Archives scientifiques des Professeurs XIXe-XXe – fonds revenus de l’IMEC en 2013 : deuxième partie

Sources attendues et sources imprévisibles

Bien que confiées au Collège de France, les archives d’un Professeur ne conservent pas systématiquement la trace de tous les cours qu’il y a dispensés. Là où le fonds Georges Dumézil conserve la totalité des leçons professées de 1949 à 1968, sans compter les archives de cours donnés dans le cadre d’autres appartenances institutionnelles (Langues O. et EPHE), d’autres fonds scientifiques se révèlent lacunaires relativement (fonds Maurice Croiset, fonds Roger Dion) voire presque silencieux quant aux sources pédagogiques (Fonds Alfred Fessard).

Lorsqu’elles existent, ces sources de cours sont à confronter avec les données de l’Annuaire du Collège de France, bientôt disponibles en texte intégral numérisé sur Salamandre. Pour la commodité des chercheurs, les programmes de cours annuels sont la plupart du temps consolidés sous forme de chronologies récapitulatives pour chacun des Professeurs dont le fonds fait l’objet d’articles liés dans Salamandre.

Le caractère facultatif et aléatoire du dépôt fait écho à celui de l’attention individuelle prêtée par chaque Professeur à la constitution de ses propres archives, au souci de laisser des traces, au soin mis à ordonner et préserver. Bien sûr, la rigueur observée dans le classement des papiers peut n’avoir existé que pour celle de la recherche et du travail entrepris alors, sans aucune projection vers un potentiel archivage durable. Le minutieux ordonnancement des papiers de Dumézil, en particulier celui de ses correspondances, très régulièrement annotées (« reçue le … », « répondu le … »), ne fut sans doute pas d’emblée pour la postérité mais d’abord pour la bonne gestion des échanges épistolaires et le bon souvenir du Professeur lui-même.

Dans le cas de Jean Pommier, quelque vingt-cinq carnets personnels, de formats divers et inégalement remplis, datés de 1908 à 1971, témoignent d’une sorte d’entreprise au long cours, celle d’un projet autobiographique qui se nourrit de leur relecture périodique et de leur sédimentation pour aboutir au Spectacle intérieur publié en 1970. Le chercheur pourra confronter avec profit, non seulement les états successifs et les épreuves de cet ouvrage d’un genre singulier dans la production de Pommier, mais encore se plonger dans les sources personnelles que l’auteur s’est lui-même employé à créer, conserver, ordonner et commenter à quelques années d’intervalle.

Que peut être une autobiographie savante pour un homme de lettres, critique littéraire de surcroît ? C’est l’une des enquêtes parmi d’autres auxquelles invitent de telles sources. Et voici qu’elle nous entraîne vers d’autres problématiques qui, au Collège particulièrement, soulignent les affinités entre la structure de l’institution – des chaires successivement occupées par des individus – et la structure des archives qui s’y fabriquent ou s’y retrouvent.

Pour citer cet article : Laure Léveillé, "Archives scientifiques des Professeurs XIXe-XXe – fonds revenus de l’IMEC en 2013 : deuxième partie," in Colligere, 15/06/2017, https://archibibscdf.hypotheses.org/543. Consulté le 13/12/2018.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.