Une Majesté en majolique

La bibliothèque patrimoniale du Collège de France conserve dans ses fonds précieux, outre plusieurs milliers de livres anciens, un certain nombre d’objets, parmi lesquels figurent des bustes de François Ier, fondateur de l’institution. L’un d’entre eux retient l’attention par sa facture : il s’agit d’un buste en majolique, copie réalisée au XIXe siècle à partir d’un original de Della Robia.

Il existe en effet un nombre considérable de portraits de François Ier, mais celui conservé au Collège de France, bien qu’il ne s’agisse que d’une copie, se distingue particulièrement. La délicatesse des traits du souverain contraste beaucoup avec l’image du roi telle qu’elle est demeurée dans l’inconscient collectif : celle d’un homme imposant aux traits un peu lourds.

L’histoire du buste dont est issue cette copie commence en France à l’époque de la Renaissance. Il connaît ensuite un destin mouvementé qui témoigne des vicissitudes et des déplacements subis par les biens patrimoniaux au cours des derniers siècles.

Tout débute au temps de François Ier. Le buste est sans doute une commande du roi destinée à récompenser la loyauté d’un de ses fidèles serviteurs, Louis Prévost de Sansac. Né en 1488 à Cognac1, ce dernier fait partie de ses premiers compagnons d’armes. Il est chargé de développer les talents physiques du souverain à la chasse et dans l’art de la guerre. Tous deux s’exercent donc pendant leur jeunesse au maniement des armes et aux techniques de combat et forment une joyeuse bande :

Nous sommes quatre gentilshommes de Guyenne, disait le roi, qui combattons en licre et courons la bague contre tous allans et venans de la France : moy, Sansac, d’Essé et Chastaigneraye2 .

Sansac participe ensuite à ses côtés aux guerres d’Italie en tant que page du maréchal de France Anne de Montmorency.

Fait prisonnier avec le roi à la bataille de Pavie en 1525, il parvient à s’échapper et à rallier son camp. Pendant toute la captivité du roi, il effectue des voyages réguliers entre l’Italie, l’Espagne et la France en tant qu’émissaire de la reine Louise de Savoie pour mener les négociations avec les Espagnols. Ses démarches aboutiront au traité de Madrid et à la libération du roi.

Pour lui montrer sa reconnaissance, François Ier le nomme à son retour de captivité tuteur des enfants de France, auxquels il va enseigner là encore les rudiments de l’équitation, du combat ainsi que de la chasse, qui constitue toujours un loisir incontournable de l’aristocratie. Il est également nommé grand fauconnier de France.

C’est sans doute la proximité de la résidence royale et des grandes forêts tourangelles qui incite Louis de Sansac à bâtir son manoir près de Loches en 1529. Le manoir de Sansac a été construit dans le style de la Première Renaissance. Il présente une manière composite de transition entre le Moyen Âge et la Renaissance dont témoignent certains archaïsmes architecturaux : une façade asymétrique, de nombreux pignons hauts qui lui donnent une allure de château, un escalier muni d’une tourelle. Le manoir bénéficia de la visite d’hôtes de marque : le roi y vint à plusieurs reprises pour rencontrer son ami, mais aussi Charles Quint, qui y fut logé le 12 décembre 1539 au moment de la rencontre prévue entre les deux souverains rivaux.

C’est à l’occasion de la construction de ce manoir que le roi fit cadeau à de Sansac d’un buste en terre cuite vernissée le représentant. Celui-ci fut enchâssé dans la façade au-dessus de l’entrée du manoir pour proclamer l’allégeance de son propriétaire au roi en même temps que la faveur royale3. La statue était inscrite au cœur d’un médaillon entouré d’un cartouche qui indiquait : « François de Valois, roi de France, premier de ce nom, âgé de 34 ans. » Il se trouve que c’est la période précise à laquelle se concrétisent la nomination des premiers lecteurs royaux et la mise en place des enseignements du Collège de France : le buste représente donc le fondateur du Collège au moment précis où l’institution est créée.

Ce buste est peut-être le dernier exemplaire existant d’une commande effectuée par François Ier à l’intention de ses proches, selon l’hypothèse privilégiée par Thierry Crépon-Leblond, conservateur du musée national de la Renaissance à Écouen4.

Réalisée en terre cuite vernissée, l’œuvre est le produit d’une technique propre à l’atelier de la grande famille florentine Della Robbia. Ce savoir-faire unique se retrouve dans les œuvres de Lucca (1400-1482), d’Andrea (1435-1525) et de Giovanni (1469-1529), exposées à Florence et dans d’autres musées du monde. Le travail des Della Robbia a été analysé de manière très fine par le laboratoire du Centre de recherche et de restauration des musées de France.

La technique de la majolique est inspirée par les importations de faïences espagnoles en provenance de la région de Valence, et de la ville de Manises5 en particulier. Le nom de majolique, qui fait référence à l’île de Majorque, est issu d’une confusion de cette époque sur la provenance exacte des céramiques. Le succès de ces produits poussa les artisans italiens à créer une production locale. La majolique est à la base une faïence, une pâte d’argile recouverte d’émail qui est vitrifiée par la cuisson6.

Plusieurs sortes de modelage sont utilisées en fonction des pièces à produire : on utilise le tour pour les plats et les vases, mais aussi des moules en plâtre pour les pièces plus complexes. La première cuisson à 1000 degrés est dite « cuisson à dégourdi », elle est suivie par la pose de la glaçure qui nécessite une excellente connaissance des couleurs et de leur transformation à la deuxième cuisson à 900 degrés qui va stabiliser les matériaux et les teintes. Les coloris varient du blanc (à base de plomb) au jaune (à base de cadmium) en passant par le bleu (à base de cobalt) ou le violet et le brun (à base de manganèse).

L’auteur probable du buste est Girolamo Della Robbia, alors employé par François Ier à la construction du château de Madrid dans le bois de Boulogne. Ce projet somptueux porté par François Ier fut confié aux maîtres maçons Pierre Gadier et Gatien François7. Girolamo Della Robbia y créa de très beaux et riches décors en terre cuite émaillée (terracotta invetriata) et en relief qui couvraient l’ensemble de la façade. On ignore qui dressa les plans des bâtiments, mais c’est le grand architecte Philibert Delorme et le Primatice qui terminèrent les travaux. La nouvelle résidence royale fut l’une des demeures parisiennes privilégiées par Charles IX et Catherine de Médicis, mais connut à partir du règne de Henri III un déclin rapide. Son état se dégrada rapidement et le château fut finalement détruit en 1792. Il n’en reste aujourd’hui qu’un chapiteau de pierre et quelques fragments des décorations de Della Robbia conservées au musée Carnavalet et au Musée national de la céramique à Sèvres.

Plan du château dit “de Madrid”

Vue d’une cheminée du château dit “de Madrid”

Le buste représentant François Ier demeure donc un témoignage important de la mode des majoliques florentines à la Renaissance. L’application de la technique de la céramique à la sculpture qui a fait le succès de l’atelier de la famille Della Robbia permet d’obtenir des portraits extrêmement vivants et délicats comme celui du monarque. Il est représenté dans la force de l’âge, les cheveux longs, la barbe courte en point ; il est vêtu d’un pourpoint orné qui laisse voir le haut de la poitrine et coiffé d’une toque ornée de plumes qui donne une grande fraîcheur, délicatesse et spiritualité au portrait, sans doute le plus fidèle à la physionomie du roi. Cette délicatesse poussa le spécialiste Louis Gonse8 à attribuer la sculpture au grand portraitiste Jean Clouet avant qu’on identifie de manière irréfutable la main du Florentin. L’œuvre resta en place à l’entrée du manoir de Sansac bien après la mort du roi et de son ami Louis Prévost de Sansac. En 1877, le nouveau propriétaire du château, le marquis de Bridieu, effectue des réparations et de nouveaux aménagements : il décide de déposer le buste pour le soustraire aux intempéries et le conserver dans ses appartements. Il fait alors exécuter une copie en pierre du médaillon et de son entourage, qu’il place sur la façade à l’emplacement de l’original, ce dont témoigne une gravure datée de 1866 qui présente le buste et son cartouche (une partie des textes y sont effacés.)

Image extraite de l’Album de l’exposition rétrospective de Tours (1890) (cliquer pour consulter en ligne)

En 1890, l’original est exposé lors d’une rétrospective organisée à Tours par la Société d’archéologie. Le marquis l’attribue à Bernard de Palissy9, ignorant que Girolamo dDella Robbia avait travaillé dans la région à l’occasion de la construction du château de Madrid.

En 1892, le marquis de Bridieu décède10. En 1899, le manoir et son mobilier sont vendus aux enchères. Le 25 juin 1899, le buste est acheté à l’Hôtel Drouot par le grand collectionneur américain Georges Blumenthal pour 15 000 francs (environ 58 000 €11). À l’instar de plusieurs de ses contemporains, le banquier fera don de l’ensemble de sa collection en 1941 au Metropolitan Museum de New York. Le buste de François Ier quitte alors définitivement la France comme nombre d’œuvres d’art pendant cette période où le patrimoine ne fait pas l’objet de la même attention. Dès 1943, le musée organise une exposition exceptionnelle de la collection Blumenthal où apparaît le buste. En 1949, un moulage est réalisé par des artistes italiens pour le musée de Fontainebleau, puis un surmoulage est exécuté pour le musée de Chambord et le Musée des monuments français. C’est de cette série très restreinte que provient le buste du Collège de France. Malgré nos recherches, il n’a pas été possible de trouver les conditions et la date exacte de l’entrée du buste dans nos collections. La présence de cet objet souligne toutefois le profond et singulier attachement du Collège au souverain auquel il doit sa création. Lors du quatrième centenaire, comme en écho avec la tradition du XVIe siècle, un autre buste de François Ier fut choisi pour orner la façade et présider aux festivités.  

Plaque de verre du quatrième centenaire du Collège de France, 1931 (cliquer pour accéder à la collection)

Pour citer cet article : Carmen Alemany, "Une Majesté en majolique," in Colligere, 18/12/2019, https://archibibscdf.hypotheses.org/6315. Consulté le 20/02/2020.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Véronique Lourme, Bulletin des Amis du Pays Lochois, n° 31, 2015. []
  2. Jean Chrétien Ferdinand Hoefer, Nouvelle biographie universelle depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, avec les renseignements bibliographiques et l’indication des sources à consulter, t. 36, Paris, Firmin-Didot, 1852, p. 83. URL : https://archive.org/details/nouvellebiograph36hoef/page/n53 []
  3. Sarah Munoz, « Le portrait royal sculpté en médaillon en France aux XVIe et XVIIe siècles : de François Ier à Louis XIV », Les Cahiers de Framespa, n° 11, 2012. URL : http://journals.openedition.org/framespa/1953. []
  4. Bulletin des Amis du Pays Lochois, n° 31, 2015. []
  5. François Barbe, Majolique : l’âge d’or de la faïence italienne au XVIe siècle, Paris, Citadelles & Mazenod, 2016. []
  6. Federica Carta (dir.), Émail et terre cuite à Florence : les œuvres des Della Robbia au musée national de la Renaissance, Paris, RMN, 2018. []
  7. Camillo Jacopo Cavallucci et Émile Molinier, Les Della Robbia d’après des documents inédits suivi d’un catalogue de l’œuvre des Della Robbia en Italie et dans les principaux musées de l’Europe : leur vie et leur œuvre, Paris, J. Rouam, 1884. []
  8. Louis Gonse, La Sculpture française : depuis le XIVe siècle, Paris, Librairie imprimeries réunies, 1895. []
  9. Léon Palustre, Album de l’exposition rétrospective de Tours (1890), publié sous les auspices de la Société́ archéologique de Touraine, Tours, Société́ archéologique de Touraine, 1891. URL : https://archive.org/details/albumdelexpositi00palu/page/n83. []
  10. Le buste de François Ier, in Cl. Lablancherie, Bulletin des Amis du Pays Lochois, n° 2, décembre 1986, p. 111-121. []
  11. Source : https://www.insee.fr/fr/information/2417794 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.