“Le Collège de France vous ouvre ses portes”. Exposition virtuelle (2e épisode)

Retrouvez le premier épisode en cliquant ici.

À l’époque médiévale

RECONSTITUTION DU COLLÈGE DE CAMBRAI À LA FIN DE LA PÉRIODE MÉDIÉVALE. DESSIN J.-C. GOLVIN (XXe SIÈCLE). © DR

À partir du XIIIe siècle, la ville opère une différenciation fonctionnelle des quartiers : la Ville, la Cité et l’Université sont les trois espaces distincts du Paris médiéval. La rive droite est consacrée aux affaires, la Cité au pouvoir royal et au Parlement de Paris, la rive gauche à l’enseignement avec la fondation de nombreux collèges.

À l’origine, les écoles sont régies par le pouvoir religieux et se développent autour des cathédrales pour diffuser la pensée chrétienne. Peu à peu, entre le XIIe et le XIIIe siècles, maîtres et élèves s’émancipent de la tutelle religieuse et laïque en se regroupant au sein de corporations étudiantes. L’Université de Paris reçoit ses statuts en 1215. Elle s’organise en quatre facultés : théologie, droit canon, médecine, arts libéraux1. Les études durent de six à quinze ans et se font en latin, d’où le nom de Quartier latin.

L’Université détient le monopole de la délivrance des diplômes. Mais les locaux dont elle dispose sont rares : les maîtres enseignent chez eux, dans la rue ou au sein de collèges. Ce sont des résidences placées la plupart du temps sous la protection d’un grand personnage qui héberge et entretient des étudiants de sa région d’origine, parfois de sa famille. D’où les noms attribués : collège de Navarre, collège de Beauvais ou collège des Écossais. Parfois sont offerts des logements plus luxueux, avec des chambres individuelles pour les hôtes plus argentés.

Le site du futur Collège royal est au cœur de cette transformation urbaine et en suit l’évolution. Les anciens Thermes de l’Est sont peu à peu aliénés par des propriétaires privés qui y bâtissent des maisons particulières. Émerge alors un nouveau parcellaire dit « en lanières » : la maison est installée au nord et le jardin dans son alignement au sud. Les fouilles du Collège ont dégagé les fondations de ces maisons, de construction soignée et comportant des caves étendues. Les édifices reposant sur ces superstructures devaient comporter plusieurs étages. Les jardins ont révélé des fosses qui remplissaient différentes fonctions : simple dépotoir ou fosse d’aisance, citerne mais aussi vivier et glacière.  Toutes les maisons furent ensuite progressivement réunies pour fonder deux collèges.

DÉTAIL DU PLAN DE PARIS DIT « PLAN DE LA TAPISSERIE » VERS 1570. AU CENTRE, LES COLLÈGES DE TRÉGUIER ET CAMBRAI.

En 1325, Guillaume de Coëtmohan fit don de plusieurs maisons et terres attenantes pour créer le collège de Tréguier et Léon, chargé d’accueillir six étudiants bretons pauvres. En 1346, l’évêque de Cambrai, Guillaume d’Auxonne, l’évêque de Langres, Hugues de Pomard, et l’évêque de Reims, Hugues d’Arcy, fusionnent leurs legs et fondent le collège des Trois évêques, bientôt rebaptisé collège de Cambrai, dont les premiers statuts sont rédigés en 1348. Grâce à un procès-verbal d’estimation de 1611, les locaux du collège de Cambrai sont assez bien connus : l’édifice comptait notamment deux celliers, deux magasins, une grande salle, un trésor, une chapelle et une imprimerie. Il bénéficiait de deux niveaux de caves et d’un puits qu’utilisaient aussi les élèves du collège de Tréguier.

Les objets de la vie quotidienne au Moyen Âge

Les différentes campagnes de fouilles du site du Collège de France ont mis au jour un nombre important de vestiges archéologiques2. Les terres cuites et objets ferreux ont été particulièrement bien conservés, pris dans des gangues de terre, à l’abri de l’air et des aléas de la surface. La plupart des céramiques présentées sont glaçurées. Cela correspond, au XIVe siècle, au développement de la technique de « glaçure au sel » à température élevée (de 800 à 900°) : après avoir subi un bain dans de l’eau salée et le dépôt d’une couche de pigments, la cuisson permet au sel de remonter en surface, la chaleur permettant la vitrification.

ÉPISODE SUIVANT →

Pour citer cet article : Direction des réseaux et partenariats documentaires, "“Le Collège de France vous ouvre ses portes”. Exposition virtuelle (2e épisode)," in Colligere, 05/11/2019, https://archibibscdf.hypotheses.org/4679. Consulté le 19/11/2019.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Les arts libéraux se décomposent en deux parties correspondant à une distinction des lettres et des sciences de l’époque : le trivium (grammaire, dialectique, rhétorique) et le quadrivium (arithmétique, musique, géométrie, astronomie) []
  2. Une présentation synthétique par le professeur Christian Goudineau est disponible sur le site du Collège de France : https://www.college-de-france.fr/site/histoire-et-archeologie/archeologie.htm []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.