Les tableaux de la salle d’assemblée des professeurs du Collège de France (1er épisode)

Le Collège de France est administré depuis presque cinq siècles par ses professeurs, qui se réunissent en assemblée trois fois par an, le dernier dimanche de novembre, de mars et de juin. À la fois conseil d’administration et conseil académique de l’institution, l’assemblée des professeurs est composée des professeurs titulaires en exercice, réunis sous la présidence de l’administrateur, pour décider collectivement de la politique de l’établissement.

Comme en témoigne son mobilier de style Art déco, la salle d’assemblée accueille ces réunions depuis les années 1930, date à laquelle elle fut rénovée par le jeune architecte et décorateur Jacques Adnet. Elle a fait l’objet d’une rénovation à l’identique en 2009.

Dans ses placards et rayonnages vitrés, une partie des fonds anciens, rares et précieux de la bibliothèque patrimoniale du Collège de France est conservée. En tant que lieu symbolique de l’institution, elle est ornée de tableaux, que  cette série en deux épisodes souhaite faire découvrir.

La Fondation du Collège Royal par François Ier, Guillaume Guillon-Lethière (1824)

Guillaume Guillon-Lethère (1760-1832)
La Fondation du Collège Royal par François Ier
1824
Huile sur toile
3,87 m x 2,62 m
Photographie Patrick Imbert, Collège de France

Guillaume Guillon-Lethière (1760-1832)

Guillaume Guillon-Lethière (1822) par Julien Léopold Boilly. Lithographie, New York Public Library.

Né le 10 janvier 1760 à Sainte-Anne (Guadeloupe), et mort à Paris le 22 avril 1832, il est le fils naturel de Marie-Françoise Dupepaye, une esclave affranchie, et de Pierre Guillon, procureur du roi en Guadeloupe.

Ses dispositions pour les arts plastiques furent très tôt encouragées par ses proches. Arrivé en France avec son père en 1774, il fut élève dans l’atelier de Gabriel-François Doyen, au même titre qu’Élisabeth Vigée Le Brun. Il fut successivement lauréat du prix de Rome en 1784, directeur de l’Académie de France à Rome de 1807 à 1816, enfin membre de l’Académie des beaux-arts en 1819. Cet artiste renommé réaffirma à la fin de sa vie son attachement à ses racines antillaises en offrant à la jeune république d’Haïti, alors non reconnue par la France, le tableau allégorique Le Serment des ancêtres (1822).


Ce tableau s’inscrit dans la peinture d’histoire, genre de prédilection du XIXe siècle. Il s’agit néanmoins d’une vue d’artiste car on ne dispose d’aucune description circonstanciée de l’épisode qu’il retrace. 

Infographie Antoine Huszar, Collège de France
  1. Le peintre campe ici le roi François Ier au moment où il va signer l’acte de création du Collège des lecteurs royaux, dans une scène où sont représentées plusieurs personnalités marquantes de l’humanisme de la Renaissance.
  2. Guillaume Budé, figure éminente de cet humanisme, initiateur de la création du Collège. Il était à l’époque libraire – c’est-à-dire bibliothécaire – du roi, dont la collection, enrichie du dépôt légal à partir de 1537, constituera les prémices du fonds de la Bibliothèque nationale de France. Son portrait est ici conforme à sa statue dans la cour du Collège qui porte son nom (cliquer ici pour voir la statue).
  3. Assise derrière le roi, sa sœur la reine Marguerite de Navarre, humaniste qui promut les arts et les lettres par le mécénat et la plume : elle est notamment l’auteur d’un recueil de nouvelles, L’Heptaméron.
  4. L’homme qui paraît lui faire lecture pourrait être le poète Clément Marot, par ailleurs au service de cette reine. Il fut parmi les premiers et les plus éminents poètes français modernes, précurseur des poètes de la Pléiade, de vingt ans ses cadets.
  5. Le visage féminin que l’on aperçoit derrière eux pourrait être celui de Louise de Savoie, qui assura la régence de la France au nom de son fils chaque fois qu’il sortit du royaume (guerres, captivité…), soit plus de deux années cumulées.
  6. Debout au premier plan, le dauphin, futur Henri II, qui tient la main de son « compère », c’est-à-dire son autre père, tel qu’il l’appelait lui-même.
  7. Son « gouverneur » (autrement dit son éducateur) et donc « compère » Anne de Montmorency, connétable de France, compagnon d’enfance de François Ier.
  8. Enfin, au-dessus du bras tendu du roi, un personnage à l’allure fantomatique nous fixe, comme s’il émergeait des limbes pour nous prendre à témoin. Ce serait la figure tutélaire de Léonard de Vinci1, l’homme de toutes les sciences et tous les arts. Il s’agit d’une grande licence prise par le peintre car, à la création du Collège en 1530, Léonard était mort depuis onze années (1519).
  9. En référence aux modèles de l’Antiquité classique, le buste de Périclès domine la scène.
  10. Le chien, figure académique de la fidélité, répond à l’élan du bras royal. Son dos et sa tête dessinent une courbe qui pointe vers le jeune Henri II, puis vers Marguerite, aïeule du futur Henri IV : une fidélité qui s’inscrit donc au-delà des changements dynastiques.
  11. Les rappels au pouvoir en place (Restauration des Bourbons) à la date d’exécution du tableau sont multiples : le trône de François Ier ressemble à celui que l’on voit sur un tableau de Louis XVIII (conservé au Château de Versailles), comme sur un portrait de Charles X (lui aussi au Château de Versailles), qui succède à ce dernier justement en 1824.
  12. L’Ordre de Saint-Michel, visible sous le dais royal ainsi qu’au plastron du roi, aboli en 1791, a été rétabli par Louis XVIII en 1816.
  13. Sur un siège à gauche, au-delà du symbole d’un roi fondateur, des plans semblent évoquer la promesse de bâtiments neufs pour la nouvelle institution.

On peut mettre cette œuvre en regard de son modello (« maquette » en italien), esquisse peinte en format réduit :

Guillaume Guillon-Lethière
Modello de La fondation du Collège royal de France par François Ier
Avant 1824
Huile sur toile
0,314 m x 0,405 m
Photographie Patrick Imbert, Collège de France

Cette étude préparatoire contient déjà l’essentiel de la composition, si ce n’est que l’ouverture vers la salle à gauche offre une perspective plus large, garnie d’une galerie en bois, et à laquelle répond une fenêtre dans la partie droite du tableau.

La principale différence est ici la présence chronologiquement réaliste de deux jeunes princes au lieu d’un seul dans l’œuvre finale. En 1530, le Dauphin était encore François de France (1518-1536), accompagné sur cette version de son cadet Henri d’Orléans qui deviendra le roi Henri II au décès de leur père en 1547. On peut supposer que le peintre a fait le choix final d’évacuer le premier Dauphin de sa toile pour épargner au spectateur ces complications successorales, dans un tableau dont la composition est déjà riche.

À cette étape de la composition, nous trouvons déjà des plans de potentiels bâtiments.

On peut aisément s’imaginer que les vicissitudes de la seconde moitié du XVIe siècle ont retardé la construction de locaux propres au Collège royal : troubles politiques, guerres de religion, fréquence des successions royales, guerres extérieures et civile ont détourné les derniers monarques de la dynastie des Valois de telles dépenses. Ils soutiennent cependant la nouvelle institution, qui connaît un très grand succès. Pour preuve, en 1600 ce ne sont plus six chaires que le roi rétribue, mais près de vingt. Cela ne laisse pas d’étonner un érudit du temps, Étienne Pasquier, qui apprécie ce Collège singulièrement « bâti en hommes », et non pas en pierres.

Pour citer cet article : Ronan Le Guen, "Les tableaux de la salle d’assemblée des professeurs du Collège de France (1er épisode)," in Colligere, 10/01/2020, https://archibibscdf.hypotheses.org/6596. Consulté le 06/04/2020.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Comme le confirme, entre autres, Patrick Boucheron dans sa leçon inaugurale, au paragraphe 19 : https://books.openedition.org/cdf/4507. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.