“Le Collège de France vous ouvre ses portes”. Exposition virtuelle (3e épisode)

Retrouvez le premier épisode en cliquant ici.

À la Renaissance

STATUE DE GUILLAUME BUDÉ PAR LOUIS MAXIMILIEN BOURGEOIS.

À la fin du Moyen Âge et à la Renaissance, l’Université de Paris connaît un essor important et joue un rôle majeur dans le développement urbain spectaculaire de la rive gauche. Elle se structure autour de règlements et de privilèges, et devient une véritable autorité morale qui intervient fréquemment dans les controverses du temps. Au milieu du XVe siècle elle accueille plus de quinze mille étudiants et constitue un contre-pouvoir capable de se mettre en grève pour protéger son monopole d’enseignement, ses exemptions fiscales ou ses droits spécifiques en matière de justice.

Mais son corporatisme entraîne peu à peu une inertie très forte ; l’Université réagit très vivement aux tentatives de réforme qui se font jour sous l’influence de la Renaissance italienne.

Or, une grande soif de changement naît dans la société et particulièrement dans les milieux éclairés. La redécouverte de la littérature, de la philosophie et des sciences de l’Antiquité suscite une révolution culturelle sans précédent qui va irriguer toute l’Europe. La confrontation avec des cultures différentes par le biais des grandes découvertes et des voyages d’explorations amène les Européens à prendre conscience de leur propre identité culturelle.

C’est aussi le moment où les langues vernaculaires prennent le pas sur le latin. En 1539, François Ier, par l’ordonnance de Villers-Cotterêts, proclame ainsi le français comme langue officielle du droit et de l’administration.

Parallèlement, le perfectionnement de l’imprimerie augmente la diffusion de chaque titre publié et met fin au monopole détenu jusqu’alors par l’Université et les clercs.

L’enseignement se laïcise et s’ouvre aux citoyens avides d’acquérir une culture générale, qu’il s’agisse de grands princes, de nobles ou de membres de la bourgeoisie.

DÉTAIL DE LA MOSAÏQUE REPRÉSENTANT LA DEVISE DU COLLÈGE DE FRANCE : « DOCET OMNIA » (IL ENSEIGNE TOUT).

Selon de nombreux penseurs, l’esprit étroit de la dispute et de la scholastique pratiquées à l’Université y rendent l’enseignement stérile. Ils promeuvent donc l’apprentissage de nouvelles disciplines, écartées par l’Université, selon de nouvelles méthodes basées sur une approche rationnelle. Ce rationalisme affiché favorise l’exégèse biblique mais aussi l’apprentissage des langues et des sciences, enseignées par des professeurs capables de comprendre et transmettre ces nouvelles disciplines dans des lieux largement ouverts, comme le Collège de France.

La création du Collège de France

CRÉATION DU COLLÈGE ROYAL PAR FRANÇOIS Ier, EXTRAIT DU TABLEAU DE GUILLAUME GUILLON LETHIÈRE, 1827.

En 1530, sur les conseils de Guillaume Budé, François Ier nomme les premiers lecteurs royaux : trois pour l’hébreu, deux pour le grec et un pour les mathématiques. Ils sont chargés d’enseigner les disciplines qui ne sont pas admises à l’Université de Paris. Dès l’origine les cours sont gratuits, ouverts à tous et dès 1573 certains cours sont donnés en français et non plus en latin. Malgré les attaques de l’Université, ils attirent immédiatement un public nombreux où se distinguent de grandes personnalités : Ignace de Loyola, Calvin, Ronsard ou Rabelais.

Les leçons sont l’occasion d’un renouvellement complet des méthodes et des matières enseignées. Les lecteurs professent librement. Ils expliquent et commentent devant leurs auditeurs les ouvrages qu’ils ont eux-mêmes choisis. Ils éditent souvent des livrets réunissant les textes au programme, grâce auxquels les étudiants peuvent suivre leur cours.

À cette époque les lecteurs royaux ne disposent d’aucun bâtiment pour les accueillir. Pendant plus d’un siècle les cours se tiennent dans les collèges de Tréguier ou de Cambrai, à l’emplacement actuel du Collège de France, mais aussi au collège du Cardinal Lemoine pour les enseignements de François Vatable,  et à celui de Fortet pour ceux de Jean Cinq-Arbres.

En 1539, François Ier souhaite construire un « grant et beau colleige », rive gauche de la Seine, en face du  château du Louvre, à l’emplacement actuel de l’Institut de France. Les plans et les dessins de ce premier édifice ont été perdus. Des retards divers puis la mort du roi en 1547 empêchent la mise en oeuvre du projet.

Il faut attendre la fin des guerres de religion et le règne d’Henri IV pour qu’on songe à nouveau à construire un édifice pour les professeurs du roi. Le choix est fait dès 1610 d’acquérir les collèges de Cambrai et Tréguier pour les raser et « édifier de nouveau un collège royal sur trente toises de long et vingt de large, où aux deux bouts de la longueur se doivent bastir quatre grandes salles pour faire les leçons publiques : et au-dessus de ces salles on doit mettre la bibliothèque de sa majesté, la plus belle qui soit au monde pour les manuscrits. » Les plans sont établis par l’architecte Claude Chastillon.

RECONSTITUTION DU COLLÈGE ROYAL ET DU COLLÈGE DE CAMBRAI VERS 1760. DESSIN J.-C. GOLVIN (XXe SIÈCLE). © DR

L’assassinat d’Henri IV, le 14 mai 1610, vient encore une fois arrêter la construction mais la régente Marie de Médicis, soucieuse de respecter la volonté du roi, pose le 28 août 1610 la pierre de fondation de l’édifice avec le jeune Louis XIII. Les travaux sont effectués conformément aux plans initiaux. Faute d’argent, seule l’aile correspondant à l’ancien collège de Tréguier est construite et achevée en 1639. Le collège de Cambrai est toujours en place.

Ces locaux se révèlent vite insuffisants devant le succès des cours et l’augmentation du nombre d’auditeurs. Il faudra attendre 1772 et la signature par Louis XV de lettres patentes pour que de nouveaux travaux soient entrepris sous la direction de l’architecte royal Jean-François Chalgrin. Les cours sont perturbés jusqu’en 1775. Deux ailes sont rajoutées ainsi qu’un grand amphithéâtre. Au premier étage, une grande salle est réservée pour la tenue des assemblées des professeurs. Au second étage, des logements sont aménagés. L’édifice est achevé en 1778.

PLAN DIT “DE BÂLE” (VERS 1550)

Gros plan sur quelques documents

Certificat d’aptitude à l’enseignement du grec décerné à Nicolas Goulu, 15 septembre 1567

Sous le règne de Charles IX, il est décidé qu’un concours serait un préalable nécessaire à l’enseignement d’un professeur. Ce certificat est un témoignage extraordinaire de cette procédure. On y voit les témoignages du jury. Il est composé de membres du Collège de France : Jacques Charpentier (professeur de mathématiques), Jean Dorat, (beau-père de Nicolas Goulu et professeur de grec), Léger Duchesne (professeur de latin), Luis Duret (professeur de médecine), Denis Lambin (professeur de grec). On trouve également ce qu’on appelle désormais des « personnalités extérieures ». Ici, ce sont des membres de la Pléiade, cercle de poètes : Jean-Antoine de Baïf, Rémy Belleau et Pierre de Ronsard.

Recueil de textes d’études datant du 16e siècle et ayant appartenu à Lazare de Clugny, auditeur des cours d’Adrien Turnèbe (1512-1565). [XV 4°165]

Ce dernier est appelé au Collège des lecteurs royaux en 1547 pour y enseigner le grec, puis la philosophie grecque et latine. Grand érudit, Turnèbe est un ami de Montaigne. Lazare de Clugny, avide de précisions philologiques, a copieusement annoté ses éditions personnelles de Pline l’Ancien et des Halieutiques d’Ovide, d’après les commentaires qu’en fit Turnèbe : les interlignes et les marges sont remplis de mots isolés ou de phrases en latin qui rendent compte de l’enseignement du lecteur royal. La dernière page du texte de Pline présente toutefois un dessin de forteresse fait à l’encre qui, s’il est de la main de l’auditeur, témoigne de quelque dissipation…

« A tous ceux qui ces présentes lettres verront » : le Collège de France s’implante.

Lettre datée du 18 avril 1612 attestant l’achat des collèges de Tréguier et de Cambrai. L’acquisition puis la démolition de ces bâtiments devant permettre la construction du projet établi par l’architecte Claude Chastillon (1559-1616).  Il prévoyait de construire sur leur emplacement un édifice grandiose dédié aux enseignements des lecteurs du Collège royal conformément au souhait émis par le roi Henri IV (1553-1610).  La lettre originale en latin est accompagnée de sa transcription en français. Durant la période de construction du Collège de France, les boursiers et professeurs déjà présents restent logés sur place, jusqu’à la destruction des bâtiments qu’ils occupent. La situation perdure jusqu’en… 1767 ! Le bâti devait y être particulièrement dense : sur moins de 2 000 m², on trouve les constructions de Cambrai, quatre cours pavées, trois boutiques et une imprimerie.

CLIQUER SUR L’IMAGE POUR ACCÉDER À L’OUVRAGE NUMÉRISÉ

Grammaire arabe a l’usage des ecoliers du College royal de France / Petis de La Croix.

François Pétis de la Croix (1653-1713) est un orientaliste français. Il fut l’interprète de Louis XIV et enseigna l’arabe au Collège royal de France de 1692 jusqu’à sa mort.  Tout jeune, François fut envoyé par Colbert en Orient ; pendant les dix ans qu’il passa en Syrie, en Perse et en Turquie, il acquit la maîtrise de l’arabe, du persan, du turc et de l’arménien, et recueillit un riche matériau pour ses futurs écrits. Cette grammaire est considérée comme la première du genre rédigée en français. Elle était complétée d’une Pratique des adverbes et particules, offrant aux apprenants les expressions et les phrases nécessaires à la communication et ne manquant pas de vivacité ni de légèreté. Cette méthode a précédé de peu celle d’Antoine Galland, titulaire de la seconde chaire d’arabe du même collège, de 1709 à 1715.

CLIQUER SUR L’IMAGE POUR ACCÉDER À L’OUVRAGE NUMÉRISÉ

Album Chalgrin (61,5 x 47,5 cm). Planches de l’édifice coloriées à la main, 1774

Album de l’architecte Jean-François Chalgrin (1739-1811) décrivant le projet d’édifice pour le Collège de France. Les nombreuses planches en couleur décrivent les plans imaginés pour le nouveau bâtiment. Deux ailes sont rajoutées ainsi qu’un grand amphithéâtre. Au premier étage, une grande salle est réservée pour la tenue des assemblées des professeurs. Au second étage, des logements plus confortables sont aménagés. L’architecte, qui ne verra pas la fin de ce chantier, est également connu pour d’autres réalisations dans Paris, notamment l’église Saint-Philippe-du-Roule et l’Arc de Triomphe de l’Étoile.

Poème de l’abbé Aubert pour la pose de la première pierre de la nouvelle aile en 1774 par le duc de la Vrillière

Le 22 mars 1774, le duc de La Vrillière, secrétaire d’État de la maison du roi, vient poser la première pierre du nouveau bâtiment dont le projet avait été confié par Louis XV à l’architecte Jean-François Chalgrin (1739-1811). Les travaux seront achevés en 1778.

Eclaircissemens du Collège royal

En 1773, le Collège royal, jusqu’alors indépendant, est annexé à l’Université de Paris. Cette tutelle ne prendra fin qu’à la nationalisation de l’institution pendant la Convention, en 1795. Jean-Jacques Garnier (1729-1805), professeur d’hébreu, signe ici une défense vibrante du Collège royal, qui occupe déjà une place à part dans le paysage français, contre les attaques répétées de l’Université. Cette dernière souhaitait obtenir sa dissolution par le transfert de ses chaires dans son propre giron.

 

ÉPISODE SUIVANT →

 

Pour citer cet article : Direction des réseaux et partenariats documentaires, "“Le Collège de France vous ouvre ses portes”. Exposition virtuelle (3e épisode)," in Colligere, 13/11/2019, https://archibibscdf.hypotheses.org/4779. Consulté le 09/12/2019.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.