De la « littérature personnelle » au Spectacle intérieur : genèse d’une autobiographie savante ? (dernier épisode)

Retrouvez le premier épisode de la série : « De la “littérature personnelle” au Spectacle intérieur : genèse d’une autobiographie savante ? » ainsi que les éléments biographiques.

Pommier, observateur et commentateur politiques

Avec la religion, la politique est l’une des deux grandes absentes du texte publié, absentes annoncées dans la Préface, alors qu’elles sont omniprésentes dans les carnets, la politique plus encore que la religion. Dans certains, ceux des années du Front Populaire ou de la Libération notamment, le commentaire politique domine même très nettement.

Il paraît délicat de publier aujourd’hui isolément certaines des opinions notées sur le vif par Pommier durant les années 1930 et l’Occupation sans donner accès à toute la complexité et aux nuances dont témoignent les carnets.

La défense de l’Allemagne et du renouveau qu’elle peut représenter pour l’Europe, le mépris et la détestation des « anglo-saxons », la vision d’un XXe siècle entièrement à la merci des Anglo-américains, de Roosevelt comme jouant sur un vaste terrain de jeu, des passages pouvant sonner très ambigus, sur Hitler et Mussolini, devront faire l’objet d’un travail attentif d’analyse avant toute conclusion définitive.

Voici d’ailleurs un paragraphe rédigé par Pommier qui devrait précéder toute lecture des carnets dans leur dimension politique :

Les pensées que je confie à ce journal n’émanent point, du moins celles qui concernent la politique, de tout mon être. Elles ne sont que la voix du Saturne que je porte en moi. Ainsi je m’en libère, sans inconvénient pour personne. Il ne faut pas s’y tromper1. »

Peut-être explique-t-il ainsi le sort qui est fait à la politique dans la reprise autobiographique des carnets, à savoir son presque total effacement.

Ainsi le carnet « G », intitulé à l’origine « Mon Journal 1944-1945 », porte-t-il, collée sur la couverture, une feuille revêtue d’indications sur le contenu et sur l’usage propre que compte en faire l’auteur désormais :

Journal surtout politique (avec une analyse de : Le silence de la mer ?) et quelques références particulièrement intéressantes indiquées au verso de cette couverture. – Du 17 octobre 1944 au 22 avril 1945 (L’Isle-Adam). Revu et exploité en novembre 1967 à Menton2. »

Sur la deuxième de couverture, au-dessus des références ci-dessus évoquées, sont restés collées des coupures de presse ; parmi elles, l’extrait d’un article de Marcel Déat dont voici l’incipit : « Pourquoi les Anglo-Américains ont-ils entrepris d’assassiner en masse les Français ? ». On y retrouve l’opinion exprimée à plusieurs reprises par Pommier dans ses carnets sur les vues impérialistes américaines et l’hypocrisie des Alliés, avant tout menés par l’intérêt économique.

Comment ne pas rester stupéfait de la remarque effroyable à propos du retour à son poste de Julien Cain, grand administrateur de la Bibliothèque nationale avant-guerre :

16) Le Cain à la Nationale de nouveau, Laugier aux Œuvres, les ordres des Américains et de la juiverie internationale sont exécutés3. »

Julien Cain avait été soutenu par Léon Blum pour accéder à ce poste ; il est destitué par Vichy en 1940 et remplacé par Bernard Faÿ, Professeur au Collège de France depuis 19324. Déporté début 1944 à Buchenwald, Julien Cain en revient au printemps 1945 et retrouve finalement son poste à la Nationale. Il occupe bientôt, en parallèle, la toute nouvelle direction des bibliothèques, dont Marcel Bouteron (bien connu de Jean Pommier) a assuré l’intérim des premiers mois. Pommier associe donc certainement Cain et Blum dans la même détestation politique non exempte d’antisémitisme.

Ainsi pourrait-on croire Pommier sur la ligne répandue dans les années 1930 « plutôt Hitler que Blum », mais la lecture attentive des carnets révèle des convictions et analyses plus complexes, comme tend à le refléter son espoir dans la construction d’une Europe, non seulement économique mais politique, et même d’abord politique.

Aussi se sent-il autorisé, avec sans doute une part de provocation, à écrire, en février 1944 :

13) Si les États-Unis ont le droit de réduire à rien l’indépendance des États sud-américains, et si nous allons vers cette concentration unitaire des continents (voir le Rêve unitaire de Renan dans ses Dialogues), pourquoi l’Allemagne n’aurait-elle pas le droit de prétendre à l’hégémonie unificatrice de l’Europe5 ?

Pommier a marqué ce passage en rouge lors de sa relecture de 1967 ce qui semble montrer qu’il le valide de nouveau et l’assume. Comment ne pas le rapprocher des études par lui conduites durant sa période strasbourgeoise, autour du De l’Allemagne de Renan et de Mme de Staël, une enquête dont des années 1924-1934 conservent également la trace.

Qu’on ne s’y trompe pas donc, Pommier, à plusieurs reprises, dénonce les atrocités perpétrées par les nazis et la lâcheté des prétendues « grandes démocraties ». Parce qu’il ne pardonne à ces dernières ni leur abandon coupable de l’Espagne républicaine, ni leur complaisance face à la montée du nazisme en Europe, Pommier a pour principales cibles les Anglais, les Américains, la SFIO et les radicaux d’avant-guerre, les traîtres au véritable Front populaire selon lui.

Octobre 1944. 17. Les Alliés Anglo-saxons ne reconnaissent pas De Gaulle, faute de bonnes garanties démocratiques. Mais ils ont reconnu Franco, qui en donnait d’excellentes, n’est-ce pas6 ? »

Lecteur assidu de Combat, il déplore la dérive anticommuniste de cet organe comme il dénonce l’atlantisme d’un Raymond Aron, par exemple, dans l’immédiat après-guerre.

Les carnets des années 1944-1947, particulièrement touffus, témoignent en tout cas d’un intense besoin d’analyser les événements et de comprendre :

Septembre 1944 25) Peut-être la clef que je cherche depuis la pseudo-libération de Paris est-elle celle-ci : les Américains ont magnifié outre mesure les F.F.I. pour que leurs prétentions gênent le gouvernement de De Gaulle, – le coup du général Giraud ayant échoué7. »

En pleine période pré-électorale de 1946 – on élit alors la deuxième assemblée constituante – Pommier s’indigne des diatribes des anti-communistes, vendus aux volontés des anglo-américains et les suivant aveuglément. L’impétrant au Collège de France partage en cela le diagnostic de son prédécesseur, Paul Valéry, qu’il cite pour l’occasion :

L’Europe aspire visiblement à être gouvernée par une commission américaine. Toute sa politique s’y dirige8. »

PMM 9. “Carnet I-J oct. 1945 – sept. 46”

C’est deux ans plus tard, au détour d’un récit de voyage académique, que l’on découvre une autre vision d’Europe, une utopie, selon Jean Pommier. Le professeur est invité au pays du cours sur Port-Royal de Sainte-Beuve, dix ans après le centenaire. Au milieu des références de contacts et jalons d’emploi du temps, telle la mention d’un dîner avec « Bray », c’est-à-dire René Bray, universitaire de Lausanne9, le Professeur français écrit :

J’aimerais mieux me sentir en Europe qu’en Suisse, sans frontière, un large vent balayant tous les miasmes particularistes de l’est en ouest et du nord au sud. Une seule monnaie, une seule langue (au moins pour les choses de la vie publique) qu’on apprendrait à l’école de Kiev à Glasgow. Esperanto ou quelque autre idiome. Et les hommes, au lieu de faire des périodes militaires, iraient faire leurs 28 jours dans une école pour y reprendre un bain d’espéranto. Scènes de la vie future10. »

Les pages des 7 et 8 décembre offrent ainsi de quoi éclairer son itinéraire politique, antimilitariste, pacifiste, internationaliste mais non de toutes les internationales, européen convaincu mais non de l’Europe économique qu’il juge à la solde de l’atlantisme.

Les carnets personnels abritent également le genre connu du carnet de voyage, qu’il s’agisse de voyages d’agrément ou de missions professionnelles ou bien encore d’un mixte, tel l’un des tout premiers voyages d’études, début septembre 1920, en Bretagne, sur les traces de Renan, à Tréguier, où Pommier rencontre des descendants. Le plus ancien carnet de son corpus personnel, la pièce qu’il déplore avoir perdue dans sa postface du Spectacle intérieur, relatait précisément un des premiers voyages du jeune Pommier.

Les voyages sont en outre l’occasion de visiter les grands musées européens, ce qui conduit Pommier à livrer quelques remarques originales sur l’art pictural, d’Holbein, par exemple, ou de Zurbaran.

On remarque que les voyages de loisirs restent pour la plupart, sinon en totalité, hexagonaux, avec un tropisme vers l’Ouest natal très marqué. Ce sont les missions académiques qui conduisent Jean Pommier hors des frontières nationales, et seulement en Europe, visiblement.

Comme beaucoup de jeunes gens de sa génération et de son milieu, le voyage le plus lointain qu’il ait effectué reste celui de la Première guerre. Lorsque Marcel Bataillon relate, dans un hommage à son camarade, les circonstances de la demande de congé déjà évoquée pour l’année 1956-1957 au Collège, il précise que Pommier y a fait valoir des difficultés propres, une santé défaillante qu’il attribue aux suites de sa campagne d’Orient en 1915-1917. Pourtant l’hommage de Bataillon rappelle aussi « l’aveu » qu’il lui fit de « vouloir rejoindre le Corps expéditionnaire d’Orient en partie “par esthétisme”…, c’est-à-dire en quête d’un enrichissement de sa sensibilité », précise Bataillon. Nourri qu’il était des relations de voyage de ses chers auteurs… et aussitôt Bataillon signale que Pommier n’entreprit ensuite aucun voyage exotique, que des voyages proches ce que confirment donc les carnets. Pommier dit de lui-même, dans le Spectacle intérieur, qu’il a habité Bastia, Amsterdam, Strasbourg puis L’Isle-Adam et Menton, soit une relative mobilité qu’il n’avait pas imaginée adolescent.

Il peut sembler un peu facile de dire ici, en guise de transition, que c’est dans la littérature que voyage Jean Pommier, et cependant, si l’on s’en remet à son goût d’une « géographie littéraire intérieure », peuplée des lieux arpentés par les écrivains, réellement ou fictivement, par leurs créatures, on ne peut qu’insister en effet sur cette dimension topographique qui habite les lectures et le travail du critique littéraire.

Pommier critique, Pommier lecteur

Le critique littéraire est d’abord un lecteur assidu. Il se remémore, dans le Spectacle intérieur, le jeune lecteur qu’il fut. Un passage consacré aux « auxiliaires de la mémoire » révèle quelques éléments de sa bibliothèque d’adolescence, à propos du pouvoir évocateur de la collection de la librairie de la Bibliothèque nationale :

Dès que je revois cette couverture bleuâtre et sa gravure, je crois être dans mon bureau de lycéen, le pied sur l’escabeau qui me permettait d’accéder au haut du placard où s’empilaient ces petits volumes, parmi lesquels je choisissais ma prochaine lecture11. »

Certains carnets, tel celui de 1916, comportent des listes de livres prêtés, ou des indications de livres empruntés. D’autres accueillent des notes de lecture, parfois ponctuelles, parfois récurrentes (si la lecture se prolonge, comme celle, nécessairement longue, des Hommes de bonne volonté), particulièrement relevées par Pommier lors de ses relectures : ainsi celle de Loti, Jérusalem, dans le carnet B de 1916 écrit en garnison à Salonique, ou bien celle de l’Ile des Pingouins d’Anatole France, dans le carnet F de l’été 1944, celui de la Libération de Paris.

Dans l’ouvrage autobiographique, Pommier évoque les livres qui l’ont marqué, les tout premiers, ceux de la formation et de la jeunesse :

“Nos amis les livres”, plus chers les uns que les autres. Quelquefois c’est à tel ou tel volume que l’on s’attache ; soit qu’on y ait lu une œuvre pour la première fois […] ; soit qu’on en ait fait, jeune, un long usage : ainsi rien n’a remplacé pour moi le petit Racine de G. Lanson (Hachette) ; le petit Pascal de Brunschvicg (ibid.), si familier à Joseph Bédier […]12. »

Les romanciers de mes jeunes années furent A. France, né en 1844 ; P. Bourget (1852) ; mon philosophe, H. Bergson (1869). Le « groupe de 70 » (Gide, 1869, Proust et Valéry 71 ; j’ai très peu fréquenté Claudel (68) n’entra [sic] vraiment dans mon horizon qu’avec un retard dont je m’étonne aujourd’hui13. »

Gustave Lanson fait ainsi figure de maître en histoire littéraire depuis la jeunesse, grâce au « grand » et fameux manuel. Puis ce fut la rencontre avec Renan, l’autre lui-même, qui eut lieu en « Orient » en pleine Première Guerre mondiale :

Certains étrangers veulent bien nous dire qu’ils ont deux patries, leur pays et la France. J’ai, moi, deux villes natales, Niort et Tréguier, la seconde depuis 1920. Quand éclata la guerre de 1914, je ne connaissais guère de Renan que les Souvenirs d’Enfance et de Jeunesse. En 1916, ma Division tenant un secteur en Macédoine, j’allais de temps à autre en permission à Salonique. Un jour que je passais rue de la Liberté, devant la Librairie Venizelos, je vis en devanture une rangée d’in-octavo à couverture jaune : les Œuvres de Renan, éditées chez Calmann-Lévy. J’achetai chaque fois deux ou trois volumes que je rapportai à Karasouli. C’est là que j’ai lu la Vie de Jésus, “sous l’œil des Dieux”, comme nous disions avec J. J. Frappa. J’imaginais le Thabor mais je voyais l’Olympe, cime neigeuse où Jupiter résidait encore14. »

Si la lecture aiguise l’imagination et fait naître toutes sortes de sensations chez le jeune Pommier, elle ne reste pas toujours silencieuse et éveille même en lui un goût prononcé de l’oral et du discours.

Le goût précoce des mots mis en bouche ou la vocation du magistère

Dès son jeune âge, Jean Pommier a le goût des mots, du « Verbe » fait chair comme il le dit lui-même pour traduire sa phénoménologie propre de la déclamation. Toute la fin du chapitre consacré aux Mots dans le Spectacle intérieur, évoque ses expériences et ce goût précoce de l’oral, à l’origine de son orientation vers le professorat : le désir d’avoir une audience, un public, fussent-ce des volailles et des pigeons dans la volière de son enfance, est dit supérieur au souhait de transmettre. Il évoque dans ce même chapitre consacré à un de ses premiers maîtres, André Bellessort, son professeur de français en hypokhâgne, qu’il retrouve à l’Académie française dans les années 1930.

Sur les générations et le langage, Pommier a des mots sévères dans ce même chapitre :

Comment la vie de la société et le progrès des techniques n’influeraient-ils pas sur le langage ? Depuis la création du Centre national de la Recherche scientifique, entre 1940 et 1950, on use du terme de chercheur dans des cas où l’on n’aurait pas eu l’idée de le faire auparavant15. »

Quant à l’histoire des idées, on se doute que le fer à friser les mots en isme et en ique n’a pas cessé de servir. J’évite ces nouveaux venus ; tout en eux me déplaît. Même l’emploi nominal de problématique m’irrite par son air pédant. A cause du structuralisme, j’ai presque évité dans ce livre le mot de structure qui m’horripile. Dispositions passionnelles qui ne dénoncent que trop ma sénilité16. »

Je suis, quant à moi, pour toutes les conventions savantes, pour tous les mandarinats, contre la démagogie des novateurs17. »

Et le professeur de clamer sa désolation, voire son mépris, à l’égard du franglais, de l’invasion des sigles, de l’inflation des images, de la bande dessinée.

Au fil des carnets, les lectures successives se trouvent elles-mêmes mises en perspective de sa propre histoire de lecteur, de sa « carrière » de lecteur, dirait-on en sociologie de la lecture, comme de celles, fantasmée ou pas, de ses auteurs fétiches :

août 1944 2) J’aurais pu lire L’Ile des Pingouins quand elle a paru, en 1908. J’avais 14 ans. Le fait est pourtant que je la lis aujourd’hui seulement, à plus de 50. (…) 2) J’imagine pour certains livres des lecteurs de choix, à qui ils eussent parlé un langage particulier. Ainsi pour ce début de l’Ile des Pingouins, cette Vie de saint Maël, j’aurais voulu comme lecteur Renan, le jeune lecteur Renan à l’époque où il entendait en Sorbonne les leçons d’Ozanam sur saint Patrice. »

En septembre 1944, alors que déjà bien des éléments du futur Spectacle intérieur sont en germe, l’auteur constate lui-même que ses souvenirs commencent à s’effacer et qu’il est peut-être temps de les rassembler avant qu’ils ne lui échappent totalement. Or les lectures en font partie et la carrière de lecteur, elle-même, semble compromise par l’âge qui vient.

16) J’ai une extrême avidité de lire et d’apprendre encore. Mais le cerveau, hélas ! fait partie du corps, et son activité est restreinte par l’usure générale de la machine. Pour emprunter une métaphore à Renan, le bol alimentaire serait plus copieux que jamais, tandis que l’orifice de déglutition s’est, depuis ma jeunesse, diablement rétréci…18 »

Pour compléter ce panorama des lectures de Jean Pommier, les présentes archives offrent plusieurs pistes, à commencer par celle du lecteur usager des bibliothèques (les notations de cotes de la rue d’Ulm et de la Bibliothèque nationale sont nombreuses dans les carnets). Il sera utile de reconstituer une liste chronologique des auteurs cités dans les carnets, des notes de lecture sur un ouvrage précis. Le Carnet de 1940 révèle ainsi deux facettes simultanées d’un Pommier grand lecteur, entre lectures savantes et lectures de loisir : il évoque un roman d’Agatha Christie « ABC contre Poirot prêté par Bonnerot », par le conservateur de la Bibliothèque de la Sorbonne donc. Et le même jour signale:

je lis toujours Mallarmé (Poésies) et Thibaudet sur lui19. »

Au cours de ses lectures, le critique littéraire se montre constamment à l’affût des échos, des parallélismes, des affinités ou des distinctions. La méthode comparatiste, il se l’applique volontiers à lui-même en face des auteurs du passé qu’il admire particulièrement.

En regard de la 1ère page du Nouvel an 1940, quelques idées sont jetées, comme souvent dans ces carnets, pour établir des « correspondances » littéraires, et la suite de sa réflexion sur le statut de son Journal selon la nature de la littérature :

La construction par Strigelius chez J. Romains (Hommes de Bonne volonté, XII) de son ode Leçons d’un cénotaphe via sans doute Le Cimetière marin de Valéry qui est aussi en décasyllabes. Le genre de mon journal, cf. J. Romains, La douceur de la Vie, 7-8. Il y a du Mallarmé dans Strigelius. La hantise de la page blanche20. »

Quelques notations cinglantes émaillent ces carnets où Pommier dispense ses jugements philosophiques et littéraires à la manière des moralistes :

– 40 Euripide : les vieillards sont colériques comme des enfants. Où est le prestige épique de la vieillesse expérimentée et sereine ? Ah ! c’est un révolutionnaire, un radical ! Je voudrais lire le traité de Plutarque : si un vieillard doit diriger la République ? » et ajouté au crayon « Clémenceau » [sic]21.

– 42 Taine, en femme, serait Mme du Deffand 1) avarice de rentier 2) ennui organique22. »

– 46 Descartes écrit ses Réponses aux objections, ses Méditations même (je crois), en latin. Jamais marque plus frappante (si la raison qu’il en donne est exacte) de la conscience qu’a un auteur de la funeste influence de ses écrits. Faire un hiéroglyphe de ce qu’on croit la vérité ! quelle inhumanité ! que je préfère, en ce point, Sénèque à Fontenelle23. »

Comment ne pas être frappé de ces dernières exclamations qui semblent dénoncer le « négatif » de la mission humaniste assignée au Collège de France dans la diffusion, limpide, des connaissances.

Le temps des hommages : apports de Jean Pommier à la critique littéraire

Dans le résumé du cours de 1946-1947, Jean Pommier esquisse, à partir du cas Flaubert, une théorie de la création littéraire et des éléments qui peuvent la nourrir :

Comme on connaît, par les brouillons et les scénarios, l’histoire prénatale du texte, on constate que, presque toujours, Flaubert commence par jeter sur le papier des fragments de son expérience. Ensuite, la destinée de ces morceaux est diverse : tantôt ils subsistent sous leur première forme ou à peu près, tantôt ils disparaissent, chassés par une nouvelle version qui est mieux en accord avec la logique de la fiction24. »

Par son tempérament et son état de santé, Flaubert offre un cas privilégié pour la critique physiologique (…) On a poursuivi l’étude de la sensibilité, de la mémoire des sensations, de l’imagination. “je suis d’argile pour recevoir les impressions”, écrit Flaubert, et de bronze pour les garder25. »

Au-delà des « sensations reçues », l’expression des « sensations rares » est considérée comme la « griffe » de Flaubert, dans une critique littéraire qui vise, ultimement, à « caractériser » un auteur. Or cette caractérisation passe par une enquête minutieuse et une quête aussi exhaustive que possible des sources à disposition.

L’hommage que rend, près de trente ans plus tard, Marcel Bataillon à « Pommier comparatiste » dans la Revue de littérature comparée, insiste sur la recherche passionnée des sources : il décrit son collègue comme un « praticien acharné de la recherche exhaustive des sources » des œuvres, dont les œuvres précédentes bien sûr, lues et assimilées par les auteurs. Racine et sa lecture des Anciens sont cités au premier chef par Bataillon.

Voici l’analyse qu’il fait de l’apport de Jean Pommier au champ de la critique littéraire, en conclusion de son hommage :

Mais l’originalité de la vocation de notre ami ressort du contraste même entre le singulier abstrait de la “poétique” valéryenne et le pluriel concret “des créations littéraires” auxquelles il voua ses recherches passionnées. C’est pour elles qu’il dépassa (comme G. Blin l’analyse avec tant d’acuité) “ce fameux problème des sources qui avait tant tourmenté Lanson et qui semble le plus odieux à la critique anti-universitaire”. Mais le préjugé hostile de celle-ci n’est-il pas à bon droit rejeté comme frivole par ceux qui ont la passion de savourer et de comprendre les œuvres dans l’intime de leur chair ? C’est comme discipline de la compréhension génétique que la littérature comparée mérita la considération de notre ami26. »

L’amoureux de la nature, le Jean Pommier amateur de chasse à ses heures en compagnie de son père, n’aurait pas renié la formule citée par l’administrateur Étienne Wolff dans l’hommage qu’il lui rend devant l’Assemblée du Collège, le 25 février 1973. Cette formule est empruntée à un disciple de Pommier, non cité en l’occurrence, pour évoquer sa perspicacité littéraire et la ténacité de son enquête minutieuse :

(…) un instinct de recherche toujours en éveil, le flair d’un “chien de chasse de grande race”. »

Et Wolff de souligner alors une influence plus institutionnelle, celle du Pommier critique à la tête de la grande Revue d’Histoire littéraire de la France, de 1947 à 1962.

Au bout du compte, le critique littéraire, auteur de sa propre biographie, nous invite au même type d’enquête, humble et patient, qu’est celui du critique littéraire au milieu du XXe siècle. En voici une définition, empruntée au rapport qu’il rédige en faveur de la création d’une chaire de « Psychologie des arts plastiques » pour l’assemblée du 27 novembre 194927 :

On se saisit de tous les indices pour reconstituer son travail [celui du créateur, écrivain ou plasticien]. On le suit, depuis la plus brève note de calepin jusqu’aux bonnes feuilles du livre (…)28.

Ainsi peut être réalisée, selon Pommier, cette « étude de la faculté créatrice en acte » à laquelle sa chaire, bien nommée, fut consacrée dix-huit années durant. Pommier meurt un mois à peine avant les premières célébrations du 150e anniversaire de la naissance de Renan. Cela ne lui aurait pas échappé.


Dans l’atelier du poète savant ou du savant poète

Quelques pistes relevées dans les carnets :

  • des conseils méthodologiques, probablement d’un professeur de lycée, auquel Pommier a confié son carnet de notes puisque ces conseils et remarques sont consignés en rouge, directement dans le carnet de 1908 ; on y trouve notamment des prescriptions sur la mise en fiches articulées et sur la manière de prendre des notes de lecture (puissance de synthèse, repérage de l’idée force et des exemples pertinents, concision de la langue), conseils que le jeune Pommier met aussitôt en pratique dans la suite du carnet – voir PMM 9. 1. carnet A.-C, p. 45 ;
  • le travail de Thèse sur Renan et les carnets de l’enveloppe « 6 » boîte PMM 9 « Journaux et carnets personnels » – « Index alphabétique de noms propres relevés dans Renan (imprimés) et relatifs aux événements et préoccupations de l’époque que j’étudie ». On notera une certaine naïveté du titre puis, ensuite, l’extrême méticulosité des recherches factuelles que se prescrit Pommier au détour de ces notations dans l’index.

Exemple : à la lettre « L », au milieu des nombreuses annotations concernant « Liart », correspondant de Renan dans les années 1840-44, en face du nom « Le Hir, né à Morlaix », cité par Renan donc comme tous les noms propres du carnet alphabétique, Pommier note : « à sa mère p. 251, est-ce vrai qu’il a fréquenté cours du Collège de France pendt cinq ans consécutifs ? »

La page de garde et la première page du même carnet comportent une liste de recherches à effectuer, de points précis à élucider, du style : « Regarder si la lettre à Liart du 16 juillet adressée à St-Brieuc n’a pas suivi à Tréguier » ou encore « Est-ce que la lettre d’Henr.[iette, sœur de Renan] reçue par Renan jour ordination et dont il parle (Le[ttre] du Sem.[inaire] 239) existe ! »

  • les copeaux ou le copier/coller à l’ère du papier/crayon ;
  • la fabrication des index, les sommaires à la main, remaniés à chaque stade de la rédaction : Cf. la chemise cotée IMEC PMM 6. 3. 3. qui contient un jeu de fiches sur papier fin de format approximatif 12×10 cm, avec une fiche par lettre de l’alphabet inscrite en bas à droite et en rouge (nombreuses lettres restées vierges en l’occurrence).

Voir aussi la Table des rêves – un titre qui semble une alliance de mots pour ce poète réfractaire, semble-t-il, à trop de formalisation à prétention scientifique. Contre-collée sur un carton, cette table offre plusieurs entrées en colonnes pour caractériser les rêves relatés dans la future publication : « Page et N°», « Sujet », « Intérêt », « Couleur », « catégorie », « Personnages », « Lieu », « Origines et sources ». On reconnaît là plusieurs éléments habituels d’une typologie tandis que d’autres, telle la « Couleur » du rêve, ont l’air d’échapper à la mise en cases et ouvre une fenêtre à l’évasion poétique.

PMM 6.3.4 Table de concordance des rêves
PMM 6.3.4 “Les rêves” (table des rêves)
  • la sous-traitance de la frappe dactylographiée : en PMM 6. 3. 1., traces d’indications à l’impératif, de la main de Pommier : « Va à la ligne… » « N’oublie pas d’ajouter 1 à chaque rêve… » ce qui semble renvoyer aux numérotations successives visibles dans la table des rêves, en chiffres puis en lettres. Si l’on s’en remet à l’hommage de Marcel Bataillon, c’est Lucie, l’épouse de Pommier, qui réalisait les versions dactylographiées de ses travaux ;
  • sur l’écriture et les conditions matérielles du travail intellectuel, voir le Carnet de 1940, page du 27 janvier :

« Mon œuvre restera p. ê. dans les limbes parce que je répugne à me lever souvent de table, d’où des classements que je ne fais jamais, et un tas de notes que je n’utiliserai pas. »

À rapprocher d’une note brève en date du 6 février :

« J’avance avec Lucie [son épouse] le classement de ma Bibliothèque avec catalogue. Nous avons fait Michelet. Je ne retrouve plus Ma jeunesse. »

et de la courte note du 11 mars :

« J’use un temps précieux, hélas ! à mettre de l’ordre dans mon bureau. »

Pour citer cet article : Laure Léveillé, "De la « littérature personnelle » au Spectacle intérieur : genèse d’une autobiographie savante ? (dernier épisode)," in Colligere, 13/03/2019, https://archibibscdf.hypotheses.org/3847. Consulté le 22/07/2019.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. p. 30 du carnet F coté IMEC 9. 1. 5. []
  2. Réf. Carnet « G » de la boîte cotée IMEC PMM 9.  Le « ? » est de Pommier ; il s’agit bien d’une analyse de l’ouvrage de Vercors, dont la première édition clandestine date de 1942 ; il est ensuite publié à Londres en 1943 (Les Cahiers du Silence). []
  3. Ibid., p. 86. []
  4. Sur le parcours de Bernard Faÿ, titulaire de la chaire de Civilisation américaine, démissionné du Collège en 1944 pour cause de collaboration, voir l’ouvrage du Professeur Antoine Compagnon : Le cas Bernard Faÿ : du Collège de France à l’indignité nationale, Paris, Gallimard, 2009, 208 p. []
  5. Carnet « E ». p. 2. []
  6. Carnet « G »., op. cit. []
  7. Ibid. []
  8. Carnet 9. 2. 2 « I-J » « Octobre 1945 – septembre 1946 : Valéry », Regard, p. 34. []
  9. René Bray fut élève de l’École normale au début des années 1920 ; il est l’auteur de : Sainte-Beuve à l’Académie de Lausanne, chronique du cours sur Port- Royal, 1837-1838. II.— Sainte-Beuve, Port- Royal, le cours de Lausanne (1837- 1838). Pommier fait partie des auteurs de l’hommage qui lui est rendu en 1954. Voir aussi les carnets correspondant au travail d’édition dudit cours de Sainte-Beuve, réalisé par Pommier dans les années 1936-1937 d’après le manuscrit de Chantilly. []
  10. Carnet 9. 2. 5 « N » « Novembre 1948 Voyage de Suisse (voir ici le 24 novembre) Revu en déc 1967 ». Il s’agit d’un agenda répertoire du 4e trimestre 1948, griffonné de part en part avec des notes diverses et souvent difficiles à déchiffrer : notes bibliographiques, cotes de bibliothèques mais aussi notes bancaires, adresses et numéros de téléphone épars, horaires de voyage, etc. La partie centrale, comme l’indique Jean Pommier lui-même, conserve des notes plus continues concernant son séjour en Suisse dont les dates-clés sont inscrites en page 2 du carnet : «Novembre en Suisse. Genève 15 Lausanne 16-17. Fribourg 18 Bern 19 Neuchâtel 20 Bâle 22.» []
  11. PMM 5. 1 p. 169 d’un état dactylographié du Spectacle intérieur, chapitre sur les opérations de la mémoire. []
  12. Cf. Boîte cotée IMEC PMM 5 pièce 2, p. 319. []
  13. Ibid., p. 341 note I. []
  14. Ibid., p. 327. []
  15. p. 368. []
  16. p. 369-370. []
  17. p. 372 PMM 5.2. []
  18. Carnet de septembre 1944, op. cit. []
  19. Carnet 9. 3. 4 de 1940, page du 13 janvier. []
  20. Ibid. []
  21. Ibid., p. 103. []
  22. Ibid., p. 104. []
  23. Ibid., p. 105. []
  24. Annuaire de 1947, pp. 172-173. []
  25. Ibid., pp. 171-172. []
  26. Hommage déjà cité, conservé dans le Dossier individuel coté 16 CDF 341. Georges Blin est le successeur de Jean Pommier au Collège. []
  27. Cf. dossier individuel Jean Pommier, conservé aux Archives du Collège de France à la cote 16 CDF 341. []
  28. Ibid. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.