Les inscriptions oraculaires du Collège de France

En 1899, Wang Yirong 王懿榮 (1845-1900), alors responsable de l’Académie impériale de Chine, observa des caractères d’écritures archaïques sur de vieux fragments d’os et de carapaces. Il comprit immédiatement leur importance et commença à les collectionner, rapidement imité par de nombreux autres lettrés. En 1903, Liu E 劉鶚 (1857-1909) publia le premier recueil d’inscriptions sur os et carapaces (Tieyun cang gui 鐵雲藏龜), dans lequel figurait une partie de la collection de Wang Yirong. Dans sa préface, l’auteur identifiait clairement ces inscriptions comme ayant été produites sous la dynastie des Shang (env. 1600-1050 av. n. è.). Celles-ci comptaient donc parmi les plus anciens témoignages écrits en langue chinoise jamais découverts. Pendant de nombreuses années, les antiquaires gardèrent le secret de la provenance de ces inscriptions. Il fallut attendre 1908 pour que le célèbre paléographe Luo Zhenyu 羅振玉 (1866-1940) identifie le lieu d’origine de ces pièces : le village de Xiaotun 小屯, dans la banlieue d’Anyang, dans le nord de la province du Henan, où les Shang avaient établi leur dernière capitale. Malheureusement, ce n’est qu’en 1915 que Luo Zhenyu se rendit en personne à Anyang. Ce fut le premier érudit chinois à se rendre sur place. Mais un an plus tôt, le missionnaire canadien James Menzies (1885-1957) était déjà passé à Anyang pour y collecter des inscriptions, il y revint ensuite à plusieurs reprises pour compléter sa collection (c’est ainsi qu’environ 4 700 pièces rejoignirent les collections du Musée Royal de l’Ontariro, à Toronto). En 1918, le sinologue japonais Hayashi Taisuke 林泰輔 (1854-1922) eut aussi l’occasion de séjourner à Anyang où il effectua une enquête de terrain et y collecta de nombreux fragments d’os et de carapaces inscrits.

Enfin en août 1928 l’Institut d’histoire et de philologie de l’Academia Sinica, nouvellement créé, envoya Dong Zuopin 董作賓 (1895-1963) en mission à Anyang. Dès le mois d’octobre de cette même année, l’Academia Sinica organisa sur place une campagne de fouilles. C’était la première fois dans l’histoire de Chine que des fouilles archéologiques étaient menées par une équipe entièrement chinoise, leur objectif principal étant la découverte de nouvelles inscriptions. À partir de cette date, la quasi-totalité des inscriptions sur os et carapaces d’Anyang furent mises au jour dans le cadre de fouilles scientifiques. Les pièces exhumées furent ensuite conservées dans des musées en République populaire de Chine et à Taiwan. Le Professeur Paul Pelliot (1878-1945) eut l’occasion de visiter le chantier de fouilles d’Anyang en mai 1935. On estime cependant qu’entre 1899 et 1928, plus de 80 000 pièces auraient été découvertes lors de fouilles clandestines. À cela, il faut également ajouter plusieurs milliers de spécimens déterrés durant les périodes de trouble liées à l’occupation japonaise de la Chine, puis à la guerre civile (entre 1937 et 1950).

Ossements oraculaires conservés au Collège de France

Le corpus des inscriptions sur os et carapaces des Shang se monte aujourd’hui à environ 160 000 pièces, se présentant le plus souvent sous forme de fragments. Ces inscriptions constituent aujourd’hui notre plus importante source écrite sur l’histoire de la dynastie des Shang.

À partir du XVIe siècle avant notre ère, les devins de la maison royale des Shang s’approprièrent d’anciennes techniques de divination fondées sur l’interprétation de craquelures apparues sur une surface osseuse sous l’effet de la chaleur. Ils développèrent ainsi progressivement des techniques de « pyro-ostémancie » extrêmement élaborées, principalement sur omoplates de bovidés et sur plastrons de carapaces de tortues. Vers le milieu du XIIIe siècle, de courts comptes rendus de divinations furent parfois ajoutés sur certains supports, sous la forme d’inscriptions gravées à côté des craquelures. Ces textes nous informent sur les principales préoccupations des rois et de leur entourage : les sacrifices, la guerre, la chasse, la pluie, les moissons, la maladie, etc.

Le corpus des inscriptions oraculaires des Shang est daté entre 1250 et 1050 avant notre ère environ. Toutes les pièces, à de rares exceptions près, proviennent de la dernière capitale des Shang, à Anyang. Celui-ci est donc parfaitement localisé, à la fois dans l’espace et dans le temps.

Sur environ 160 000 pièces inscrites connues, la majorité est conservée dans différentes institutions en Chine et à Taiwan. Plus de 10 000 pièces ont été dénombrées au Japon et plus de 8 700 au Canada. Les États-Unis en comptent plus de 1 800. En Europe, c’est en Grande Bretagne que l’on trouve les collections les plus importantes (plus de 3 000 pièces). En France, on compte quelques dizaines de pièces réparties entre le Musée Guimet (8 pièces), la Bibliothèque nationale de France (28 pièces), le Musée Cernuschi (10 pièces) et le Collège de France (15 pièces). La collection de la bibliothèque des études chinoises du Collège de France est donc une des plus importantes du pays. Plusieurs inscriptions de cette collection sont reproduites dans des recueils publiés en Chine au début du XXe siècle, un fragment a même appartenu à Luo Zhenyu. On ignore quand et comment ces pièces sont arrivées en France, mais elles furent examinées par le grand paléographe Jao Tsung-I (Rao Zongyi) 饒宗頤 (1917-2018), dans les locaux de la bibliothèque, en 1956.

La collection se compose de onze fragments d’omoplates et de quatre fragments de plastrons. Toutes les pièces sont inscrites. Si quelques graphies ont été gravées par des faussaires, les supports sont manifestement tous authentiques. La plupart des divinations ont été effectuées sous le règne du roi Wu Ding (env. 1250-1050 av. n. è.). Elles concernent essentiellement les sacrifices, mais aussi la chasse et les déplacements. Outre les inscriptions, cette collection illustre différentes techniques de préparation des supports utilisées à la fin du IIe millénaire avant notre ère, par les devins de la maison royale des Shang.

Olivier Venture, Directeur d’études à l’EPHE

Pour citer cet article : Olivier Venture, "Les inscriptions oraculaires du Collège de France," in Colligere, 20/03/2019, https://archibibscdf.hypotheses.org/3896. Consulté le 21/09/2019.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.