La collection de fac-similés de documents pictographiques mexicains (ou « codex ») de la bibliothèque Claude-Lévi-Strauss, Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS), Collège de France

En 2012, des financements du labEx TransferS dont le LAS est une des composantes ont permis à la bibliothèque Claude-Lévi-Strauss d’acheter plusieurs ouvrages de qualité reproduisant des documents élaborés dans le Mexique ancien et colonial1.

Il s’agit de fac-similés de manuscrits pictographiques souvent désignés par le terme « codex ». Ces publications, au nombre de quatorze, ont été éditées par Akademische Druck und Verlagsanstalt, à Graz en Autriche. Dans la mesure où les originaux de ces manuscrits sont extrêmement rares et fragiles, qu’ils sont par ailleurs conservés dans des collections dispersées à travers le monde, leur consultation est complexe, parfois interdite ou réservée à des spécialistes.

Aujourd’hui, les photographies numériques de nombreux codex sont désormais en ligne, par exemple sur le site de la FAMSI (Foundation for the Advancement of Mesoamerican Studies) ou encore sur le site de l’iconothèque numérique créée par l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Ainsi, la bibliothèque Claude-Lévi-Strauss donne aux chercheurs comme aux étudiants à partir du master la possibilité d’accéder à ces matériaux. Les fac-similés – de qualité et onéreux – permettent de se familiariser avec ces documents reproduits avec soin (colorimétrie, format, etc.) tout en appréciant la qualité de mise en œuvre et l’assemblage des feuillets. En particulier, est reproduite la reliure en accordéon, commune à certains manuscrits élaborés à l’époque précolombienne. Ceci permet d’éprouver physiquement un rapport spécifique au livre auquel nous sommes peu coutumiers, rapport que les reproductions digitales laissent généralement de côté. Par ailleurs, une courte introduction (signée Ferdinand Anders et Maarten Jansen pour les codex édités par les éditions de Graz) accompagne chacun des ouvrages.

Les manuscrits pictographiques

Les sources les plus importantes pour l’étude du système de communication graphique mexicain sont les « codex ». Le terme « codex », employé pour qualifier les livres peints utilisés en Mésoamérique, désigne un manuscrit composé d’un assemblage de feuillets reliés par la marge. Sa définition renvoie donc à une réalité européenne qui ne correspond pas aux formes des manuscrits mésoaméricains : ceux-ci étaient essentiellement pliés en accordéon ou enroulés (Dehouve et Vié-Wohrer, 2008 : 272-273). Généralement, les chercheurs américanistes continuent d’utiliser ce terme, bien que d’autres préfèrent parler de manuscrits pictographiques.

On appelle tlàcuilo (tlàcuilòquê) les scribes-peintres à l’origine des codex. Un seul verbe, tlàcuiloa, est indistinctement utilisé pour désigner l’acte de peindre ou d’écrire.

Le matériau de confection pouvait être :

-la peau de cervidé, tannée et assouplie, puis recouverte d’une couche de stuc blanc sur laquelle on peignait. Le tlàcuilo, à la fois scribe et artiste, se chargeait de cette tâche.

-le tissu de coton

-le papier traditionnel amatl, conçu à l’aide de fibres récupérées à l’intérieur de l’écorce d’un figuier de la famille des moracées (Ficus petiolaris, appelé amacuahuitl en nahuatl, c’est-à-dire l’arbre à papier) puis battues. Il était parfois fabriqué à partir de feuilles d’agave (metl en nahuatl).

-le papier européen pour de nombreux manuscrits réalisés après la Conquête.

Ces manuscrits étaient souvent protégés par une couverture en bois.

Les formes que pouvait prendre le manuscrit étaient aussi variées :

-les bandes ou tiras : lanières en peau ou papier, faites de plusieurs morceaux collés ou cousus. Elles étaient enroulées ou bien pliées en accordéon, c’est-à-dire que les pages (mesurant environ 41 x 31 cm) étaient pliées sur elles-mêmes.

-les toiles ou lienzos : rectangles de grande dimension (tissu de coton ou papier), faits d’une seule pièce ou de plusieurs assemblées entre elles.

-le panneau ou panel : plusieurs feuilles également assemblées entre elles.

-la forme livre apparaît à l’époque coloniale telle que nous la connaissons en Europe (d’abord des feuilles pliées sans reliure, plus tard avec reliure).

Autrefois sans doute très nombreux, puisque conservés en grande quantité dans des bibliothèques (amoxcalli), les manuscrits pictographiques sont une poignée à avoir survécu aux destructions systématiques organisées par les colonisateurs ou leurs alliés (nous savons par exemple qu’en 1520, les archives de Texcoco furent brûlées par les Tlaxcaltèques, alliés des Espagnols). Par le passé également, le roi Itzcoatl (qui régna de 1427 à 1440) aurait détruit l’ensemble des manuscrits jusqu’alors conservés afin de proposer lui-même une réécriture de l’Histoire.

Les manuscrits originaires du Mexique central ont été les plus touchés par les destructions espagnoles. Il faut ajouter aux autodafés les manuscrits cachés par les Aztèques, aujourd’hui perdus ou bien détruits s’ils n’ont pas résisté aux ravages du temps. Certains manuscrits ont été redécouverts récemment, à l’instar du codex de Xicotepec (retrouvé par Guy Stresser-Péan dans l’État d’Hidalgo) dans les années 1970.

La plupart des manuscrits qui nous sont parvenus ne sont pas d’origine précolombienne : à l’époque de la Conquête et durant les décennies suivantes, des centaines de manuscrits ont continué à être réalisés par les Aztèques, parfois même à la demande des Espagnols. Il y a donc eu une attitude contradictoire de la part des conquérants : dans un premier temps, les codex ont été examinés et classés (« censurés » et détruits ou « acceptés ») ; en même temps, à partir des années 1530, nombreux ont été les Espagnols à se rendre compte de l’importance de l’écrit et l’usage qu’ils pouvaient en faire dans la nouvelle société qui se construisait, à la fois en terme d’évangélisation et d’administration. De plus, à partir de 1532, les « peintures » acquièrent le statut de preuve juridique légale pour juger des contentieux entre les Indiens et les nouveaux administrateurs espagnols. Présentés devant les tribunaux, ces manuscrits étaient accompagnés de textes explicatifs en caractères latins. Bien sûr, le système de communication utilisé par les Mexicas2 a connu des transformations sous l’influence européenne.

Pour « classer » les manuscrits pictographiques, il convient de prendre en compte plusieurs critères : l’époque de réalisation (précolombienne ou coloniale), la provenance géographique (qui induit un style différent) et le sujet abordé.

Les sujets traités

Si l’on prend en compte les précolombiens et coloniaux, on peut dire que près de la moitié des codex sont de type administratif (listes de tributs, cadastres, recensements). Viennent ensuite les codex historiques et politiques, puis les codex de type religieux.

En revanche, si l’on prend en compte les manuscrits pictographiques précolombiens uniquement, ceux-ci présentent majoritairement un contenu religieux et calendaire-rituel : almanachs divinatoires (naissance, mariage, agriculture, etc.), pronostics, protocoles pour les rituels.

Les noms des codex

Le nom des codex est tiré, pour certains, des chercheurs qui les ont étudiés ou du lieu de conservation du document. Rebaptisés à nouveau au cours de l’histoire, suivant leurs collectionneurs ou encore en fonction de l’avancée de leur déchiffrement, ils peuvent aussi endosser plusieurs noms. Ainsi le nom du codex Becker vient de celui du collectionneur allemand Phillip J. Becker qui l’a redécouvert en 1854. Il a également été désigné par les noms de « manuscrit du cacique », « codex Saussure », « codex zapotèque », « codex Franz Josefino » ou encore « codex Yya Nacuaa II ».

Les fac-similés conservés à la bibliothèque Claude-Lévi-Strauss peuvent être présentés en fonction de quatre groupements établis depuis que les codex font l’objet de recherches scientifiques : manuscrits mixtèques précolombiens ; manuscrits mayas ; manuscrits « précolombiens » du groupe Borgia ; manuscrits de tradition mexica.

Manuscrits mixtèques précolombiens

Les manuscrits mixtèques précolombiens sont généralement regroupés ensemble car ils présentent d’importantes similitudes d’un point de vue stylistique et formel. Qui plus est, leur région d’origine est identique : la Mixteca (région de Oaxaca). Le mixtèque est aussi la langue de lecture associée à certaines pictographies, tout comme celle des gloses en caractères latins ajoutées par des mains européennes sur certains d’entre eux.

Ces manuscrits sont formés d’une bande en peau de cervidé pliée en accordéon. Ils contiennent des récits historiques, mythiques et généalogiques qui s’étendent sur parfois plus de 25 générations. Certains de ces récits remontent au viie siècle. Nous pouvons évoquer le plus célèbre : celui qui relate l’épopée du grand conquérant nommé Huit Cerf Griffe de Jaguar qui créa un empire mixtèque au xie siècle et établit sa capitale à Tilantongo, puis à Tututepec.

Parmi ces documents, la bibliothèque conserve les fac-similés des codex dits Nuttall, Vindobonensis, Egerton 2895 et Becker. Ce dernier serait le plus ancien du groupe et aurait été élaboré au xiiie siècle.

Le groupe des manuscrits mixtèques précolombiens compte d’autres codex célèbres comme les codex Bodley, Colombino et Selden.

Détail du codex Nuttall (photographie)

Détail du codex Nuttall.

Manuscrits mayas

Les quatre codex mayas lisibles conservés de nos jours datent de la période appelée Postclassique (900-1697 AD). Fabriqués en papier amate, ils étaient pliés en accordéon. En plus des codex postclassiques, quelques exemples de codex classiques ont été retrouvés dans des tombes (Angulo, 1970). Erodés par le climat tropical, ils ne subsistent qu’à l’état de fragments organiques, plâtres et pigments (Kettunen et Helmke 2006 : 6).

Au lieu de rappeler des événements historiques, comme la plupart des inscriptions monumentales sur stèles en pierre, le contenu de ces textes est plus ésotérique, astronomique et calendaire. L’information est présentée sous forme d’almanachs et de prophéties (Kettunen et Helmke 2006 : 22).

La bibliothèque conserve les fac-similés de deux de ces quatre manuscrits : le codex Tro-cortesianus et le codex Peres (aussi appelé « codex de Paris » ou « codex Peresianus »).

Le codex Tro(ano)-cortesianus (ou codex de Madrid) est conservé en Espagne (Museo de América à Madrid). Son nom est la conséquence de la fusion de deux syllabes du nom d’un de ses anciens possesseurs (l’Espagnol Juan de Tro y Ortolano), lorsqu’il fut redécouvert et étudié par l’érudit français Charles Brasseur de Bourbourg. Assemblé à la fin du xixsiècle à un autre fragment appelé codex de Cortés, l’ensemble porte de ce fait le nom de codex Tro-cortesianus. Il s’agit d’un codex maya de la région de Campeche. Il est associé à des fragments de papiers européens, incorporés dans le codex pendant sa fabrication (Coe et Kerr, 1998 : 181) ou après. Sa datation a par conséquent fait l’objet de controverses. L’idée partagée aujourd’hui par la majorité des chercheurs est qu’il date du xve siècle. Constitué de 56 feuillets peints recto-verso, il mesure plus de 6 m. Il s’agit d’un almanach qui contient de nombreuses prédictions.

Codex de Paris, détail (photographie).

Codex de Paris, détail.

Comme son nom l’indique, l’original du codex de Paris est conservé à la BNF. Il provient de Palenque (État actuel du Chiapas). Il traite de rituels religieux et de prophéties associées à certains katuns (périodes temporelles de 20 années) et divinités. Outre l’almanach de prédictions, il contient des récits concernant les cérémonies célébrées cycliquement lors de chaque nouvelle année et un calendrier solaire.

Les autres codex conservés à travers le monde et faisant partie de ce groupe sont ceux de Dresde et Grolier.

Manuscrits précolombiens du « Groupe Borgia »

En dehors des codex mixtèques, pour le Mexique central, nous dénombrons en tout six manuscrits précolombiens ayant échappé aux destructions. D’après certains chercheurs, il pourrait y en avoir plus. Les six premiers, dont le caractère préhispanique est reconnu, appartiennent au « groupe Borgia », un ensemble de codex ainsi nommé en 1887 par Eduard Seler (américaniste allemand) en raison de la ressemblance stylistique de ces manuscrits avec le codex Borgia. Il s’agit des codex Borgia, Cospi, Fejérváry-Mayer, Laud, Vaticanus B (aussi connu sous le nom de Vaticanus 3773), et Aubin n° 20. Les originaux ont été réalisés sur des bandes en peau de cervidé, peintes des deux côtés, et pliées en accordéons.

L’appellation « groupe Borgia » a été critiquée par plusieurs chercheurs (voir notamment Batalla Rosado, 2008), mais continue d’être fréquemment utilisée.

La bibliothèque conserve les fac-similés de trois manuscrits appartenant à ce groupe : Borgia, Cospi et Laud.

Codex Borgia, détail (photographie).

Codex Borgia, détail.

Le caractère précolombien de ces manuscrits est clairement établi, mais leur datation précise reste difficile à définir. Pour le codex Borgia, par exemple, Anne Cassidy (2004) propose une période allant de 1450 à 1500. Susan Milbrath (2007 : 158) rappelle que plusieurs études ont montré l’existence de motifs similaires peints dans le codex Borgia et sur des céramiques de Cholula datées entre 1350 et 1550. Le manuscrit pourrait donc avoir été réalisé au xive ou xve siècle.

La provenance de ces codex fait encore l’objet de débats, de même que la langue parlée par les scribes qui les ont élaborés. S’agissait-il d’une langue nahua ou mixtèque ? Le manuscrit Aubin n° 20 viendrait, d’une manière presque certaine, de la Mixteca Alta. En revanche, les cinq autres codex mentionnés ont une origine controversée, bien que la plupart des chercheurs s’accordent à définir une région d’origine qui inclurait Puebla, Tlaxcala, la Mixteca et le Sud du Veracruz (Boone, 2007 : 214).

Elizabeth Boone (2007 : 227) a démontré plus précisément que les manuscrits peuvent se répartir dans au moins deux groupes en fonction de leur style et de leur contenu iconographique : d’une part, les codex Borgia et Cospi, d’autre part, les codex Fejérváry-Mayer et Laud, Vaticanus B.

Parmi ces documents, la plupart possèdent des calendriers divinatoires de 260 jours. En plus de cela, le Borgia contient 18 pages réservées à la cosmogonie, peintes à la manière d’une narration. Les codex Cospi, Fejérváry-Meyer et Laud contiennent quant à eux des protocoles rituels.

Plusieurs se trouvent en Italie : le codex Borgia depuis le xvie siècle (il faisait partie de la collection privée du cardinal Stefano Borgia au xviiie siècle ; depuis 1814, il est à Rome dans la Biblioteca Apostolica Vaticana) et le Vaticanus B (Bibliothèque du Vatican depuis le xvie siècle).

Manuscrits de tradition mexica (vallée de Mexico et alentours)

Deux manuscrits représentent pleinement la tradition pictographique mexica : le codex Borbonicus et celui du Tonalamatl Aubin, peints sur du papier amatl.

La bibliothèque Claude-Lévi-Strauss compte parmi ses fac-similés celui du fameux Borbonicus.

Codex Borbonicus, détail (photographie).

Codex Borbonicus, détail.

Le codex Borbonicus a été acquis en 1826 dans une vente aux enchères par la bibliothèque du Palais Bourbon à Paris (d’où le nom du manuscrit), aujourd’hui Assemblée Nationale.

Bien que le codex Borbonicus et le Tonalamatl Aubin semblent avoir été réalisés après la conquête (cela reste encore débattu) – probablement dans les premières années qui suivirent la prise de Mexico-Tenochtitlan –, ils sont peints dans un style qui permet de les qualifier de manuscrits de tradition pictographique précolombienne. La qualité et la précision des pictographies du codex Borbonicus en font une source essentielle.

Les chercheurs pensent majoritairement que le codex Borbonicus a été réalisé à Tenochtitlan-Tlatelolco ou dans la partie Sud du lac Texcoco, à Colhuacan ou Ixtapalapan (Nicholson, 1988). Quoi qu’il en soit, les deux manuscrits trouvent leur origine dans les actuels États de Mexico et de Tlaxcala, le Tonalamatl Aubin provenant de la partie Est de la région de Tlaxcala où l’otomi était parlé (Boone, 2007 : 121-213).

Chacun des deux manuscrits contient un calendrier divinatoire fondé sur le cycle de 260 jours. Le Borbonicus contient également une représentation des 18 fêtes des vingtaines (18 mois de 20 jours) et des descriptions de rituels.

Le codex Vaticanus A (/Ríos aussi appelé Vaticanus 3738, dont un fac-similé est conservé à la bibliothèque) a été produit à l’époque coloniale et s’inscrit néanmoins dans la tradition aztèque. Comme le codex Telleriano-Remensis, ce manuscrit a été réalisé dans la seconde moitié du xvie siècle, mais serait une copie d’un même manuscrit précolombien de la vallée de Mexico, aujourd’hui perdu (Glass et Robertson, 1975 : 186-187, 202-203 ; Quiñones Keber, 1995 : 138).

Extrait du codex Vaticanus A, détail (photographie).

Extrait du codex Vaticanus A, détail.

Les deux manuscrits ont été peints sur papier européen et possèdent un contenu presque similaire, ce qui les rend complémentaires étant donné que plusieurs pages sont absentes du codex Telleriano-Remensis. Les passages communs consistent en des représentations du calendrier solaire et des vingtaines, d’un calendrier divinatoire et d’annales historiques évoquant Tlatelolco lors des périodes précolombienne et coloniale. En outre, le codex Vaticanus A comporte une partie cosmogonique consacrée notamment à la structure du monde, aux au-delàs et aux différentes ères ou « soleils » qui se sont succédé. Dans les deux manuscrits, des annotations en espagnol décrivent essentiellement les dieux et les cérémonies.

Quiñones Keber (1995) pense que le codex Telleriano-Remensis a été réalisé à Mexico sous la tutelle de Pedro de los Ríos, missionnaire dominicain, qui ensuite l’a emporté à Puebla pour y ajouter des annotations. C’est probablement dans ce lieu qu’il en a fait une nouvelle copie, le Vaticanus A 3738 / Ríos, annotée en italien, car il était justement destiné à un Italien.

Les codex du « Groupe Magliabechiano » sont des manuscrits pictographiques coloniaux et se composent notamment des codex Magliabechiano, Tudela et Ixtlilxochitl. La bibliothèque conserve le fac-similé du manuscrit éponyme de ce groupe.

Codex Magliabechiano, détail (photographie).

Codex Magliabechiano, détail.

D’autres documents font partie de cet ensemble, mais sont beaucoup plus tardifs. Ces documents sont regroupés sous le même nom en raison de nombreuses similarités avec le codex Magliabechiano. Selon Elizabeth Boone (1983), ils proviendraient d’un prototype unique, aujourd’hui disparu, qui aurait donné lieu à des copies qui seraient deux versions différentes de ce prototype. Une version correspondrait au codex Tudela et une autre au codex Magliabechiano. Réalisés environ 30 ans après la conquête, le codex Tudela comporte la date de 1553, tandis que le codex Magliabechiano aurait été trouvé en Europe aux alentours de 1550, avant d’être inventorié au début du xviie siècle dans la bibliothèque d’Antonio Magliabechi, un collectionneur au service des Médicis.

Dans la perspective de Boone, le codex Magliabechiano serait le plus proche du prototype. Il comporte des représentations de vêtements cérémoniels, du compte des jours et des années du calendrier, des fêtes des vingtaines et de divinités parées de leurs attributs, ainsi que d’actes rituels effectués au cours de diverses cérémonies. Comme les deux autres manuscrits, le codex Magliabechiano contient des textes en espagnol.

La qualité des pictographies du codex Tudela montre que le tlàcuilo avait une pleine connaissance du style précolombien (Batalla Rosado, 2002 ; 2014 : 48).

Le codex Ixtlilxochitl est plus tardif (aux alentours de 1600). Le style des pictographies est très européanisé, mais celles-ci continuent de présenter des conventions de représentation préhispaniques. Le manuscrit se compose de trois parties : la première est dédiée aux fêtes de vingtaines, la deuxième est tirée de la Relation géographique de Texcoco rédigée par Juan Bautista Pomar et la dernière évoque des cérémonies.

La Matrícula de Tributos est un manuscrit de la première moitié du xvie siècle, réalisé sur papier amatl. Elle dresse une liste de tributs que les différentes provinces conquises devaient à l’empire aztèque. Il s’agit donc d’un document à caractère économique où figurent les noms des cités soumises à taxation, sous la forme de glyphes toponymiques, ainsi que la nature de ces taxes.

La question de la datation du codex est débattue. Si certains chercheurs pensent qu’il a été réalisé après la conquête, peut-être entre 1521 et 1541 (Robertson, 1959 : 88-93), d’autres ont suggéré l’hypothèse qu’il a pu être refaçonné à l’époque coloniale, mais qu’il s’agissait à l’origine d’un codex précolombien, découpé et collé, pour lui donner l’apparence d’un livre européen (Berdan, 1980 : 9 ; Mohar Betancourt, 1997 : 63 ; Batalla Rosado, 2007 : 31). Dans tous les cas, ce manuscrit – tout comme le codex Borbonicus et le Tonalamatl Aubin – a un style précolombien et a été réalisé par plusieurs scribes qui maîtrisaient encore l’écriture traditionnelle (Batalla Rosado, 2007 : 31).

Matrícula de tributos, détail (photographie).

Matrícula de tributos, détail.

Le codex Mendoza partage un point commun avec la Matricula de Tributos : les tributs présentés successivement par provinces. C’est un manuscrit qui fut commandé par les Espagnols auprès de scribes indiens, en l’occurrence par le vice-roi Antonio de Mendoza qui projetait de l’offrir à Charles Quint. Il fut réalisé entre 1541 et 1542, mais il n’arriva jamais à destination. Le bateau qui le transportait fut attaqué par des pirates français qui le vendirent en 1553 à André Thevet, cosmographe du roi de France. On le retrouve ensuite en Angleterre. Les 62 feuillets du manuscrit abordent plusieurs thèmes successifs : ils contiennent une représentation du mythe de fondation de Tenochtitlan, une partie dédiée à l’expansion territoriale de l’empire aztèque détaillant les cités conquises sous le gouvernement de chaque souverain mexica, puis une liste de tributs inspirée de celle contenue dans la Matricula de Tributos, sans en être une copie exacte. Une dernière partie est consacrée à la vie quotidienne et présente une série d’informations à la fois sur l’éducation des jeunes gens et le mariage, l’administration aztèque précolombienne, l’organisation militaire, etc.

Après cette introduction générale, de futures notices seront établies au cours de l’année. Elles auront pour objet de donner une description plus détaillée de l’histoire et du contenu de plusieurs documents reproduits en fac-similés conservés à la bibliothèque du LAS et feront écho, dans la mesure du possible, à des événements scientifiques organisés autour de ces thématiques en France et à l’étranger.

Références citées

Angulo V., Jorge

1970    « Un posible códice de El Mirador, Chiapas », Tecnologia 4, Mexico, Departemento de prehistoria / Instituto nacional de antropología e historia.

Bassett, Molly H.

2015    The fate of earthly things : Aztec gods and god-bodies, Austin, University of Texas Press.

Batalla Rosado, Juan José

2002    El Códice Tudela y el grupo Magliabechiano : la tradición medieval de copia de códices en América, Madrid, Ministerio de Educación, Cultura y Deportes / Agencia Española de Cooperación Internacional / Testimonio Compañía Editorial.

2007    « The scribes who painted the Matrícula de Tributos and the Codex Mendoza », Ancient Mesoamerica, 18, pp. 31-51.

2008    El códice Borgia : una guía para un viaje alucinante por el inframundo, Madrid, Biblioteca Apostólica Vaticana / Testimonio Compañía Editorial.

Berdan, Frances F.

1980    « The Matrícula de Tributos : introduction », in Frances F. Berdan et Jacqueline de Durand-Forest (éds), Matrícula de Tributos, Graz, Akademische Druck-u. Verlagsanstalt, pp. 9-24.

Boone, Elizabeth H.

1983    The Codex Magliabechiano, and the lost prototype of the Magliabechiano group, Berkeley/Los Angeles/Londres, University of California Press.

2007    Cycles of time and meaning in the Mexican books of fate, Austin, University of Texas Press.

Cassidy, Anne W.

2004    Divination by image : the Borgia group of pre-hispanic Mexican manuscripts, thèse de doctorat, New York, Columbia University.

Coe, Michael D. et Justin Kerr

1998    The art of the Maya scribe, New York, Harry N. Abrams, Inc.

Dehouve, Danièle et Anne-Marie Vié-Wohrer

2008    Le monde des Aztèques, Paris, Riveneuve éditions.

Glass, John et Donald Robertson

1975    « A census of Native American pictorial manuscripts », in Handbook of Middle American Indians, Austin, University of Texas Press, vol. XIV, pp. 81-253.

Kettunen, Harri et Christophe Helmke

2006    Introduction to Maya hieroglyphs, workshop Handbook for the 8th European Maya Conference, Madrid, November 25th-30th, 2003 (traduit en français par Ramzy R. Barrois, 2005). En ligne : http://www.mesoweb.com/resources/handbook/WH2005-Fr.pdf

Milbrath, Susan

2007    « Astronomical cycles in the imagery of codex Borgia 29-46 », in C. L. N. Ruggles et G. Urton (éds), Cultural astronomy in New World cosmologies, Boulder, University of Colorado Press, pp. 157-208.

Mohar Betancourt, Luz María

1997    « Tres códices nahuas del México antiguo », Arqueología Mexicana, 23, pp. 56-63.

Nicholson, Henry B.

1988    « The provenience of the codex Borbonicus : an hypothesis », in J. Kathryn Josserand et Karen Dakin (éds), Smoke and mist : Mesoamerican studies in honor of Thelma D. Sullivan, vol. 1, pp. 77-97 [2 vols, BAR International Series 402, Oxford, BAR].

Quiñones Keber, Eloise

1995    Codex Telleriano-Remensis : ritual, divination and history in a pictorial Aztec manuscript, Austin, University of Texas Press.

Robertson, Donald

1959    Mexican manuscript painting of the Early Colonial period, New Haven, Yale University Press.

Pour citer cet article : Bérénice Gaillemin, "La collection de fac-similés de documents pictographiques mexicains (ou « codex ») de la bibliothèque Claude-Lévi-Strauss, Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS), Collège de France," in Colligere, 04/10/2017, https://archibibscdf.hypotheses.org/595. Consulté le 13/12/2018.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Cette présentation a été écrite avec Loïc Vauzelle. []
  2. Partis de l’île mythique Aztlan et à l’issue d’une longue pérégrination, les Aztèques sont arrivés sur le bord du lac de Texcoco au XIIe siècle. C’est après avoir fondé la ville de Mexico-Tenochtitlan, en 1325, qu’ils prennent le nom de Mexica (terme nahuatl, pluriel de Mexicatl, qui se prononce [mɛ.ʃi.ka], /méchica/). Les Mexica sont donc les habitants de Mexico, tandis que le terme plus englobant « Aztèques » désigne, pour certains chercheurs, les habitants des trois grandes cités de la « Triple Alliance » Mexico, Texcoco et Tlacopan (1428-1521). Pour une discussion plus complète sur ces termes, voir Bassett (2015 : 211). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.