À la découverte du fonds « Roger Dion »

Suite à notre biographie de Roger Dion (1896-1981), titulaire de la chaire de Géographie historique de la France de 1948 à 1968, nous vous proposons une exploration des volumineuses archives qu’il a laissée.

Les dates extrêmes notées sur les boîtes, qu’il conviendra de préciser une fois l’inventaire complet achevé, couvrent la période 1924-1977, soit les cinquante-trois ans qui s’écoulent entre l’affectation de l’ancien élève comme maître-surveillant à l’École normale supérieure (ENS) de la rue d’Ulm et l’année de parution de son dernier ouvrage, Aspects politiques de la géographie antique1. Certains papiers, recyclés, semblent cependant être encore plus anciens, de la période des études de Dion, puisqu’au moins une pièce antérieure est attestée : il s’agit de notes prises au cours d’Albert Demangeon en 1919-1920 à l’ENS.

Les neuf boîtes ayant pour titre propre « Documentation »2 sont celles qui couvrent presque toute la carrière de Dion, avec les années extrêmes 1924-1976, soit cinquante-deux ans depuis les années d’étudiant en thèse jusqu’aux années de retraité, professeur honoraire au Collège de France, cinq ans avant son décès en 1981.

Les autres boîtes conservent des documents plus spécifiques et plus circonscrits dans le temps ; elles correspondent à des moments-clés d’écriture ou de préparation d’écriture, ainsi bien sûr qu’aux cours, dont la succession peut être reconstituée en confrontant ces papiers avec les données de l’Annuaire du Collège de France. Elles esquissent une chronologie propre au déroulement de la carrière d’enseignant et de chercheur, auteur d’articles, d’essais et de monographies dont certains ont fait date.

On pourra faire un sort particulier à la boîte intitulée « Généralités – Questions de méthode »3. Un dossier y témoigne de la collecte patiente opérée par Roger Dion lui-même, aux archives du Collège de France, pour y repérer les sources utiles à l’élaboration de sa leçon d’ouverture. Il consigne sur de petits feuillets verticaux, comme à son habitude dans toutes ses recherches, de quoi rédiger la seconde partie de cet exposé consacrée à « [s]es prédécesseurs ». De ce matériau très précis, émaillé de citations, l’impétrant extrait de quoi se situer lui-même dans la généalogie des chaires. S’il s’agit là d’un passage obligé, véritable topos des leçons d’ouverture, peut-être en revanche n’est-il pas si fréquent de dépouiller les archives disponibles avec une telle minutie ? Difficile toutefois de conclure sans comparer plus systématiquement avec d’autres fonds. En tout cas, Dion se situe résolument du côté de ses prédécesseurs historiens et philologues, spécialistes des Antiquités nationales notamment – Jules Michelet, Camille Jullian, Albert Grenier – plutôt que de celui des géographes – Jean Brunhes, André Siegfried.

DIN 75. Préparation de la leçon inaugurale : feuillet de couverture.

DIN 75. Préparation de la leçon inaugurale : historique des chaires d’histoire au Collège de France.

En plus des sources de cet exercice inaugural, sont réunies dans cette boîte des pièces imprimées diverses se rapportant à la défense et à la définition de la géographie historique ou géographie humaine rétrospective : tirés-à-part d’articles et brochures, rédigés par des collègues, principalement. Lesdites pièces sont donc pour la plupart déjà disponibles dans les revues d’origine mais c’est ici le choix de les conserver et de les réunir dans un dossier explicitement méthodologique qui intéressera l’historien de la discipline. Au côté de cette boîte plus théorique, ce sont les quatre-vingt-une autres boîtes qui traduisent la méthode et la mettent en acte, dans le détail et au quotidien.

Ce que révèle le fonds du parcours savant

Les papiers de plus de cinquante ans d’études et de carrière éclairent l’itinéraire scientifique et intellectuel de leur auteur en révélant des thèmes saillants, par périodes successives. Après l’immédiat après-guerre (que dominent les études consacrées aux régions, territoires et frontière français, avec mentions spéciales pour la région de son université, le Nord ; l’objet de sa thèse, le Val de Loire, et pour Paris et le Bassin parisien, le travail d’enquête excédant déjà largement celui des monographies régionales courantes) vient la décennie 1950 qui documente et nourrit ce qui sera son œuvre maîtresse publiée en 1959 : L’Histoire de la vigne et du vin en France : des origines au XIXe siècle4. Le commerce du vin induit l’étude des diverses voies de circulation, en particulier celle de la navigation fluviale, maritime et océanique et déjà Dion est conduit ad Oceanum, en direction de l’océan et des voyages dans l’Antiquité grecque et romaine. La question de l’habitat rural reste en outre, depuis 1934, en filigrane de toutes les autres études.

La boîte intitulée « Campagnes : préférences primitives de l’habitat rural »5 et qui renferme des notes de recherche en rapport avec le cours « Étude de la géographie de la circulation en France » manifeste particulièrement cette sorte de carrefour thématique à la charnière des années 1950 et 1960 : habitat rural, temps anciens, vigne, circulation. On peut imaginer comment naît le goût d’une nouvelle enquête, inspirée par les trouvailles de la précédente, de même que le souci de mise en cohérence et perspective de plusieurs points de vue (géomorphologique, historique et préhistorique, économique, etc.).

Une orientation très nette, voire exclusive, se dessine enfin vers la géographie historique antique après 1959-60 et dans la dernière décennie de travail de Roger Dion, comme professeur honoraire. Sa dernière publication, Aspects politiques de la géographie antique6, comme les Mélanges7 qui lui sont offerts en 1974, cristallisent ce retour aux sources. Rappelons en effet sa formation classique et son choix initial d’une licence de Lettres, latin et grec en 1915.

 

Un fonds sans cesse remanié et aujourd’hui fixé en son dernier état

Certes, un premier classement chronologico-thématique émerge des titres et dates des boîtes dans lesquelles s’observent la sédimentation des recherches et la capillarité des thèmes étudiés, au fil des quelque cinquante-trois années couvertes par ce fonds ; mais presque tous les grands axes de recherche semblent présents dès l’Essai sur la formation du paysage rural français8, publié juste après la thèse sur le Val de Loire en 1934. Les boîtes ne traduisent qu’un état du classement, à la date où Dion a cessé de mobiliser ses papiers, aux sens propre et figuré, puisque visiblement il n’a cessé de les manipuler, rapprocher de papiers précédents, et donc de les changer de place dans ce foisonnant et volumineux matériau de recherche, en constant enrichissement et en permanente révision critique.

Un dépouillement systématique des quatre-vingt-deux boîtes permettrait de mieux identifier les papiers, les encres et les écritures, ainsi que tous les autres indices temporels au fil des boîtes, afin de reconstituer, si possible, les strates chronologiques successives des prises de notes qui se retrouvent d’une boîte à l’autre, parfois par-delà les décennies. Cette sédimentation de notes, de lecture et d’écriture tout à la fois, gagnerait à être systématiquement confrontée avec la chronologie connue des cours ainsi qu’avec celle des publications.

Ce que nous dit ce fonds du travail savant d’un géographe historien

Le présent fonds est avant tout un fonds scientifique documentant les pratiques savantes, qui invite à reconstituer le travail patient de collecte et confrontation des sources hétérogènes ; la méthode rigoureuse pour les consigner et les rendre exploitables à long terme (feuillets articulés), et à tenter de saisir ce moment singulier où le travail de synthèse est à l’œuvre, le moment où l’esprit du géographe historien embrasse tout ce matériau pour faire émerger la « généralisation ». Dion semble naviguer sans peine entre érudition extrême, maîtrise du détail et art consommé de la généralisation, de la saisie des traits fondamentaux.

De la réédition en 1981, soit peu de temps avant son décès, de l’Essai sur la formation du paysage rural français9 paru quarante-sept ans plus tôt, Dion écrit, en quatrième de couverture, à propos de l’observation des phénomènes agraires :

Mais ces faits ne sont pas de ceux qui se perçoivent immédiatement. Il nous faut, pour en prendre conscience, faire abstraction des vues rapprochées et des aspects de détail qui, dans tout paysage, fixent et retiennent d’abord l’attention. Percevoir et comprendre exigent ici un effort de généralisation que j’ai voulu faciliter en publiant mon Essai (…)

Or tous les papiers ici conservés témoignent de la tension féconde entre ces deux pôles, ceux d’une conception déjà bien connue du travail savant : l’observation minutieuse de détail et la puissance de la synthèse.

Dans une des boîtes titrées « Notes de travail » par exemple10, la pochette [III] intitulée « La maison rurale 1/2 » abrite une de ces innombrables sous-chemises de fortune confectionnées par Dion, elle-même intitulée « La Maison rurale – reflet de l’ambiance économique et sociale (plan, fonctions… adaptation au climat et au relief ». Elle contient du matériel bibliographique consigné sous la forme habituelle à Dion de petits feuillets manuscrits, dont certains visiblement plus anciens, portant une référence bibliographique succincte ou une cote d’archives, un titre thématique donné par ses soins et, la référence d’une illustration, etc. Ainsi un des mini-feuillets porte seulement : « A de G. [pour Annales de Géographie] 1936 Maison le cas échéant, une courte note de lecture, une citation ou un élément contenu à telle page, élémentaire Bon exemple dans les Marais pontins phot. Pl. XII p. 496 »11. Un autre : « Zimmermann GU Scandinavie – Défense de la maison contre le vent – p. 28 Maisons du Jutland occidental défendues par des boqueteaux artificiels ». 

DIN 66. Exemple plan pris sur le vif. Feuillet « Grandes chapelles »


DIN 66. Exemple de croquis pris sur le vif. Feuillet « Maison (…) Trajet Clermont-Thiers 4 déc 1932 Maison rurale Limagne »

L’abondance de ces courts feuillets, chacun étant dédié à un thème ou un type très précis d’habitat, révèle la quête d’exhaustivité dans le temps et dans l’espace. On y trouve aussi bien des extraits de Varron, de Montesquieu qu’un article récent des Annales12, des notations extrêmement précises prises dans des ouvrages, parfois dans un seul et même ouvrage mais réparties sur plusieurs feuillets afin de pouvoir articuler les différents thèmes si besoin ultérieurement.

Dans ce même dossier, quatre feuillets différents se rapportent au même titre de Maurice Le Lannou, Pâtres et paysans de Sardaigne, et quatre thèmes différents sont identifiés sur quatre feuillets différents : « mot : Maison pour désigner la pièce où est le foyer », « Maison rurale », « Maison rurale foyer central », « Maison méditerranéenne en hauteur ».

La plupart des notes prises à la lecture des Anciens, dans le De Agricultura de Varron par exemple, semblent dater de plus longtemps que les autres (papier cuit, écriture plus scolaire et appliquée), probablement du temps des études de Dion. On y décèle déjà la mise en réserve de notes de détail, extrêmement fines et circonscrites à un sujet précis : « Varron de Agricultura I – Agriculture antique – Engrais – XXXVIII – Le fumier de pigeon donné comme le meilleur » ; et Dion a dû retourner au texte latin par la suite puisqu’il précise, d’une autre encre, les références au livre I et ajoute « III VII Dans les villae, pigeonniers en forme de tours. »

Le classement intellectuel est fin : la plupart des feuillets, chacun bien identifié par un thème précis et une page précise dans un ouvrage ou un article, font l’objet de regroupements intermédiaires dans de petites sous-chemises ad hoc confectionnées par Dion aux bonnes dimensions, avec ce souci du détail qui le caractérise, y compris dans l’ordonnancement du matériau de recherche.

Quelques pièces de correspondance, rares relativement, témoignent de services bibliographiques rendus entre collègues, et laissent entrevoir des requêtes extrêmement pointues, adressées par Dion à des collègues, à des conservateurs de musée, d’archives ou de bibliothèques ou encore à des savants locaux dont il ne méprise aucunement le travail13.

Ainsi une lettre de Pierre Piétresson de Saint-Aubin, archiviste-paléographe, directeur des Archives départementales de l’Aube, puis du Nord de 1930 à 1965, datée de mars 1961 et adressée à « Mon cher Collègue et ami ». Ou encore une autre Lettre d’Armand Rénier (1876-1951) datée de « Bruxelles, le 29 avril 1937 ». Armand Rénier est alors directeur du Service géologique de Belgique, depuis vingt-cinq ans ; ce grand géologue, spécialiste des gisements houillers, un des pères de la paléobotanique, est également professeur de l’université de Liège, reconnu internationalement. Il a été Docteur honoris causa de l’université de Lille ; comme Dion, et comme de nombreux professeurs du Collège de France d’ailleurs, il est membre de l’Association française pour l’avancement des sciences, soit autant de points de rencontre entre les deux hommes.

Et, de cette matière foisonnante d’érudition, Roger Dion nourrit toujours son aspiration à embrasser le fait humain comme un tout, aspiration humaniste s’il en est, sans compter la beauté de la langue, la beauté de la description qui doit refléter la beauté du paysage et de la nature. Le goût du mot juste fait écho au souci du nom juste, quand il s’agit par exemple d’éclairer la toponymie.

Consigner les questionnements : focus sur les « Enquêtes à faire »14

Notons, seul de son espèce à ce stade des sondages, un mini-Dossier « Enquêtes à faire » dans la Pochette [III], chemise [2] de la boîte 23. Il contient trente-cinq feuillets généralement intitulés chacun « Enquête » au singulier ou au pluriel – une fois « Recherches » ; sortes de feuilles de route sur lesquelles Dion a consigné une question à résoudre par feuillet, ainsi par exemple :

« Le régime domanial est-il contraire au groupement de plusieurs familles sur une même tenure ? »

Pas toujours à la forme interrogative ; il y a aussi des cartes à réaliser, des tâches précises de recherche à effectuer, de manière affirmative donc.

« Réapparition de la maison méditerranéenne en hauteur du Bassin parisien méridional »

« Enquête Maison rurale – Carte des granges-étables à 3 nefs longitudinales (pierre ou bois) [1 croquis- coupe sommaire] Carte de la maison en hauteur de type méditerranéen : rez-de-chaussée voûté, faisant fonction d’étable et de remise, et au-dessus, un 1er étage habité auquel on accède par un escalier extérieur aboutissant à un balcon couvert. »

« Carte des régions de France où le semestre chaud apporte plus de pluie que le semestre froid »

« Maisons de type méridional en Saumurois – Chinonais ? »

« Pour l’Atlas de France carte des types de maisons rurales »

« Rencontre-t-on, dans les pays de la Loire par exemple, cette locution proverbiale : s’enrichir fermer sa cour = s’enrichir ? »

Autour de l’Histoire de la Vigne et du Vin en France des origines au XIXe siècle, son ouvrage le plus fameux, publié à mi‐parcours de sa chaire.

Œuvre maîtresse, véritable somme publiée en 1959, « chez l’auteur » à Bénouville et saluée par le professeur Georges Duby en 1961 dans les Annales, elle  est rééditée en 2010, tardivement selon certains, par le CNRS15. Cet ouvrage allie érudition de l’enquête – ses collègues lecteurs se disent impressionnés par la bibliographie de plus de 800 titres et n’osent imaginer le nombre d’archives consultées – et proximité voire popularité du sujet : le vin, « fait humain par excellence » ? comme le dit l’auteur. Le succès du livre et de la réédition, les nombreux comptes rendus dans tous types de presse, expriment cette qualité propre à un professeur du Collège de France : la capacité à faire partager un matériau, une réflexion et un discours exigeants.

Deux pochettes intitulées « Histoire de la vigne et du vin en France : Documentation 1/2 et 2/2 »16 contiennent aussi bien des fiches de lecture en vue de la rédaction ou de l’édition revue et corrigée (références bibliographiques et courtes notes de lecture), des corrections et addenda ; des comptes rendus faits sur l’ouvrage (sorte de revue de presse plus ou moins complète) que des brouillons d’articles, des débats, par articles et droits de réponse interposés, sur l’histoire de la vigne et du vin ; des références découpées par Dion dans les journaux, nationaux et locaux, dans des publications savantes, des comptes rendus des sociétés d’histoire locale de divers lieux partout en France, comme dans des journaux plus courants et autres gazettes, dès lors qu’ils mentionnent, même très brièvement, un élément sur la présence de la vigne dans tel ou tel endroit à telle ou telle époque.

Nombreux sont les témoignages d’une immersion quasi-totale et permanente dans son sujet, d’une vigilance de tous les instants dans tous les organes et sources d’informations disponibles, sans exclusive, sans mépris de l’ordinaire, du moment qu’il est question de la vigne, de la houille, de la maison rurale.

Dion travaille entre références érudites sur la longue durée, puisées aux Archives Nationales dans les séries « H » et « N » notamment ou dans des ouvrages déjà anciens, voire dans les textes classiques de l’Antiquité, mais aussi dans la pointe de l’actualité, par exemple celle que dictent les besoins de combustible en temps d’économie de guerre. Son dépouillement de l’hebdomadaire Nord industriel et Nord charbonnier17, semble assidu, en tout cas très régulier entre 1941 et 194318. À travers l’éventail si vaste de ses collectes, transparaît l’humilité du grand penseur qui ne néglige aucune source, n’en méprise aucune : la gazette locale comme la revue de société savante, l’autorité de la culture classique, les références recueillies auprès d’archivistes paléographes, professionnels de l’érudition savante, là où ils sont (Archives du Nord ou Société de géologie de Belgique) mais aussi le savoir-faire du paysan, les apports des savants locaux amateurs ou même autodidactes. Dans tous les cas, il s’agit de collecter, collationner, mettre en fiches sur du papier modeste, du papier recyclé, avec méthode et labeur.

L’enseignement de la recherche « en voie de se faire »19. Un exemple d’oralisation des manuscrits ?

Dans la chemise n° 3 de la pochette I « Habitat rural 2/2 »20, la sous-chemise confectionnée par DION, initialement intitulée « Causes des diversités régionales dans les types d’habitat rural – (XIe – XIVe s.) » présente un autre titre ajouté en haut, « Aspects historiques du problème de l’habitat rural », ce qui semble être lié à la mise en exposé oral. La sous-chemise contient quatre-vingt huit feuillets : quatre-vingt sept d’un manuscrit auquel s’ajoute un feuillet liminaire annonçant le plan. L’oralisation peut être le fait des cours professés au Collège de France ou de conférences faites à partir de la publication ? Elle semble en tout cas être seconde si on se fie aux indices matériels de l’écriture (encre, position des ajouts, éléments moins rédigés voire typique du discours). Un texte très rédigé est ensuite remanié pour un exposé oral, plutôt que l’inverse, un cours servant pour un manuscrit de publication.

La chemise [3] de la pochette [I] – Notes de travail « Initiation à la géographie humaine de la France 5/6 »21 contient deux sous-chemises intitulées respectivement « Travaux pratiques – Le point de vue rétrospectif dans les études de géographie humaine – Introduction et début étude du site de Tours » et « Géographie humaine rétrospective II Brouillons ». Il semblerait que cette chemise [3] soit à placer en fait avant les deux précédentes. En tout cas elle contient l’introduction méthodologique et conceptuelle des « Travaux pratiques », tandis que les autres renferment les cas étudiés à l’appui de la démonstration. Les notes de la présente chemise complètent les éléments de méthode abordés dans la boîte « Documentation »22 et sans doute ailleurs dans le fonds comme en témoigne ce sondage.

On y retrouve la même fébrilité relative dans l’écriture (ratures et ajouts plus nombreux) lorsqu’il s’agit de définir et de justifier la pertinence de la discipline, en l’occurrence « géographie humaine rétrospective » plutôt que « géographie historique » dans ce texte.

L’introduction des « Travaux pratiques » dit :

But : reconnaître et apprendre à utiliser les instruments de travail nécessaires aux études de géographie humaine rétrospective. A première vue il semble qu’on puisse faire des réserves sinon certes sur l’intérêt du moins sur l’utilité pratique d’une géographie humaine rétrospective.

Ces deux premières phrases ont été collées au-dessus d’une suite qui devait donc préexister en fait, d’une autre encre et qui dit :

Par définition la géographie est connaissance de ce qui est et non pas connaissance de ce qui n’est plus. Aussi ne serais-je pas étonné de m’entendre objecter On peut donc soutenir avec une apparence de raison que l’histoire économique du moyen âge n’est pas plus utile à l’intelligence de la géographie humaine actuelle que les travaux de Ptolémée ou d’Eratosthène ne le seraient à l’intelligence du relief glaciaire ou des surfaces d’érosion.

Suit un long plaidoyer méthodologique sur les relations souhaitables, vraies, efficaces scientifiquement et non de façade, que peuvent entretenir l’histoire et la géographie, sur fond de réglementation nouvelle de ces études. La conclusion de cet exposé indique l’objectif poursuivi par les « TP » à venir :

Les études de cas concrets que nous allons faire dans ces séances de Travaux pratiques auront pour effet de vous montrer :
1° à quelles erreurs on arrive inévitablement quand on prétend, en géographie humaine, tirer du seul examen de la carte, des explications du seul examen de la carte, sans le secours d’autres documents, des explications définitives.
??????? comment dans un pays de vieille civilisation comme le nôtre toute étude de géographie humaine exige la confrontation des documents la carte pour livrer son secret que réclame le secours des documents h la carte pour livrer son secret que si on la doit être confrontée avec le document historique. 3° comment accéder pratiquement aux documents historiques utiles aux études géographiques
4° comment interpréter, en vue des études de géographie humaine, les documents historiques Je traiterai toujours par des exemples concrets les 3 premiers points.
Sur le 4e (Interprétation) il faudra des leçons qui seront des exercices d’interprétation.
Leçon : La géographie humaine de la Gaule d’après Strabon et César. Strabon Géographie livre IV (Edition en grec avec traduction latine – Index historique et géographique en latin) Traduction française par A. Tardieu (chez Hachette)

Hauteur de vue, grandeur de la langue apte à restituer poésie du paysage, toutes qualités attribuées au professeur Dion par ses collègues, vont donc toujours de pair avec rigueur et pédagogie de la méthode.

Un fonds biface – l’intérêt des nombreux papiers recyclés – quel statut pour ces archives « involontaires » ?

Le recyclage des papiers, outre ce qu’il révèle des conditions matérielles du travail de Dion, en tout cas dans la période de guerre et d’immédiat après-guerre, est loin d’être anecdotique. Il offre en effet d’intéressantes et étonnantes perspectives, certes lacunaires et aléatoires, sur d’autres aspects de la vie professionnelle, sociale et privée de Dion. Pour les lettres bien conservées en leur entier (utilisées par Dion, pliées pour en faire des chemises), des photocopies ont été réunies en fin de boîte généralement. En revanche, pour les papiers recyclés qui sont davantage des brouillons, difficiles à déchiffrer ou lacunaires (déchirés, coupés), le signalement est plus délicat, alors même que les sondages dans le détail des deux premières boîtes23 révèlent déjà des fragments intéressants. Bien sûr, on peut supposer que Dion n’utilisait pour ce recyclage que des papiers qu’il jugeait de moindre intérêt lui-même tandis qu’il conservait peut-être d’autres lettres et papiers dans ses archives personnelles.

DIN 1. Coupe réalisée par Dion à l’appui du cours sur « Le Socle paléozoïque depuis le plissement hercynien »

Toutefois, ce matériau relégué, pour ainsi dire, a aussi des choses à nous dire, des plus triviales ou domestiques parfois, aux plus graves, tels certains témoignages de la vie académique sous l’Occupation.

Ainsi repère-t-on quelques éléments concernant pêle-mêle :

  • l’activité éditoriale dans ses aspects les plus matériels, la vie des revues associatives notamment ; la fréquentation des Annales, comme lecteur et comme auteur.
  • L’appartenance à des associations de types divers, pas uniquement professionnelles géographiques.
  • Les réseaux universitaires, institutionnels, nationaux et internationaux ; le tissu des relations variées, cordiales et amicales (un éventail d’extraits de correspondances professionnelles, administratives, bancaires, utilitaires, amicales, etc).
  • Les conditions matérielles difficiles du temps de guerre (et d’immédiat après-guerre) mais pas seulement (dès le début des années 1930, Dion fait une demande de prêt pour supporter le coût de l’impression de sa thèse, par exemple).
  • Les conditions scientifiques difficiles du temps de guerre : surveillance des publications, parutions retardées faute de moyens, tenue des examens risquant d’être compromise, pari des jeunes chercheurs européens pour se réunir en Allemagne par-delà les affrontements des nations, et bien sûr le cas extrême des évictions pour raisons raciales (notes concernant la réintégration de Vladimir Jankélévitch à la Faculté des Lettres de Lille).
  • La vision de sa propre carrière : effet désastreux d’une parution retardée pour son « étude sur la géographie viticole de la France » dont Dion a tout à fait conscience alors qu’elle « prendra rang à côté des principales d’entre mes publications et pourra avoir sur la suite de [sa] carrière une certaine influence… à condition qu’elle paraisse à temps » ; souci de privilégier la carrière scientifique et pédagogique plutôt que de devenir doyen à Lille dans la suite d’Audra, comme un brouillon de lettre indique que cela lui fut proposé.

DIN 1. Papier recyclé portant des notes manuscrites sur la réintégration de Vladimir Jankélévitch à la faculté des lettres de l’Université de Lille en octobre 1944.

À l’aune des sondages effectués, rares sont les témoignages sur les relations de Roger Dion avec ses étudiants, ses thésards ou encore ses auditeurs. Celles qu’il entretient avec ses collègues ne sont pas non plus très documentées à ce stade des dépouillements : on trouve  certes quelques témoignages de ses rapports avec Lucien Febvre et les Annales, avec Émile Coornaert, Paul-Marie Duval, ainsi que de sa filiation scientifique, explicite dans sa leçon, avec Albert Demangeon et, à travers ce dernier, Vidal de la Blache, mais ceux-ci restent au bout du compte assez discrets dans la masse du fonds qui est avant tout le reflet d’un gigantesque travail solitaire sur cinquante-deux ans. Quid de ses relations avec les historiens Georges Duby et Fernand Braudel, au Collège de France dans la même période ? Et de ses éventuels échanges avec ses collègues géographes, Pierre Gourou qui occupe, de 1947 à 1970, la chaire d’Étude du monde tropical (géographie physique et humaine) créée en 1946, et Paul Fallot, titulaire de la chaire de Géologie méditerranéenne depuis 1938 jusqu’en 1960 ?

On ne trouve enfin que de discrètes informations sur sa vie privée dans les archives conservées au Collège de France, marié deux fois, veuf de sa première épouse en 1951, père de cinq enfants en 1962, résidant rue Bénouville dans le 16e arrondissement et choisissant pour ses vacances la montagne suisse, le Massif central ou les rivages bretons, Sauzon à Belle-Ile-en-Mer. Si l’on peut retracer ainsi quelques-uns de ses séjours, c’est que la curiosité est déployée à chaque instant, dans tous les types de lecture et de rencontre, mais aussi en voyage bien sûr, moment privilégié de la découverte et de l’observation du paysage. Telle carte postale sera rapportée pour, un jour, servir d’illustration, en un temps où les images disponibles à la pédagogie sont moins profuses.

Le dépouillement systématique des boîtes conservées au Collège de France devrait ouvrir de nouvelles pistes. Au fonds scientifique, évolutif, remanié, à géométrie variable il faut donc très souvent ajouter le fonds « biface » des notes de cours prises sur papiers recyclés de sorte que les quatre-vingt deux boîtes en valent presque le double pour le volume de dépouillement à venir.

Pour citer cet article : Laure Léveillé, "À la découverte du fonds « Roger Dion »," in Colligere, 24/07/2019, https://archibibscdf.hypotheses.org/4299. Consulté le 09/12/2019.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Aspects politiques de la géographie antique, Paris, les Belles lettres, Collection d’études anciennes, 1977, XXIII‐305 p. La boîte cotée DIN 58 (de grand format) conserve les épreuves et plusieurs états successifs de cet ouvrage, en particulier les originaux des cartes et illustrations, avec les choix de reproduction définitifs, ainsi que l’élaboration manuscrite des index. []
  2. Boîtes cotées DIN 70 à 78. []
  3. DIN 75. []
  4. Histoire de la vigne et du vin en France : des origines au XIXe siècle, Paris, [l’auteur, 10, rue Bénouville] (Doullens, impr. Sévin et Cie), 1959, XII‐771 p., pl., cartes. 45 NF. []
  5. DIN 23. []
  6. Cf. ci‐dessus, note 1. []
  7. Littérature  gréco‐romaine  et  géographie  historique,  Mélanges  offerts  à  Roger  Dion,  publiés  par  R. Chevallier, Paris, Picard, 1974, XII‐498 p. Caesarodunum bis. []
  8. Essai sur la formation du paysage rural français ; Tours, impr.‐édit. Arrault, 1934. (5 déc.), 162 p. []
  9. Essai sur la formation du paysage rural français ; Nouvelle éd., Neuilly‐sur‐Seine, G. Durier, 1981, 168 p. []
  10. DIN 66. []
  11. Dans cette sous‐chemise, on trouve aussi, plus rare, une photographie privée de maison (marquée au crayon « Quiécry 28 » au dos, une carte postale allemande, vierge, d’une maison de la Forêt Noire (« Schwarzwaldhaus ») et une carte postale écrite et titrée par l’imprimeur « Vraiville (Eure) – Vieille Maison Normande (1691) », toutes vouées à servir d’illustrations pour les ouvrages ou les cours. []
  12. La célèbre revue fondée par Marc Bloch et Lucien Febvre en 1929 et dont Roger Dion est un lecteur visiblement assidu autant qu’un contributeur régulier, en tout cas dans les années 1930 et 1940. []
  13. À rapprocher de ce que Dion évoque, dans sa leçon d’ouverture, de tous les amateurs locaux autodidactes dans son domaine et en relation avec lui. []
  14. Dans la Boîte cotée DIN 23. []
  15. Cf. les témoignages de la postérité de cette œuvre véritable dans : Le bon vin entre terroir, savoir‐faire et savoir‐boire : actualité de la pensée de Roger Dion, sous la direction de Jean‐Robert Pitte, Paris, CNRS éd., impr. 2010, 363 p. Actes du colloque organisé par la Société de Géographie, à Paris les 29, 30 et 31 janvier 2008, à l’occasion du cinquantenaire de la publication de L’histoire de la vigne et du vin de Roger Dion. ‐ Bibliogr. p. 345‐360. Voir aussi : https://www.lhistoire.fr/classique/%C2%AB-histoire-de-la-vigne-et-du-vin-en-france-%C2%BB-de-roger-dion []
  16. Dans la boîte DIN 75 []
  17. Cet hebdomadaire apparaît d’autant plus lié aux réflexions sur les contraintes économiques propres aux guerres qu’il paraît de 1919 à 1944. Les exemples nationaux conservés par Dion témoignent de la variété des pays étudiés, qu’il s’agisse des puissances de l’Axe ou des Alliés pour ce qui concerne les dates des coupures. []
  18. Dans la boîte cotée DIN, la pochette Cours 1949‐1950 « Combustibles, énergie électrique » 1 / 4 contient une sous‐chemise confectionnée par Dion intitulée « Usage du bois comme combustible industriel Notes » qui contient elle‐même quarante-quatre mini‐fiches bibliographiques assorties de notes ou citations avec références précises des pages. Certaines réunies dans des sous‐chemises thématiques : « Evolution de la technique de la sidérurgie au bois – pénurie de combustible qui en résulte – refoulement de la sidérurgie vers les pays de forêts vierges » et « Salines », d’autres isolées. Ces fiches témoignent de la complétude et de la finesse de l’enquête historique, jusque dans les temps reculés « la sidérurgie primitive », etc. en passant par la connaissance des procédés techniques : sur la fiche référencée « AHES 1932 Combustible en sidérurgie », Dion a noté « Important » et commenté « exposé précis » à propos de la « p. 128 Technique de la sidérurgie. Fonte et fer malléable [sic] ». []
  19. Selon la célèbre formule d’Ernest Renan. []
  20. Boîte cotée DIN 66. []
  21. Boîte cotée DIN 47. []
  22. Boîte DIN 75 évoquée plus haut, p. 1, note 3. []
  23. DIN 1 et 2 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.