Un voyage en Asie mineure par le biais des cartes modernes et contemporaines

Erhan Öner, A Journey Through Maps from the Ottoman World to the Republic of Turkey Between the 15th and the 20th Centuries, 4 volumes, Istanbul, Eren Yayıncılık, 2016, ISBN : 978-9-756-37258-6.

La bibliothèque d’études arabes, turques et islamiques, qui deviendra bibliothèque d’études ottomanes à la réouverture du site Cardinal-Lemoine en juin 2020, a récemment acquis un ouvrage d’une ampleur exceptionnelle qu’on doit à la passion d’un homme, Erhan Öner, collectionneur de cartes de l’Empire ottoman et de la République de Turquie. A Journey Through Maps from the Ottoman World to the Republic of Turkey Between the 15th and the 20th Centuries présente environ deux mille cartes acquises depuis 1985 par E. Öner, sous la forme de quatre volumes de format 33 × 25 cm. Est mise ainsi à la disposition du public une collection considérable qui met en lumière l’évolution du savoir-faire cartographique, les différents types de cartes et l’évolution des toponymes. On doit à E. Öner le catalogue de son fonds, selon un système de cotation qu’il a lui-même mis au point. L’ensemble frappe par l’extrême variété des documents traités et par l’excellente qualité des reproductions en couleur. Les cartes sont présentées à la fois selon une logique chronologique, thématique et matérielle (en fonction de l’échelle).

Carte d’Abraham Ortelius, vers 1570

Le premier volume présente des cartes à grande échelle de l’Asie mineure et de la Turquie d’Europe. Le découpage correspond à l’influence de la conception cartographique des géographes, cartographes, graveurs et éditeurs européens : c’est ainsi que le volume s’ouvre sur la cartographie ptolémaïque. Alors que les cartes de l’Asie mineure datent du XIVe – XXe siècle, les cartes de la Turquie d’Europe sont majoritairement du XIXe.

Le deuxième volume est consacré aux cartes régionales (Asie mineure et provinces arabes), souvent imprimées par héliogravure. Sa deuxième partie concerne majoritairement les cartes des gouvernorats ottomans de la fin du XIXe et du début du XXe siècle dues à Tüccarzade İbrahim Hilmi et à la Mühendishane-i Berrî-i Hümayun (école des ingénieurs de l’Armée de terre). Une place importante est également accordée aux cartes décrivant les aspects économiques, commerciaux et sociaux de l’Empire. On mentionnera notamment : les cartes des ports maritimes par Henri Michelot, William Heather, Joseph Roux, Jean Joseph Allezard publiées au début du XIXe siècle ; les cartes ferroviaires réalisées par le ministère du Commerce et des Travaux publics (Ticaret ve Nafia Nezaret-i Celilesi) ; enfin des cartes confessionnelles du XVIIe au XIXe siècle, commandées principalement par des missions catholiques, qui représentent les lieux saints de l’Ancien et du Nouveau Testament et la répartition géographique des différentes confessions. On signalera également un amusant dossier de cartes inspirées entre le XVIIe et le XIXe siècle par l’Anabase de Xénophon.

Carte de John Speed, 1626

Le troisième volume est celui des cartes militaires ottomanes et européennes des XIXe et XXe siècles. On y trouvera aussi la reproduction de la couverture et de certaines pages d’atlas de la collection de E. Öner publiées entre le XVIe et le XXe siècle.

Le dernier volume présente des cartes générales d’Istanbul de l’époque moderne et contemporaine. Citons en outre des plans détaillés de la ville réalisés par la municipalité pour le planning urbain ; les plans des compagnies d’assurance ; les plans de Necip Bey, qui dirigeait la division cartographique de la municipalité d’Istanbul pendant la Grande Guerre. Le volume contient également des plans d’autres villes anatoliennes et des cartes archéologiques européennes du XVIIIe au XXe siècle.

L’ouvrage donne des éléments cruciaux pour mieux comprendre l’histoire de la géographie, l’histoire de la découverte de l’Empire par les voyageurs et géographes européens et de la pratique cartographique par les Ottomans. Dans un espace géographique où la toponymie est à la fois très variée et changeante, les cartes sont un outil important pour l’historien, qui trouvera dans cet ouvrage un outil précieux, d’autant que E. Öner  s’est livré à un important travail de traduction et de translittération tout en préservant les toponymes écrits sur les cartes.

L’acquisition de A Journey Through Maps enrichit le fonds que la bibliothèque consacre à ce sujet dans lequel figurent des ouvrages mais aussi une petite collection de cartes originales, qui feront l’objet d’un prochain billet sur ce carnet au premier trimestre 2020.

Cliquer pour accéder à la notice dans le catalogue Omnia

Pour citer cet article : Elif Becan, "Un voyage en Asie mineure par le biais des cartes modernes et contemporaines," in Colligere, 09/12/2019, https://archibibscdf.hypotheses.org/6243. Consulté le 24/11/2020.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search