Deux ans en compagnie de Mauss : rétrospective d’une exploration archivistique

Introduction

Les archives de Marcel Mauss nous sont parvenues avec une intégrité que leur parcours ne laissait guère espérer. En effet, elles ont survécu à la Seconde Guerre mondiale grâce à la mobilisation des élèves de Mauss, qui ont inventorié sa bibliothèque et évacué sa correspondance et ses manuscrits alors que son appartement était réquisitionné par l’occupant, en 1942. Le fonds apparait dès lors comme une de ces « ruses de l’histoire » dont parlait Roland Barthes1 à propos du Collège de France.

Le fonds du sociologue a regagné les collections patrimoniales du Collège de France en 2013, après avoir été conservé une dizaine d’années à l’Institut Mémoires de l’Édition contemporaine. Un nouveau classement, un nouvel instrument de recherche et de nouveaux conditionnements ont été mis en œuvre depuis.

Pour souligner la nécessité de ces interventions, il nous faut en premier lieu expliciter certains problèmes fondamentaux du traitement documentaire : comment l’archiviste s’influence-t-il du matériau dont il a la charge ? Quelles sont les formes du changement qu’il est en mesure d’opérer ? Pour le montrer, deux cas ont été sélectionnés, parmi les plus évocateurs : le remembrement des dossiers concernant l’ « Essai sur le don » et La Nation, livre inachevé de Mauss et publié à titre posthume par Henri Lévy-Bruhl dans l’Année sociologique.

Il est par ailleurs nécessaire de ne pas oublier qu’un fonds d’archives n’est qu’un élément, si important soit-il, d’un ensemble documentaire plus vaste. Il s’inscrit dans un réseau qui lui donne son sens, d’où la volonté de montrer comment la mise en relation de plusieurs fonds, fût-ce au sein d’un seul établissement, permet déjà une mise en récit d’un événement comme l’élection de Mauss au Collège de France.

La pratique archivistique face au fonds Mauss

Christian Prigent dit dans son essai Une erreur de la Nature2: « Je suis de ces écrivains qu’on dit difficiles, voire illisibles. Ce n’est pas être en mauvaise compagnie ». La citation s’applique parfaitement à Marcel Mauss dont l’écriture manuscrite est, parfois, quasiment indéchiffrable. Cela ne l’empêche nullement d’avoir produit des archives passionnantes, tout en se parant de la figure de professeur attentionné avec ses élèves, que la plupart ont décrit comme chaleureux et plein d’humour.

Parler ici de rétrospective signifie non pas raconter la suite des tâches parfois fastidieuses auxquelles l’archiviste se plie lorsqu’il doit trier, classer, décrire un ensemble documentaire, mais plutôt discuter de l’aller-retour permanent entre le matériau et le travail archivistique, entre la théorie et la pratique, entre le projectif et l’effectif, bref du jeu d’influences réciproques entre les documents et leur mise en ordre dans lequel la tâche de l’archiviste consiste à faire coïncider les éléments matériels qu’il a face à lui avec l’intention taxinomique du producteur des documents. Le traitement d’archives est un « fait individuel total » pour l’archiviste, qui suppose la mobilisation du corps et de l’intellect à travers le temps et l’espace, le faisant passer de la manutention à la réflexion, de la manipulation des documents à une production intellectuelle elle-même influencée par l’objet manipulé. Le but est d’inventer le langage organique sous-jacent du fonds, et j’emploie le terme « inventer » dans son sens archéologique. Oui, l’archiviste est un « Sisyphe heureux »3. Cette invention est d’autant plus difficile qu’un fonds comme celui de Mauss est passé par de multiples mains et a subi au moins trois ou quatre opérations d’inventaire et d’organisation succédant au classement originel. On a modifié, au gré de ces opérations, les grands ensembles qui constituaient le fonds à son origine, et par conséquent son équilibre général. En effet, la moindre modification entraîne des changements amplifiés, par un effet de structure inhérent à tout fonds d’archives. En touchant un élément, on modifie l’emplacement des autres, un peu à l’image des mobiles de Calder, sauf qu’ici on ne revient jamais à l’équilibre. Le cœur du problème dans les archives scientifiques est que nous faisons face, pour chaque fonds, à un hapax, un unicum qui n’a pas d’équivalent. Cela n’empêche pas de trouver des régularités. On cerne de grandes  catégories dans le fonds Mauss qui sont les mêmes que dans d’autres fonds scientifiques : documents relatifs à la scolarité, manuscrits et épreuves de publications scientifiques, et bien sûr une correspondance volumineuse (en l’occurrence quelque 10 000 feuillets). Il n’en reste pas moins que tous ces ensembles répondent à des logiques organiques différentes selon le producteur.

En définitive, on pourrait parler de l’instrument de recherche comme d’une théorie formalisée, théorie qui n’est pas explicite puisqu’elle résulte de la reconstruction d’un discours latent qui voit se dresser deux obstacles majeurs : d’une part, l’obsession de l’archiviste pour le respect des fonds qui est « tyrannique car il est parfois impossible de connaître les intentions du producteur »4; d’autre part, les apories dans lesquelles nous nous retrouvons et qui nous imposent de créer des catégories factices pour classer les documents. Comme l’affirme Antoine Prost, « la conceptualisation opère une mise en ordre du réel historique, mais une mise en ordre relative et toujours partielle, car le réel ne se laisse jamais réduire au rationnel »5. Or classer est un processus conceptuel de mise en ordre d’un réel matériel. Michel Foucault le rappelle, « l’archive, c’est ce qui fait que toutes ces choses dites ne s’amassent pas indéfiniment dans une multitude amorphe, ne s’inscrivent pas non plus dans une linéarité sans rupture ; mais qu’elles se groupent en figures distinctes, se composent les unes les autres selon des rapports multiples »6. Le processus est donc celui du passage des archives à l’archive, du regroupement des premières en « figures distinctes » qui sont autant de topoï, de lieux physiques et intellectuels. L’archiviste dispose d’un avantage double : d’abord celui de poser un regard décentré, cher aux ethnologues, sur les documents ; ensuite, celui de confronter une approche extensive des documents à la pratique intensive qu’en ont les chercheurs.

Deux cas topiques : les reconstitutions de l’ « Essai sur le don » et de « La Nation »

Les recherches et commentaires se font majoritairement sur les ouvrages ou articles édités. C’est une pratique normale, car il est logique de voir dans le matériau publié (articles, livres…) une source majeure d’information, celle qui est la plus largement diffusée et sert de source prioritaire aux chercheurs, pour le travail ; afin, également, de se connaître et reconnaître entre pairs. Mais ce matériau a le défaut de procéder à un ragréage sur un matériau brut qui porte la marque des hésitations, revirements et corrections, bref, de la recherche en train de se faire pour reprendre une des devises du Collège de France. C’est pourquoi les deux éléments exposés ici ont fait l’objet d’une attention particulière lors de leur classement, d’autant qu’ils renvoient à deux des productions les plus connues, qui ont subi des interventions posthumes intéressantes (réinterprétation pour l’un, «L’Essai » ; reconstitution éditoriale pour l’autre, « La Nation »). Il était indispensable de confronter à ces reconstructions un réarrangement des éléments matériels relatifs à ces deux publications afin d’en permettre une étude simplifiée. Notons que l’exercice a déjà été réalisé de manière intégrale sur un autre texte de Marcel Mauss et d’Henri Hubert, l’article « Esquisse d’une théorie de la Magie », et mis en ligne sur le site de l’Université de Lausanne (https://www2.unil.ch/hubert-mauss-magie/).

Il était remarquable que, dans la précédente organisation, l’ « Essai » avait été scindé en deux entrées différentes. Il a donc fallu réaliser un reclassement partiel en regroupant des documents qui n’avaient pas a priori de raison d’être séparés. Dans le premier inventaire, il y avait deux cotes : la cote MAS 25 correspondait effectivement aux archives du « Don », mais la cote MAS 39 concernait des  « fragments et textes non identifiés ». Il a fallu les identifier avant de les remettre dans un ordre originel en procédant selon un principe de génétique, en recherchant les parents et collatéraux, comme un ethnologue. Dans une approche philologique, il s’agit de créer des stemma codicum, c’est-à-dire, en quelque sorte, des arbres généalogiques des textes.

Les diverses notes, qui ont servi continuellement de substrat à l’élaboration du texte, ont été placées en tête du dossier. Certes détachées des feuillets auxquels elles se rattachaient, elles ont toutefois été classées dans un ordre putatif afin de permettre une mise en relation aisée avec le corps du texte.

On trouve ensuite la véritable racine, l’ancêtre commun qu’est le manuscrit. Il commence sur une sorte de papier carbone mais il est très vite couché sur un papier plus robuste avec des lignes imprimées qui ajoute une cohérence matérielle à la cohérence intellectuelle, comme le montre l’analyse des notes de bas de page qu’on peut supposer concomitantes ou presque de l’élaboration du manuscrit, couchées sur un papier identique et dont on a rétabli l’ordre d’origine en les confrontant à la fois au texte manuscrit et à sa version éditée. À l’origine il s’agissait de paperolles fixées aux feuillets du manuscrit par des trombones comme en témoignent les multiples traces de rouille présentes sur les deux types de documents. Le travail était facilité par la façon même d’écrire de Mauss, par des fulgurances : il y a peu d’écart entre la version manuscrite et la version achevée. Les notes sont en quelque sorte les pièces sœurs du manuscrit.

Image scannée du manuscrit de « L’Essai sur le Don »

57 CDF 25-1. Manuscrit de « L’Essai sur le Don ».

Quelle est la descendance de ce manuscrit ? Prenons l’aîné, ou plutôt celui qu’on suppose être l’aîné, sous la cote 57 CDF 25-3 : le titre correspond à celui qu’on trouve sur le manuscrit, à savoir « Étude générale des formes et raisons de l’échange dans les sociétés archaïques. Du don et en particulier de l’obligation à rendre les présents ». Ce titre laisse donc penser qu’il précède le brouillon à la cote 57 CDF 25-4, et qui semble être le puîné et benjamin de la fratrie en portant un titre et un sous-titre cette fois définitifs, « Essai sur le don. Formes et raisons de l’échange dans les sociétés archaïques ». Cependant, on se rend compte que les termes du titre sont en fait légèrement différents de l’édition puisque « formes et raisons » sont au pluriel. Il faut donc aller chercher dans un autre tapuscrit pour trouver le chaînon manquant avec la version éditée. Le dossier 57 CDF 25-5 porte les corrections manuscrites de Mauss, avec cette fois la singularisation des termes « Forme » et « raison » du titre. Nous avons donc reconstitué la famille du « Don », du moins rassemblé les membres qui nous sont parvenus, ce qui nous offre désormais la possibilité d’une lecture comparative des différentes versions.

Image scannée du dactylogramme de « L’Essai sur le Don »

57 CDF 25-5. Dactylogramme de « L’Essai sur le Don ».

Le second exemple de reconstitution organique concerne les documents relatifs à « La Nation », à l’origine répartis dans trois dossiers différents. Il est apparu nécessaire de rassembler les dossiers concernant le projet de publication car il s’agissait d’un ensemble réellement organique que Mauss avait lui-même produit dans un but bien précis, celui de l’édition d’un livre. Ce travail était d’autant plus important que « La Nation » est non seulement le « grand ouvrage »7 de Mauss, mais aussi l’opus primus d’une série d’au moins deux ouvrages.

 Il souhaitait en effet publier un ouvrage moins volumineux et intitulé Appréciation sociologique du bolchevisme, avec pour point de départ deux articles parus dans le Monde slave8. Il semble bien proche, lorsque l’on suit sa correspondance avec Henri Hubert, d’avoir achevé les deux volumes en 1923. Toutefois, la reprise de l’Année sociologique ainsi que la création de l’Institut d’ethnologie en 1925, où il assure de nombreuses heures de cours, l’en empêchent. Le projet est finalement abandonné, mais c’est un oubli relatif puisque Mauss le cite dans ses Titres et travaux envoyés aux professeurs du Collège de France préalablement à son élection9.

Rétablir l’ordre de ces dossiers a été grandement facilité par le travail d’édition réalisé par Marcel Fournier et Jean Terrier, d’autant plus que, pour restituer une cohérence à l’ensemble, ils ont « suivi les principes édictés par Mauss »10. En suivant l’ordre utilisé par les éditeurs et en identifiant clairement chaque partie, on a pu redonner une vision d’ensemble plus homogène, tout en y ajoutant certains éléments toujours inédits (comme le chapitre sur la Société des Nations).

Cette reconstitution a permis de doubler le volume sur lequel se sont appuyés Marcel Fournier et Jean Terrier : si dans leur édition il est question d’un corpus d’environ 350 feuillets, le dossier définitif en compte désormais 770. Loin de paraître décourageant, ce phénomène de remaniement constant des dossiers laisse espérer de nouveaux usages, et une critique facilitée des documents en permettant la mise à disposition des chercheurs d’ensembles toujours plus complets et cohérents.

Comment les archives font récit : l’élection de Marcel Mauss au Collège de France (1899-1931)

Nous venons de voir comment les archives pouvaient s’organiser selon une logique interne, qu’elle soit matérielle ou critique, voire philologique. À partir de cette mise en ordre du réel matériel, voyons comment on passe à la « mise en ordre d’un réel historique » à travers un processus de longue durée, l’élection de Mauss au Collège de France. Les archives s’insèrent dans un réseau documentaire qui les rend exploitables et leur donne sens. Lorsque l’on désigne les archives Mauss, il faut comprendre le fonds Mauss lui-même ainsi qu’une partie des archives d’Henri Hubert, mais aussi des archives extérieures, à commencer par le périmètre restreint du Collège, en suivant une logique d’élargissement du rayon de recherche. L’intérêt de l’élection est double.

  • D’abord l’intérêt historique, soumis à un triple enjeu :
    • scientifique ;
    • politique et même politico-religieux ;
    • et enfin social.
  • Ensuite un intérêt documentaire, lié à la variété des sources à mobiliser puisqu’on va solliciter trois types d’archives :
    • administratives, comme les comptes rendus et procès-verbaux des assemblées,
    • scientifiques, comme la leçon inaugurale,
    • personnelles, voire hybrides, comme la correspondance.

L’élection de Mauss et, plus globalement, l’entrée de la sociologie au Collège est un processus de légitimation et d’institutionnalisation long de plus d’un quart de siècle dont les prémisses ont lieu en 1899. À cette date la candidature à la chaire de Philosophie sociale voit s’affronter Émile Durkheim et Jean Izoulet qui est finalement élu. En 1904, la mort de Gabriel Tarde qui occupait la chaire de Philosophie moderne relance la compétition. Son successeur supposé, Paul Tannery, meurt en effet la même année. Bergson passe de la chaire de Philosophie grecque et latine à celle de Tarde, il doit donc y avoir transformation de la première.

Pour les changements de chaire, les dossiers et les registres des assemblées constituent la documentation principale. Consultons le registre de l’assemblée du 27 novembre 190411 : Jean Réville est pour le maintien de la chaire de Philosophie grecque et latine, Louis Havet est pour la transformation en chaire d’Histoire, tandis que Pierre Janet fait un plaidoyer pour la sociologie et son ancien camarade de l’École normale supérieure Émile Durkheim. Enfin, René Cagnat se prononce en faveur de la transformation en chaire d’Antiquités nationales.

Le scrutin égalitaire entre trois propositions traduit les réticences face à la sociologie durkheimienne et conduit au renvoi de la création de chaire à la prochaine assemblée. Ce qui amène à consulter le registre aux pages concernant l’assemblée du 15 janvier 190512. Bergson appuie la sociologie, mais n’empêche pas la nette victoire des Antiquités nationales, en faveur de Camille Jullian.

Le « clan tabou-totem », pour reprendre l’expression de Célestin Bouglé, opère donc un changement de stratégie. Le contexte est défavorable à Durkheim mais il change en 1906 avec l’élection de Charles Fossey à la chaire d’Assyriologie et d’Antoine Meillet à celle de Grammaire comparée. Tous deux sont des collaborateurs de l’Année sociologique et soutiennent Mauss, qui se présente à la place de son oncle,  pour la succession d’Albert Réville à la chaire d’Histoire des Religions en 1907. Avantage : la chaire existe déjà et Mauss tient son cours de Religions des peuples non civilisés à l’École pratique des hautes études. Parmi les candidats, trois surtout retiennent l’attention :

  • Jean Réville, qui se présente à la succession de son père ;
  • Georges Foucart, dont le dossier est défendu par son père Paul, titulaire de la chaire d’Épigraphie et antiquités grecques et qui s’attaque à mots couverts, du moins pour le moment, à Mauss, sans oublier d’égratigner la concurrence comme le montre le compte rendu d’assemblée du 17 février 190713 ;
  • Marcel Mauss, enfin, qui est soutenu par Antoine Meillet, Charles Fossey et surtout Sylvain Lévi, son ancien professeur à l’École pratique des hautes études, qui présente les titres de son poulain.
Image scannée de la présentation de Georges Foucart par son père Paul.

4 AP 350. Présentation de Georges Foucart par son père Paul.

L’élection se solde par un coup de tonnerre : Mauss se présente en seconde ligne mais obtient un nombre important de voix pour la première ligne alors que les pressentis sont Réville et Foucart, dont le père mène la campagne. Finalement, Réville emporte la victoire.

Cependant, ce dernier meurt en 1908, ce qui relance la succession de manière encore plus vive. Les deux principaux concurrents de Mauss sont alors Foucart, toujours soutenu par son père et Alfred Loisy dont la candidature donne une tournure politico-religieuse à l’élection. Celui-ci, figure de proue d’un catholicisme moderniste, a été excommunié le 7 mars 1908 et a donc perdu sa prêtrise. La dimension politique de la candidature est manifeste, notamment dans les correspondances.

Mauss envoie donc une nouvelle lettre de candidature et cette fois-ci ses adversaires ont une conscience aigüe du risque qu’il représente. En témoigne une lettre de Paul Foucart14, dans laquelle il précise que son fils vient de publier un ouvrage majeur et s’attaque à Mauss en termes peu amènes : « Silvain Lévi est le patron de Mauss, son élève ; il a comme titre quatre articles, écrits en collaboration et qu’il a signés en second, on ne s’est jamais expliqué sur la part réelle qu’il y a prise ».

Cette fois, les titres de Foucart sont présentés non par son père mais par Ernest Babelon, tandis que ceux de Mauss sont présentés, encore une fois, par Lévi.

L’élection est tendue comme le confirme la délibération du 31 janvier 190915 et le compte rendu dans lequel se trouve la feuille de décompte des voix16. En effet, il ne faut pas moins de cinq tours pour déterminer la candidature de première ligne, et trois pour la seconde ligne. Mauss attend plusieurs soutiens, dont ceux de Meillet, Fossey, Wyrouboff, comme nous en informe la lettre que Durkheim envoie à son neveu le 24 janvier, une semaine avant l’élection17.

Image scannée du décompte des votes lors de l’élection de 1909. Le nom de Mauss y est systématiquement écorché.

4 AP 363. Décompte des votes lors de l’élection de 1909. Le nom de Mauss y est systématiquement écorché.

On assiste alors à un double coup de tonnerre. D’une part Alfred Loisy est élu, d’autre part Marcel Mauss n’est pas qualifié pour le second tour puisque c’est Jules Toutain qui lui ravit la place.

L’élection d’Alfred Loisy déclenche évidemment les foudres de la presse d’extrême droite, comme l’Action Française qui titre « Les tartarins respublicains à l’œuvre » et le Courrier de l’Aude qui publie un article de Léon Daudet, « Les Maîtres d’erreurs »18.

La défaite de Mauss entraîne quant à elle la consternation chez ses amis comme l’illustre entre autres la lettre d’Abel Rey dans laquelle il confie à Mauss « [qu’il] n’est pas le seul à être peiné ».

La question de l’élection de Mauss au Collège disparaît pendant vingt ans, malgré un timide essai de proposition par Loisy de création d’une chaire d’Ethnographie comme le montrent les délibérations du 15 mars 192519.

C’est la mort d’Izoulet, qui avait lui-même emporté la chaire face à Durkheim trente-trois ans plus tôt, qui relance la course, dans un contexte fortement concurrentiel puisque trois chaires sont présentées en remplacement à l’assemblée du 6 novembre 192920 :

  • Organisation politique et économique de l’Europe ;
  • Histoire de la philosophie du Moyen Âge pour laquelle est pressentie Étienne Gilson ;
  • chaire maintenue pour Mauss, soutenu cette fois par Pierre Janet.

L’intitulé de la chaire est un objet actif de la stratégie, à un moment de définition de l’anthropologie, l’ethnologie et l’ethnographie et de la place de la sociologie entre toutes ces disciplines comme le montre la lettre de Marcel Mauss à Antoine Meillet avant l’élection21. Il y confesse qu’il « ne voit rien de mieux que sociologie comme titre », avant de préciser que Breuil lui a proposé « Ethnologie », terme « [qu’il] n’aime pas ». Encore une fois on assiste à une égalité parfaite, cette fois avec la chaire de philosophie du Moyen Âge d’où un report du vote pour l’assemblée du 15 juin 1930. Mauss est d’ailleurs défendu par Loisy, son ancien adversaire, auprès de Bédier, l’administrateur, comme le montre une lettre du 11 juin 193022.

Le vote final du 23 novembre 193023 est concluant pour Mauss : la sociologie entre enfin au Collège de France.

Conclusion

En conclusion, posons une question simple : pourquoi continuer à étudier Mauss, et plus particulièrement ses archives ? Non pas parce que nous aurions le culte du grand homme, même si Mauss en est un, indéniablement. Au contraire, c’est parce que Mauss ne représente pas que lui qu’il est intéressant. Il est à la fois moteur et symptôme du renversement épistémologique à l’œuvre dans les sciences humaines de la première moitié du XXe siècle et qui aboutit à une révolution sociologique, selon l’expression de Marc Joly24. Un renversement de paradigme s’opère dans un même mouvement dans la philosophie et la psychologie, sauf qu’ici il n’y a pas rupture à proprement parler et pour deux raisons au moins. Tout d’abord, une partie des concepts sociologiques est reprise par la philosophie et notamment par la phénoménologie. La psychologie, elle, se singularise et se médicalise, renforçant par la même occasion ses assises scientifiques. Nous sommes face à ce que Marc Joly appelle un changement de régime conceptuel25. Dès lors, l’enjeu des archives y est de proposer une reconstitution globale plutôt qu’intégrale des « dividus », terme que nous empruntons à l’écrivain Keiichiro Hirano plutôt qu’à Gilles Deleuze. Hirano définit le « dividu » comme  doté de « plusieurs personnalités, toutes vraies mais différentes selon les contextes »26). On obtient ainsi la recomposition de Mauss comme « Homme total » pour reprendre l’expression de Bruno Karsenti27. Cependant, ce dernier délimite son investigation au Mauss intellectuel, alors que les archives permettent de le restituer dans ses dimensions sociologique, psychologique, politique, familiale et même biologique. Or que nous permettent les archives sinon, pour citer Wittgenstein, un « groupement du matériau factuel seul, dans une présentation synoptique »28 ? Et Wittgenstein de poursuivre : « C’est cette présentation synoptique qui nous permet de comprendre, c’est-à-dire de voir précisément les corrélations ». Soit, pour répéter Foucault, voir comment les choses « se groupent en figures distinctes, se composent les unes les autres selon des rapports multiples »29. Les archives sont un élément clé pour comprendre la genèse d’une pensée, qu’elle soit individuelle ou collective. C’est qu’en définitive, et d’une façon très différente, les archives et les sciences humaines s’articulent dans un même but, celui de restituer un fragment de la réalité aussi complétement que possible.

Pour citer cet article : Christophe Labaune, "Deux ans en compagnie de Mauss : rétrospective d’une exploration archivistique," in Colligere, 16/11/2017, https://archibibscdf.hypotheses.org/663. Consulté le 20/08/2018.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Barthes, Roland. Leçon inaugurale faite le vendredi 7 janvier 1977, Collège de France, Chaire de sémiologie littéraire, Collège de France, 1977. []
  2. Prigent, Christian. Une erreur de la Nature, P.O.L., Paris, 1996, 224 p. []
  3. Le Brech’, Goulven. Octobre 2015, « La vie secrète de l’archiviste », Sigila, 36, p. 74. []
  4. Idem, p. 73. []
  5. Prost, Antoine. Douze leçons sur l’histoire, Paris, Seuil, 1996, p. 137. []
  6. Foucault, Michel. L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, p. 170. []
  7. Mauss, Marcel. La Nation, édition et présentation par Fournier, Marcel et Terrier, Jean, PUF, Paris, 2013, p. 1. []
  8. Idem, p. 13. []
  9. Dossier de Marcel Mauss, 16 CDF 288. []
  10. Mauss, Marcel. La Nation, op. cit., p. 45. []
  11. Registre d’assemblée 2 AP 11, p. 82, consultable en ligne : https://salamandre.college-de-france.fr/img-viewer/2AP/CDF_2AP11/viewer.html?ns=CDF_2AP11_00087.jpg []
  12. Registre d’assemblée 2 AP 11, p. 89, consultable en ligne : https://salamandre.college-de-france.fr/img-viewer/2AP/CDF_2AP11/viewer.html?ns=CDF_2AP11_00094.jpg []
  13. Compte rendu de l’assemblée du 17 février 1907, 4 AP 350. []
  14. Dossier de la chaire de Sociologie, 14 CDF 61-a. []
  15. Registre d’assemblée 2 AP 11, p. 212, consultable en ligne : https://salamandre.college-de-france.fr/img-viewer/2AP/CDF_2AP11/viewer.html?ns=CDF_2AP11_00217.jpg []
  16. Compte rendu de l’assemblée du 31 janvier 1909, 4 AO 363. []
  17. Durkheim, Émile. Lettres à Marcel Mauss, présentées par Philippe Besnard et Marcel Fournier, Paris, PUF, coll. « Sociologies », 1998, p. 390. []
  18. Coupures de presse conservée dans le Dossier d’Alfred Loisy, 16 CDF 268. []
  19. Registre d’assemblée 2 AP 13, p. 3, consultable en ligne : https://salamandre.college-de-france.fr/img-viewer/2AP/CDF_2AP13/viewer.html?ns=CDF_2AP13_00008.jpg []
  20. Registre d’assemblée 2 AP 13, p. 149, consultable en ligne : https://salamandre.college-de-france.fr/img-viewer/2AP/CDF_2AP13/viewer.html?ns=CDF_2AP13_00154.jpg []
  21. Lettre de Marcel Mauss à Antoine Meillet, 7 octobre 1929, 57 CDF 108-25. []
  22. Dossier de la chaire de Sociologie, op. cit. []
  23. Registre d’assemblée 2 AP 13, p. 193, consultable en ligne : https://salamandre.college-de-france.fr/img-viewer/2AP/CDF_2AP13/viewer.html?ns=CDF_2AP13_00198.jpg []
  24. Marc Joly, La révolution sociologique. De la naissance d’un régime de pensée scientifique à la crise de la philosophie (XIXe-XXe siècles), Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences sociales », 2017, 583 p. []
  25. Idem. []
  26. Hirano, Keiichiro. « Keiichiro Hirano et le « dividu », un vrai moi divisible qui caractérise les Japonais », L’Express, 9 mars 2015 (http://www.lexpress.fr/actualites/1/culture/keiichiro-hirano-et-le-dividu-un-vrai-moi-divisible-qui-caracterise-les-japonais_1659251.html []
  27. Bruno Karsenti, L’homme total. Sociologie, anthropologie et philosophie chez Marcel Mauss, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 480 p. []
  28. Ludwig Wittgenstein, « Remarques sur Le Rameau d’or de Frazer », Agone, n° 23, p. 11-33, consultable en ligne : https://agone.org/libre/ebook_268.pdf []
  29. Foucault, Michel. Op. cit. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 23/05/2018

    […] Ndlr : Il convient de noter ici que le travail du programme « Passage des disciplines » a permis de financer, grâce au soutien du CNRS et de PSL, plusieurs beaux chantiers archivistiques pour le signalement et la numérisation de fonds sériels tels que celui des rapports de présentation ou celui des affiches de cours, par exemple. L’équipe des archives du Collège de France, sous la conduite de Claire Guttinger, a ainsi œuvré en étroite collaboration avec les vacataires recrutées dans le cadre du programme et poursuit cette coopération, notamment par des investigations complémentaires dans les gisements des Archives nationales à la série F 17, investigations entreprises par Lucile Peycéré à l’automne 2017. Les membres de cette équipe, affectés à la Bibliothèque patrimoniale du Collège sous la direction d’Anne Chatellier, conservateur général, sont d’ailleurs périodiquement conviés aux sessions du programme « Passage des disciplines » et amenés à y exposer, le cas échéant, les résultats de leurs propres travaux. Citons en particulier l’intervention de Christophe Labaune qui a réalisé l’inventaire détaillé du fonds Marcel Mauss entre 2015 et 2017 – voir son billet sur le présent carnet : « Deux ans en compagnie de Mauss : rétrospective d’une exploration archivistique ». […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.