“Le Collège de France vous ouvre ses portes”. Exposition virtuelle (5e épisode)

Évolution architecturale du Collège de 1870 à 1970

À la fin du XIXe siècle, les professeurs se plaignent du manque de place, notamment pour les laboratoires, en dépit de la nouvelle aile créée par l’architecte Paul Letarouilly entre 1832 et 1841. L’augmentation du nombre de chaires scientifiques nécessitant des installations adéquates, impose une recherche de surface quasiment insurmontable : le Collège de France est alors engoncé dans le bâti, puisque des maisons d’habitation le jouxtent au nord et à l’est. Il s’agit donc d’acquérir progressivement des terrains alentour, afin d’accroître la surface au sol.

Entre les années 1840 et 1870, aucun agrandissement n’est réalisé alors que le nombre de chaires augmente (dix-sept en 1830, trente-huit en 1870). Les chaires de médecine, chimie et physique n’ont pas de lieu d’expérimentation adapté et le public ne peut être accueilli. Projets d’architecte, projets de loi, protestations des professeurs, annulation des budgets du ministère : les travaux d’agrandissement nécessaires ne sont pas réalisés, en dépit de plusieurs projets esquissés, et seules les réparations d’urgence sont entreprises. Les laboratoires ayant besoin de place, certains quittent le bâtiment historique. En 1882, le laboratoire d’Étienne-Jules Marey est installé au bois de Boulogne. En 1884, celui de Marcelin Berthelot est installé à Meudon.

« Le Collège de France réclame son agrandissement »

Face à l’urgence, des terrains et immeubles voisins sont achetés entre 1903 et 1907, mais aucun crédit n’est voté pour construire de nouveaux locaux. La Première Guerre mondiale et ses restrictions imposent des économies, quand bien même plusieurs laboratoires participent à l’effort de guerre par leur travail sur les explosifs ou les gaz de combat.

Dans les années 1920, plusieurs rapports parlementaires sont produits en faveur d’un agrandissement de l’institution, et inscrits à l’ordre du jour dans les lois de finance. Sans succès, jusqu’en 1927, date à laquelle sont définitivement votés les crédits.

Le projet de construction des nouveaux bâtiments de recherche

Les travaux de construction d’un premier bâtiment de chimie s’étalent de 1931 à 1937. Les déblaiements et fouilles pour le bâtiment de physique commencent immédiatement après. Durant la Drôle de guerre (du 3 septembre 1939 au 10 mai 1940), on prévoit de créer dans les fondations de celui-ci un abri anti-bombardement. Tout cesse avec l’Occupation : les réquisitions de matériel, de main-d’œuvre et la pénurie de matières premières mettent en péril ce second bâtiment, dont les fondations sont régulièrement inondées.

« Face aux baraques des vieux laboratoires, un building très moderne offre un logis confortable à la science ».

Photographie de l’amphithéâtre de physique, vers 1938.

En 1938, le président Albert Lebrun inaugure les bâtiments de chimie et des amphithéâtres,  premières constructions du programme des quatre nouveaux  bâtiments qui doivent voir le jour. Certains laboratoires peuvent donc quitter les baraquements qui occupent encore les rues intérieures et le bâtiment Chalgrin, afin qu’il ne soit plus consacré qu’aux sciences humaines.  C’est le cas notamment du laboratoire de chimie organique de Marcel Delépine, de celui de morphologie expérimentale et endocrinologie de Robert Courrier, et de celui de chimie nucléaire de Frédéric Joliot-Curie,  remarquable par son cyclotron (accélérateur de particules).

 

 

Plan des bâtiments existants et à venir édité lors de l’inauguration du bâtiment de chimie par le président Lebrun

La Seconde Guerre mondiale : l’histoire en contraste.

Cette période, pour le Collège de France, est marquée par un arrêt presque total des travaux.  Au début de la guerre, l’abri anti-aérien n’est toujours pas opérationnel, ce qui impose de se réfugier dans les caves du « vieux Collège » en cas de bombardement. Edmond Faral, l’administrateur, a le plus grand mal à mettre le chantier du bâtiment de biologie hors d’eau, notamment à cause des réquisitions opérées par l’occupant. 

Le Collège de France, comme tous les établissements publics, est durement touché par l’Occupation. Des personnels et six professeurs sont visés par les lois raciales (Émile Benveniste, André Mayer, Szolem Mandelbrojt, Jules Bloch, Isidore Lévy, Marcel Mauss). Certains sont démis de leurs fonctions pour n’avoir pas réintégré leur poste après la signature de l’armistice (tel le physicien Paul Langevin).

Quatre professeurs meurent durant le conflit : Henri Focillon (mort en exil), Jacques Solomon (professeur invité, fusillé pour faits de résistance), Maurice Halbwachs et Henri Maspéro (tous deux morts en déportation). Parmi les personnels, on dénombre huit morts : Benoît-Marie Belin (service de photographie, déporté pour résistance), Alexandre Chweitzer (boursier de recherche, résistant, arrêté par la Gestapo), Anne Litvac (laboratoire d’embryogénie, déportée à Auschwitz), Janine Godchau (technicienne du CNRS, déportée à Bertenau), Gaston Frot (garçon de laboratoire, tué lors de la libération de Monterau), Marcel Gompel (laboratoire d’histoire naturelle des corps organisés, mort sous la torture), Charles Racz (chercheur au laboratoire de chimie nucléaire, tué lors de la Libération de Paris), Roger Mileur (aide technique, engagé volontaire dans la division Leclerc, mort au combat).

Ce n’est finalement qu’au début des années 1950, une fois la période de restriction la plus sévère passée, que les travaux prennent un nouveau départ.

« Le corps du Collège de France » : vers la fin des travaux.

Au milieu des années 1950, le Collège de France a bien entamé sa mue : le bâtiment de physique est inauguré. Le magazine Plaisir de France consacre un reportage à l’institution en 1954, dans lequel sont présentés les nouveaux locaux. On y trouve notamment le laboratoire de Frédéric Joliot-Curie et le cyclotron, hébergé au Collège de France depuis 1937. Les nouveaux aménagements ont permis de libérer de la place pour les laboratoires de chimie. Quant à ceux de biologie, ils doivent attendre les années 1960 pour disposer de leurs propres espaces. Depuis les années 1970, le Collège de France continue sa modernisation, en équipant régulièrement ses équipes de matériel de pointe et en poursuivant la restructuration de ses bâtiments.

Pour citer cet article : Direction des réseaux et partenariats documentaires, "“Le Collège de France vous ouvre ses portes”. Exposition virtuelle (5e épisode)," in Colligere, 27/11/2019, https://archibibscdf.hypotheses.org/5850. Consulté le 09/12/2019.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.