Politique des Archives et découverte de Salamandre

Service des archives

Il y a près de cinq cents ans, le Collège de France fut « bâti en hommes », selon le mot célèbre et postérieur d’un des premiers lecteurs royaux . Aujourd’hui, les 43 Professeurs, tous les hommes et les femmes qui l’animent, travaillent chaque jour dans de solides bâtiments, pour la plupart rénovés et prestigieux, qui reposent sur de saines fondations et un socle non moins fondamental : le kilomètre linéaire d’archives, administratives et scientifiques, précieusement gardées dans les profondeurs des bâtiments, parfois même dans les hauteurs, au sein des bibliothèques et des instituts.

Page d’accueil du site Salamandre (Cliquez pour accéder)

Depuis le début du nouveau siècle, le Collège œuvre en faveur d’une ouverture accrue de ses archives : dans le strict respect de la réglementation et des ayants-droit pour ce qui touche en particulier à la communication des archives scientifiques, il offre, via sa bibliothèque patrimoniale numérique, Salamandre, des possibilités inédites de recherche dans les inventaires et dans certains corpus de textes, images et sons numérisés. Cet outil est récent, voué à s’enrichir, avec le soutien financier des mécènes, comme en témoignent déjà plusieurs articles précédents parus dans la Lettre du Collège de France. Il faut toutefois compter encore avec plusieurs années de travail et de financement pour accomplir l’inventaire détaillé, aux normes internationales, ainsi que la numérisation intégrale des fonds disponibles. L’ensemble offrira des possibilités d’exploration et de navigation sans précédent, dont le récent outil Explore de PSL se fait aussi l’écho.

Pour autant, et sans attendre l’achèvement de ce long chantier, la DRPD et son service des Archives souhaitent ouvrir des perspectives aux chercheurs et des horizons stimulants à toutes les curiosités. Salamandre prolonge, du côté des archives, c’est-à-dire d’un patrimoine scientifique et institutionnel riche de cinq siècles, la volonté d’ouvrir et de diffuser qui caractérise les missions fondamentales de l’institution. Aux auditeurs et internautes qui suivent les cours du Collège en toute liberté, elle souhaite offrir le juste complément pour un accès aisé aux sources de l’histoire des chaires et de leurs Professeurs. Inventorier ces sources et les ouvrir au public dans le respect des droits correspondants, c’est donc faire vivre et revivre, dans toute leur épaisseur temporelle, les filiations scientifiques, les parcours individuels et les cheminements disciplinaires qui ont nourri « la recherche en voie de se faire » aujourd’hui.

La liberté du Collège est inscrite, aussi, dans ses archives. En retour, l’accès possible et ouvert, dans les délais légaux, à ces corpus archivistiques n’est pas sans garantir l’indépendance d’esprit. Il la nourrit, par sa force de témoignage comme par sa responsabilité de sauvegarde. Aussi espérons-nous vivement que ces potentialités si riches sauront trouver leurs publics et leurs explorateurs.

En attendant les inventaires complets et la numérisation des corpus

Pour valoriser dès à présent la richesse du gisement conservé, le service des Archives, en même temps qu’il conduit l’inventaire détaillé au long cours, s’emploie à livrer périodiquement, dans Salamandre, des notices synthétiques, biographiques et descriptives, qui offrent un premier aperçu de ce que l’historien ou le spécialiste de chaque discipline peuvent espérer trouver dans le fonds de tel ou tel Professeur. Au fil des sondages entrepris, notamment au sein des fonds revenus de l’IMEC à l’été 2013, des articles plus détaillés sont associés à ces notices ; des pistes de recherche plus spécifiques à chaque fonds sont ainsi soumises à l’attention des chercheurs. Ces articles ne prétendent aucunement épuiser la richesse des enquêtes possibles, encore moins se substituer aux travaux qu’ils espèrent susciter. Ils offrent un premier éclairage sur des sources qui, pour certaines, n’ont jamais été exploitées, en attendant un futur accès exhaustif à l’inventaire détaillé et aux contenus eux-mêmes. Informés de ces potentialités, les chercheurs pourront peut-être, à leur tour, se révéler d’une aide précieuse pour consolider les inventaires et éclairer la teneur de certaines pièces, en collaboration avec les archivistes.

À ce jour, les fonds déjà explorés selon ces modalités provisoires sont les suivants :

Maurice Croiset (1846-1935) – chaire de Langue et littérature grecque (1893-1931) [8 boîtes]

Roger Dion (1896-1981) – chaire de Géographie historique de la France (1948-1968) [83 boîtes]

Georges Dumézil (1898-1986) – chaire de Civilisation indo-européenne (1949-1968) [119 boîtes]

Alfred Fessard (1900-1982) – chaire de Neurophysiologie générale (1949-1971) [4 boîtes]

Jean Pommier (1893-1973) – chaire d’Histoire des créations littéraires en France (1946-1964) – [73 boîtes]

Louis Lavelle (1883-1951) – chaire de Philosophie (1941-1951) – en cours.

Laure Léveillé, maître de conférences

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.