La collection cartographique de la Bibliothèque d’études ottomanes : petit aperçu

La bibliothèque d’études ottomanes possède une petite collection de cartes originales produites au XXe siècle par les services géographiques des armées européennes, notamment le War Office du Royaume-Uni, le K.u.K (kaiserlich und königlich) Militärgeographisches Institut d’Autriche-Hongrie (créé en 1839 et basé à Vienne) et le Service géographique de l’armée française. Cette collection provient des fonds de Jean Sauvaget (1901-1950), Jacques Berque (1910-1995) et Stéphane Yerasimos (1942-2005), conservés à la bibliothèque.

Ces cartes militaires concernent les territoires ottomans en Europe du Sud-Est, au Proche-Orient et en Anatolie. Les cartes produites par la Topographical Section of the General Staff de War Office et publiées en 1908 par la maison d’édition Library Map of London, fondée par Edward Stanford (1827-1904), concernent plus spécifiquement l’Anatolie occidentale, notamment la zone de la mer Égée, des Dardanelles et de Gallipoli. Elles illustrent les stratégies militaires de l’Empire britannique. Celles qui sont produites par le K.u.K Militärgeographisches Institut sont des cartes des villes de la Turquie d’Europe. Elles ne sont malheureusement pas datées mais elles sont visiblement de la même période que les cartes britanniques. En effet, l’Institut avait une mission géodésique et avait commencé à produire des cartes de la Turquie d’Europe et de la Grèce à partir de 1889 ; il avait même formé des équipes locales pour poursuivre ces travaux cartographiques. Les collections provenant du K.u.K Militärgeographisches Institut représentent entre autres des villes comme Janina, Varna, Salonique, Skopje, Belgrade et Mostar. Celles provenant du Service géographique de l’armée française et imprimées par l’Imprimerie zincographique1 du service géographique de l’armée concernent quant à elles le Levant, en particulier la Syrie et le Liban, à partir de la seconde moitié du XXe siècle. Elles se concentrent sur les régions à grande échelle et les villes comme Damas et Tartous. La collection cartographique de la bibliothèque d’études ottomanes permet aux lecteurs de suivre les stratégies militaires et politiques des armées européennes, ainsi que d’étudier l’Empire au prisme d’une représentation spatiale et notamment urbaine.

Le fonds cartographique militaire est accompagné de cartes touristiques et de cartes postales provenant de l’Afrique du Nord et de croquis architecturaux d’immeubles en Turquie datant de la seconde moitié du XXe siècle.

La collection de cartes comme ces autres documents iconographiques peuvent être croisés avec les ouvrages accessibles en magasin portant sur l’histoire du monde moderne et contemporain et sur l’histoire régionale et urbaine. La bibliothèque invite les intéressés à découvrir en particulier les cotes des documents d’archives et de région (ville, cartographie, atlas et ) qui consacrent une grande place à la géographie et l’histoire ottomanes, qu’elles soient locales, régionales ou impériales.

Pour citer cet article : Elif Becan, "La collection cartographique de la Bibliothèque d’études ottomanes : petit aperçu," in Colligere, 02/03/2020, https://archibibscdf.hypotheses.org/7937. Consulté le 10/07/2020.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Technique d’impression utilisant une technique dérivée de la lithographie, se distinguant par l’emploi de plaques de zinc. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.