Enquête sur une enquête dans le fonds Georges Dumézil : les mystères du Cheval d’Octobre (2e épisode)

Poursuivons notre progression dans la boîte « DMZ 72 » des archives scientifiques de Georges Dumézil1.

Quoi de commun entre la première lettre du directeur des archives du Gers, Henri Polge, ayant attiré l’attention par son curieux objet – « La queue du Cheval » – et de vieux articles de la presse quotidienne scrupuleusement découpés à la rubrique des sports et conservés à proximité dans le dossier ? Pourquoi le Professeur Dumézil a-t-il archivé ces scores réalisés au championnat de France d’athlétisme, à Nice durant l’été 1974, en y soulignant à la main les temps réalisés aux 800 et 1500 mètres « Hommes » ? Pourquoi les a-t-il complétés de notes prises un autre jour dans la presse ainsi qu’au journal télévisé, sur divers records dans la course du 1000 mètres, à diverses dates et en divers lieux ? Les petites coupures sportives annotées côtoient les notes prises sur les grands textes grecs et latins, les Fastes d’Ovide en particulier, ainsi que de nouvelles correspondances tout aussi dépaysantes que les premières rencontrées2. Voici que s’invite en effet, dans les échanges avec le Professeur, un vétérinaire, membre de l’Académie Grammont, le docteur Rousseau. Son nom nous était déjà connu puisque la première missive de l’archiviste Polge se réclamait de lui comme messager des intérêts scientifiques de Dumézil à cette date. Nous mettons ces lettres de côté au fur et à mesure pour en reconstituer l’ordre chronologique, tout en poursuivant l’exploration des notes scientifiques de la main de Dumézil.

L’art de l’enquête au long cours

Rappelons que Georges Dumézil est devenu à cette date Professeur honoraire du Collège de France (ses cours ont cessé en 1968), ce qui n’a certes pas mis un terme à ses recherches. Il est, comme on l’a vu, invité à l’Université de Liège pour occuper la chaire Francqui Internationale durant l’année 1972-1973. Avant même la plongée dans la profusion des papiers, la bibliographie dumézilienne témoigne d’enquêtes minutieuses plusieurs fois remises sur le métier, à la faveur de nouvelles sources ou de nouveaux débats. Bientôt, les archives de cette boîte spécifique révèlent à leur tour qu’un même thème, un même rite ou un même mythe ont pu occuper la sagacité du savant au fil de longues années ou bien ressurgir périodiquement pour une enquête toujours approfondie et, à vrai dire, jamais close.

À mesure que progresse le dépouillement du dossier « DMZ 72 », il apparaît que le matériau de recherche contenu dans cette boîte nourrit et prolonge tout à la fois l’exposé d’une des conférences qu’il donne à Liège à l’automne 1972 sur le thème du Cheval d’octobre. Dans ses travaux de longue date sur la religion romaine archaïque3, Dumézil a déjà étudié ce rituel, réputé l’un des plus anciens à Rome, qui se déroulait lors de la fête des Ides d’automne, le 15 octobre4. À l’issue de la course de chars en l’honneur du Dieu Mars, l’un des deux chevaux de l’attelage victorieux, celui de droite, était sacrifié sur place, c’est-à-dire sur le champ de Mars ; la queue coupée de l’animal était alors transportée jusqu’au foyer de Vesta, dans le bâtiment de la Regia sur le forum, pour qu’y soit versé le sang du sacrifice. Le mélange de cendres et de sang était ensuite conservé pour servir lors d’un autre rituel, celui de la fête des Fordicidia, à la mi-avril. Le rite de l’October equus a toujours eu de quoi intriguer les historiens en ce qu’il demeure, semble-t-il, le seul sacrifice d’équidé avéré dans les sources pour le monde romain. Dumézil a pu en revanche le rapprocher d’autres rites équins observés dans d’autres religions anciennes, indo-européennes.

Autour de cet objet, dont le spécialiste de mythologie comparée cherche à déterminer s’il s’agit d’un rite réellement accompli tel qu’il est décrit dans les sources textuelles et dans quelles conditions matérielles précises, fusent alors divers échanges et plusieurs hypothèses. C’est l’impression que donne en tout cas la profusion simultanée des papiers. L’ordre observé est à première vue celui d’une dernière mobilisation en date par le savant, celle qui nourrit le propos de sa conférence de Liège en 1972. Toutefois, si l’on rétablit la chronologie des correspondances et autres pièces, on perçoit davantage le travail d’approfondissement, des rebondissements certes, mais aussi des jalons posés dans l’avancement de cette enquête partagée, au long cours, de 1954 au moins et jusqu’à nouvel ordre, en 1974, c’est-à-dire bien en amont et encore au-delà de la prestation liégeoise.

Dans la profusion de notes, tirés à part annotés et autres copeaux de papiers découpés dans des écrits antérieurs, la pièce qui, après quelques tris, ressort ici comme un jalon majeur de l’enquête est un article de 1958 paru dans la Revue des études latines sous le titre « Quaestiunculae indo-italicae, 1-3 » ; le troisième item est justement consacré à une étude comparative de rites impliquant le sacrifice d’un cheval, dans la Rome archaïque d’une part (October equus) et dans la religion védique d’autre part (Aśvamedha).

Dumézil nous facilite la tâche historiographique en conservant lui-même et en soulignant la trace du débat que cet article suscita, notamment de la part de son collègue et contradicteur italien, Angelo Brelich (1913-1977). Ce sont précisément les modalités de l’enquête dumézilienne, celles-là mêmes que nos papiers recèlent et dévoilent à leur manière aujourd’hui, qui nourrissent alors la polémique scientifique. N’oublions pas que ce contemporain de Dumézil s’appuie sur d’autres sources que celles dont nous disposons pour élaborer sa critique ; seul le corpus dumézilien imprimé ou oral (celui des cours et conférences), les sources connues et communes, puis les résultats provisoires ou les restitutions scientifiques, lui sont accessibles, comme c’est en général le cas dans le débat scientifique. Quelles inflexions recevrait ce dernier si les acteurs, d’aventure, pouvaient connaître les coulisses et les papiers intermédiaires du même travail ? Ce n’est pas l’une des moindres qualités des archives que de permettre de rendre justice à un travail scientifique en dévoilant quelque chose d’une attitude ou d’une conduite intellectuelles, au cœur même de l’enquête. En l’espèce, ce qui frappe, outre la rigueur des notes et l’abondance des sources convoquées, c’est le recours aux aides possibles et collaborations parfois inattendues, ainsi que la qualité des échanges au service de la science.

L’art de l’enquête partagée

Partagée, cette enquête l’est au moins par trois scripteurs dans le présent dossier : nous connaissons déjà les noms de l’archiviste du Gers, Henri Polge et du docteur vétérinaire Rousseau, qui a mis ce dernier en relation avec Dumézil. Il faut y ajouter désormais celui de l’historien Georges Devereux, dont Dumézil conserve également une lettre ainsi que plusieurs versions d’un texte imprimé. Un tiré à part de la revue Mnemosyne de 19705 témoigne en effet d’une précédente hypothèse défendue par Devereux et que Dumézil juge peu convaincante, hypothèse selon laquelle la « queue » du cheval sectionnée serait en fait le pénis, en vertu d’un double sens du mot latin « cauda », à rapprocher, par-delà les siècles, du sens argotique de « queue » en français. On comprend mieux dès lors l’annotation en rouge, à peine visible, qu’a écrite le destinataire sur la couverture d’un des tirés à part reçus : « cauda ou penis ? »

Dans les papiers, sont conservés ensemble :

  • Un tiré à part, dédicacé à Dumézil par l’auteur, Hendrick Wagenvoort, un collègue d’Utrecht, et intitulé : « Zur magischen Bedeutung des Schwanzes »6. Comme sur la majorité des lettres et articles dont il est destinataire, Dumézil y note scrupuleusement, à la main, « reçu le 9/4/62 », de même qu’il couvre le texte imprimé de nombreuses annotations manuscrites.
  • 4 mini-feuillets de notes manuscrites sur les occurrences et sens de « cauda» chez les auteurs latins, sur les termes « peniculi » et « penem », sur l’ouvrage de Georges Devereux Essai d’ethnopsychiatrie générale et sur l’article lui-même.
  • Une annonce de publication avec le sommaire de Mnemosyne XXIII, 1970, où Dumézil a noté qu’il a demandé à l’auteur, en avant-première, des photocopies de son article, en l’occurrence celui de Georges Devereux « The Equus October Ritual » – Dumézil a corrigé « revisited », ce qui sera en effet l’épithète retenue dans le titre définitif.

En réponse à cette requête, l’auteur explique qu’il n’en dispose pas encore et entreprend de résumer d’ores et déjà, à l’intention de son correspondant, ce court article de cinq pages et sa démonstration. Dans cette lettre pleine de révérence, il indique :

« Comme vous voyez, ce n’est pas un travail de latiniste – je n’ai eu que 4 années de latin au lycée, il y a un demi-siècle. C’est simplement une application de connaissances biologiques à un problème romain, ou plutôt à un petit détail d’un rite. J’espère que vous ne serez pas trop déçu – que vous n’avez pas pensé qu’il pourrait s’agir d’une contribution importante et érudite. »7

Devereux est alors directeur d’études à la VIe section de l’EPHE. Dumézil a pris soin d’annoter la lettre, au crayon, de ses premières réactions.

Devereux parle « d’un petit détail », or l’enjeu est de taille pour Dumézil, au regard de l’idéologie des trois fonctions qu’il a mise au jour plus de trente ans auparavant. La fameuse « idéologie tripartie », qui reste attachée à son nom, lui semble sous-jacente aux mythes, légendes et religions anciennes des peuples indo-européens8. De l’Inde védique jusqu’à la Scandinavie et à la péninsule italique, Dumézil, apprenant toutes les langues anciennes et rares qui lui ouvrent l’accès direct aux sources textuelles, ne cesse d’interroger ces mythes et ces rituels, en véritable archéologue de l’esprit humain afin d’en dégager les affinités de structure – un terme qu’il n’emploie pas au sens qu’il aura pour Lévi-Strauss et les structuralistes, qui ne renvoie pas à des invariants anthropologiques, mais plutôt à une sorte de « fonds commun » ou de configuration commune, dans un sens plus commun du mot « structure ». La triade « Jupiter, Mars, Quirinus », qui donne son titre à l’un de ses premiers ouvrages (publié chez Gallimard en 1941), exprime déjà, pour le monde romain, la trilogie des fonctions souveraine (et sacerdotale), guerrière et économique (ou agraire). Par la suite, plus que leur simple manifestation, le savant ne cesse d’interroger la manière dont les différents peuples les hiérarchisent et les articulent9. Et c’est précisément dans ces modalités de relation entre les trois fonctions qu’il décèle un fonds commun propre, selon lui, aux Indo-européens.

Dans l’affaire du Cheval d’Octobre, si la queue du cheval est en fait son organe génital, le sens du sacrifice s’en trouve profondément modifié : d’un rite à dominance martiale, il devient davantage rite de fécondité ; la deuxième fonction s’efface au profit de la troisième. Or Dumézil est connu pour avoir su tempérer, grâce à des enquêtes minutieuses fondées sur ses compétences linguistiques rares et un comparatisme rigoureux, l’hégémonie des interprétations en termes de fécondité et de rite agraire à laquelle tendait une certaine mythologie comparée du XIXe siècle. Dans le cas présent, les deux dimensions sont présentes et liées : le Champ de Mars servait à la fois de pâturage aux chevaux et de terrain d’entraînement pour la cavalerie ; le mélange de cendres et de sang versé pour le Dieu de la guerre aux Ides d’automne servait ensuite, au printemps, dans un rituel bien davantage dédié à la fertilité. Cependant, Dumézil cherche avant tout à dégager la tonalité majeure du rite et la hiérarchie à l’œuvre dans l’articulation des fonctions, martiale et agraire en l’occurrence.

Le recours aux hommes de l’art – collaboration entre académies

Dernier allié en date pour réfuter définitivement l’hypothèse de Devereux, le docteur vétérinaire Michel Rousseau, secrétaire général de l’Académie Grammont (académie vétérinaire de France), correspond plusieurs fois avec Dumézil entre janvier et mars 1974. Trouvées dans le désordre, les lettres sont reclassées et on a la chance d’y trouver, intercalé, le brouillon manuscrit d’une lettre de Dumézil en date du 14 janvier 1974. Ce dernier y expose sa requête auprès du spécialiste qu’est le vétérinaire, seul habilité à statuer sur la question du temps précis d’écoulement du sang selon l’organe effectivement sectionné. On y lit aussi la sévérité dont Dumézil peut faire preuve pour défendre ses convictions scientifiques et qui, en l’occurrence, s’adresse sans doute davantage à la tradition héritée de la mythologie comparée du XIXe siècle, celle d’un Max Müller, plutôt qu’à Georges Devereux lui-même, qui s’est montré aimable et modeste.

« Des auteurs (…) qui ont besoin pour leur thèse que le sacrifice de l’Oct. Eq. soit un sacrifice à intention agraire (fécondité, etc…) ont soutenu que par « queue » il faut comprendre ici « pénis », ce qui serait tout à fait inusuel dans des textes latins qui n’ont rien d’argotique ! »10

Du protocole vétérinaire, très ponctuel, mis en œuvre pour élucider l’énigme formulée par Dumézil, le docteur Rousseau laisse trace, y compris dans les papiers duméziliens. Il y a d’abord une lettre, datée du 31 janvier 1974, soit seulement deux semaines après la requête de Dumézil. Elle fait état d’expériences pratiquées avec la collaboration technique d’un confrère, le docteur vétérinaire Roblot. Les temps d’écoulement du sang se sont révélés probants : ils s’échelonnent de 3 minutes à 3 minutes 15 secondes selon la manière dont la queue sectionnée est maintenue, vers le haut ou vers le bas. Rousseau a ajouté un post-scriptum à la main :

« P.S. : Pour le cas où mes collègues de l’Académie vétérinaire le souhaiteraient, accepteriez-vous que leur soient communiquées votre lettre et cette réponse ? (Je comprendrais fort bien que vous vous réserviez l’exclusivité des deux, à toutes fins utiles : idéalement pour une communication aux « Inscriptions », qui primerait sans conteste). »11

Notons au passage cette attention de Rousseau aux questions éventuelles de préséance entre académies, en plus de sa politesse à l’égard d’un savant admiré. À cette date, Dumézil n’est pas encore académicien français (il le sera en 1978) mais il est déjà membre, depuis bientôt quatre ans, de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Dans ses lettres, Rousseau s’adresse à plusieurs reprises au Professeur Dumézil avec la formule « Mon cher Maître » mais il fait erreur sur l’initiale de son prénom « J. Dumézil », erreur réparée à partir de la lettre du 10 février. Ce dernier lui donne en retour du « Cher collègue ».

La seconde trace est plus formelle et imprimée : c’est la publication d’une communication officielle devant l’Académie Grammont en date du 21 février 1974. Avant d’en tirer cet écrit, le sieur Rousseau s’enquiert auprès du Professeur d’une manière qui l’agrée de signer leur effective collaboration.

Début juin 1974, lorsqu’il adresse quatre exemplaires tirés à part de cette communication à Dumézil, le docteur Rousseau hésite encore à s’en attribuer la paternité exclusive : « (…) ma (ou « notre » ?) communication à l’Académie vétérinaire sur l’ « October equus » (…) a vivement intéressé mes collègues. »12, écrit-il.

La publication de cet exposé oral a pour titre « Note sur la caudectomie rituelle de l’october equus » ; elle est parue dans le Bulletin de l’Académie vétérinaire de la fin février 1974 – on peut se demander pourquoi Michel Rousseau a tardé à en adresser quelques exemplaires à Dumézil. Sur les quatre tirés à part annoncés joints à la lettre, deux sont ici revêtus de quelques corrections typographiques manuscrites au crayon, probablement de la main de Dumézil, et archivés intègres, ensemble13. Un troisième, annoté de la même manière, est conservé à part14 ; la page 81, celle de la conclusion, a été découpée. Comme à son habitude, Dumézil l’a probablement prélevée pour la coller ou la joindre à d’autres feuillets de travail, d’où l’intérêt de disposer de plusieurs exemplaires papier, dont certains peuvent être ainsi découpés sans dommage pour la bibliothèque privée. Le réseau d’envoi et de réception des tirés à part, très dense dans la correspondance de Georges Dumézil avec ses nombreux collègues de par le monde, comme d’ailleurs dans les échanges scientifiques du XXe  siècle en général, prend ainsi un sens pratique complémentaire de ses usages intellectuels.

Voici justement le contenu précis de la partie découpée, ce à quoi aboutit toute l’enquête conservée dans ce dossier coté 72.1 et pour laquelle le Professeur Dumézil a fait appel aux services vétérinaires compétents :

« En résumé, à Rome, après le parcours [du champ de Mars jusqu’au foyer de la Regia sur le forum, distance estimée à un kilomètre maximum], il était facile d’obtenir du sang des deux organes sectionnés.

L’ablation du pénis (en l’absence d’analgésiques) exigeait soit une contention stricte, soit une saignée complète préalable.

A l’inverse, l’ablation de la queue était facile et rapide, avec une contention très simple, et dès l’assommage. (…) L’ethnographie comparée confirme cette seconde et classique version »15

Ici, Rousseau ne manque pas de citer les apports de la « com[munication] pers[onnelle] » du directeur d’archives Henri Polge.

Dumézil penchait déjà pour cette seconde version, contraire à celle de Devereux, mais souhaitait vérifier la « possibilité matérielle d’obtenir du sang de l’un et l’autre organe, tel que l’exige le rituel, après le trajet. » écrit le Docteur Rousseau, tout en précisant que le trajet en question devait être confié à « (…) un romain capable de le parcourir dans le même temps qu’un de nos bons coureurs, soit deux minutes 30. »16

Si Dumézil a conservé les résultats sportifs découpés par ses soins dans la presse quotidienne et s’il y a encadré les résultats des finales du 800 m et du 1500 m Hommes, c’est donc dans ce but : avoir des temps de référence afin de valider le temps requis (possible) pour la course humaine entre le lieu du sacrifice et le temple où la queue du cheval est censée suinter encore du sang. Voici donc comment se clôt l’enquête à cette date, par cette communication aussi concise que clinique17. L’interrogation d’un historien, linguiste et mythologue, aura permis au vétérinaire d’interroger à sa manière et selon ses propres méthodes l’anatomie du rite ainsi revisité. Ainsi la formule empruntée à la lettre de Georges Devereux, « une application de connaissances biologiques à un problème romain » se trouve-t-elle approfondie et presque retournée, en féconde réciprocité.

Pourtant, quelque chose ne laisse pas d’intriguer encore : les résultats sportifs consignés par Dumézil à l’été 1974, le sont donc plusieurs mois après la communication apparemment conclusive du docteur Rousseau. Le dossier aurait-il été rouvert ? Ou bien s’agit-il pour Dumézil de consolider sa documentation ? À suivre …

Pour citer cet article : Laure Léveillé, "Enquête sur une enquête dans le fonds Georges Dumézil : les mystères du Cheval d’Octobre (2e épisode)," in Colligere, 09/01/2018, https://archibibscdf.hypotheses.org/773. Consulté le 20/05/2018.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Le premier épisode, publié le 11 décembre 2017, est disponible sur le présent carnet à la rubrique « Petites histoires de nos archives » ; les figures de ce second épisode sont numérotées dans la suite des précédentes. []
  2. Voir cote DMZ 72.1. 6. 5. c. : 1 mini-feuillet de notes prises dans le Figaro du 31 juillet 1974, « p. 11, col. 3 » sur les résultats d’un 1000 m à Oslo, record du monde battu par l’américain Richard Wohluter avec 2’ 13’’ 9 ; complété par une note sur la « TV 30/7 soir » ; 72.1. 6. 5. d. : 1 coupure de presse, Figaro, lundi 29 juillet 1974, p. 11, col. 1, rubrique « Athlétisme » « Nette domination des étrangers aux championnats de France à Nice ». []
  3. Pour une première approche de la bibliographie dumézilienne vue de ses archives, nous renvoyons à l’article publié dans Salamandre, plateforme numérique des archives du Collège de France : fonds Dumézil sur Salamandre []
  4. Voir notamment l’ouvrage publié aux éditions Klincksieck dix-huit ans auparavant, en 1954, sous le titre Rituels indo-européens à Rome. []
  5. Voir Georges Devereux, « The Equus October Ritual revisited », Mnemosyne XXIII, Brill, 1970. []
  6. Extrait de la revue Serta Philologica Aenipontana, Innsbrucker Beiträge sur Kulturwissenschaft, Band 7-8, Innsbruck, 1961, p. 273-287, conservé à la cote DMZ 72.1. 6. 3. a. 1. []
  7. Voir cote DMZ 72.1. 6. 3. b. : Lettre de Georges Devereux à Georges Dumézil, datée du 6 août 1970, 2 p. []
  8. L’ouvrage éponyme L’Idéologie tripartie des Indo-Européens est paru quatorze ans plus tôt, à Bruxelles, dans la collection Latomus. []
  9. Sur l’idéologie des trois fonctions, que le présent article n’a pas pour objet de présenter, nous renvoyons aux articles publiés dans Salamandre, plateforme en ligne des archives du Collège de France : cf. supra. []
  10. Brouillon manuscrit et première version dactylographiée d’une lettre de Georges Dumézil au docteur Rousseau, datée du 14 janvier 1974. []
  11. Lettre dactylographiée du docteur Rousseau à Georges Dumézil, datée du 31 janvier 1974, 2 p. []
  12. Cote 72.1. 6. 5. a. et a (bis) : lettre manuscrite de Michel Rousseau, docteur vétérinaire, à Georges Dumézil, datée du 5 juin 1974. []
  13. Cote 72.1. 6. 5. b. et b (bis) : 2 exemplaires du tiré à part de Michel Rousseau, « Note sur la caudectomie rituelle de l’october equus » dans le Bulletin de l’Académie vétérinaire, Tome XLVII (février 1974), Vigot Frères éd., p. 79-81. []
  14. Cote 72.1. 6. 6. []
  15. Op. cit., p. 81. []
  16. Op. cit., p. 80. []
  17. Comme le premier épisode le soulignait déjà, les détails réalistes et crus de l’exécution matérielle du sacrifice ont de quoi émouvoir le lecteur du XXIe siècle, davantage sensibilisé à la souffrance animale, surtout lorsqu’il s’agit d’en reconstituer les conditions grandeur nature dans les années 70 du XXe siècle. Rousseau, membre de l’Académie Grammont, ne manque cependant pas de signaler que la loi du même nom, Loi Grammont de 1850, est bien respectée par les abattoirs d’Auch quant aux conditions réservées au cheval, amputé seulement après assommage. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

  1. 31/01/2018

    […] enquête : les mystères du Cheval d’Octobre Laure Léveillé, Colligere, 9 janvier 2018 > http://archibibscdf.hypotheses.org/773 Nicht hinter Landesgrenzen zurückziehen Raoul Motika et Harald Rosenbach, [gab_log] […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *