la sociologie, dont les deux plus éminents représentants sont d’anciens camarades de l’École normale supérieure. Peu après son arrivée au Collège de France, il se fait l’artisan de l’élection de Pierre Janet à la chaire de psychologie expérimentale et comparée. En 1905, il tente, sans succès cette fois, de faire entrer la sociologie au Collège de France, au profit souhaité d’Émile Durkheim.

L’argumentation ici développée par Henri Bergson utilise un levier habituel dans l’introduction ou le maintien d’une discipline au Collège de France : la comparaison avec des pays étrangers, et plus particulièrement les États-Unis et l’Allemagne. Tous deux disposent d’enseignement de psychologie dans leurs universités, alors qu’en France la discipline n’est que marginalement présente. Il est donc nécessaire que le Collège de France, qui se doit d’enseigner « la science en train de se faire », conserve un enseignement de psychologie.

Le candidat pressenti pour succéder à Théodule Ribot est son suppléant Pierre Janet. Ce dernier est également un ancien camarade d’Henri Bergson à l’École normale supérieure. Il est élu de justesse le 19 janvier 1902, par 16 voix contre 13, face à Alfred Binet.


Henri Bergson défend en 1905 la création d’une chaire de sociologie. La mention explicite de l’Année sociologique ne fait guère de doute quant au candidat pressenti : Émile Durkheim. Ce dernier avait fait acte de candidature en 1897 à la chaire de philosophie sociale à laquelle fut finalement nommé Jean Izoulet. Cette proposition surprend car Henri Bergson a souvent été opposé à Émile Durkheim. Malgré l’appui de certains professeurs, dont Grégoire Wyrouboff, la sociologie échoue face à la chaire d’histoire et antiquités nationales, par 11 voix contre 19.


Ses cours sont accompagnés d’un grand succès public, et même mondain. L’année 1914, en particulier, voit une multiplication des incidents dus au manque de places. Pétitions et lettres à l’administrateur se succèdent. Il est donc décidé de réserver en priorité les places aux étudiants, ce qui provoque le mécontentement des autres auditeurs. L’affaire est même portée devant l’assemblée, sans qu’aucune solution ne soit trouvée. À partir de l’année académique 1914-1915, Bergson se fait suppléer jusqu’en 1921, date à laquelle il est admis à l’honorariat. Son suppléant, Édouard Le Roy, lui succède.

Dans cette lettre, l’homme politique Pierre Duchesne-Fournet, alors conseiller général du Calvados, suggère que le cours d’Henri Bergson soit donné dans un amphithéâtre plus grand, quitte à le délocaliser à la Sorbonne. Il s’oppose, comme nombre d’auditeurs, au privilège accordé aux étudiants d’avoir une partie de la salle réservée au détriment du reste du public.


L’affluence des auditeurs aux cours d’Henri Bergson entraîne de grandes difficultés d’organisation car la salle dans laquelle il donne ses leçons ne permet pas d’accueillir l’ensemble du public. Les étudiants s’insurgent contre la présence de personnes venues réserver leur place, parfois deux heures avant le début de l’intervention. Leur requête est entendue, comme l’attestent les lettres reçues dans les jours qui suivent par l’administrateur de la part du public non-étudiant, qui demande la suppression de cette faveur.


Une des demandes d’Henri Bergson a été satisfaite : les fenêtres sont désormais ouvertes afin que les auditeurs n’ayant pu entrer puissent tout de même assister au cours. L’affluence de 1914 s’explique en partie par sa récente élection à l’Académie française, qui a (encore) augmenté sa popularité.


Il reçoit en 1927 le prix Nobel de littérature pour « ses idées riches et dynamiques, et pour la manière brillante avec laquelle elles ont été présentées ». En 1932, il publie son dernier ouvrage, Les Deux sources de la morale et de la religion. Bien qu’il souhaite se convertir au catholicisme dans les dernières années de sa vie, il reste fidèle au judaïsme par solidarité avec les Juifs persécutés par la montée de l’antisémitisme. À son décès en janvier 1941, des hommages lui sont rendus en dépit du contexte politique, notamment par Paul Valéry. De même, certains de ses anciens élèves demeurent fidèles à sa mémoire, comme en témoignent les carnets de notes prises par Charles Blondel et donnés par sa veuve à Étienne Gilson en février 1944.

Paul Valéry rend ici hommage à l’œuvre de refonte de la philosophie métaphysique opérée par Henri Bergson, à son style, « qui pour être philosophique, négligea d’être pédantesque », tout en saluant l’homme et sa personnalité. Ainsi, pour Valéry, « Bergson semble appartenir à un âge révolu, et son nom, le dernier grand nom de l’histoire de l’intelligence européenne ».


Ces notes particulièrement soignées ont été prises par le psychologue Charles Blondel (1876-1939). Blondel tente de concilier, en une synthèse originale, les influences de Durkheim (notamment ses conceptions sur les représentations collectives) et celles de Bergson. La veuve de Charles Blondel donne ses cahiers à Étienne Gilson en février 1944.

Pour citer cet article : Christophe Labaune, "Bergson au Collège de France (exposition virtuelle)," in Colligere, 25/03/2020, https://archibibscdf.hypotheses.org/8177. Consulté le 06/04/2020.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 03/04/2020

    […] Découvrez l’exposition virtuelle « Bergson au Collège de France » sur Colligere, le carnet des #bibliothèques et archives du Collège de France : https://archibibscdf.hypotheses.org/8177 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.