Archives scientifiques des Professeurs XIXe-XXe – fonds revenus de l’IMEC en 2013 : cinquième partie

Autour des sources papier, d’autres objets – matérialité du travail savant

Avec les papiers et correspondances, sont conservés d’autres éléments qui ne sont pas des archives stricto sensu : ouvrages, tirés-à-part, soit œuvres personnelles, soit œuvres de collègues, agrémentés ou pas de comptes rendus et coupures de presse, recueillis et sauvegardés auprès des notes de travail. Dans cette proximité même et par le choix de conservation conjointe, ces documents acquièrent un statut particulier excédant leur seule nature bibliographique (consultable ailleurs donc) ;  ils sont en outre souvent annotés et dédicacés, ce qui les distingue de leur version imprimée courante ; cette « valeur ajoutée » contribue à reconstituer des réseaux de dons entre auteurs savants et nourrit notre connaissance des échanges scientifiques nationaux ou internationaux.

On a jusqu’alors beaucoup évoqué les « papiers », ce qui n’est guère étonnant somme toute pour la période couverte par les fonds revenus de l’IMEC (Institut Mémoire de l’Edition Contemporaine) et pour les générations représentées dans l’éventail considéré. Il s’agit principalement de Professeurs qui sont nés à la fin du XIXe siècle et ont connu les deux guerres mondiales. En outre, sur les six fonds cités, cinq concernent des disciplines des lettres et sciences humaines. Dans ces générations de « littéraires », le papier et le textuel dominent très largement, en version manuscrite ou dactylographiée. Les sources iconographiques ne sont certes pas exclues (photographies professionnelles ou privées, croquis et schémas, cartes postales dans les correspondances, etc.) mais elles demeurent marginales. Au contraire : fonds déjà présentés dans la Lettre : plaques de verre, – compléter ou renvoyer à un FOCUS spécial.  Les sources audio-visuelles se font encore plus rares, hormis quelques traces d’émissions radiophoniques parfois retranscrites sur papier (entretien de Louis Lavelle à Radio-Paris en février 1938, Hommage radiophonique à lui rendu, juste après son décès, par Jean Baruzi entre autres collègues)1.

Si les disciplines diffèrent, en revanche les méthodologies et les conditions matérielles du travail savant se rejoignent, selon les générations, dans quelques pratiques emblématiques et partagées : l’encre, les styles d’écriture et d’abréviations, la mise en page, avec grande marge pour gloser, annoter ; les copeaux ancêtres du « copier/coller », les fiches articulées, les index thématiques et références bibliographiques, les versions successives recopiées et complétées, un vrai travail de copiste parfois et une frappe à la machine plus d’une fois confiée aux épouses…

A cet égard, la matérialité même de ces sources offre autant de pistes de recherche sur la nature et les conditions du travail savant, dans le sillage des études de Jean-François Bert, par exemple, sur L’atelier de Marcel Mauss, ou encore du récent ouvrage de Françoise Waquet sur l’Ordre matériel du savoir aux époques moderne et contemporaine.

Pour citer cet article : Laure Léveillé, "Archives scientifiques des Professeurs XIXe-XXe – fonds revenus de l’IMEC en 2013 : cinquième partie," in Colligere, 01/09/2017, https://archibibscdf.hypotheses.org/552. Consulté le 25/09/2018.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Voir Dossier Individuel coté 16 CDF 231, rubrique « Hommages » []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.