Les archives à l’ère du numérique : le projet Renan Source

Depuis 2015, l’Institut des textes et manuscrits modernes (Item), laboratoire du CNRS et de l’École normale supérieure, héberge le projet Renan Source : une édition numérique des manuscrits d’Ernest Renan. Financé par le programme Émergence(s) de la Ville de Paris et mené par le Groupe Renan de l’Item, ce projet se propose de créer la première édition numérique du corpus manuscrit d’Ernest Renan d’après les documents originaux : manuscrits, documents biographiques, premières éditions des œuvres annotées par l’auteur, bibliothèque personnelle.

Page du site Renan source.

Un des buts principaux de cette édition est de rassembler les matériels manuscrits de et autour de Renan, aujourd’hui dispersés dans plusieurs fonds d’archives, parmi lesquelles le fonds Renan du département des manuscrits de la BnF fait figure de poids lourd : cent dix-huit volumes de manuscrits, carnets et notes autographes, dix-sept volumes d’épreuves corrigées, quarante-six volumes d’œuvres de Renan annotées par l’auteur, soixante-trois volumes de sa bibliothèque personnelle, glosés et annotés, pour un total d’environ trente mille feuillets (compte non tenu des livres). Un autre fonds important de manuscrits de Renan est la collection Scheffer-Renan du musée de la Vie Romantique, à Paris. Ancien atelier du peintre Ary Scheffer, beau-père de Renan, et longtemps résidence des descendants du savant, la maison a été léguée à l’État, avec ses archives, par la petite-fille de Renan, Corrie Sihoan. La collection conserve aujourd’hui environ soixante cartons de lettres, notes, manuscrits, documents personnels et photographies.

À ces deux fonds, s’ajoutera bientôt le dossier personnel conservé aux archives du Collège de France, où Renan a été professeur (chaire de Langues hébraïque, chaldaïque et syriaque en 1862 et de 1870 à 1892, année de sa mort), et aussi administrateur (de 1883 à 1892). Ce dossier contient plusieurs documents iconographiques, bibliographiques et administratifs (comme les papiers relatifs à sa candidature, sa nomination et sa suspension, à la suite du scandale suscité par sa leçon inaugurale de 1862), une série de quarante-sept lettres échangées avec le naturaliste Germain Bouchon-Brandely, secrétaire du Collège, et seize cahiers de notes des leçons et conférences de Renan recueillies par son élève Émile Lambin entre 1884 à 1892. Grâce à une convention entre l’Item et le Collège de France, les copies numériques de ces documents seront en même temps disponibles dans Salamandre, la bibliothèque numérique patrimoniale des archives du Collège de France.

Suspension du cours d’Ernest Renan suite à sa leçon inaugurale

L’édition de ces archives sera réalisée en trois volets : une édition en fac-similé, une édition critique et une édition génétique.

À première vue, l’édition en fac-similé présentée dans Renan Source ne diffère pas des publications de fac-similés qu’on retrouve de plus en plus dans les bibliothèques numériques telles Gallica. Mais si les deux affichent la même copie numérique d’une page d’un manuscrit, l’édition numérique – tout comme son ancêtre analogique, du reste – doit répondre aussi à des critères philologiques et inscrire le document dans un contexte historique, littéraire et biographique. Le manuscrit se trouve ainsi disposé sur une ligne diachronique, qui en fait émerger les liens avec la production de l’auteur – d’autres manuscrits ou les œuvres imprimées –, mais aussi d’autres documents (un dossier « Documents personnels » rassemblera les documents relatifs à la vie de Renan, de ses bulletins de notes jusqu’à son testament, en passant par les papiers officiels concernant sa carrière, conservés aux archives du Collège de France). En outre, des détails codicologiques enrichissant la description du manuscrit peuvent nous aider à retracer son histoire ; ainsi, arrive-t-on parfois à rétablir l’ordre des manuscrits classés erronément, comme cela a été le cas avec certains volumes du fonds Renan de la BnF1.

L’édition savante numérique, on le voit, est donc complémentaire de la bibliothèque et de l’archive numérique : la coopération et la collaboration des archivistes et des éditeurs est la garantie d’une édition scientifiquement rigoureuse.

Pour l’édition critique, ont été mises en place des transcriptions diplomatiques des manuscrits et un codage du texte, à l’aide de balises, afin de décrire toutes les traces du processus de création. Cette transcription enrichie ne servira pas seulement à la réalisation de l’édition critique (rédigée selon les modifications chronologiquement les plus avancées du texte), mais sera aussi la base d’une édition génétique, en permettant de visualiser les phénomènes qui se manifestent dans les couches de réécriture (biffures, ajouts, surcharges, substitutions) et de les mettre en rapport avec les différentes parties qui composent le « dossier génétique » : notes préparatoires, brouillons, premiers états, etc.

La première livraison du projet prévoit, d’ici la fin de l’année, la réalisation de l’édition critique-génétique de deux romans de jeunesse (1848-1850), Ernest et Béatrix et Patrice, et des Notes d’Italie, “carnet” de voyage mais aussi avant-texte des romans. Ces ouvrages posthumes ont été publiés dans des éditions très incomplètes et scientifiquement faibles (et qui sont, par ailleurs, indisponibles depuis plusieurs années).

Les trois éditions – fac-similé, critique et génétique – seront publiées en ligne en accès libre (sous Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International) par le biais du logiciel « Sources » développé par l’Item, qui dispose de plusieurs atouts :

    • des adresses web (URI) simples, stables et sémantiques pour chaque page, de véritables références bibliographiques que les chercheurs peuvent citer dans leurs travaux (une table de concordance électronique assurera la compatibilité de ce classement avec les classifications des archives qui conservent les originaux) ;
    • un environnement à structure ouverte, qui offre la possibilité d’ajouter successivement de nouveaux modules, d’autres sources pour l’étude du corpus de Renan, comme par exemple sa bibliothèque personnelle ou une édition électronique des œuvres ;
    • l’outil Contexta, qui établit un lien hypertextuel bidirectionnel entre deux bases de données de l’édition permettant, par exemple, d’afficher contextuellement le fac-similé et la transcription (diplomatique ou linéarisée) de l’unité textuelle visualisée ;
  • une frise chronologique (timeline) qui organise et affiche les différents manuscrits selon leur moment de rédaction.

Grâce au partenariat avec le Collège de France, Renan Source développera son rôle fédérateur, sa fonction de rassemblement virtuel de tous les fonds manuscrits de Renan dans un seul foyer d’études et de recherches, en poursuivant ses objectifs sur trois plans : patrimonial (la préservation et la conservation des archives), scientifique (l’étude des textes) et de la divulgation (la diffusion de la pensée de Renan).

Pour citer cet article : Domenico Paone, "Les archives à l’ère du numérique : le projet Renan Source," in Colligere, 26/04/2019, https://archibibscdf.hypotheses.org/3982. Consulté le 19/11/2019.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Les papiers de Renan sont entrés à la Bibliothèque nationale suite à la donation faite par ses héritiers en décembre 1894 (R. Pierrot, « Les manuscrits de Renan conservés à la Bibliothèque nationale », Études Renaniennes N. 62 – 4e trimestre 1985. Voir aussi D. Paone, « La bibliothèque personnelle d’Ernest Renan », Bulletin du bibliophile, année 2016, n. 1, p. 99-130). Il s’agissait pour la grande majorité de feuilles éparses qui ont été toutes montées sur onglets et reliées en volumes. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.