De la « littérature personnelle » au Spectacle intérieur : genèse d’une autobiographie savante ? (2e épisode)

Jean Pommier et l’Université, avant le Collège

Retrouvez le premier épisode de la série : « De la “littérature personnelle” au Spectacle intérieur : genèse d’une autobiographie savante ? (1er épisode) ».

Pommier ne livre que peu de témoignages sur sa carrière académique en tant que telle, d’un point de vue socio-professionnel, mais en revanche il est prolixe sur ses curiosités, ses idées de livres, les projets d’enquête littéraire, les correspondances et les échos qui tissent son travail de critique littéraire. Nul doute que ce ne soit là pour lui le cœur vivant de l’autobiographie d’un savant poète ou poète savant.

En page 137 du Carnet « A-C », le jeune Pommier au début de sa recherche de thèse sur Renan écrit :

139. (…) Relever ceux des grands écrivains qui ont été élevés en séminaire […] »

et qui connaissent donc bien la Bible, comme Chateaubriand, dont il vient de souligner la compétence en la matière. Ce numéro « 139 » est à rapprocher du n° 170 qui y renvoie d’ailleurs explicitement dans les notes manuscrites de Pommier. Le fait est que l’un des fils conducteurs de la bibliographie complète de Jean Pommier, qu’il s’agisse d’écrire sur Renan, Pascal, Racine, le Port-Royal de Sainte-Beuve, ou encore Balzac, est cette mise en relation de l’écriture littéraire avec la religion, la formation religieuse et le « sentiment » religieux. Quant à la « mystique » de Baudelaire ou de Proust, qui fait le titre de deux de ses grands livres, elle est à prendre au sens que lui donne Bergson, un des auteurs maîtres pour Pommier, dans les Deux sources de la morale et de la religion, ouvrage paru en 1932.

Carnet A-C. On notera la mention au crayon « A laisser tranquille désormais », qui date probablement de la dernière lecture en 1967.

Parmi ses innombrables projets d’enquête :

Étudier l’Égypte dans la littérature frse au 19e siècle (intérêt excité par l’intelligence des hiéroglyphes). Les livres de Champollion. Le Roman de la Momie. Maxime du Camp. Voyages de Renan et de Berthelot1. »

Cette note est suivie d’une mention d’une autre écriture – Pommier a-t-il soumis ce carnet et ces idées à un mentor, le même que celui qui corrige ses notes de lecture dans le même carnet juste avant la guerre ? L’écriture est semblable en tout cas et l’autorité consultée signale : « Cela a été fait par Carré ». L’étude ainsi évoquée est celle du germaniste et comparatiste Jean-Marie Carré (1887-1958), qui au début des années 1920 est déjà connu pour ses travaux sur Rimbaud mais pas encore pour l’ouvrage Voyageurs et écrivains français en Égypte, qui paraît en 1932 au Caire. Est-ce à dire que la remarque est ajoutée une décennie plus tard ? Serait-ce en fait l’écriture de Pommier se relisant ? A partir de 1935, les deux hommes, Pommier et Carré, sont collègues à la Sorbonne.

Déjà les intuitions et la méthode comparatistes sont à l’œuvre :

Comparer la 2e partie du ps[aume] 69 et l’Hymne à l’agriculture dans la Paix d’Aristophane […]2 »

Rousseau écrivant : nos âmes éperdues, etc. se souvenant de : Mon âme se répand comme une eau – du psaume de David3. »

Pommier a entouré « se souvenant » et ajouté « l’Important ! » lui qui est passé maître dans l’art de repérer les réminiscences. C’est qu’en effet pouvoir comparer exige de se souvenir, se souvenir de ce qu’on a déjà lu et rencontré, en avoir reçu une impression suffisamment forte pour en être de nouveau frappé lorsque surviennent un écho, une ressemblance, voulus ou non, en somme tout ce qui occupe Jean Pommier au premier chef dans son travail autobiographique. Or, à cette époque de sa jeunesse, alors qu’il n’est pas encore tourmenté par l’angoisse de ne plus se souvenir, les projets et intuitions comparatistes qui jaillissent semblent le faire naturellement, avec une aisance remarquable. Pommier va même jusqu’à comparer les élans comparatistes, et d’invoquer comme une caution suprême :

Renan lui-même compare quelques-uns de ces Psaumes aux Odes de Pindare4. »

Les carnets ouvrent tout de même quelques rares fenêtres sur la vie universitaire et académique à diverses étapes de sa carrière : on y repère quelques témoignages sur la période hollandaise, à l’Université d’Amsterdam où Pommier donne des leçons sur Renan d’octobre 1922 à février 19235, quelques autres sur la période strasbourgeoise entre 1924 et 1934. Les éléments se font rares sur la vie à la Sorbonne, même si l’agenda de 19436 contient ce qui semble être des notes de réunions de l’Institut de français autour du « renouvellement du programme de licence » ; on y croise les noms de Lebègue (Raymond) et Jasinski (René), ce dernier ayant un parcours de formation supérieure proche de celui de Pommier (Louis-le-Grand, École normale et Fondation Thiers juste après Pommier)7.

Carnet A-C, p. 212-213. Brouillon de cours sur Renan (Amsterdam, 1923.)

Une des rares confidences sur sa manière de vivre le temps dans son métier au quotidien nous est livrée précisément dans les semaines qui suivent la Libération de Paris, dont les carnets témoignent abondamment. Voici comment Pommier perçoit cette rentrée universitaire singulière de 1944, à la Sorbonne donc :

septembre 1944, 25) L’homme mangé. Je suis un homme mangé. Non pas comme dans mon rêve de l’autre nuit. Mais mangé tout de même. Le 1er courrier rétabli m’apporte des dissertations de candidats à l’agrégation à corriger, des plans de thèse que des candidats au doctorat me soumettent, une demande de renseignements du Rectorat sur un étudiant, une prière instante du directeur de l’École normale pour que je reste cette année dans le jury. Voilà ce qui dévore ma substance ; mes heures ne sont plus à moi ! Est-ce la peine de vivre ainsi8? »

À cet égard, l’élection de 1946 au Collège de France lui offrira bientôt d’autres conditions, plus propices, encore que les traces conservées, dans son dossier administratif, d’une correspondance à l’appui d’un congé pour convenances personnelles en 1956-1957 ne révèlent malgré tout une difficulté persistante à gérer le temps de l’écriture aux côtés de celui des cours. C’est en fait pour écrire un ouvrage que Pommier sollicite ce congé ; il soulève alors un problème d’ampleur plus générale au Collège, que l’Administrateur Marcel Bataillon relaie auprès du ministère de tutelle : celui du temps à dégager pour pouvoir publier les résultats de recherche tout en renouvelant ses cours chaque année9.

Voici donc une vision idéale de la carrière selon Pommier, conscient d’avoir eu ce privilège durant trois ans, au sortir de la Grande guerre :

Il faudrait une Fondation Thiers pour des hommes qui passeraient ainsi non 3 ans mais toute leur vie. Ne se mariant pas, mais toujours disponibles pour l’œuvre, l’aventure, le voyage et l’amitié10. »

Au moment de quitter la vie universitaire pour rejoindre l’établissement singulier qu’est le Collège, Pommier explicite le sentiment de franchir une étape décisive. De son dernier cours en Sorbonne, il confie dans son journal :

Hier, mes derniers Cours de Sorbonne. Licence Mallarmé. Agrégation, acte IV de Phèdre. Tonnerre d’applaudissements dans l’amphi Richelieu. Etudiants peu nombreux à Descartes faibles applaudissements. Tout cela n’est pas sans émouvoir. C’est un tournant de ma vie11. »

Le Professeur au Collège de France

Sur cette nouvelle période, les témoignages des carnets restent ténus certes, mais offrent un échantillon assez complet des activités et jalons coutumiers de la carrière d’un Professeur à commencer par sa « campagne  au Collège de France » comme il la désigne lui-même, selon les termes consacrés.  L’idée de la chaire, l’élection et la conscience de succéder ou pas à Valéry sont évoquées seulement, sans trop de détails, de même que ses appuis, ses concurrents, la manière dont il fut informé de son élection, la réception de son arrêté de nomination adressé par l’Administrateur d’alors, Edmond Faral,  sa première assemblée et l’élection d’André Grabar, ce qu’il a failli écrire à Mario Roques à ce sujet et qu’il garde pour lui12. On trouve trace, plus tard, de son propre rôle dans le traditionnel rapport en faveur d’une nouvelle chaire, en l’occurrence des traces d’un brouillon correspondant sans doute à la présentation de la candidature de Martial Guéroult pour la chaire d’Histoire et technologie des systèmes philosophiques, que Pommier défend en tant que création à l’Assemblée du 11 mars 195113. Ces événements politico-administratifs de l’institution, auquel Pommier prend part comme ses pairs, ne sont bien sûr qu’une faible part de son activité, ce dont les sources disponibles se font le net reflet.

Comme nous l’indiquons dans le descriptif analytique de l’inventaire provisoire, le fonds conservé au Collège de France comporte de nombreuses boîtes concernant les cours eux-mêmes, encore à explorer. Ici, nous mentionnons ce que les boîtes dépouillées, celles des sources biographiques, peuvent apporter de complémentaire.

La genèse d’un cours vue rétrospectivement

Les archives des cours, qu’il s’agisse de ceux professés de 1946 à 1964 dans le cadre de la chaire d’Histoire des créations littéraires en France, ou de cours antérieurs conservés par Pommier, pourront parfois être éclairées d’un nouveau jour par la lecture des carnets ou de l’autobiographie. Il arrive en effet que le Professeur retrace de lui-même la genèse d’un cours du Collège et témoigne de ce que le choix, entièrement libre, du thème annuel pourvu qu’il manifeste un constant renouvellement au sein de l’Institution, se nourrit amplement des expériences acquises. Ainsi, à propos du cours consacré à Buloz, Pommier évoque les événements littéraires de l’année de sa naissance, 1893 :

Ce changement de règne [Buloz à Brunetière à la tête de la Revue des Deux-Mondes] eut lieu le lendemain de ma naissance. Il était écrit qu’un jour le don Bourget-Pailleron à la Bib. Lovenjoul ferait venir sur ma table les Archives de la Revue bulozienne, m’incitant à retracer, dans un Cours du Collège de France, la vie du fondateur14. »

Pommier partage en effet avec Renan, son maître et son double, l’expérience des bibliothèques savantes en tant que professionnel : il a été en charge de la fameuse collection Spoelberch de Lovenjoul à Chantilly, de 1953 à 1962, missionné comme conservateur par l’Institut. Ainsi s’est-il trouvé, sur le tard, responsable d’une collection de manuscrits du premier XIXe siècle dans laquelle il avait déjà abondamment puisé pour ses propres travaux érudits. Le cours évoqué est celui qu’il professe l’année 1955-1956, le mardi, consacré à François Buloz, directeur de la Revue des Deux-Mondes de 1831 à 187715.

Alors qu’il souhaite illustrer ce propos liminaire :

L’effet qu’une lecture produit sur nous dépend en grande partie de notre âge16. »

Pommier confie :

J’entends encore cet étudiant se récrier – surpris, désapprobateur et sceptique – à l’annonce d’un Cours sur A. de Musset : « Alors, vous voulez le réhabiliter ? » Je m’étais décidé, en effet, pour mon enseignement en 1951-52, à reprendre et à mettre à jour le manuscrit du Cours public auquel j’ai fait allusion plus haut, et qui avait connu à Strasbourg, un très grand succès. Mes Leçons au Collège de France furent, au contraire, des moins suivies. Quelle différence entre l’ambiance de l’Alsace dix ans à peine après la Victoire – et celle de la capitale, près d’un quart de siècle plus tard ! Moi-même je m’étais refroidi17. »

Notons que les témoignages de première main sur la réception des cours par les auditeurs du Collège sont, globalement, suffisamment rares pour que l’on cite ici le passage in extenso. Bien sûr, lorsque ce témoignage est exprimé par le Professeur en personne, il est permis de souligner le biais possible ; cependant, la fréquentation approfondie des carnets et écrits de Pommier nous apprend aussi à le connaître comme peu complaisant envers lui-même et envers quiconque, conscient de sa propre valeur en même temps que les sens critique et autocritique perpétuellement en éveil.

Fait plus conjoncturel encore, une querelle avec l’Administrateur du Collège, Edmond Faral, semble l’avoir beaucoup affecté sans que l’on puisse toutefois en reconstituer les tenants et aboutissants d’après cette seule source. Dans le  carnet « L » de 1947, soit l’année qui l’élection de Pommier au Collège, on trouve une lettre adressée à l’Administrateur, lettre qui fait écho à une note du 2 novembre : Pommier y évoque une « scène avec Faral » qui s’est déroulée le 29 octobre18. La dispute était-elle d’ordre politique ? En date du 3 novembre, Pommier écrit brièvement :

J’insère ici ma lettre à Faral.- La 3e force, c’est le « bloc occidental » au Parlement. »

Plusieurs des notes du même carnet commentent en effet la vie politique parlementaire et quelques rares coupures de presse sont collées dans le carnet ou intercalées, comme celle concernant les élections au Havre, extraite de Combat et intitulée « La Troisième Force est présente dans le nouveau conseil municipal du Havre », en décembre 1947.

N’ignorant pas bien sûr, la véritable devise de l’institution qui l’a déjà élu – Docet omnia – Jean Pommier en propose une autre, très personnelle, pour le Collège et écrit ces mots le 9 avril 1946, soit moins d’un mois avant sa leçon inaugurale qui aura lieu le 7 mai :

En définitive somme, le Collège me fait l’effet d’un club un peu austère, d’un cercle bien posé, avec la devise : liberté, dignité, gravité, et un ritualisme un peu discret désuet qui n’est pas sans charme. Il fera bon de respirer le plus longtemps possible l’atmosphère atténuée de ces limbes, avant l’entrée dans la nuit définitive19. »

Suit immédiatement ce propos éclairant sa carrière :

Dans une lettre à Van Tieghem, j’explique pourquoi je suis si peu connu en dehors d’un cercle restreint : « je ne reçois pas, on ne me voit nulle part, j’évite l’antichambre des secrétaires de rédaction, je n’ai pas de tribune et je suis un sorbonnagre ; mon nom, pour ceux à qui il n’est pas tout à fait inconnu, a une vague odeur d’antéchrist bolchévisant ; et ce que je fais ne comprend guère ces vieilles rengaines auxquelles les folliculaires peuvent accorder leur pauvre instrument (…)20 »

Inclassable, le Professeur Jean Pommier ? En tout cas, déroutant les pistes, y compris politiquement, sans complaisance aucune et sans mondanité.

Quels réseaux pour un misanthrope ?

C’est en effet dans le carnet qui contient sa campagne au Collège que Jean Pommier confesse :

Tout le bonheur que me donne la vie sociale, c’est la nécessité de me faire pardonner mes vrais bonheurs. On avouera que c’est mince21. »

On peut imaginer qu’il a fixé, juste auparavant, un de ses « vrais bonheurs » en notant cette citation trouvée chez Prévost dans la Création chez Stendhal, p. 129 :

Une belle odeur amère de buis et de sapin, l’odeur « romaine » (Prévost, …)22. »

Le pessimisme patent dans les carnets à l’égard de ses semblables comme sa tendance aux  jugements lapidaires, qui ne sortent sans doute pas de l’espace et du temps des journaux intimes, trouvent un début d’auto-interprétation dans cette notation du 21 août 1940 :

Je suis si sévère envers moi-même que je m’interdis parfois le plaisir d’être bienfaisant23. »

Que peut être dès lors l’autobiographie d’un poète-savant qui exprime à plusieurs reprises sa misanthropie ou en tout cas sa préférence pour le commerce avec ses auteurs de prédilection et ses chers disparus ?

L’auteur donne un début de réponse, par défaut, à propos de la source autobiographique constituée par ses carnets, dans celui qu’il écrit du 6 août au 17 octobre 1944 :

Peut-être manqué-je de modestie mais il me semble que ce journal que je tiens  peut avoir son intérêt. Mais ce qui lui nuit, c’est que j’y parais à peu près seul. Je ne connais personne de marquant, ma sauvagerie devenant chaque jour plus accentuée. Ainsi cela ne saurait être un tableau de la vie intellectuelle de mon temps24. »

Et en effet, en dépit de quelques informations factuelles sur les rendez-vous ou les correspondances, les rencontres académiques en France ou à l’étranger, les commentaires critiques sur quelques lectures contemporaines, le « Journal » et les carnets de Pommier ne dressent pas « ce tableau de la vie intellectuelle » des années 40-50 du XXe siècle, ou du moins pas directement.

Parmi les notes de lecture de ce même carnet, on trouve celles concernant l’Ile des Pingouins de Loti, ainsi que le Journal d’André Gide, qu’apparemment Pommier lit à la bibliothèque de la rue d’Ulm, cet outil de travail précieux que les anciens élèves peuvent fréquenter à vie. A cette période, il est également invité dans les appartements de l’École normale par Mme Bruhat, l’épouse du directeur de l’École normale, le physicien Georges Bruhat qui vient d’être arrêté par la Gestapo début août 1944, avec le secrétaire général Jean Baillou, et qui sera déporté à Buchenwald. Bruhat avait remplacé Carcopino lorsque ce dernier était devenu ministre de Pétain en 1941-1942. La notice rédigée pour l’Annuaire des Anciens élèves de l’École normale supérieure de 1975 par les soins de son camarade de promotion Marcel Bataillon, donne quelques indications complémentaires sur la fidélité de Pommier à l’École, sa participation au jury du concours d’entrée ainsi que les cours qu’il accepte de professer, en plus de son enseignement à la Sorbonne, durant la Seconde guerre mondiale25.

Le reste du carnet révèle surtout les réactions indignées de Pommier face au rôle des Alliés dans la Libération, contre l’hystérie des femmes subjuguées par les G.I s mais aussi contre la tonte des femmes soupçonnées de commerce avec l’ennemi, de quoi préciser les contours de sa misogynie, plusieurs fois exprimée et assumée dans les sources diverses.

Toutes ces sources résistent globalement à une approche sociologique des réseaux intellectuels et scientifiques tissés par Pommier ou autour de lui. Le genre de l’autobiographie presque phénoménologique, qui fait la meilleure part aux perceptions et à leur souvenir, conduit à extraire des carnets personnels tout ce qui peut la nourrir. Ces derniers regorgent de détails à cet égard, comme ils fourmillent de citations et d’impressions de lecture. Cependant, une exploration attentive, ne négligeant pas les indications plus pratiques et factuelles des agendas, permet de nuancer cette impression première et offre quelques indices, quelques éléments épars : ainsi repère-t-on Carcopino et Bataillon dans une liste de correspondants en 191626.

Certaines fidélités sont frappantes : Marcel Bataillon, le condisciple de l’École normale en 1913, figure de nouveau dans une liste de cartes postales à écrire, quarante ans plus tard,  dans l’agenda de 1956, pendant le voyage de Pommier en Espagne : dans cette liste de noms dont certains sont barrés, on repère plusieurs collègues et amis dont certains du Collège : Guéroult, par exemple, mais aussi Bouteron (déjà croisé dans les papiers)27.

D’autres listes semblent correspondre à des réseaux davantage professionnels qu’amicaux, ainsi dans l’agenda de 1951 : une liste de noms, dont le sien propre, est manuscrite en page du 21 août ; on peut remarquer qu’elle comporte de nombreux noms en commun avec la liste des membres de l’AIEF en 195528, ainsi des enseignants de la Sorbonne dont, « Bruneau » (ce peut être soit Jean Bruneau, assistant à la Sorbonne en 1955, soit Charles, le professeur honoraire en 1955), Lebègue, probablement Raymond Lebègue, mais aussi Frappier [Jean], ainsi que des collègues étrangers bien sûr, Chinard [Gilbert, de Princeton], Charlier [Gustave, Université libre de Bruxelles], et Duff, Orr, Josserand, Paquot, Miramon, Baillou, Kohler, Pelligrini, Zumthor, etc.29)

Peut-être Pommier livre-t-il, en plein travail d’édition du manuscrit du cours de Sainte-Beuve sur Port-Royal30, au milieu des années 1930, sa propre manière de voir les « réseaux » comme autant de filiations spirituelles, à grand renfort de références bibliques ? Ainsi dans un carnet rédigé autour de 1937, commencé sur ces auto-prescriptions de travail :

Besogne du mercredi 5 : revoir le sur le ms.[manuscrit, une source sur laquelle Pommier travaille, précisément le manuscrit du cours sur Port-Royal conservé à la bibliothèque de Chantilly] la 2e partie. Commencer le dépouillement sur t. IV des Notes31 »

Pommier écrit :

Plantez 3 tentes dit l’Evangile Bonnerot Bray et moi32. »

Il évoque ici l’épisode de la Transfiguration de Jésus au Mont Thabor en présence des apôtres Pierre, Jacques et Jean auxquels Jésus fait cette demande. Les trois « apôtres » de Sainte-Beuve en l’occurrence sont Jean Bonnerot, le conservateur de la Bibliothèque de la Sorbonne, érudit et éditeur de la Correspondance générale de Sainte-Beuve, René Bray, collègue de l’Université de Lausanne (que Pommier reverra une décennie plus tard lors du voyage en Suisse) et Pommier lui-même, nouvel éditeur d’après le manuscrit de Chantilly. Et plus loin :

Des notes de cours c[omme] en furent prises au cours de Cousin par Garnier, de Garnier par Renan33. »

Ainsi reconstituera-t-on bien plutôt les réseaux anachroniques d’admirations et affinités électives – sa « famille poétique » selon belle formule synthétique  de Marcel Bataillon dans l’hommage qu’il rend à Pommier au sein de la Revue de Littérature comparée en 1973 :

Pommier, devant Baudelaire séduit par Hoffmann, a fortement participé au mystère de ce phénomène capital en littérature, qu’offre un écrivain découvrant, par-dessus toutes frontières, sa « famille poétique »34. »

Un des jeux favoris de Pommier consiste en des fictions « littéraires » ou plus exactement des rencontres imaginaires d’auteurs transportés dans un autre temps que le leur.

Ainsi le 2 janvier [1940] : 

Je lis les Copains. Il y a là quelques traits repris dans les œuvres sérieuses : le Je suis heureux
que dira Jallez. La méthode de Strigelius (ouvrir le Larousse et lire le 1er mot à telle place). Esprit de farce normalienne. Il y avait de cela dans Flaubert. Qu’eût donné Flaubert entré à l’École quelques années avant Taine 35 ! »

Puis, le 5 janvier :

Je pensais hier ou avant-hier : Baudelaire lisant Vorge contre Quinette. Quel plaisir ! Ses contemporains ne lui donnaient pas cela. Mais peut-on imaginer un esprit aussi décalé, Vorge du temps de Baudelaire ne pouvait pas se produire36. »

Au milieu des coupures de presse, parfois minuscules, issues de Combat qu’il lit régulièrement, du Monde, de Libération, sur les exactions commises par les G.Is., la criminalité aux USA ou encore pillage des sites archéologiques et des musées en Afrique du Nord, le commentaire politique acerbe est à son tour entrecoupé de notations sur Flaubert. Ainsi, en décembre, mois de la naissance de Pommier :

Flaubert naquit un jour après moi : le 12 décembre (21). ». Et p. 11 : « Flaubert, l. du 4 nov. 57 : “Ah quelle nécropole que le cœur humain ! Pourquoi aller aux cimetières ? Ouvrons nos souvenirs, que de tombeaux !”37 »

Le carnet-agenda de 1951 comporte une trentaine de pages écrites environ dont celles des 18-20 août consacrées à Louis Jouvet qui vient de mourir. Faisant dialoguer les écrivains d’un siècle à l’autre, et avec lui-même en tiers, Pommier offre un nouvel éclairage sur sa misanthropie :

Je suis comme Rousseau, je préfère aux hommes la nature. Mais elle est indifférente, dit Vigny. Tant mieux ! Avec elle, j’opère à fonds perdus. Tandis qu’avec les hommes, on attend du retour, en bien ou en mal. Et cela trouble. Or, je veux être tranquille38. »

Mais la plupart du temps, ce que Pommier se plaît à noter des écrivains concerne plutôt les rapprochements, les affinités électives, jusqu’à celles qui à ses yeux distinguent un auteur comme lecteur idéal ou nécessaire d’un autre auteur.

1er septembre 1951 :

Les écrivains faits pour lire l’œuvre d’un autre : Flaubert et la Prière sur l’Acropole39. »

Il serait intéressant de repérer systématiquement toutes ces filiations spirituelles et littéraires ainsi que ces affinités électives notées comme des évidences, sur le vif, dans les carnets. Cette sorte singulière d’histoire, qui est autre que l’histoire littéraire enseignée, se trouve ainsi tissée, dans les carnets personnels de Pommier, avec la sienne propre et avec l’histoire politique contemporaine qu’il commente ardemment.

Pour citer cet article : Laure Léveillé, "De la « littérature personnelle » au Spectacle intérieur : genèse d’une autobiographie savante ? (2e épisode)," in Colligere, 21/02/2019, https://archibibscdf.hypotheses.org/3664. Consulté le 23/05/2019.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Cf. carnet 9.3. 4. de 1940, n° 149 []
  2. Ibid., n° 173. []
  3. Ibid., n° 181. []
  4. Ibid., n° 183. []
  5. Cf. Boîte cotée IMEC PMM 9, carnet « A-C », p. 212 et sq. []
  6. Cf. carnet de 1943, coté IMEC 9. 3. 5. []
  7. voir : http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/00-SiteUniversite/htdocs/Jasinski-Rene.html []
  8. Ibid., Carnet F. []
  9. Cf. Dossier individuel de Jean Pommier, coté 16 CDF 341, sous-dossier « Congés ». []
  10. Cf. Carnet 9.3. 4. de 1940, page du 7 janvier (suite et fin rédigée sur la page du 6 janvier). []
  11. Cf. Carnet coté IMEC 9. 2. 2 « I-J » p. 36, 12 avril 1946 []
  12. Cf. Carnet coté IMEC 9. 2. 2 « I-J » « Octobre 1945 – septembre 1946 », 20 novembre. []
  13. Comme en témoignent les pièces officielles de son Dossier administratif individuel, 16 CDF 341. Brouillon rédigé dans le Carnet coté IMEC 9. 4. 6. Carnet jaune à spirales portant sur la couverture « Pour BN Paris Et non Chantilly (…) » – 1945/1951 sont les dates repérées dans les notes. L’écriture est chaotique, très difficile à déchiffrer. Le philosophe « ami de Khâgne en 1911-1912 » ayant enseigné à Strasbourg également semble bien être Martial Guéroult, titulaire de la chaire d’ « Histoire et technologie des systèmes philosophiques » de 1951 à 1962, successeur d’Étienne Gilson au Collège. []
  14. P. 29 de l’état dactylographié conservé en PMM 5. []
  15. Cf. Reconstitution de la liste des cours professés par Jean Pommier de 1946 à 1964 d’après l’Annuaire du Collège de France, disponible dans la notice signalétique « Jean Pommier au Collège de France » []
  16. Ibid., p. 340. []
  17. Cf. état dactylographié du Spectacle intérieur dans la boîte cotée IMEC PMM 5. []
  18. Carnet 9. 2. 4 « L » « 23 février 1947 – Décembre 1947 (…) Revu novembre 1967 ». 143 pages. Lettre intercalée entre pages 126 et 127. []
  19. Carnet 9. 2. 2 « I-J » « Octobre 1945 – septembre 1946,p. 35. Le mot rayé l’est par l’auteur. []
  20. Ibid. []
  21. Carnet 9. 2. 2 « I-J », p. 32. []
  22. Ibid. []
  23. Carnet de 1940, 9. 3. 4. []
  24. Cf. PMM 9 – § n° 27 d’août 1944 []
  25. La notice est disponible, en extrait photocopié, dans le Dossier individuel de Jean Pommier, coté 16 CDF 341. []
  26. Cf. Carnet coté IMEC 9. 1. 2. « B ». []
  27. Cf. carnet coté IMEC 9. 2. 6. p.[33]. []
  28. Liste des membres de l’Association internationale des études françaises. In: Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1955, N°7. pp. 143-153. url : /web/revues/home/prescript/article/caief_0571-5865_1955_num_7_1_2074 []
  29. Cf. Carnet 9. 3. 8. Une 2e liste en pages des 28 et 29 août : surtout des collègues étrangers (Cambridge, Cologne, Cagliari, etc. []
  30. Voir sur cette édition du cours de Sainte-Beuve par Pommier en 1937, pour le centenaire du cours donc, le compte rendu qui en est fait dans la Revue belge de philologie et d’histoire en 1940 : Charlier Gustave. I.— Bray (René). Sainte Beuve à l’Académie de Lausanne, chronique du cours sur Port- Royal, 1837-1838. II.— Sainte-Beuve, Port- Royal, le cours de Lausanne (1837- 1838)Revue belge de philologie et d’histoire, 1940, vol. 19, n°1, pp. 173-175. url : web/revues/home/prescript/article/rbph_0035-0818_1940_num_19_1_1577_t1_0173_0000_2 []
  31. Carnet broché ocre-rose, coté IMEC 9. 4. 5. , en page 1. []
  32. Ibid., En p. [13]. A la différence de certains carnets plus systématiquement rédigés, celui-ci n’a pas été paginé par Pommier lors de ses relectures ; nous indiquons entre crochets la pagination reconstituée. []
  33. Ibid. Nb : en p. [2], l’adresse et le numéro de téléphone de « Vendryès » « 95 Bard Jourdan 14e Gob. 85 16 », adresse répandue pour les universitaires. Il s’agit probablement du linguiste Joseph Vendryès, qui sera bientôt Doyen de la Faculté des lettres de Paris, à partir de 1938. []
  34. p. 6 de son Hommage dans la RLC, extrait conservé dans le Dossier individuel 16 CDF 341. []
  35. Cf. Carnet 9.3.4. de 1940. []
  36. Ibid. []
  37. Carnet 9. 2. 2 « I-J » « Octobre 1945 – septembre 1946, p. 10. []
  38. Carnet 9. 3. 8., 15 juillet 1951. []
  39. Ibid. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.