“Durkheim au Collège de France”. Exposition virtuelle

À l’occasion du colloque “Durkheim au Collège de France”, le service des archives présentait une sélection de documents retraçant les différentes tentatives de la sociologie durkheimienne pour entrer dans l’institution. Plus d’un quart de siècle d’essais, plus précisément de 1897 à 1930, pour que le Collège de France ouvre ses portes, non pas à Émile Durkheim, mais à son neveu Marcel Mauss. L’histoire ne s’arrête toutefois pas à cette élection, puisque l’influence du sociologue incite les professeurs à le citer, à se positionner vis-à-vis de sa pensée, à se revendiquer ou s’affranchir de lui.

Retrouvez cette exposition ci-dessous, et pour approfondir, rendez-vous sur le site du Collège de France pour écouter l’intégralité du colloque en cliquant ici.



Durkheim, “candidat et patron”

Philippe Besnard publie en 1979, sous ce titre, une série de lettres concernant les candidatures de Durkheim dans différents établissements, ainsi que les soutiens qu’il apportait aux jeunes membres de son équipe. Le Collège de France est un des lieux de légitimité scientifique que visent les durkheimiens dans leur entreprise de conquête de places stratégiques. Il est également un des plus difficiles à intégrer. Certes, des professeurs “amis” y ont voix : Sylvain Lévi (depuis 1894), Antoine Meillet (1906), Charles Fossey (1906). En dépit des tractations et des actions engagées pour faire entrer la sociologie dans l’institution, le bilan est bien maigre. La candidature de Durkheim est d’emblée empêchée en 1897 par la création d’une chaire de Philosophie sociale à destination de Jean Izoulet, sur initiative du ministre de l’Instruction publique Alfred Rambaud.

Dans les années suivantes, deux tentatives de Marcel Mauss (en 1907 et 1909) et une de François Simiand (en 1912) restent sans succès, tant la méfiance est grande face à cette discipline nouvelle et active, aux élans scientifiques audacieux. La sociologie pénètre toutefois l’enseignement, mais de façon détournée, via la pédagogie, les sciences sociales, ou l’histoire des religions.


Procès-verbal de l’assemblée du 27 novembre 1904. 4 AP 339

Procès-verbal de l’assemblée du 27 novembre 1904.

4 AP 339

La disparition de Paul Tannery entraîne la remise en jeu de la chaire de Philosophie grecque et latine. Plusieurs propositions s’affrontent. Les partisans de la transformation sont divisés quant à la destination : histoire, antiquités nationales, sociologie, science de l’éducation. C’est dans ce contexte que Durkheim se déclare candidat dans le cas où une chaire de sociologie viendrait à être créée.

Lettre d’Émile Durkheim à Marcel Mauss, au sujet de la possible création d’une chaire de sociologie au Collège de France. 57 CDF 99-4

Lettre d’Émile Durkheim à Marcel Mauss, 1905.

57 CDF 99-4

Cette lettre évoque les suites des démarches réalisées par Durkheim pour entrer au Collège de France. Il y précise avoir rendu visite à Paul Leroy-Beaulieu (chaire d’Économie politique, 1880-1916) sur les conseils de Pierre Janet (Psychologie expérimentale et comparée, 1902-1934) et d’Henri Bergson (Philosophie grecque et latine, 1900-1904 ; Philosophie moderne, 1904-1921).

Durkheim semble sans illusion sur l’issue (« il n’y a pas de doute sur le résultat ; inutile donc de perdre du temps. »)

 

Lettre d’Antoine Meillet à Marcel Mauss, 1907. 57 CDF 82-3

Lettre d’Antoine Meillet à Marcel Mauss, 1907.

57 CDF 82-3

Suite aux échecs de Durkheim au Collège de France, c’est son neveu, Marcel Mauss, qui se présente. Le changement de stratégie est notable : non seulement le “patron” n’est pas candidat, mais la chaire d’Histoire des religions à laquelle candidate Mauss a fait l’objet d’un large consensus pour son maintien (30 voix sur 36). La question se pose de la marche à suivre : ici, c’est surtout l’arrivée pressentie de Louis Finot (qui n’est finalement élu au Collège qu’en 1920) qui incite à repousser éventuellement la candidature.

Présentation de Marcel Mauss par Sylvain Lévi, 17 février 1907. 16 CDF 288

Présentation de Marcel Mauss par Sylvain Lévi, assemblée du 17 février 1907.

16 CDF 288

Marcel Mauss décide finalement de se jeter dans la bataille. C’est un de ses mentors, Sylvain Lévi, son ancien professeur à l’EPHE (chaire de Religions de l’Inde), dont son oncle et lui sont très proches, qui présente ses titres.

Lettre de Paul Foucart à l’administrateur, 14 juin 1908. 14 CDF 61-a

Lettre de Paul Foucart à l’administrateur Émile Levasseur,  14 juin 1908.

14 CDF 61-a

La seconde candidature de Marcel Mauss à la chaire d’Histoire des religions, suite à la disparition de Jean Réville, est révélatrice des tensions que suscite la sociologie durkheimienne. En témoigne cette lettre de Paul Foucart, qui défend les titres de son fils Georges, tout en dénigrant ouvertement le travail de Mauss. Il reste que le choix de l’assemblée est audacieux, puisqu’il se porte sur Alfred Loisy, prêtre excommunié pour ses prises de positions modernistes.

Décompte des voix pour l’élection à la chaire d’Histoire des religions, 31 janvier 1909.

Décompte des voix pour l’élection à la chaire d’Histoire des religions, 31 janvier 1909.

4 AP 363

Autre témoignage de l’âpreté de la lutte, cette feuille de décompte montre bien les revirements successifs qui ont eu lieu lors du vote, puisqu’il ne faut pas moins de cinq tours pour déterminer le candidat de première ligne, tandis que Mauss, donné favori pour la seconde ligne, n’est finalement pas retenu.

Une entrée symbolique

Les élections de Marcel Mauss, François Simiand et Maurice Halbwachs au Collège de France dans les années 1930 et 1940 marquent un tournant tardif. Comme le soulignait Victor Karady en 1976 en dressant le « bilan d’un semi-échec » de la pensée durkheimienne, la sociologie se positionne alors entre légitimité intellectuelle et marginalité institutionnelle.

Plusieurs paramètres expliquent cette situation. D’une part, la Grande Guerre a décimé les rangs des élèves de Durkheim (lui-même décédé en 1917) : Antoine Bianconi, Maxime David, André Durkheim, Robert Hertz… D’autre part, les durkheimiens “historiques” se sont émancipés de la pensée du maître, qui s’en est trouvée plus ou moins diluée.

L’héritage de Durkheim  au Collège de France est encore érodé par les morts précoces d’Henri Hubert (1927), François Simiand (1932) et Maurice Halbwachs (1944), ainsi que par la mise à la retraite forcée de Marcel Mauss pendant la guerre, à cause des lois vichystes.

Toujours est-il qu’il reste une figure structurante des sciences sociales du premier XXe siècle : on se définit par rapport à lui, en lui exprimant de l’intérêt, de la fidélité ou au contraire une irréductible opposition.


Présentation de François Simiand par Georges Renard, assemblée du 24 mars 1912.

4 AP 383

Durkheimien historique mais hétérodoxe, François Simiand appartient au premier cercle des contributeurs de l’Année sociologique, pour laquelle il rédige plus de cent soixante-dix comptes rendus dans les douze volumes de la première série (1896-1909). La tension est palpable dans les procès-verbaux de l’assemblée ; on y note un accrochage entre Paul Foucart et Georges Renard. C’est finalement Marcel Marion qui est élu à la chaire d’Études des faits économiques et sociaux.

Retrouver le texte complet sur Salamandre.

Présentation de François Simiand par Georges Renard, assemblée du 24 mars 1912. 4 AP 387

Lettre de Marcel Mauss à Antoine Meillet, 7 octobre 1929.

57 CDF 108-25

Dans un contexte toujours difficile pour la sociologie, Mauss présente une nouvelle fois sa candidature au Collège de France, suite à la disparition de Jean Izoulet (chaire de Philosophie sociale). Là encore, la question se pose du titre de la chaire. Dans cette lettre, Mauss maintient qu’il ne voit « rien de mieux que sociologie », et affirme par ailleurs qu’il n’aime pas le terme « ethnologie », ce qui peut surprendre étant donné la postérité qu’il a connue en tant que « père fondateur » de cette discipline en France.

Lettre de Marcel Mauss à Antoine Meillet, 7 octobre 1929. 57 CDF 108-25

Rapport en faveur de la création d’une chaire de Sociologie par Charles Andler, assemblée du 15 juin 1930.

2 AP 13

Deux propositions de transformation de la chaire de Philosophie sociale s’affrontent : Histoire de la philosophie au Moyen Âge, par Louis Massignon, et Sociologie, par Charles Andler, Antoine Meillet et Sylvain Lévi. Andler y rappelle ses réticences d’autrefois envers la sociologie durkheimienne, avant de saluer la puissance de certaines de ses analyses et la nécessité de recréer un groupe autour de Mauss capable de continuer le travail initié par Durkheim.

Retrouvez le texte complet sur Salamandre.

Rapport en faveur de la création d’une chaire de Sociologie par Charles Andler, assemblée du 15 juin 1930. 2 AP 13

Lettre de Maurice Halbwachs, 29 août 1930.

57 CDF 68-9

Dans cette lettre, Maurice Halbwachs précise les raisons qui l’incitent à ne pas se présenter en seconde ligne : il est certes nécessaire de faire barrage à Georges Papillault, dont la méthode anthropologique fondée sur l’anatomie comparée est aux antipodes de la méthode durkheimienne. La candidature d’abord annoncée de Georges Davy semble suffisante. Pour autant, c’est bien Halbwachs qui se met sur les rangs, sans Davy, aboutissant à la présentation de deux durkheimiens sur une même chaire. Le vote final du 23 novembre 1930 voit l’élection de Mauss, 23 ans après sa première tentative.

Leçon inaugurale de Marcel Mauss, prononcée le 23 février 1931.

57 CDF 158-1

Marcel Mauss rend hommage à son oncle lors de sa leçon inaugurale. Il dresse également le portrait de son successeur Jean Izoulet, sur un ton subtilement critique : son travail est celui d’un philosophe, plutôt que d’un sociologue.

Retrouvez le texte présenté par Jean-François Bert, dans la revue Terrain.

Leçon inaugurale de Marcel Mauss, prononcée le 23 février 1931. 57 CDF 158-1

Leçon inaugurale de François Simiand.

François Simiand donne sa leçon inaugurale en 1932. Bien qu’il ait bénéficié de l’appui des durkheimiens, son premier discours rend un hommage appuyé à celui qui le soutenait depuis sa première candidature, en 1912, Georges Renard, disparu en 1930.

Leçon inaugurale de François Simiand.

Rapport en faveur de la création d’une chaire de Psychologie collective par Henri Piéron, assemblée du 14 mars 1943.

4 AP 507

La figure de Durkheim est centrale dans l’argumentaire développé par Piéron pour la création de la chaire. Il s’agit autant de montrer le rôle joué par le maître dans le champ des sciences sociales que de marquer la manière dont Maurice Halbwachs s’en démarque en réalisant selon lui « une véritable synthèse des points de vue opposés de Tarde et de Durkheim. »

Retrouvez le texte complet sur Salamandre.

Rapport en faveur de la création d’une chaire de Psychologie collective par Henri Piéron, assemblée du 14 mars 1943. 4 AP 507

Présentation de Maurice Halbwachs par Henri Piéron, assemblée du 27 février 1944.

4 AP 510

Contrairement à ce qu’il met en œuvre dans sa précédente prise de parole, Henri Piéron relègue Durkheim au second plan pour présenter la candidature de Maurice Halbwachs, et met en avant François Simiand comme source d’influence.

Retrouver le texte complet sur Salamandre.

Présentation de Maurice Halbwachs par Henri Piéron, assemblée du 27 février 1944. 4 AP 510

Claude Lévi-Strauss et Pierre Bourdieu : Durkheim en point de suspension

Après la Seconde Guerre mondiale, la première génération des durkheimiens a disparu. Durkheim est érigé en figure tutélaire, même si son héritage est toujours controversé. Au Collège de France, il est régulièrement cité dans les rapports de présentation par des non-sociologues (Lucien Febvre, Fernand Braudel, Émile Benveniste), comme référence incontournable des sciences humaines.
Les deux “successeurs” de Marcel Mauss, Claude Lévi-Strauss et Pierre Bourdieu, citent Durkheim dans leur leçon inaugurale (respectivement en 1960 et 1982) mais de façon bien différente. Le premier reconnaît, avec recul, sa dette envers le fondateur d’une des principales écoles de la sociologie, tandis qu’il est chez le second une référence parmi d’autres.
Il ne s’agit plus de diffuser la doctrine, mais de rendre hommage aux ancêtres fondateurs et de s’appuyer sur leur exemple pour assoir la légitimité des disciplines anthropologique et sociologique. Ces dernières, en pleine progression dans les années 1960-1970, sortent définitivement des marges de l’enseignement supérieur.


Rapport en faveur de la création d’une chaire d’Anthropologie sociale par Maurice Merleau-Ponty, assemblée du 30 novembre 1958. 4 AP 573

Rapport en faveur de la création d’une chaire d’Anthropologie sociale par Maurice Merleau-Ponty, assemblée du 30 novembre 1958.

4 AP 573

Maurice Merleau-Ponty dresse dans son plaidoyer une histoire de la sociologie dans ses rapports avec d’autres disciplines, citant Durkheim, Mauss, Halbwachs et faisant du structuralisme la nouvelle étape de l’étude des sociétés.

Retrouvez le texte complet sur Salamandre.

Leçon inaugurale de Claude Lévi-Strauss, donnée le 5 janvier 1960.

Leçon inaugurale de Claude Lévi-Strauss, donnée le 5 janvier 1960.

Claude Lévi-Strauss introduit son propos en se positionnant dans la filiation de Durkheim et surtout de Mauss, qui, selon lui, a su prémunir la théorie durkheimienne des dangers qui la guettaient : la « désincarnation » et l’ « automatisme ». La figure de Durkheim a donc franchi une nouvelle étape : c’est désormais à ses héritiers qu’on se réfère, notamment au premier d’entre eux : Mauss.

Lettre de Claude Lévi-Strauss à André Schaeffner, 22 juin 1964. FLAS.F.S1.02.01.061

Lettre de Claude Lévi-Strauss à André Schaeffner, 22 juin 1964.

FLAS.F.S1.02.01.061

Claude Lévi-Strauss nourrit le projet de réunir les archives de membres de l’école durkheimienne, dont ceux de Durkheim, Mauss et Hertz, en un seul et même endroit. « Si temple il y a, soyons-en donc les prêtres… » Durkheim et ses élèves sont devenus des figures de l’histoire des sciences sociales, et leurs archives, un patrimoine à conserver.

Lettre de Claude Lévi-Strauss à Charles Urbanowicz, 20 mai 1969. FLAS.F.S4.03.05.026

Lettre de Claude Lévi-Strauss à Charles Urbanowicz, 20 mai 1969.

FLAS.F.S4.03.05.026

Claude Lévi-Strauss détaille les auteurs qui ont eu une influence majeure sur lui, notamment étrangers. Puis il ajoute, en note, les penseurs français, parmi lesquels Durkheim et Mauss, « bien sûr »…

Leçon inaugurale de Pierre Bourdieu, donnée le 23 avril 1982.

Leçon inaugurale de Pierre Bourdieu, donnée le 23 avril 1982.

Pierre Bourdieu, dans sa leçon inaugurale, semble distendre plus encore que Lévi-Strauss le fil qui le relie à Durkheim. Brièvement cité, il n’est qu’une référence parmi une foule d’autres. La multiplicité des sources qui parcourent le discours permet à la sociologie d’étendre son champ d’étude et d’élargir son socle épistémologique.

Quelques vues de l’exposition :


Pour citer cet article : Christophe Labaune, "“Durkheim au Collège de France”. Exposition virtuelle," in Colligere, 25/06/2019, https://archibibscdf.hypotheses.org/4098. Consulté le 24/08/2019.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.