“Le Collège de France vous ouvre ses portes”. Exposition virtuelle (1er épisode)

VICTOR-JEAN NICOLLE : VUE DU COLLÈGE IMPÉRIAL. VERS 1810.© RMN-GRAND PALAIS (MUSÉE DES CHÂTEAUX DE MALMAISON ET DE BOIS PRÉAU) / FRANCK RAUX

Durant plusieurs semaines, nous vous proposons de découvrir l’histoire de la Montagne Sainte-Geneviève de l’Antiquité jusqu’au XXe siècle, à travers le prisme du Collège de France. Cette exposition, réalisée par le service des archives et la bibliothèque patrimoniale, a été présentée aux visiteurs des Journées européennes du patrimoine 2019.

C’est en 1530 que François Ier, à l’initiative de Guillaume Budé et de Marguerite de Navarre, crée le Collège royal, nouveau lieu de savoir où seront enseignés le grec, l’hébreu et les mathématiques, disciplines écartées par la Sorbonne. Il lui donne pour devise « Docet omnia » (« il enseigne tout »).

La construction des bâtiments du Collège s’échelonne sur plusieurs siècles, au croisement du cardo-decumanus de l’ancienne Lutèce et au pied de la montagne Sainte-Geneviève : jusqu’en 1610, le Collège ne dispose pas de locaux et ses professeurs, qui portent le nom de lecteurs royaux, enseignent dans différents « collèges » du quartier latin.

Aujourd’hui établissement public d’enseignement supérieur dédié à la recherche fondamentale et à la diffusion du savoir, le Collège est administré par ses professeurs, dont le nombre varie entre cinquante et soixante, et dirigé par son administrateur, élu par ses pairs et nommé par décret du Président de la République. À la fois conseil d’administration et conseil scientifique de l’institution, l’assemblée du Collège de France se réunit trois fois par an. Les seuls critères guidant le choix de l’assemblée pour la nomination de nouveaux professeurs, qu’ils soient français ou étrangers, sont l’importance et l’originalité des travaux des candidats, ainsi que l’évolution globale de la recherche : aucune chaire n’est pérenne, afin de toujours s’adapter à l’évolution des disciplines et des connaissances.

L’enseignement des professeurs, chacun titulaire d’une chaire, porte sur leur recherche « en train de se faire » plutôt que sur des contenus prescrits, dans tous les champs du savoir, des mathématiques et des sciences de la nature jusqu’aux sciences sociales et humaines. Le Collège de France a également pour mission de favoriser l’émergence de disciplines nouvelles et l’approche multidisciplinaire de la recherche fondamentale. Près de quatre-cent-cinquante chercheurs y travaillent, sur une communauté comptant environ mille personnes en collaboration avec le CNRS, l’Inserm, l’Inria et d’autres grandes institutions académiques. Il est membre associé de l’université PSL.

Le Collège s’appuie également sur deux fondations, la Fondation Hugot et la Fondation du Collège de France.

LE BÂTIMENT CHALGRIN AU CROISEMENT DE LA RUE SAINT-JACQUES ET DE LA PLACE MARCELIN-BERTHELOT.

Le Collège de France ne délivre pas de diplôme, les enseignements prodigués y sont gratuits, ouverts à tous sans condition d’inscription, enregistrés et disponibles en ligne depuis 2007. Le service des publications du Collège publie sous forme imprimée et numérique les leçons inaugurales des professeurs, l’annuaire de l’institution (résumés des cours et travaux) ainsi que des actes de colloques ou des conférences. Onze bibliothèques et un service d’archives participent à l’élaboration et à la diffusion du savoir produit au Collège et présentent son patrimoine dans le cadre d’expositions sur place ou en ligne.

Cliquer sur l’image puis déplacer la souris.
VUE PANORAMIQUE DU FOYER. (© COLLEGE DE FRANCE, MARCO CUCCHI)

Au temps des Gallo-romains

Au XIXe siècle, au début du XXe siècle puis de nouveau entre 1929 et 1935, à l’occasion de travaux de construction de grande ampleur, les sols du Collège de France firent l’objet d’observations et de fouilles archéologiques. Elles révélèrent les vestiges d’un grand ensemble de bâtiments à l’est de l’actuelle cour d’honneur. Un édifice thermal s’élevait ici, comme en témoignent les systèmes d’hypocauste (fourneau souterrain destiné à chauffer les salles), des rotondes (salles chaudes) et l’organisation spécifique des espaces. On les nommera Thermes du Collège ou Thermes de l’Est.

PLAN SCHÉMATIQUE DE LUTÈCE SOUS LE HAUT-EMPIRE (IIe SIÈCLE APRÈS J.-C.). DESSIN J.-C. GOLVIN (XXe SIÈCLE). © DR

La décision, en 1991, de créer des amphithéâtres souterrains conduit à fouiller sous les cours, vierges de toute modification. Ainsi les cours Chalgrin, Letarouilly et Budé sont explorées en 1994. Les fouilles confirment la présence de thermes, d’une palestre (une grande cour pour les exercices), de portiques, d’un bâtiment d’entrée, tous construits au IIe s. après notre ère. Sous la palestre, on trouve des restes d’habitats modestes, datant des années 30 avant J.-C., sacrifiés ensuite au profit d’énormes fosses d’extraction de sables et graviers destinés à la voirie. Ces fosses sont elles-mêmes comblées au Ier siècle après J.-C. et des bâtisses y prennent place : des ateliers de menuiserie, des espaces d’élevage (cochons et chevaux). L’urbanisation de la montagne Sainte-Geneviève se développe, un grand bâtiment en bois s’y implante à son tour, puis l’on construit les thermes.

À l’angle de la palestre, on découvre une installation de métallurgie : un four enterré, des fosses, des conduites, de nombreux rejets métalliques. Cette installation provisoire, d’un caractère exceptionnel selon les archéologues, témoigne de la modernisation des thermes, modifiant sans doute leur système de chauffage et de baignoires.

Les thermes sont abandonnés et démontés à la fin du IIIe siècle. Un boucher s’y installe et probablement d’autres artisans. Cette occupation se prolonge durant tout le Haut Moyen Âge. En témoignent les strates dites « terres noires » : traces d’habitation en matériaux périssables, de cours et de petits artisanats.

« Il y eut en cet endroit un édifice romain considérable » : les entrailles du Collège de France.

Les différents chantiers préparatoires pour les constructions modernes ont été autant d’occasions de fouiller le sol de l’établissement. Trois campagnes principales ont eu lieu : 1894-1904, 1929-1938 et 1993-1994. Les fouilles menées dans les années 1930 ont mis au jour un important complexe thermal du Ier siècle, appelé « thermes de l’Est ». On y a découvert notamment un hypocauste (chauffage au sol), une palestre (salle d’entraînement aux exercices physiques), etc. C’est un des plus anciens édifices de ce type dans la Lutèce antique, antérieur aux thermes de Cluny.

La vie quotidienne dans le quartier gallo-romain.

En plus des vestiges monumentaux, le travail des archéologues a permis de mettre au jour de nombreux objets témoignant de la vie quotidienne  et de l’art de vivre antiques. Aux côtés des éléments des thermes (comme des segments de canalisations et le système d’évacuation d’eau), on trouve une multitude  d’artefacts en céramique et métal : des lampes, des fibules (épingles à vêtements), des bagues-clés (utilisées généralement pour ouvrir/fermer des coffrets). Tous témoignent des habitudes de vie des occupants du site.

ÉPISODE SUIVANT →

Pour citer cet article : Direction des réseaux et partenariats documentaires, "“Le Collège de France vous ouvre ses portes”. Exposition virtuelle (1er épisode)," in Colligere, 28/10/2019, https://archibibscdf.hypotheses.org/4450. Consulté le 19/11/2019.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.