Les tableaux de la salle d’assemblée des professeurs du Collège de France (2e épisode)

Avec Henri IV et le changement dynastique (avènement des Bourbons), dans une France apaisée et rendue à la prospérité, arrive une seconde fondation du Collège, cette fois matérielle et tangible. C’est l’objet d’un deuxième tableau ornant la salle d’assemblée sur Collège de France, peint quelques années après celui de Guillaume Guillon-Lethière, et qui se situe dans la continuité historique de la naissance de l’institution. Nous vous présentons également un troisième tableau représentant Louis XIV, à l’histoire plus mystérieuse.

Henri IV décidant la construction du Collège royal, Par Charles Thévenin (1827)

Charles Thévenin (1764-1838)
Henri IV décidant la construction du Collège royal
1827
Huile sur toile
2,570 m x 3,870 m
Photographie P. Imbert, Collège de France

Charles Thévenin. Dessin par Jean-Auguste-Dominique Ingres (1817)

Charles Thévenin, né à Paris le 12 juillet 1764 et mort le 28 février 1838, est un peintre néoclassique français connu pour ses scènes héroïques des périodes révolutionnaire et impériale.

Il remporta en 1791 le prix de Rome. En 1816, il fut nommé directeur de l’Académie de France à Rome, succédant à ce poste à Guillaume Guillon-Lethière. De retour à Paris, il fut élu membre de l’Académie des beaux-arts en 1825, puis nommé conservateur du Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale.


Inforgraphie A. Huszar, Collège de France

1. Sur cette toile, à l’automne 1609, le roi Henri IV, porteur du cordon de l’Ordre du Saint-Esprit, saisi le poignet de :

2. Maximilien de Béthune, duc de Sully (1559-1641), son compagnon d’armes, ami et conseiller. Le roi souhaite que la construction d’un bâtiment soit ordonnée pour le Collège.

3. En robe rouge, Jacques Auguste de Thou, président à mortier (une des plus hautes magistratures dans les institutions d’Ancien régime) du Parlement de Paris, l’un des hommes qui rédigea l’Édit de Nantes et le publia 1598.

Ie voy le docte Cardinal du Perron mettre toute [s]on estude au bastiment du College dont ie vous ay cy dessus parlé. Dieu vueille que par cy apres ce ne soit un corps sans ame, & un magnifique College de pierre, au lieu de celuy qui fut premierement basty en hommes par le Roy François. » Estienne Pasquier, Les recherches de la France, chez Jean Petit-Pas, 1621, p. 839.

4. Le cardinal Jacques Davy du Perron, grand aumônier de France, représentant à ce titre la tutelle administrative du Collège royal. C’est son protecteur autant que son directeur, bien qu’il n’y soit pas enseignant.

Les personnages qui leur font suite sont pour nous des anonymes, très peu de portraits de professeurs nous étant parvenus. Au jeu des ressemblances et des recoupements, on peut tout de même en reconnaître deux au centre de la toile, comme encadrés dans l’embrasure de la porte, seuls personnages dont les regards nous fixent :

5. Jean Riolan le Jeune (1577-1657), lecteur royal en médecine, premier médecin de la reine Marie de Médicis et qui obtint de Louis XIII, en 1626, la création du Jardin des plantes, embryon du Museum national d’histoire naturelle.

6. Isaac Casaubon (1559-1614), lecteur de grec, dont l’édition commentée des écrits de Polybe, éminent historien grec du IIe siècle av. J.-C., fait encore autorité aujourd’hui.

7. Au jeu des ressemblances encore, dans la partie droite du tableau, on croit reconnaître, à l’extrême droite, l’historiographe de France prenant note de la scène, à l’époque Bernard de Girard.

8. Pierre Jeannin, diplomate, qui du propre aveu des Provinces-Unies des Pays-Bas, fut l’un des artisans de leur indépendance vis-à-vis de l’Espagne.

9. Nicolas IV de Neufville de Villeroy, secrétaire d’État. Principal ministre après Sully, il lui succéda à la régence de Marie de Médicis qui suivit la mort du roi.

10. Nicolas Brulart de Sillery, chancelier de France, qui succéda lui-même au précédent.

11. Louis XIII, encore enfant : après l’assassinat de son père par Ravaillac le 14 mai 1610, c’est Louis XIII qui posera la première pierre du nouveau bâtiment le 28 août 1610. Cette pierre fut redécouverte au XXe siècle.


En 1935, lors de travaux de consolidation de l’aile est du bâtiment actuel, cette pierre de fondation du premier bâtiment dessiné par Claude Chastillon pour le Collège royal fut mise au jour de façon inattendue. Posée en 1610, elle fut, à la fin du XVIIIe siècle, comme le reste de la construction, brisée pour réemploi en guise de remblai afin de laisser place au bâtiment actuel. Sa redécouverte à une époque autrement sensible à la conservation du patrimoine fut donc une ruse de l’histoire. Elle est aujourd’hui exposée devant un pilier du foyer des amphithéâtres.

Sous les armoiries du roi et de la reine sa mère est inscrit :
« En l’an premier du règne de Louis XIIIe, roi de France et de [Navarre], âgé de 9 ans, [sous la] régence de la reine [Marie] de Médicis sa mère. [28 août] 1610. »


Louis XIV (vers 1678)

Anonyme
Louis XIV
Huile sur toile
2,480 m x 1,670 m
vers 1678
Photographie P. Imbert, Collège de France

Les professeurs réunis en assemblée le 9 janvier 1678 auraient chargé le syndic du Collège (qui s’occupait de la gestion matérielle de l’établissement) de « faire faire un tableau du Roy en pied avec la bordure pour estre placé dans la chambre des assemblées », pour remercier le souverain de sa générosité.

Ce dernier avait accordé aux professeurs royaux les « intermédiats » du professeur Roberval (chaire de Mathématiques, 1634-1675). Ce reliquat de gages, non utilisés entre son décès en 1675 et la nomination d’un successeur en 1683, représentait une somme substantielle qui permit d’importants travaux de rénovation.

Le souverain est représenté en majesté, porteur de l’ordre du Saint-Esprit, la couronne du sacre et la main de justice posées sur le coussin fleurdelisé à sa droite. D’un geste de son sceptre, il signifie qu’il entend régner sur les arts et les sciences, dont les symboles sont déposés à ses pieds : globe, compas, instruments de musique, livres, lauriers.

Pour citer cet article : Ronan Le Guen, "Les tableaux de la salle d’assemblée des professeurs du Collège de France (2e épisode)," in Colligere, 17/01/2020, https://archibibscdf.hypotheses.org/6761. Consulté le 06/04/2020.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.