HAL, Academia, ResearchGate : comment choisir?

Un chercheur ou une chercheuse qui veut déposer ses publications sur une archive ouverte pour leur donner une plus grande visibilité sur Internet est confronté.e à une offre abondante de sites, plateformes ou réservoirs. HAL, ResearchGate, Academia et le réservoir institutionnel de son université ou établissement de recherche sont les principales possibilités qui s’offrent à chacun.e pour signaler ses publications, voire déposer le texte intégral de ses articles.

Le dépôt dans l’outil de signalement de l’institution dont on dépend est parfois obligatoire, comme à l’université de Liège (toutes les publications des universitaires sont déposées dans Orbis). Restent HAL, ResearchGate et Academia. Comment choisir ? Faut-il choisir ?

Procédons par étapes et, pour pouvoir trancher, envisageons chaque outil avant de nous intéresser au contexte français (loi pour une République Numérique), puis au contexte européen (Plan S Horizon 2020 et Horizon Europe 21-27).

État des lieux

Academia et ResearchGate

Academia (https://www.academia.edu) et ResearchGate (https://www.researchgate.net/) sont des réseaux sociaux académiques portés par des sociétés commerciales.

42% des chercheurs français utilisent ces deux réseaux qui comptent 70 millions de profils dans le monde.

Ces plateformes mettent les chercheurs en relation, leur donnent de la visibilité et l’accès à des services personnalisés. Comme tous ces types d’outils, ils sont concentrés sur le profil des chercheurs et non pas sur leurs publications. 

Academia est plus orienté vers les sciences humaines et sociales, ResearchGate vers les sciences techniques, expérimentales et médicales.

Gratuité

Academia et ResearchGate sont des outils a priori gratuits. Mais cette gratuité financière s’accompagne de contreparties non négligeables pour l’utilisateur, qui n’en a pas toujours conscience dans la mesure où elles figurent dans les clauses liées à la validation du profil, sauf dans l’offre PREMIUM d’Academia, dans laquelle ces clauses disparaissent au profit d’un abonnement payant. Peut-on vraiment parler de gratuité vu l’utilisation par ces deux plateformes des données et des profils déposés ?

Il faut bien lire les conditions générales d’utilisation, en particulier les articles sur la protection et la propriété des données, qui figurent pour Academia dans trois rubriques : « Copyright », « Terms » et « Privacy », pour ResearchGate, dans deux rubriques : « Terms » et « Privacy ».

Au moment de la validation du profil lors de l’inscription, un certain nombre de droits sur la propriété et l’utilisation de données sont implicitement concédés à la plateforme :

  • Academia a le droit d’utiliser, voir, copier, adapter, modifier, distribuer, autoriser, vendre, transférer, diffuser publiquement, utiliser à des fins publicitaires, transmettre, tout ce qui est dans votre profil, dont elle acquiert la licence mondiale, irrévocable, perpétuelle, non exclusive, transférable et sans redevance à l’auteur. Par contre, l’auteur reste totalement responsable du contenu mis en ligne, même après l’abandon de ses droits, de sorte qu’Academia est complètement dédouané, en particulier si vous avez mis en ligne un texte intégral pour lequel vous avez en réalité cédé les droits d’auteur à un éditeur.
  • ResearchGate pour sa part laisse à l’auteur la possibilité de supprimer le contenu à tout moment, ou d’en restreindre l’accès. Comme Academia, cette plateforme n’est pas responsable de la gestion des droits d’auteur et de diffusion. Mais les articles et autres textes, ainsi que la base de données du site, sont protégés par Copyright et sont la propriété de ResearchGate (l’exclusivité n’est pas mentionnée). Cela signifie que si vous déposez des documents dont vous détenez les droits, vous cédez de façon non exclusive vos droits d’utilisation de ces documents au réseau social qui peut alors les exploiter.

Données personnelles

En ce qui concerne les données personnelles (prénom, nom, affiliation, photo, données biographiques, contacts, cv, numéro d’identifiant chercheur…), ces deux plateformes ne les partagent pas, à moins qu’elles doivent le faire dans le cas d’une sous-traitance de certains services avec un partenaire, ou dans le cadre d’une procédure judiciaire. Academia se réserve le droit de les vendre, les transférer etc. dans le cas de fusion, acquisition, réorganisation, vente ou banqueroute.  

Diffusion d’articles, publications…

Academia et ResearchGate sont principalement utilisés comme outils de diffusion et de visibilité et non comme services d’archivage. Ils sont centrés sur le chercheur et ses besoins. Ces deux plateformes proposent des fonctionnalités de réseaux sociaux et permettent aux chercheurs de communiquer facilement

Une fois son inscription validée, le chercheur a accès à un florilège de documents publiés par ses pairs. Mais la question du droit d’auteur reste prégnante : ces documents sont-ils libres de droit et facilement réutilisables ? Peut-on les rediffuser sur d’autres sites ? L’utilisateur de ces deux plateformes n’en est pas informé.

Il faut noter que ces réseaux doivent respecter le copyright DMCA (Digital Millennium Copyright Act). Voté en 1998, cette loi droit d’auteur et permet d’exiger le retrait d’un article mis indument en ligne, voire la fermeture du blog concerné.

Les éditeurs cherchent à contrôler de plus en plus ce qui est déposé sur les réseaux sociaux académiques. Le 20 avril 2019, au terme de six mois de négociation, ResearchGate a conclu un accord de coopération avec l’éditeur commercial Springer-Nature, en partenariat avec les éditeurs Cambridge University Press et Thieme, afin de promouvoir le partage d’articles sur la plateforme dans un respect accru des droits d’auteurs et des droits d’édition1.

Selon les termes de cet accord,

  • ResearchGate et les éditeurs vont coopérer à l’éducation des utilisateurs du réseau aux droits d’auteurs et droits dérivés, leur fournir davantage d’informations et de meilleure qualité afin qu’ils sachent quand et comment ils sont autorisés à partager leur article sur ce réseau ;
  • Research Gate continuera de retirer rapidement les articles sous droit quand il aura été alerté par un éditeur ;
  • les éditeurs auront une meilleure visibilité de l’usage des contenus publiés sur le réseau et sur les pratiques commerciales de ResearchGate, afin de garantir la viabilité et la longévité « des journaux sur abonnements, ainsi que les sociétés savantes et les éditeurs qui les gèrent ». Les éditeurs ont également proposé un système de vérification du statut de l’article lors du téléchargement. Pour le moment ResearchGate préfère retirer l’article sur demande de l’éditeur ;
  • ResearchGate insiste notamment sur les mesures qu’il peut être amené à prendre contre tout utilisateur ne respectant pas les conditions du service, notamment en cas de contenu illégal.

Principes : rapidité, fluidité, interconnexions individuelles

Comme il a été dit, ces deux portails sont des outils conçus pour accroître la visibilité et l’identité numérique du chercheur. Ils sont destinés aux individus, et non à leurs institutions de rattachement. Ils sont utilisés pour découvrir le travail des pairs, pour déposer et partager des publications, participer à des forums, travailler en commun sur des projets, faire des recherches dans la base des profils ou des documents, ou même trouver des annonces d’emploi.

Les réseaux sociaux académiques ne produisent donc pas de contenus, mais les hébergent en leur assurant visibilité, partage et dynamique communautaire.

Ces réseaux sociaux proposent également une désintermédiation pour le chercheur qui y publie ses travaux : à lui de choisir quel document il met en ligne, sous quel format et avec quelles métadonnées. Mais l’absence de contraintes en la matière fait qu’il n’y a pas de vocabulaire contrôlé, ni pour les disciplines, ni pour les affiliations ; de ce fait, les références bibliographiques ne sont pas harmonisées, donc difficiles à éditer ou à échanger. L’import ou l’export de données depuis ces plateformes vers d’autres bases n’est pas possible.

De plus, ni Academia ni ResearchGate ne fournissent un identifiant chercheur (cependant il existe la possibilité d’indiquer ses autres identifiants).

Suppression du compte

Supprimer son compte est facile. Mais la suppression du compte n’entraîne pas celles de toutes les données : les plateformes les archivent « par respect de la loi ou à de légitimes fins commerciales ».

Archivage pérenne

Academia et ResearchGate ne proposent pas d’archivage pérenne et peuvent retirer à tout moment un document mis en ligne, sans demander l’avis des membres (comme cela a été fait suite aux plaintes reçues par des éditeurs privés à cause de la diffusion libre d’articles qu’ils proposent en vente et que l’accord conclu entre Springer-Nature et ResearchGate évoqué ci-dessus va renforcer).

HAL Archives ouvertes, Hyper Article en Ligne

Lancée en juin 2006 à l’initiative du physicien du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) Franck Laloe, l’archive ouverte pluridisciplinaire HAL est une plateforme institutionnelle not for profit portée par le CCSD (Centre pour la Communication Scientifique Directe, unité mixte de services du CNRS), à laquelle se sont associés dès l’origine l’INRIA (Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique) et l’Université de Lyon très vite rejoints par l’AMUE (Agence de Mutualisation des Universités et Établissements), la CPU (Conférence des Présidents d’Université), la CGE (Conférence des Grandes Écoles) et vingt-cinq établissements de recherche.

HAL est donc un service public destiné au dépôt et à la diffusion d’articles scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, et de thèses, émanant des établissements d’enseignement et de recherche français ou étrangers, comme de laboratoires publics ou privés.

Au niveau institutionnel, HAL donne un accès libre et gratuit aux résultats de la recherche en proposant un site web comme réservoir de données.

HAL n’a pas de finalité sociale : ce n’est donc pas une plateforme d’échanges entre pairs comme Academia ou ResearchGate. C’est d’abord un dépôt de références bibliographiques et de documents qui assure aux auteurs visibilité et archivage pérenne.

Mais c’est aussi une plateforme qui propose différents services en matière d’élaboration de CV, exports de bibliographie, statistiques de consultation des documents déposés, ou de création d’une page web personnelle. Elle propose également des métriques qui repèrent l’usage de vos travaux sur des réseaux sociaux, des plateformes d’échanges scientifiques, des blogs ou encore Wikipédia.

Au 24 avril 2019, HAL héberge 1 769 901 références et 582 133 documents.

Hal est fondé sur plusieurs principe

1 – La gratuité

L’accès est libre et gratuit sans qu’il soit nécessaire de créer un compte. L’inscription est également gratuite, la seule condition étant d’être affilié à une structure de recherche.

2 – Le respect du droit d’auteur

Les conditions d’accès demandent que l’auto-archivage respecte les règles de la propriété intellectuelle, du droit d’auteur concernant les textes comme les illustrations : photos, images, cartes, etc.

3 – La modération du dépôt de documents

Les références bibliographiques déposées dans HAL ne sont pas modérées : elles sont donc intégralement mises en ligne. La modération porte sur les fichiers de documents, que HAL se réserve le droit de reclasser ou de rejeter.

En effet, HAL veut :

  • garantir l’accès au document à tout utilisateur et vérifie donc qu’il n’y a pas de problème de corruption de fichier, d’erreur de métadonnées ou de problème de droits d’auteur ;
  • offrir l’accès à des documents de niveau recherche : si la plateforme n’exerce pas d’évaluation scientifique, HAL vérifie cependant que les documents correspondent aux standards des communautés de chercheurs ; les types de documents refusés sont les mémoires (documents non évalués par un jury), table des matières seule, bibliographie seule, curriculum vitae, bulletin de veille.

Tous les dépôts avec fichier (texte intégral, annexes, images, cartes, vidéos, sons) sont donc vérifiés manuellement avant leur mise en ligne. Les documents restent un temps en attente de vérification avant la mise en ligne2. Pendant cette période dite « de modération », il est possible de les consulter ou de les supprimer, mais non de les modifier. Une fois que le document déposé est accepté, HAL est implicitement autorisé à le mettre en ligne et à le diffuser. Les documents déposés ne peuvent pas être supprimés, sauf cas très exceptionnel, sur demande au service technique, mais il est possible de déposer de nouvelles versions d’un document. Par contre, il est possible de supprimer une notice sans texte intégral.

4 – L’interopérabilité

Les données et fichiers saisis dans HAL obéissent aux standards internationaux et peuvent être exportés dans de nombreux formats, évitant ainsi la ressaisie des données tout en permettant leur dissémination, d’autant qu’elles sont interrogeables par des moteurs de recherche variés, de Google à BASE, en passant par PUBMED. Elles sont également compatibles avec un archivage pérenne.

C’est la raison pour laquelle HAL demande au déposant de fournir obligatoirement de nombreuses métadonnées, variables selon le type de publication, et exige la saisie de données bibliographiques en anglais. De ce fait, le dépôt dans HAL prend un peu de temps, mais permet en contrepartie une meilleure visibilité : l’indexation fine permet ensuite au document ou à sa référence d’apparaître de façon pertinente dans les requêtes sur Google ou autre moteur de recherche.

Les métadonnées descriptives d’un document (y compris type de document, pour passer d’une prépublication à un article de revue par exemple) sont modifiables à l’infini.

Le chercheur peut regrouper les dépôts dans la page CV, partager sa propre URL, rassembler les dépôts des chercheurs qui travaillent avec lui dans sa collection HAL, créer et exporter des bibliographies. Ce site améliore ainsi la visibilité des travaux d’une équipe et peut servir de base pour la rédaction des rapports, par exemple lors de l’enquête quinquennale du HCERES (Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur), qui évalue l’activité des laboratoires et valide leurs orientations de recherche. Cela permet un gain de temps appréciable.

Données personnelles

HAL attribue un IdHAL de type prénom-nom et donne la possibilité de récupérer automatiquement l’identifiant chercheur ORCID et d’indiquer les autres identifiants (ArXiv, ORCID, ResearcherID, IdRef).

Si vous souhaitez supprimer votre compte, il est nécessaire de faire une demande directement au support.

Diffusion d’articles, publications et droits d’auteurs-droits dérivés

Le dépôt des références et des documents peut être fait à la main ou par import de fichier BibTex ou de API.

Le chercheur reste détenteur des droits d’auteur, mais doit respecter l’embargo selon le contrat qu’il a souscrit avec l’éditeur. Si l’auteur a cédé à titre exclusif les droits à l’éditeur, il doit demander l’autorisation de ce dernier pour le dépôt. Ce processus est aujourd’hui simplifié : il devient de plus en plus facile de connaître la position de son éditeur quant au dépôt dans HAL, car la plateforme intègre les données de la base SHERPA RoMEO qui recense et explicite la politique de centaines d’éditeurs en matière de libre accès et d’archives ouvertes.


Tableau de synthèse des cas de figure en matière de droits d’auteur des dépôts dans HAL tel que publié sur la plateforme à l’adresse https://doc.archives-ouvertes.fr/questions-juridiques/.

HAL permet de diffuser des documents non publiés : communications dans des colloques sans actes, documents de travail ou encore rapports de recherche, qui ne posent, sauf exception, pas de problèmes en matière de droits d’auteur.

Le dépôt sur HAL, une fois enregistré, garantit ainsi le droit de propriété intellectuelle des auteurs. De plus, la plateforme est moissonnée par les logiciels anti-plagiat, permettant donc d’éviter l’utilisation sans citation des travaux qui y sont déposés.

Des études récentes montrent que le taux de citation des articles s’accroît quand il existe une version en libre accès. L’article de Gentil-Beccot and all paru en 2010 dans la revue Scientometrics montrait déjà l’importance du phénomène pour les physiciens qui publient à la fois dans ArXiv et dans des revues payantes. La diffusion des documents est plus large grâce à l’indexation via les moteurs de recherche généraux.

Archivage pérenne

Le portail HAL a pour ambition d’assurer un archivage pérenne aux publications académiques déposées par les membres. À ce titre, les documents, mais également les métadonnées qui les accompagnent, sont déposées dans Huma-num, la très grande infrastructure de recherche développée par le CNRS, le Campus Condorcet et l’Université d’Aix-Marseille, selon une procédure mise en place en 2010 avec le CINES (Centre informatique National de l’Enseignement et de la recherche). Il ne s’agit ni d’une copie de sauvegarde, ni d’un simple stockage de données. L’archivage pérenne du document numérique développé par le CINES a trois objectifs principaux : conservation, accessibilité et préservation de l’intelligibilité pour une durée d’au moins trente ans. Le contrôle par HAL du format des fichiers déposés englobe la vérification de sa conformité pour un archivage pérenne au CINES.

Ainsi, la comparaison entre Research Gate, Academia et HAL en matière de pérennité, de métadonnées, de protection des auteurs, mais aussi l’évolution récente des relations entre ResearchGate et certains éditeurs, nous amène à prôner le processus de publication suivant :

  • déposer dans HAL pour la pérennité des données et le libre accès, selon le droit d’auteur ;
  • signaler ses travaux en Researchgate et Academia (par exemple par un lien qui renvoie vers HAL) pour avoir plus de visibilité et profiter des réseaux sociaux académiques.

Ce circuit semble d’autant plus s’imposer en France que le pays s’est doté ces dernières années d’un ensemble de lois en faveur du libre accès.

2016 : Loi pour une République numérique

Depuis la loi pour une République Numérique les chercheurs ont le droit de mettre en ligne leurs articles en libre accès.

L’article 30 de la loi pour une République numérique (loi n° 2016-1321 du 7 octobre 2016) clarifie et inscrit dans un cadre législatif la possibilité d’un auto-archivage de publications des chercheurs. Cet article établit que « la version mise à disposition […] ne peut faire l’objet d’une exploitation dans le cadre d’une activité d’édition à caractère commercial » et que la diffusion des articles doit être gratuite et « dans un format ouvert ».

La loi n’est pas rétroactive et ne s’applique donc qu’aux publications postérieures à sa date d’entrée en vigueur : le 9 octobre 2016.

Les réseaux Academia et ResearchGate entrent-ils dans la catégorie des réservoirs d’auto-archivage promus par la loi ?

Oui, et les chercheurs peuvent donc y publier leurs textes, dans la mesure où l’activité directement ou indirectement commerciale de ces acteurs (par exemple l’exploitation des données personnelles ou la proposition d’options payantes) ne concerne pas une activité éditoriale au sens propre du terme.

Le texte de l’article 30 ne tranche pas en faveur des réservoirs institutionnels, comme Hal, et ne peut donc guider les chercheurs dans leur choix par rapport à la publication en archives ouvertes

La loi prévoit que : « Lorsqu’un écrit scientifique issu d’une activité de recherche financée au moins pour moitié par des dotations de l’État, des collectivités territoriales ou des établissements publics, par des subventions d’agences de financement nationales ou par des fonds de l’Union européenne est publié dans un périodique paraissant au moins une fois par an, son auteur dispose, même après avoir accordé des droits exclusifs à un éditeur, du droit de mettre à disposition gratuitement dans un format ouvert, par voie numérique, sous réserve de l’accord des éventuels coauteurs, la version finale de son manuscrit acceptée pour publication, dès lors que l’éditeur met lui-même celle-ci gratuitement à disposition par voie numérique ou, à défaut, à l’expiration d’un délai courant à compter de la date de la première publication. Ce délai est au maximum de six mois pour une publication dans le domaine des sciences, de la technique et de la médecine et de douze mois dans celui des sciences humaines et sociales ».

Cela signifie que, si la recherche est financée (à coût complet de la recherche ayant conduit à l’article) au moins par moitié sur des fonds publics (dotations de l’État, des collectivités territoriales ou des établissements publics, subventions d’agences de financement nationales ou des fonds de l’Union européenne), le chercheur peut faire valoir cette loi, avec l’accord de tous les coauteurs.

Si la publication est issue d’un projet de recherche en partenariat, il faut se référer au contrat de partenariat. L’accord de tous les coauteurs est nécessaire avant le dépôt.

La loi considère comme publication aussi bien la « version post-print » que le PDF du manuscrit soumis par l’auteur et corrigé par ses pairs.

Cela permet de publier la version révisée par les pairs, avec un embargo de six mois après la date de première parution pour les sciences, les techniques et la médecine et de douze mois pour les sciences humaines et sociales.

Les illustrations, schémas, graphiques ne sont pas couverts par la loi.

Si l’éditeur diffuse l’article en libre accès, le dépôt par le chercheur peut intervenir dès la parution.

Elle constitue une étape importante pour la démocratisation et le développement du libre accès en France, en faisant circuler les informations et les savoirs et en affirmant que : « toutes les données produites par l’État constituent des biens publics et renforcent la liberté académique ».

Horizon 2020 et Horizon Europe 2021-2027

Les programmes européens, comme HORIZON 2020, lui-même fondé sur le Plan S en faveur de la science ouverte, lancé à Bruxelles en septembre 2018, et Horizon Europe 2021-2027, demandent d’assurer le libre accès aux publications issues des recherches que ces programmes contribuent à financer.  

L’article 29 du paragraphe « Annotated Model Grant Agreement » par exemple prévoit :

  • Publications :
    • obligations : déposer dans une archive ouverte une copie électronique autorisée (post-print ou version éditeur) de la publication, même si elle est initialement en gold Open Access ; s’assurer qu’elle soit accessible (à la lecture, au téléchargement et à l’impression) dès que possible et au plus tard six mois après la publication (douze mois pour les sciences humaines et sociales).
  • Données :
    • recommandations (obligations pour les projets pilotes) : déposer, même si ce n’est pas en libre accès, les données générées par le projet (sauf exceptions légales ou contractuelles) dans un entrepôt de données thématiques ou multidisciplinaires validé par la Communauté Européenne-CE. Rédiger un plan de gestion de données (PGD), ou Data Management Plan (DMP) : livrable à la CE dans les six mois suivant le début du projet et constamment mis à jour (livré avec chaque rapport d’étape et avec le rapport final), il décrit la manière dont les données sont produites, traitées, décrites, diffusées et conservées.

HAL s’inscrit parfaitement dans cette dynamique : déposer la publication dans une archive ouverte comme HAL permet de répondre aux exigences des financeurs de la recherche, notamment en termes d’ouverture des publications, mais aussi d’accroître la visibilité, la reconnaissance scientifique des publications des laboratoires, d’assurer une identification univoque des publications et une conservation pérenne des fichiers, de concourir au mouvement du libre accès.

Il faut aussi rappeler que, le 23 avril 2019, un message du directeur général délégué à la science, Alain Schuhl, a été adressé aux directeurs et directrices de laboratoire au CNRS afin de renforcer l’incitation à déposer dans HAL en ces termes : « Dans le cadre du développement de la science ouverte, nous avons décidé de donner une forte impulsion au dépôt des publications scientifiques dans notre archive ouverte HAL. Ainsi, pour la prochaine campagne 2019, la rubrique « publications scientifiques » de CRAC3 sera alimentée uniquement par le flux HAL, sans qu’il ne soit possible de la modifier […]. En ce qui concerne le RIBAC4 utilisé essentiellement pour les SHS, la campagne 2019 ayant déjà débutée, cette mesure sera appliquée à partir de la campagne 2020. Il est toutefois important que vous incitiez aussi les chercheuses et chercheurs SHS à enregistrer et déposer leurs publications dans HAL. »

Conclusion

Alors, faut-il cesser de s’inscrire et d’utiliser les réseaux sociaux scientifiques comme ResearchGate ou Academia pour ne plus déposer ses publications ou sa bibliographie que dans HAL ?

Notre conseil est d’utiliser ces plateformes de manière complémentaire pour profiter des aspects positifs de chacune, mais en toute connaissance de leurs règles de fonctionnement. Il est avéré que les réseaux scientifiques rendent les publications visibles à l’échelle internationale et permettent une connexion plus rapide entre chercheurs ; HAL pour sa part  répond à la nécessité de pérennité et d’archivage, comme aux grands principes de gratuité, interopérabilité et respect du droit d’auteur de la science ouverte.

Les bonnes pratiques que nous préconisons sont, dans l’ordre :

  • Bien signaler ses documents sur HAL. Cela prend du temps, mais il est désormais possible de le faire via des fichiers BibTexHAL. Cela permet d’avoir une archive bien faite et soignée. Bien archiver les publications, les images, etc. assure la pérennité et donne une visibilité qui peut être un peu moins immédiate certes, mais plus sûre dans le temps. HAL est bien une plateforme de dépôt institutionnelle qui garantit l’univocité, la cohérence des informations, et surtout des données qui sont la clef de la diffusion, de la visibilité, de la notoriété du document et permettent le rebond vers d’autres documents, ou vers les services jusqu’à la page institutionnelle qui certifie la position académique.
  • Ne pas choisir Academia et ResearchGate comme plateformes de dépôt. Ces réseaux ne répondent pas aux principes d’un accès libre, gratuit et pérenne aux contenus.
  • Une fois sa page créée sur Academia ou ResearchGate, il suffit d’y signaler ses publications déposées en HAL ; on utilise pour cela leur lien HAL, ou leur DOI (Digital Object Identify) ou encore un PDF qui assemble toutes les informations et que l’on a préalablement exporté depuis HAL.

Pour en savoir plus

Contacts

  • Gianna Sergi – Direction des réseaux et partenariats documentaires – Département de bibliométrie et des ressources en ligne : gianna.sergi[at]college-de-france.fr
  • Anne Chatellier – Directrice des réseaux et partenariats documentaires : anne.chatellier[at]college-de-france.fr
Pour citer cet article : Anne Chatellier, Gianna Sergi, "HAL, Academia, ResearchGate : comment choisir?," in Colligere, 13/05/2019, https://archibibscdf.hypotheses.org/4024. Consulté le 26/06/2019.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. https://www.webwire.com/ViewPressRel.asp?aId=222990#.WtrcX9BXPD8.twitter []
  2. La modération prend 24h en moyenne, mais en fonction du nombre de dépôt à traiter, le délai de mise en ligne peut prendre quelques jours. []
  3. Compte rendu de l’activité (CRAC) : résumé des points forts de l’activité de recherche et des différentes activités liées au métier de chercheur. []
  4. Recueil d’Informations pour un observatoire des activités de recherche en SHS, (RIBAC) est un outil pour caractériser et quantifier l’activité des acteurs de la recherche en SHS. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.