Kuzushi-ji, une écriture disparue ?

La bibliothèque des études japonaises, en collaboration avec le CRCAO (Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale, CNRS) a accueilli en février 2019 un atelier de lecture des Kuzushi-ji. Cet atelier, gratuit, est organisé régulièrement depuis 2011 par le NIJL (National Institute of Japanese Literature) et la EAJRS (European Association of japanese Resource Specialists).

Que sont les Kuzushi-ji ? En quoi consiste cet atelier ? Quel type de public assiste à cet événement et dans quel but ?

Pour répondre à ces questions et en apprendre davantage sur cette écriture peu connue, nous avons eu un entretien avec Kaoru Baba, responsable de la bibliothèque des études japonaises au sein du Pôle Extrême-Orient du Collège de France, coorganisateur de cet atelier et participant.

Bonjour Kaoru, avant de nous plonger dans l’univers des Kuzushi-ji, pourriez-vous nous expliquer, en quelques mots, le fonctionnement du système d’écriture japonais ? S’agit-il d’un système alphabétique, comme en français, ou bien d’un système idéographique, comme en chinois ?

— En fait, l’écriture japonaise combine les deux systèmes : un syllabaire (kana) qui représente une cinquantaine de sons – qui n’est donc pas tout à fait un système alphabétique – et le système idéographique de l’écriture chinoise (kanji), où chaque signe représente un mot ou un concept. Historiquement, c’est d’abord le kanji (qui veut dire ailleurs « lettre des Han », Han étant une ancienne dynastie chinoise) qui a été introduit au Japon au Ve siècle. Et puis a été inventé le système des kana, propre au japonais, dont l’exemple connu le plus ancien remonte au IXe siècle.

Il y avait donc une époque où les Japonais n’utilisaient que les kanji, et où ces derniers servaient aussi à représenter seulement un son. En fait, les kanji étaient les lettres du savant ou lettré, du haut fonctionnaire ou du clerc, bref de l’élite, qui avait accès à une culture étrangère, en l’occurrence, celle de la Chine. En revanche, l’invention des kana et leur développement sont très liés au développement de la culture indigène, voire populaire, notamment dans le domaine de la littérature, et encouragés par le besoin d’une écriture plus facile à apprendre, propre au japonais.

Ce qui est intéressant de remarquer ici, c’est que même après l’apparition des kana, les Japonais n’ont pas abandonné les kanji et ce, jusqu’à aujourd’hui. Je pense que ne pas utiliser les kanji du tout serait très difficile pour les Japonais. Je vous rappelle que dans le passé, le système de kanji s’est répandu dans beaucoup d’autres pays d’Asie avec la culture chinoise, tout en engendrant ensuite un système d’écriture propre à chaque pays, comme au Viêtnam ou en Corée, pour ne citer que les deux cas les plus notables. Mais à l’heure actuelle, à part les Chinois, il n’y a que les Japonais qui apprennent les kanji dès l’école primaire et les utilisent dans la vie courante, alors que les deux langues sont assez différentes.

Donc à partir du Moyen-Âge, les Japonais ont utilisé et utilisent toujours ces deux systèmes d’écriture d’apparence assez différente, en les mélangeant dans un seul texte. Par ailleurs, il y a au Japon une longue tradition savante qui consiste à écrire un texte en chinois classique (donc entièrement en kanji) un peu comme des Occidentaux écrivaient un texte en latin.

— Et les Kuzushi-ji, dans tout cela ?

— Oui, c’est vrai, Marie, désolé, je me suis lancé dans un sujet1, certes passionnant, mais qui nous éloigne un peu des Kuzushi-ji.

Littéralement, Kuzushi-ji signifie « lettre déformée ou transformée ». En fait, chaque kana est une simplification de kanji, et le spécialiste japonais utilise le mot « jibo », qui veut dire littéralement « lettre mère », pour indiquer le kanji dont dérive un kana. Dans ce sens, on peut dire qu’un kana est déjà un kuzushi-ji, par rapport à son kanji mère. Mais, il y a divers degrés de simplification pour un kana donné, plus ou moins reconnaissable, c’est selon. Lorsqu’il s’agit de lire des manuscrits, on peut donc dire que notre atelier est un atelier de paléographie japonaise.

Exemple de jibo

Est-ce qu’il y a un rapport entre cette simplification et la calligraphie ?

— Oui, dans la mesure où, au moment de l’invention des kana (ou plus exactement pendant leur lente formation), les Japonais utilisaient le pinceau et l’encre. Je ne pense pas en revanche que cette quête des lettres propres au japonais soit motivée ou guidée par le sens esthétique, artistique ou spirituel que l’on associe à la calligraphie, « Shodô » en japonais, que l’on traduit par « la voie de l’écriture ». Mais une fois que les formes des kana se sont plus ou moins fixées, et leur usage généralisé, ils ont commencé à être utilisés avec l’esprit de la calligraphie, tout comme l’étaient les kanji en Chine2 depuis longtemps. Là encore, et c’est normal, dans la calligraphie japonaise, les kanji et les kana sont mélangés.

Et surtout dans le domaine de la littérature, où l’usage des kana était plus développé que dans les textes savants, religieux ou administratifs, l’appréciation de la belle écriture (calligraphie) avait plus de sens, d’autant plus que la diffusion et la transmission de textes littéraires ou de poésies s’étaient faits pendant longtemps par le biais de manuscrits et de leurs copies.

Il y avait donc avant 1900 environ 300 kana, puis une simplification de l’écriture s’est imposée. Une cinquantaine de kana, les plus représentatifs, ont été retenus pour établir une écriture standardisée avec le principe d’un kana pour un son.

Et cette date, 1900, à quoi correspond-elle ?

— C’est l’année où le ministère de l’Éducation a fixé l’ensemble des kana à apprendre à l’école, dans le cadre de la promulgation des « règlements relatifs à l’application du Code des Écoles Primaires ». Mais ce n’est que l’aboutissement ou la manifestation, dans le domaine de l’éducation, d’un grand changement historique qui s’est produit en 1868, à savoir, « la Restauration de Meiji ».

Qu’est-ce que cette « Restauration de Meiji» ? Quel lien avec notre sujet ?

— On parle ici de « restauration » parce que l’empereur, soutenu par plusieurs fiefs s’opposant à l’ancien régime féodal, revient sur la scène politique. Et « Meiji » est à la fois le nom de ce nouvel empereur, et celui de l’ère de son règne, qui d’ailleurs signifie « gouvernance éclairée ». Or l’ancien régime, une dynastie shogunale de la famille Tokugawa, menait depuis le début du XVIIe siècle une politique extérieure dite « de fermeture » (relations très limitées et réglementées avec seulement trois pays : les Pays-Bas, la Chine et la Corée), mais avec cette restauration, l’occidentalisation ou la modernisation du Japon s’accélèrent très volontairement.

Une fois les portes ouvertes vers la fin des années 1850, des échanges directs avec les principales puissances occidentales se sont multipliés au Japon. Par exemple, la famille Tokugawa et ses vassaux deviennent très proches de la France, contrairement à leurs opposants qui se rapprochent des Anglais.

Pour notre sujet, l’introduction de la technique moderne de l’imprimerie avec les caractères mobiles a été déterminante. Le pionnier japonais dans ce domaine était interprète officiel de néerlandais et avait effectué, dès la fin des années 1850, plusieurs essais d’impression à caractères mobiles, mais avec des connaissances avant tout livresques, donc pas toujours avec succès. Ce genre de situation change dans tous les domaines scientifiques et techniques et très vite après 1868, parce que des contacts directs avec des experts et l’obtention de matériaux occidentaux deviennent plus faciles.

L’introduction des caractères mobiles annoncent donc la fin des Kuzuchi-ji ?

— Oui, c’est aisé de comprendre que les caractères mobiles nous ramènent à la standardisation de la forme des lettres. Et puis, la réforme menée au nom de la modernisation, par souci d’efficacité de l’enseignement public, va le plus souvent dans le sens d’une simplification. En France, vous pourriez penser à la réforme de l’orthographe.

En Chine communiste (et un peu au Japon), c’est assez récemment qu’un certain nombre de kanji ont été simplifiés. Pourquoi pas si c’est pour apprendre plus facilement ? Mais du coup, l’on devient presque illettré, sans étude spécifique et supplémentaire autre que l’enseignement secondaire, vis-à-vis d’une quantité assez importante de documents, imprimés ou manuscrits. Dans le cas du japonais, on vient de le voir, cela concerne la plupart des documents produits avant le milieu du XIXe siècle. D’où l’intérêt de l’atelier que nous venons d’organiser.

Vous mentionnez des documents imprimés. Il y a donc des livres imprimés en Kuzushi-ji?

— Oui, et énormément ! Au Japon, l’histoire des textes imprimés commence au VIIIe siècle avec la technique de la planche de bois gravée, provenant de Chine. Il s’agissait surtout de textes bouddhiques ou de classiques chinois, en somme des textes en chinois (en tous cas en apparence, à quelques détails près dont je ne parlerai pas aujourd’hui). Cette situation ne commence à changer qu’à partir de XVIe siècle, lorsque les kana (de Kuzushi-ji !) prennent leur place, petit à petit, dans les livres imprimés. Donc paradoxalement, pour nous, Japonais et japonisants modernes, pour ce qui est du déchiffrage de chaque lettre, un livre ou un texte imprimé de l’époque ancienne est plus facile à lire qu’un livre d’une époque tardive.

Et puis, à la toute fin du XVIe siècle, par deux voies, arrive au Japon la technique des caractères mobiles : celle des missionnaires jésuites, et celle des Coréens, suite à l’invasion de la Corée par l’armée japonaise. Cette technique se développe assez rapidement, tout en répondant à l’élargissement du lectorat, qui était une des raisons de l’introduction des kana dans l’impression.

Il faut dire que les kanji, bien que leur forme soit plus stable donc plus reconnaissable, sont difficiles à apprendre du fait qu’ils sont nombreux : à l’heure actuelle, pour l’usage courant, entre 1000 et 2000. Un petit dictionnaire en contient facilement 15 000. En somme, ce sont aussi des mots…

À ce propos, je veux vous parler d’un procédé d’impression utilisé avec les idéogrammes chinois, appelé « Furi gana3 » ou plus récemment « ruby4 ». Il s’agit d’un petit kana qui précise la manière de lire un kanji, et que l’on retrouve dans les livres japonais, quelle que soit l’époque. Et de nos jours, on trouve cette fonction dans les logiciels de traitement de texte (si on utilise la version française de Word®, elle s’appelle « guide phonétique »). On est censé apprendre la lecture des kanji avec ces « furi gana ».

Exemple de furi-gana

En tous cas, les tirages de livres explosent au début du XVIIe siècle, au point que la technique plus ancienne de gravure sur bois devient plus rentable et plus facile, surtout avec la combinaison texte et illustration, et que les Japonais abandonnent, déjà au milieu du siècle, la nouvelle technique des caractères mobiles. Cette édition de très courte durée s’appelle « ko-katsuji-ban » (ancienne édition typographiée), pour la distinguer de celle qui commence avec l’ère Meiji. Ainsi, pendant deux siècles et demi, qui correspondent au règne de la dynastie Tokugawa dite époque d’Edo (Edo est l’ancien nom de Tokyo), les Japonais ont produit une quantité considérable de livres, assez souvent illustrés5. D’ailleurs, la plupart des livres japonais anciens que l’on trouve en Occident datent de cette époque : en grande partie sortis du Japon au moment de la restauration de Meiji, ils étaient surtout appréciés pour leurs illustrations : on pourrait peut-être parler du « japonisme des livres ».

 Vous pouvez chiffrer l’importance de ce corpus de livres anciens ?

— Le General Catalog of National Books, qui recense les livres publiés au Japon en japonais avant 1867, contient 1,7 millions de titres. Mais, d’après un article6 du Professeur Yamamoto, un des deux animateurs invités de notre atelier, il y aurait plus de trois millions de livres qui n’y ont pas encore été enregistrés. Et même pour les livres recensés dans ce catalogue, qui est maintenant aussi en ligne, une grande partie n’est pas publiée en édition moderne, du fait qu’ils sont écrits en Kuzushi-ji. On a donc, devant nous, un immense gisement à explorer, et la lecture des Kuzushi-ji est l’outil indispensable pour cela.

Professeur Yamamoto avec un kakémono, provenant de sa collection privée.

Et dans notre bibliothèque du Collège de France ?

— Certaines inscriptions des cartes et estampes du fonds Kreitmann7 sont écrites en Kuzushi-ji. Nous n’avons pas tant de livres japonais anciens, moins qu’au Musée Guimet, à la Bibliothèque Nationale ou à la Bulac, mais il y a quand même plus d’une centaine de titres, parmi lesquels un certain nombre très intéressants ou rares, même au Japon, comme ceux du fonds Castillon8. Ne serait-ce que pour les cataloguer, ou pour les valoriser, pour ne pas dire les comprendre pleinement, nous avons besoin de la lecture des Kuzushi-ji.

Et puis nous avons un fonds d’archives, que nous appelons fonds Mitsui. C’est un ensemble d’environ dix milles pièces de documents historiques, qui étaient conservés dans une vieille famille de notable, nommée Mitsui, qui s’était établie dans la région de Kôshû (actuellement Yamanashi), limitrophe et à l’ouest de la région de Tokyo. Ces archives couvrent plus d’un siècle, à partir de la fin du XVIIIe siècle jusqu’aux années 1920. Nous en avons 63 000 fichiers de numérisation. D’ailleurs, un autre animateur de notre atelier, l’historien Professeur Ôta, a choisi quelques pièces de ce fonds comme support de travail pour notre atelier.

 Et concrètement comment s’est déroulé votre atelier ?

— L’atelier s’est déroulé sur trois jours, à raison de trois séances par jour. C’est un atelier intensif qui représente un volume horaire total de quinze heures. Son principe pédagogique est simple : on lit des textes, assez difficiles à lire, d’abord tout seul, parfois en discutant avec ses voisins, et puis on est corrigé par les animateurs. Pour le choix des textes, Mme Hasegawa, bibliothécaire au Musée Guimet et moi-même, avons eu des échanges depuis novembre 2018 avec les deux professeurs – un spécialiste de la littérature et un historien – qui travaillent au National Institute of Japanese Literature (NIJL). Et dès le début de la discussion, on s’était dit qu’il serait bien qu’on valorise et mette en avant des textes qui se trouvent à Paris. En ce qui concerne la partie histoire, dont je me suis chargé, j’ai donc proposé à M. Ôta des documents du fonds Mitsui, dont il avait déjà entendu parler. Le NIJL possède également les fichiers numérisés du fonds, ce qui lui a permis de choisir et d’étudier certains de ces textes, tout en restant au Japon. Nous avons donc pu envoyer, une semaine avant l’atelier, les fichiers PDF des textes à lire à tous les participants, et le jour même, leur distribuer la version papier de 64 pages, imprimées en couleur, grâce au superbe service de la reprographie du Collège de France. Je profite d’ailleurs de cet entretien pour le remercier.

Le Professeur Ôta et les participants en train de lire un document.

 La partie littérature et la partie histoire étaient organisées successivement ou parallèlement ? D’ailleurs sont-elles si différentes en ce qui concerne l’étude des Kuzuchi-ji ?

— Successivement : d’abord le Professeur Yamamoto a animé l’atelier portant sur des textes littéraires (volume horaire de sept heures), puis le Professeur Ôta a animé celui portant sur des documents historiques (volume horaire de huit heures). Dans un texte littéraire, manuscrit ou imprimé, il y a plus de kana. Or, la difficulté de lecture vient avant tout de la multiplicité des kana pour un seul son donné, comme je vous l’expliquais tout à l’heure. En revanche dans un texte d’archives, il y a plus de kanji, souvent très déformés, pour qu’on puisse les écrire vite. Mais dans ce dernier cas, les phrases sont assez figées et répétitives.

Par ailleurs, le Professeur Ôta a eu l’excellente idée de mettre les documents du fonds Mitsui en comparaison avec ceux d’un autre fonds, le fonds Marega, découvert en 2011 et conservé à la bibliothèque du Vatican.

Au Vatican ?

— Oui. Le nom du fonds vient de celui du père italien Mario Marega (1902-1978). Arrivé au Japon en 1929 et s’installant dans la région d’Ôita, dans le sud du pays, il a mené, en parallèle à son activité ecclésiastique, des recherches historiques ou ethnographiques pendant dix-huit ans. Ce fonds est le résultat de ses recherches, et contient notamment des sources importantes pour l’histoire du christianisme dans la région. le Professeur Ôta va régulièrement en Italie en sa qualité de membre de l’équipe internationale de recherche sur ce fonds.

Un document du fonds Mitsui, présenté pendant l’atelier.

Le christianisme au Japon ? Et quel rapport avec le fonds Mitsui ?

— En parlant des premières impressions par les caractères mobiles, j’ai mentionné l’arrivée des missionnaires au Japon au XVIe siècle. En fait, suite à cela, le christianisme se répand assez rapidement au Japon, surtout dans le sud, où les missionnaires débarquent, jusqu’à ce que le premier shôgun, Tokugawa Ieyasu, inquiet de ce développement, adopte la politique de l’interdiction du christianisme, avec de nombreuses actions de répression très violentes. C’est à partir de 1610. Et la diplomatie de la « fermeture », qu’on a vue tout à l’heure, date de cette époque. En politique intérieure, le Bakufu (on appelle ainsi le gouvernement militaire au Japon) met en place, entre autres, le contrôle assez strict de l’appartenance religieuse de toute la population. Or le Professeur Ôta a trouvé dans le fonds Mitsui quelques documents ayant rapport avec ce contrôle : il a ainsi pu nous montrer comment il était en réalité très différent, d’un côté dans la région d’Ôita (donc avec un document du fonds Maraga) où il y avait eu de nombreux chrétiens9, et de l’autre, dans la région de Kôshû, à environ 1000 km de route d’Ôita, où il n’y avait pas eu de tradition chrétienne auparavant. En fait, son cours était en même temps un cours d’histoire du Japon, documents à l’appui. De plus, pour le fonds Mitsui, on a pu sortir les vraies pièces d’archives, conservées dans nos fonds précieux, qui ont beaucoup impressionné les participants.

En effet. À ce sujet, quel était le profil des autres participants ? D’autres bibliothécaires ou documentalistes ?

— Comme l’EAJRS est une association de professionnels des bibliothèques et musées, on donne en général la priorité à ce type de public, notamment quand il y a trop de demandes de participation. Mais cette fois, on a accepté toutes les demandes, et des enseignants-chercheurs ou des doctorants en études japonaises étaient aussi nombreux. La provenance des participants, vingt-sept en tout, est également très variée : environ la moitié vient de l’Hexagone et l’autre moitié, de Russie, du Royaume-Uni, etc.10

Donc il vous arrive d’opérer une sélection ?

— En théorie, oui. En tous cas, c’est ce qu’on indique en lançant l’appel à participation parce que l’on ne sait pas à l’avance combien on aura de demandes. On exige aussi une certaine expérience, un niveau de base dans la lecture des Kuzushi-ji, et un certain niveau en japonais. On pose cette dernière condition, non pas parce que le cours est en japonais, mais parce que le japonais des textes à lire n’est pas du japonais actuel et qu’il est un peu plus difficile à lire.

Est-ce qu’il y a d’autres ateliers ?

— Oui, par exemple l’université de Cambridge organise elle aussi régulièrement  ce type d’atelier, mais sans inviter d’animateur japonais, donc en anglais, avec des spécialistes sur place. À Paris, j’ai rencontré deux doctorants, un Brésilien qui prépare sa thèse en France et une Russe, qui avaient tous deux déjà participé à cet atelier à Cambridge. Leur niveau de lecture des Kuzushi-ji était assez élevé.

En dehors du Japon, des universitaires spécialistes donnent quelques leçons de Kuzushi-ji, mais c’est souvent dans le cadre, ou en marge, de leur cours d’histoire ou de littérature. Le format de l’atelier est un phénomène assez récent, qui montre à mon avis que les études japonaises ont atteint une certaine maturité en dehors du Japon. Disons que la nécessité de lire directement les sources est maintenant bien reconnue. Je ne connais pas très bien la situation en Amérique du Nord, mais en Europe, à part le nôtre et celui de Cambridge, il y a depuis peu celui qu’a monté ici l’Université de Nagoya. Cette université japonaise envoie en Europe ses post-doctorants en littérature japonaise classique et ces derniers se chargent d’animer l’atelier. Présenté comme un atelier introductif, il n’est pas intensif : c’est un cours d’environ deux heures, une fois par semaine, pendant quelques mois. Pendant leur temps libre, les animateurs effectuent leurs recherches personnelles, notamment sur des documents japonais se trouvant en Europe. Ils étaient déjà à Heidelberg et à Strasbourg, et sont actuellement à Paris, à l’EFEO : j’avoue que je participe à leur atelier, puisque je suis débutant ! L’année prochaine, j’ai entendu dire qu’ils seront à Helsinki et à Oslo.

Pour conclure, pourriez-vous nous présenter les deux associations organisatrices ? Proposeront-elles un atelier Kuzushi-ji l’année prochaine ?

Cet atelier est en effet organisé par deux associations, l’European Association of Japanese Resource Specialists (EAJRS) dont je suis membre (« board member ») et le National Institute of Japanese Literature (NIJL)

Ce dernier est une grande institution nationale japonaise dédiée à l’appui aux chercheurs dans le domaine de la littérature japonaise de toutes les époques. On peut dire qu’il est l’équivalent japonais d’un grand laboratoire du CNRS, dans le sens où ses chercheurs n’ont pas l’obligation d’enseigner. Il rassemble en un lieu unique un vaste corpus documentaire portant sur la littérature japonaise issue des quatre coins du pays, et propose beaucoup de bases de données très utiles sur son site Web. Parallèlement, il est très actif dans le domaine de la collaboration internationale, dont notre atelier n’est qu’un exemple parmi d’autres. Le choix comme nouveau directeur du nord-américain Robert Campbell peut être interprété dans ce même esprit d’ouverture.  Le professeur Robert a d’ailleurs l’intention de l’inviter au Collège de France.

L’European Association of Japanese Resource Specialists (EAJRS11)est une association européenne dont le président est actuellement un chercheur belge. Son objectif est de promouvoir le développement et la diffusion, en Europe, d’informations et de ressources concernant le Japon. C’est dans ce but qu’elle organise chaque année, depuis 1994, une conférence annuelle et qu’elle met en place ou soutient d’autres initiatives et activités annexes.

Paris a déjà accueilli deux fois la conférence annuelle  (à la Maison de la culture du Japon en 2002 et à la Bulac en 2013), et c’est Sofia, capitale bulgare, qui la recevra en septembre 2019. Il existe d’ailleurs une association apparentée pour les sinologues : la European Association of Sinological Librarians (EASL). Notre collègue responsable de la bibliothèque des études chinoises, Delphine Spicq, participe régulièrement à leur conférence annuelle. Delphine souhaiterait que la prochaine conférence de la EASL soit accueillie dans notre futur Institut des civilisations en septembre 2020… Et alors la question se pose naturellement aussi pour nous, les japonisants. Quoi qu’il en soit, grâce à ce partenariat NIJL/EAJRS, nous avons bon espoir de mettre en place un atelier Kuzushi-ji en 2020, et nous vous tiendrons informés.

Bibliographie

Pour citer cet article : Kaoru Baba, Marie Preziosi, "Kuzushi-ji, une écriture disparue ?," in Colligere, 02/04/2019, https://archibibscdf.hypotheses.org/3910. Consulté le 26/06/2019.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Cette transposition de deux langues, qui ne s’opère pas seulement au niveau de l’écriture parce que les Japonais connaissent et utilisent le sens des kanji, donc des mots chinois (sans les prononcer comme les Chinois), est un des sujets majeurs que le Professeur Jean-Noël Robert, développe dans ses cours au Collège de France. On peut se reporter à sa leçon inaugurale, « La hiéroglossie japonaise » comme aux colloques qu’il organise sur le thème de la hiéroglossie, qui montrent que ce phénomène ne s’est nullement limité au japonais. Sur l’influence et l’importance de la culture chinoise qui se manifestent par l’écrit et par le livre à travers l’Asie orientale et au cours de sa longue histoire, voir l’ouvrage de Peter Francis Kornicki, Languages, scripts, and Chinese texts in East Asia (Oxford University Press, 2018). []
  2. En chinois, la calligraphie s’appelle « Shufa », qu’on peut traduire par « l’art de l’écriture ». Son histoire est aussi longue que celle des idéogrammes chinois. []
  3. Littéralement, « kana ajouté ». []
  4. Nom technique anglais d’un caractère mobile de petit point. Naturellement, les Japonais adoptent ce terme seulement après la restauration de Meiji, tout en perpétuant la pratique du « furi gana ». []
  5. Voir Bunkichi FUJIMORI « Techniques de fabrication et diffusion des livres à l’époque d’Edo ». Identités, marges, médiations : regards croisés sur la société japonaise, collection Études thématiques, EFEO, 2001, p. 151-155, suivi du commentaire de Roger CHARTIER, « Gutenberg vu de l’Est », p. 156-161. []
  6. « Deep Learning for Classical Japanese Literature ». https://arxiv.org/pdf/1812.01718.pdf (consulté le 20/03/2019). []
  7. Louis Kreitmann (1851-1914), qui a rapporté beaucoup d’objets et de documents précieux lors de son séjour au Japon  où il avait été nommé instructeur militaire. Voir notre publication : Deux ans au Japon (1876-1878) : journal et correspondance de Louis Kreitmann, officier du génie. Kreitmann, Louis; Kreitmann, Pierre; Baba, Kaoru [et al.]; Paris : Collège de France, Institut des hautes études japonaises, 2015, 672 p. ; et les images numérisées du fonds dans Salamandre, la bibliothèque numérique patrimoniale du Collège. []
  8. Voir « La Bibliothèque botanique du comte Hippolyte de Castillon de Saint-Victor (1830-1898) » Suzanne Esmein et Seiichi Kitayama, L’Ethnographie, t. LXXXVI, 2 (1990), 108, p. 211-224. []
  9. Une source de l’église de la région dit qu’il y en avait environ 30.000 dans la deuxième moitié du 16 siècle, sur environ 200.000 habitants. Même le seigneur féodal de cette région y est converti du bouddhisme Zen. []
  10. France 15, Royaume-Uni 4, Russie 2, Danemark 1, Norvège 1, Allemagne 1, Irlande 1, États-Unis 1, Japon 1. []
  11. https://www.eajrs.net/nijleajrs-kuzushi-ji-workshop (consulté le 21/03/2019). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.