Roger Dion (1896-1981). L’homme, le savant, les principaux ouvrages

Portrait du professeur Roger Dion, s.d.

Pour en savoir plus sur les archives de Roger Dion, vous pouvez consulter l’article À la découverte du fonds « Roger Dion ».

Le nom de Roger Dion n’est certes pas inconnu des élèves d’histoire-géographie ni surtout des étudiants de chacune de ces disciplines : son Histoire de la vigne et du vin en France des origines au XIXe siècle, parue en 1959 à mi-parcours de son enseignement au Collège de France et rééditée en 2010, a fait date. Outre qu’on a souvent coutume de louer les intérêts œnologiques des géographes, ou du moins leur bonne connaissance des terroirs, il se trouve que cette somme, la première du genre, réalise, à partir d’un nectar cher aux habitants du territoire français, la synthèse des méthodes que Roger Dion incarna un temps, de 1948 à 1968, dans la chaire de Géographie historique de la France. C’est ainsi que, certes moins célèbre que le linguiste historien des religions Georges Dumézil, qui prononça sa leçon inaugurale au Collège trois jours avant lui, le 1er décembre 1949, ou que l’historien Fernand Braudel, qui la prononcera un an plus tard, le géographe Roger Dion a presque davantage à voir avec ces deux collègues qu’avec ceux de sa discipline proprement dite, par cette conviction qu’il défend : seule une lecture historique, voire archéologique, d’un territoire permet de s’en faire une connaissance actuelle complète et juste. Dans l’ensemble des fonds scientifiques de professeurs en cours d’inventaire, nous souhaitons présenter ici les archives d’un homme discret, pétri de culture classique, se déclarant héritier de Michelet ou de Camille Jullian dans la lignée des chaires, et qui accomplit sa carrière par un grand ouvrage sur la géographie antique.

Roger Dion, l’homme de la Loire et de ses paysages

S’il exerce à Paris depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, en tant que professeur à la Sorbonne voisine, le géographe Roger Dion n’est pas un Parisien : né dans l’Indre, à Argenton-sur-Creuse, le 28 octobre 1896, il a vécu la majeure partie de son enfance et de son adolescence au cœur des paysages ligériens qui lui sont chers et lui inspireront sa thèse sur le Val de Loire. C’est à Blois, après une parenthèse dans la capitale de la Belle Époque, qu’il suit presque toutes ses études secondaires avant de regagner Paris et le lycée Louis-le-Grand pour ses classes préparatoires littéraires, de 1913 à 1915.

Itinéraire classique d’un élève féru des humanités

Le parcours qui le conduit ultimement au Collège de France est, comme pour nombre de ses collègues, à la fois classique et atypique. Les années de formation sont classiques d’une scolarité brillante, quoique tragiquement interrompues par la Première Guerre mondiale : Roger Dion est mobilisé plus de trois ans, de septembre 1916 à novembre 1919, puis il intègre l’École normale supérieure dans la singulière promotion des Démobilisés de 1919. Il y acquiert une solide culture classique validée par une licence de lettres (grec et latin, Sorbonne, 1915), puis réussit l’agrégation d’histoire et de géographie en 1921, premiers pas d’une orientation vers la géographie humaine rétrospective qui fera la marque de sa carrière.

À sa sortie de l’École normale, Roger Dion ne connaît pas le rituel de passage par l’enseignement secondaire ; il bénéficie d’une bourse de la Fondation Thiers, dont il est pensionnaire de 1922 à 1924, ce qui lui permet d’engager son long travail de thèse dans les meilleures conditions. De 1924 à 1934, il retrouve la rue d’Ulm, cette fois comme maître surveillant (ou « caïman en second » dans le jargon normalien), puis surveillant général ; logé par l’École, il reste ainsi au cœur du Quartier latin et donne des cours comme assistant de géographie à la Sorbonne, de 1927-1928 à 1931-1932.

La thèse : plus qu’une monographie régionale, un « monument » sur le Val de Loire

Soutenue fin 1933 et publiée dès 1934 à Tours, sa thèse sur le Val de Loire est saluée comme une somme érudite autant que pour ses qualités novatrices : c’est le genre confirmé de la monographie régionale qui s’en trouve renouvelé par l’ampleur d’un sujet ambitieux où tout un fleuve donne le ton, qui traverse villes et régions, par-delà les choix spatiaux habituels à l’exercice. Sa carrière universitaire débute véritablement à la Faculté de lettres de Lille, où il est d’abord maître de conférences puis professeur, de 1934-1935 à 1944-1945. Ce passage par une université de province est alors familier dans les cursus, comme l’a décrit et analysé Christophe Charle dans La République des universitaires1.

Choix originaux dans le champ disciplinaire : un géographe-historien

Dans ce parcours à bien des égards représentatif du haut mérite scolaire sous la Troisième République – celui d’un fils de greffier de justice de Paix en l’occurrence –, la nature des recherches, le choix de la discipline et l’engagement scientifique sont remarquables et atypiques, de ceux qui seront propres un jour à susciter l’intérêt du Collège de France. La thèse, nourrie des souvenirs d’adolescence, est tout à la fois le témoignage d’un goût profond et humaniste du paysage, de sa contemplation et de son observation, et la mise en œuvre d’une méthode d’investigation que couronneront la chaire du Collège de France et son intitulé quinze ans plus tard. Expliquer, par une méthode rigoureuse, à la fois régressive et compréhensive, le fait humain créateur de paysage : voilà tout le programme qu’inaugure Roger Dion en 1934, année où il publie un autre de ses écrits majeurs, l’Essai sur la formation du paysage rural français2.

Atypique, Roger Dion l’est au sein de l’Université et de l’école géographique  : trop « historien » et trop versé dans l’Antiquité pour les collègues géographes qui défendent, dans l’immédiat après-guerre, l’autonomie de la discipline à l’égard de l’histoire3. Comme l’écrira son successeur Maurice Le Lannou dans Le Monde du 1er octobre 19814, soit quelques jours après le décès de Roger Dion, à propos de l’absence de ce dernier dans les rangs de l’Institut : il était, en résumé, trop géographe pour l’Académie des inscriptions et belles-lettres, et trop antiquisant pour les Sciences morales et politiques. En admirateur convaincu de la géographie vidalienne – Roger Dion a reçu à l’ENS l’enseignement d’Albert Demangeon, lui-même disciple de Paul Vidal de la Blache –, il porte haut les couleurs d’une géographie française à la fois rigoureusement documentée, amplement synthétique et bien écrite, au sens littéraire du terme. C’est le savant en lui, celui qui domine d’amples savoirs et entend convoquer tout ce qui est nécessaire à l’explication, sans exclusive de discipline ni de méthode, qui voit dans la méthode historique, la quête des sources les plus fiables et les plus complètes, une dimension incontournable et essentielle à sa recherche.

« Providence » pour lui que le Collège de France, comme il en témoigne dans sa lettre du 29 juin 1969 adressée à l’Administrateur, dans cette formule frappante : « [le Collège] m’a donné les moyens d’être moi-même5. » Le fameux « ni – ni » redoutable du monde universitaire qui cloisonne les disciplines est vu positivement par le professeur Lucien Febvre dans la conclusion de son exposé écrit en faveur de la candidature de Dion :

« Si Roger Dion […] n’était qu’un géographe comme tant d’autres – comme par une simple thèse régionale de gabarit normal : une bonne thèse passe-partout – sa place ne serait certes pas au Collège. Et nous n’aurions aucune raison de l’enlever à l’enseignement des Facultés. Roger Dion – c’est autre chose. Au carrefour de l’histoire et de la géographie, une série remarquable d’études qui toutes bouleversent de fausses certitudes. Et qui les bouleversent parce que, précisément, Roger Dion ne voit les choses ni en historien pur, ni en géographe pur. L’enseignement qu’il nous propose de donner au Collège, ce n’est pas pour les besoins d’une candidature qu’il lui donne le titre que l’on sait. Ce titre traduit une réalité. Exprime un tempérament. Et si nous sommes faits pour accueillir des hommes de tempérament bien tranché – et qui apportent du nouveau –, nous ne regrettons pas d’appeler parmi nous un des esprits les mieux doués de nos disciplines historique et [souligné 2 fois] géographique6. »

Roger Dion, en lecteur assidu et en contributeur régulier des Annales – référencées « AHES » dans ses fiches bibliographiques manuscrites, pour Annales. Histoire, économie et société – peut en effet compter sur le soutien puissant d’un de leurs fameux fondateurs. Lucien Febvre considère, comme autrefois Marc Bloch, qu’il fait œuvre d’historien-géographe et non de géographe régional dans ce monument qu’est sa thèse ; et de qualifier ainsi sa pensée :

De la première ligne à la dernière, quelque chose d’assuré et de définitif. Et une pensée qui court, agile, ingénieuse, novatrice. Une pensée qui ne se satisfait point des lieux communs, même les plus révérés7. »

Contre tous les déterminismes, jusqu’aux sources antiques et préhistoriques

Cette attitude scientifique est centrale pour caractériser la recherche et l’œuvre de Dion. Elles sont mues toutes deux par le désir constant d’expliquer ce qu’on observe avec curiosité en parcourant un territoire, a fortiori un territoire de la Vieille Europe, la France en l’occurrence. Plus encore qu’une somme de connaissances, qu’il collecte, maîtrise et restitue d’une manière impressionnante, le professeur Dion espère transmettre une méthode. Dans le bilan qu’il dresse lui-même de son enseignement, deux ans avant la retraite8, il se félicite d’avoir vu ses auditeurs s’interroger en observant les rues de Paris qu’ils arpentaient tous les jours, d’un œil nouveau, affûté.

Ne pas s’en tenir aux idées préconçues, surtout pas au déterminisme géologique (tel sous-sol induit tel habitat rural par exemple), interroger toujours les témoignages observés, relire les témoignages plus anciens, et toujours plus anciens jusqu’à la Préhistoire, remettre encore et toujours l’ouvrage sur le métier, pourrait-on dire, surtout lorsqu’on s’immerge dans la masse titanesque et foisonnante de détails relevés, d’archives et autres sources primaires consultées, cartes postales ou autres photos collectées, cartes commentées, coupes réalisées, citations latines retraduites, etc. Un mot d’ordre pour Roger Dion : ne pas reculer devant la nécessité de l’enquête, qui gagne des temps très reculés.

C’est bien là une des raisons, sinon le véritable motif de son « retour » aux sources antiques, aux sources de sa formation initiale et de ses premiers choix (sa licence de 1915). Ce fut par goût certes, mais aussi et surtout par nécessité scientifique. À cet égard, son œuvre maîtresse, la plus fameuse et aussi la plus populaire, dans les milieux viticoles notamment, reste la monumentale Histoire de la vigne et du vin en France, des origines à la fin du XIXe siècle9, parue en 1959, soit à la mi-parcours de son enseignement au Collège de France. Les cours professés durant les dix années précédentes témoignent du labeur préparatoire ainsi que des passerelles thématiques qui conduisent Dion à étudier successivement ou conjointement habitat rural, viticulture, commerce du vin et voies de circulation, navigation et voyages antiques, ces derniers occupant de plus en plus son esprit et son enseignement à compter de 1960 et jusqu’à la fin de sa vie.

Un savant d’inspiration humaniste dans la tradition chère au Collège de France

Dans le riche environnement scientifique que lui offre le Collège de France, bien qu’il y soit perçu comme plutôt « solitaire », peu féru du travail en équipe, le professeur Dion est un vrai savant d’inspiration humaniste, dominant plusieurs disciplines ou en tout cas plusieurs inspirations méthodologiques, s’autorisant divers types de regards scientifiques sur le monde et sachant les restituer dans une belle langue ; imprégné de culture classique, intronisé par André Piganiol, il apparaît plus proche des philologues et des archéologues que de ses collègues géographes, et, semble-t-il, des historiens contemporains ; la seconde partie de sa leçon d’ouverture restitue l’enquête historique qu’il a menée dans les archives de l’institution pour situer son propre enseignement dans la généalogie des chaires : Jules Michelet, Camille Jullian et Albert Grenier y sont bien plus invoqués que Jean Brunhes et André Siegfried, dont Numa Broc, dans son hommage posthume à Roger Dion, dit d’ailleurs qu’ils y sont « aimablement épinglés10. »

Voici enfin ce qu’évoque le professeur Dion lui-même en 1969, auprès de l’Administrateur11, des relations scientifiques et amicales qu’il a pu nouer au cours des vingt années écoulées : les chaires qu’il a particulièrement sollicitées, « à la faveur des liens d’amitié », mais pas seulement, puisque la nécessité scientifique parle aussi àtravers les intitulés cités, sont au premier chef les chaires des Antiquités grecque, romaine et gallo-romaine, et de caractériser un peu abruptement  sa propre évolution :

[…] cela va de soi puisque ma géographie historique s’est, de plus en plus, enfermée dans l’Antiquité ».

Pourtant, l’énumération qu’il fait ensuite révèle bien davantage l’ampleur de sa curiosité savante : il eut recours en effet à ses collègues des chaires de Grammaire comparée, Philologie et archéologie égyptiennes, Langues et littératures de l’Inde, Langue et littérature françaises du Moyen Âge, Langues et littératures d’origine germanique, « voire même de Méthodes physiques de l’astronomie (cette dernière pour m’informer des conditions de l’éclairement solaire dans les lointaines contrées septentrionales visitées par Pythéas12) ».

Dans son propre bilan de près de vingt années passées au Collège de France13, il indique qu’on a pu lui reprocher de déborder largement du cadre national contenu dans l’intitulé de la chaire et il évoque, plutôt qu’un enfermement, un élargissement des perspectives induit par la quête d’explication toujours plus reculée dans le temps, soit un plaidoyer pour la méthode qui fut aussi son programme. 

Pour citer cet article : Laure Léveillé, "Roger Dion (1896-1981). L’homme, le savant, les principaux ouvrages," in Colligere, 17/06/2019, https://archibibscdf.hypotheses.org/4161. Consulté le 15/10/2019.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Christophe Charle, La République des universitaires, 1870-1940 ; Paris, Seuil, coll. « L’univers historique », 1994, 505 p. []
  2. Roger Dion, Essai sur la formation du paysage rural français, Tours, impr.-édit. Arrault, 1934, 162 p. Lucien Febvre en décrit les effets bénéfiques par le débat nourri que provoque cet écrit autour de la grande distinction openfield/bocage, les deux grands types de civilisation agraire en présence. On trouve des traces de ce débat, parfois très controversé, dans le présent fonds. []
  3. Cf. le projet de réforme de l’enseignement dit « Plan Langevin-Wallon » portant le nom de deux professeurs du Collège de France donc et qui ne verra pas le jour finalement. []
  4. « Un humaniste solitaire : Roger Dion et la géographie historique », Le Monde, 1er octobre 1981 ; coupure conservée dans le dossier individuel du professeur Dion aux archives du Collège de France, 16 CDF 102. []
  5. Cf. Lettre de Roger Dion à l’Administrateur du Collège de France, en date du 29 juin 1969, pour le remercier de l’hommage rendu le jour-même à l’occasion de trois départs à la retraite, dans le même dossier individuel, 16 CDF 102. []
  6. Cf. Lettre de Lucien Febvre, lue par André Piganiol, qui rapporte sur les candidats en assemblée du 30 novembre 1947, conservée dans le dossier personnel de Roger Dion aux archives du Collège de France. URL : https://salamandre.college-de-france.fr/ead.html?id=FR075CDF_00RAP001&c=FR075CDF_00RAP001_tt5-252. À l’Assemblée des professeurs du 30 novembre 1947, André Piganiol soutient une première fois la candidature sur cette chaire de Géographie historique en déplorant le « divorce entre la géographie et l’histoire » instauré par les récentes évolutions de l’enseignement (sans doute fait-il allusion au plan Langevin-Wallon, qui ne fut d’ailleurs pas réalisé à cette date). Il en appelle au respect des méthodes de la géographie humaine telles que Paul Vidal de la Blache les a définies, engendrant de la sorte la première véritable école de géographie française. Il accorde à Dion la même qualité de « maître-écrivain » qu’à Vidal et évoque son « style délicat » en précisant que l’épithète est empruntée au goût même de Dion. La conclusion est polémique dans le champ des disciplines : « Aux aberrations de la géopolitique, le Collège de France pourrait opposer, grâce à cet enseignement, la constitution d’une véritable science humaine. » À l’assemblée du 8 février 1948, André Piganiol expose les titres des deux candidats en lice, Roger Dion et Robert Dauvergne. Il situe la création de la chaire dans le contexte de l’essor des sciences dites « humaines », c’est-à-dire de conquête du statut de « science » pour un certain nombre de disciplines enseignées dans les facultés de lettres, l’histoire en l’occurrence, dont il dit que les recherches en plein essor d’histoire agraire sont propres à le garantir. Il dit du futur titulaire qu’il devra réunir en effet des « aptitudes très diverses, celles du géologue, de l’érudit, de l’économiste » et d’ajouter : « à la rigueur de la science on voudrait qu’il joignît la subtilité de l’art. » []
  7. Cf. Dossier individuel de Roger Dion, 16 CDF 102. []
  8. Cf. Ibid. – « R. Dion. Aperçu du travail accompli depuis 1948 en la chaire de géographie historique de la France » 11 feuillets dactylographiés et datés du 22 mars 1964, après 16 ans de chaire donc. []
  9. Roger Dion, Histoire de la vigne et du vin en France, des origines au XIXe siècle, Paris, [l’auteur, 10, rue Bénouville] (Doullens, impr. Sévin et Cie), 1959, XII-771 p. []
  10. Numa Broc, « Roger Dion (1896-1981) ». Annales de géographie, vol. 91, no 504, 1982, p. 205-217 ; URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1982_num_91_504_20102. []
  11. Cf. ci-dessus. []
  12. Ibid. []
  13. Cf. ci-dessus, note 8. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.