“Le Collège de France vous ouvre ses portes”. Exposition virtuelle (4e épisode)

Retrouvez le premier épisode en cliquant ici.

Le Collège de France au XIXe siècle

PROJET LETAROUILLY POUR LA NOUVELLE ORIENTATION DES BÂTIMENTS, VERS 1830. ARCHIVES NATIONALES

Après les constructions de Chalgrin, le bâtiment reste inchangé jusqu’à l’arrivée au pouvoir du roi Louis-Philippe. En 1830, la rue des Écoles n’existe pas, le Collège de France est enclavé entre le prieuré Saint-Jean de Latran, des dizaines de maisons particulières, le collège du Plessis (l’actuel lycée Louis-le-Grand) et les ruelles du cimetière Saint-Benoit et Fromentelle.

L’administrateur Antoine-Isaac Silvestre de Sacy (1758-1838) reçoit de François Guizot (1787-1847), ministre de l’Intérieur, l’autorisation et le financement des projets d’agrandissement. Hyppolite Lebas (1782-1867), nommé architecte, est chargé d’un premier projet d’extension sur l’ancienne parcelle du collège de Cambrai. Il est remplacé en 1832 par Paul-Marie Letarouilly (1795-1855) qui obtient un budget fortement augmenté en 1833.

MASSART, PORTRAIT DE PAUL-MARIE LETAROUILLY. © BIBLIOTHÈQUE DE L’INHA

Formé aux Beaux-Arts, Letarouilly fait ses premières armes à Paris, notamment avec la construction du théâtre de l’Odéon en 1819, avant de parcourir l’Italie pour se former à l’architecture antique et classique. À son retour en France, il publie Les Édifices de Rome moderne1, recueil d’aquarelles et de dessins qui influence l’architecture française de la seconde moitié du XIXe siècle. Outre divers postes d’architecte inspecteur à Paris, il devient architecte en chef du Collège de France.

Un nouveau projet voit alors le jour, prévoyant le désenclavement complet du bâtiment Chalgrin et sa réorientation vers la rue Saint-Jacques. Il implique notamment l’acquisition des maisons entourant le bâtiment. Letarouilly crée de nouvelles salles de cours et des amphithéâtres. Deux cours sont créées, ouvertes sur la rue Saint-Jacques, séparées par un portique desservant de nouveaux espaces d’enseignement. Les travaux, commencés en 1834, s’achèvent en 1841.

PROJET LETAROUILLY POUR LE 1er ÉTAGE, 1834. © ARCHIVES NATIONALES

Gros plan sur quelques documents

Lettre de l’administrateur Antoine-Isaac Silvestre de Sacy au Comte de Montalivet, ministre de l’Instruction publique, 29 mars 1831.
À la suite de la création de trois nouvelles chaires, Antoine-Isaac Silvestre de Sacy rappelle au tout nouveau ministre de l’Instruction publique l’urgence de procéder à l’agrandissement des bâtiments du Collège de France. Outre le manque d’espace, il n’hésite pas à lancer que l’état des locaux « donne aux étrangers qui fréquentent nos cours une idée mesquine de l’intérêt que la France porte au premier établissement de l’instruction la plus élevée. »

Lettre de l’administrateur Antoine-Isaac Silvestre de Sacy à François Guizot, ministre de l’Instruction publique, 12 juillet 1833.

L’appel de 1831 n’est pas resté lettre morte. En effet, en 1833, des travaux ont commencé. Le mois de juillet apporte une excellente nouvelle : le Collège de France voit son terrain s’étendre jusqu’à la rue Saint-Jacques sur son côté ouest, ce qui lui permet d’engager une politique de construction plus ambitieuse que prévue.

Rapport de l’architecte Paul Letarouilly à Antoine-Isaac Silvestre de Sacy, 10 janvier 1833.

En 1833, les travaux sont en cours pour bâtir une nouvelle aile afin d’agrandir le bâtiment de Jean-François Chalgrin. En concertation avec les professeurs, l’architecte Paul Letarouilly érige une aile répondant à leurs besoins : il s’agit d’adapter au plus près la construction à la recherche pratiquée dans ses murs.

Note sur l’insuffisance des amphithéâtres, avant 1848.

En dépit de l’existence de trois amphithéâtres, les espaces d’enseignement se révèlent insuffisants. En effet, les deux amphithéâtres de sciences sont exclusivement réservés à deux professeurs, tandis que leurs dix-neuf autres collègues s’en partagent un troisième, décrit comme « insuffisant, incommode et malsain, et peu convenable. » Ce dernier ne peut contenir que trois cents auditeurs, dont une partie debout, « pressés les uns contre les autres ». L’espace manque tant que « les auditeurs assiègent le Professeur jusque dans sa chaire. » Rappelons que les années 1840 voient un public nombreux affluer aux cours de professeurs populaires, tels les historiens Jules Michelet et Edgar Quinet, ou le poète Adam Mickiewicz.

ÉPISODE SUIVANT →

Pour citer cet article : Direction des réseaux et partenariats documentaires, "“Le Collège de France vous ouvre ses portes”. Exposition virtuelle (4e épisode)," in Colligere, 20/11/2019, https://archibibscdf.hypotheses.org/5510. Consulté le 09/12/2019.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Letarouilly, Paul, Édifices de Rome moderne, ou Recueil des palais, maisons, églises, couvents, et autres monuments publics et particuliers les plus remarquables de la ville de Rome, Paris, F. Didot frères, puis Bance, 1840-1857. L’ensemble des volumes numérisés est disponible sur Gallica : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32378916d []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.