Archives scientifiques des Professeurs XIXe-XXe – fonds revenus de l’IMEC en 2013 : première partie

Des fonds individuels – variété des contenus, aléas de la collecte

Comme d’autres déjà explorés, ce nouvel éventail de fonds scientifiques révèle la grande diversité des archives disponibles selon les individus, en termes de volumétrie, de couverture chronologique comme de nature des pièces et contenus. Ce sont parfois les témoignages riches et foisonnants de toute une carrière, ainsi pour le fonds Georges Dumézil dont les sources documentent plus de soixante ans d’études ; ce ne sont d’autres fois que des bribes, revêtant à peine le statut d’archives à strictement parler, comme dans le cas du neurophysiologiste Alfred Fessard, qui laissa seulement quelques éléments épars, principalement imprimés et rarement annotés, de sa documentation de travail.

Rappelons combien le dépôt et la collecte des archives scientifiques demeurent aléatoires. Le caractère facultatif du premier, né d’une volonté personnelle, qu’elle soit préparée et assumée du vivant d’un Professeur ou encore exprimée et confiée à des héritiers, fait qu’il emprunte des voies plus ou moins prévisibles, selon les affinités institutionnelles avec les établissements fréquentés au cours d’une longue carrière le plus souvent. Les sollicitations peuvent être nombreuses, concurrentes, ou, au contraire, trop timides, de sorte que des fonds se perdent, et avec eux de précieux témoignages, individuels et collectifs, sur le déploiement de la science et de la pensée. D’autres s’éloignent de leur cœur institutionnel et, dès lors, appauvrissent en quelque sorte l’enquête future, celle qui aurait tant à gagner des échos entre les différents corpus. La numérisation, toutefois et fort heureusement, réduit cette fracture entre des fonds de collègues qui se succédèrent ou se côtoyèrent à l’Assemblée, et dont les papiers se trouvent aujourd’hui dispersés.

Depuis 2008, le Collège de France s’est doté peu à peu de compétences et de moyens pour assurer aux Professeurs et à leurs ayants-droit que leurs archives seront préservées dans les meilleurs conditions, transmises à la postérité et valorisées, dans le respect de leurs propres souhaits. Leur mise en perspective des fonds voisins, ceux de leurs collègues anciens ou contemporains, ajoute encore à leur valeur intrinsèque et nourrit celle de témoignage collégial.

Pour citer cet article : Laure Léveillé, "Archives scientifiques des Professeurs XIXe-XXe – fonds revenus de l’IMEC en 2013 : première partie," in Colligere, 02/06/2017, https://archibibscdf.hypotheses.org/541. Consulté le 25/09/2018.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.