Le Codex Borbonicus

Le codex Borbonicus, présenté dans ce billet, fait partie des quatorze fac-similés de codex acquis par le laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France grâce au Labex TransferS et décrits précédemment le 4 octobre 2017.

* Cette présentation a été écrite avec Loïc Vauzelle (EPHE, GSRL).

Ce que l’on sait de l’origine du document …

Le codex1 Borbonicus est un manuscrit pictographique originaire du Mexique central, de tradition mexica2, à contenu religieux, composé de trente-six feuillets (quarante pages à l’origine ; quatre seraient manquantes, les deux premières et les deux dernières) pliés en accordéon, mesurant chacun chacun 39 cm par 40 cm, collés bout à bout, totalisant une fois dépliés une longueur de 14 mètres. Il est fait de papier d’amate, un assemblage de fibres battues provenant de l’écorce d’un arbre du genre Ficus, recouvert recto verso d’un enduit blanchâtre servant de support à une iconographie aux couleurs encore bien conservées pour un document de cette époque comprise entre le XIVe et le XVIe siècles. Bien que l’iconographie soit de facture précolombienne du Mexique central, l’origine préhispanique ou coloniale du document divise encore les chercheurs. L’analyse physico-chimique du support et des pigments, réalisée récemment, a fourni des renseignements plus précis quant à son élaboration, notamment sur l’origine de ses couleurs (Pottier, 2017). Il semble évident que celles-ci ont été obtenues selon des techniques qui correspondent aux traditions précolombiennes. Il est ainsi possible d’affirmer qu’aucune influence européenne ne transparaît dans l’élaboration du manuscrit, du moins si l’on s’intéresse à ses constituants (Pottier, 2017 : 247). Néanmoins sa datation précise est encore à déterminer, bien qu’il ait peut-être été réalisé après la conquête, dans les premières années qui suivirent la prise de Mexico-Tenochtitlan (1521). Il n’en reste pas moins que la qualité et la précision de son dessin font du document une source essentielle pour la recherche dans le domaine de l’ethnohistoire mexicaine.

Qu’en est-il de son origine géographique ? Les chercheurs pensent majoritairement que le codex Borbonicus aurait été réalisé à Tenochtitlan ou à Tlatelolco (ville voisine de Mexico), mais Henry Nicholson avança plusieurs arguments qui l’incitèrent à déplacer l’origine du manuscrit dans la partie sud du lac Texcoco, à Colhuacan ou à Iztapalapan (Nicholson, 1988 ; Boone, 2007 : 212).

Le codex Borbonicus fait aujourd’hui partie des collections de la bibliothèque de l’Assemblée Nationale dont le siège est au palais Bourbon, d’où son nom, mais on sait peu de chose de sa pérégrination depuis le Mexique. Il est fait mention de sa présence en Europe, en 1778, à la bibliothèque de l’Escurial en Espagne ; il fut ensuite acquis par la bibliothèque de la Chambre des députés en 1826 dans une vente aux enchères pour la somme de 1 300 francs or. Le document n’est pas accessible au public mais une reproduction peut être vue au Musée National d’Anthropologie de la ville de Mexico. Par ailleurs, une publication en fac-similé a été éditée par Akademische Druck und Verlagsanstalt, à Graz en Autriche, dont un exemplaire est consultable à la bibliothèque Claude-Lévi-Strauss du Laboratoire d’anthropologie sociale à Paris.

… et de son contenu

En trente-six planches richement illustrées et colorées, le codex Borbonicus décrit les trois systèmes calendaires à partir desquels les anciens Mexicains organisaient leurs activités rituelles et religieuses : le tonalpohualli, le xiuhpohualli et le xiuhmolpilli.

Le tonalpohualli, « le compte des jours », encore appelé tonalamatl c’est-à-dire « le livre (amatl en langue nahuatl3) des destins (tonalli, selon le sens que l’on donne à ce terme) » était un calendrier de 260 jours. En plus de la fonction divinatoire qu’on s’accorde à lui reconnaître, le tonalpohualli n’en présentait pas moins un intérêt pratique dans la mesure où il identifiait les jours par la combinaison de treize nombres et de vingt signes4. Si l’on fait se dérouler les jours dans l’ordre chronologique, chaque jour du tonalpohualli est identifié par l’association d’un nombre et d’un signe. Le nom du jour (nombre + signe ; par exemple 1 Crocodile) par lequel débutait le compte revenait après que 260 jours s’étaient écoulés, c’est-à-dire vingt treizaines (20 x 13). Recommençait alors, indéfiniment, un nouveau décompte, un nouveau tonalpohualli. La treizaine était l’unité temporelle du tonalpohualli ; chaque treizaine était identifiée par le nom que portait son premier jour : par exemple, la treizaine 1 Crocodile, 1 Jaguar, 1 Cerf, etc.

La période de temps correspondant au xiuhpohualli s’étendait sur une année, au cours de laquelle les Mexicas organisaient leurs nombreuses activités rituelles. Il se divisait en dix-huit périodes de vingt jours, auxquelles s’ajoutaient cinq jours « creux » (nemontemi), parfois qualifiés de « néfastes ». Chaque période ou « vingtaine » était l’équivalent d’un mois de notre calendrier et était consacrée à la célébration d’une ou plusieurs divinités par des rituels, assortis d’offrandes, de sacrifices et de périodes de pénitence.

Le xiuhmolpilli, « la ligature des années » (littéralement, « les années sont liées »), correspondait à la fin d’un cycle de cinquante-deux ans. C’était à la fin de cette période – parfois qualifiée de « siècle mexicain » – qu’avait lieu la cérémonie du feu nouveau qui marquait le commencement d’un nouveau cycle, identique au précédent. À l’instar de toutes les populations du Mexique central, les Mexicas concevaient en effet le temps de façon cyclique et non linéaire.

Les scribes du codex Borbonicus, ou tlàcuilòquê5, ont illustré dans ce manuscrit le décompte des jours du tonalpohualli, regroupés comme on l’a vu en treizaines (chacune représentée sur une page), le cycle de cinquante-deux années à l’issue duquel était célébré le rituel intitulé xiuhmolpilli (« ligature des années »), ainsi que les manifestations rituelles des dix-huit vingtaines du xiuhpohualli. Pour ce faire, une profusion de dessins et de couleurs ont été utilisés, faisant du codex Borbonicus l’une des pièces maîtresses de l’iconographie mexica.

Les trente-six feuillets du codex Borbonicus
Teinte jaune : les dix-huit feuillets du Tonalpohualli ; teinte orange : les seize feuillets illustrant le xiuhpohualli ; teinte verte : représentation des cinquante-deux années du « siècle » mexicain. Les feuillets en pointillés sont manquants.

Le tonalpohualli (feuillets 1 à 18)

Le cadre structurel dans lequel figure chaque treizaine est identique pour l’ensemble des dix-huit feuillets ; il est représenté, à titre d’exemple, dans la figure infra :

Composition d’un feuillet représentant une treizaine

La treizaine représentée est 1 Roseau (page 3 du codex). La divinité figurant dans le carré supérieur gauche est Chalchiuhtlicue, déesse de l’eau. Dans la section jaune est le décompte des jours ; sa lecture se fait de gauche à droite puis, verticalement, de bas en haut. Dans la section grisée sont représentés les treize « seigneurs du jour » accompagnés chacun d’un oiseau. Ce mode de représentation se répète à l’identique pour les vingt treizaines.

La succession chronologique des treizaines est la suivante : 1 Crocodile, 1 Jaguar, 1 Cerf, 1 Fleur, 1 Roseau, 1 Mort, 1 Pluie, 1 Herbe sèche, 1 Serpent, 1 Couteau, 1 Singe, 1 Lézard, 1 Mouvement, 1 Chien, 1 Maison, 1 Vautour, 1 Eau, 1 Vent, 1 Aigle, 1 Lapin. La figuration des treizaines commence avec 1 Cerf, ce qui suppose, comme nous l’avons mentionné, que les deux feuillets représentant les treizaines 1 Crocodile et 1 Jaguar sont manquants, conséquence sans doute d’une altération du document.

Les dix-huit treizaines représentées dans le codex Borbonicus et les divinités qui leur sont associées figurent dans le tableau infra :

Numéro de feuilletTreizaineDivinités consacrées
11 CerfTepeyollòtli, Quetzalcoatl
21 Fleur Huehuecoyotl
31 Roseau Chalchiuhtlicue
41 Mort Tecciztecatl, Tonatiuh
51 Pluie Tlaloc
61 Herbe sèche Mayahuel
71 Serpent Xiuhtecuhtli, Tlahuizcalpantecuhtli
81 CouteauMictlantecutli, Tonatiuh
91 SingePatecatl
101 Lézard Itztlacoliuhqui
111 Mouvement Tlazolteotl, Tezcatlipoca
121 Chien Xipe Totec
131 MaisonItzpapalotl
141 VautourXolotl, Tlalchitonatiuh
151 EauChalchiuhtotolin
161 Vent Chantico
171 AigleXochiquetzal
181 LapinXiuhtecuhtli, Iztapaltotec

Le tonalpohualli (feuillets 1 à 18)

Le xiuhmolpilli : un « siècle » mexicain de cinquante-deux années

Il figure dans les feuillets 19 et 20 du codex (feuillets verts de la figure supra).

Les deux feuillets du xiuhmolpilli

À l’instar des treizaines que l’on identifiait par le nom du premier jour, les années prenaient le nom du premier jour par lequel elles débutaient ; c’était le « porteur d’année ». Quatre porteurs d’année seulement étaient possibles : Roseau, Couteau, Maison, Lapin. À titre d’exemple, un cycle qui débutait par l’année 1 Roseau s’achevait la 52e année 13 Lapin.

Dans les deux feuillets, les années du xiuhmolpilli sont individualisées par les petites cases situées sur leurs bordures ; au centre sont représentées des divinités : dans le feuillet 19 il s’agit de Cipactonal et d’Oxomoco, un couple à qui est attribuée l’invention du calendrier ; dans le feuillet 20 sont représentés Quetzalcoatl et Tezcatlipoca.

Le xiuhpohualli (feuillets 21 à 36)

Dans cette section du codex (feuillets de couleur orange du tableau supra) sont illustrées les dix-huit divisions de vingt jours ou « vingtaines » de l’année vague qui rythmaient l’activité rituelle des Mexicas6. Le nombre de feuillets consacré à chaque vingtaine est inégal : cinq d’entre elles occupent chacune un feuillet complet du codex, douze autres vingtaines sont décrites au long de six feuillets, tandis que la vingtaine Ochpaniztli est représentée sur trois feuillets successifs. Ne pouvant pas reproduire la profusion des rites qui se déroulaient au cours de chaque vingtaine, les tlàcuilòquê ont choisi de représenter un ou plusieurs rites caractéristiques de celle-ci et la ou les divinités auxquelles ils s’adressaient. Bien souvent, cependant, la corrélation avec le récit des vingtaines que rapporte le franciscain Bernardino de Sahagún dans l’Historia general de las cosas de Nueva España n’est pas évidente. Selon Catherine DiCesare (2009 : 123-154), les vingtaines dépeintes dans le codex Borbonicus auraient même un caractère unique, au sens où elles ne seraient pas « anhistoriques » mais représenteraient les rites qui étaient réalisés lors des années 1 Lapin et 2 Roseau, c’est-à-dire les années de transition entre un « siècle » mexicain et un autre.

La vingtaine Tititl dans le codex Borbonicus (page 34)

Le personnage situé devant un temple en bas de l’image est la représentante d’Ilamatecuhtli (agrandie dans le coin inférieur droit). Le prêtre sacrificateur, portant également les atours de la déesse, est situé sur la bordure gauche de l’image (agrandi dans le coin supérieur droit). Les personnages formant une ronde sont des prêtres représentant des dieux. K. A. Nowotny et J. de Durand-Forest (1974) reconnaissent Cihuacoatl, Quetzalcoatl, Teteoinnan, Ixtlilton, Cinteotl, Chicomecoatl, Tlaloc, Huitzilopochtli, un dieu du pulque, Atlahua, Tezcatlipoca, Xipe, Ixteocale.

Par exemple, le feuillet 34 consacré à la vingtaine Tititl (figure supra) illustre le rite principal de la vingtaine : le sacrifice d’une personnification de la déesse Ilamatecuhtli, « la vieille dame », et la danse des dieux. La représentante d’Ilamatecuhtli, affublée des atours de la déesse, est conduite à la mort par un groupe de dieux (des religieux travestis), guidés par le prêtre portant lui aussi les atours de la déesse Ilamatecuhtli. Destinée à mourir, sa représentante est située devant un temple ; elle brandit un sabre à tisser d’une main tandis qu’elle empoigne un bouclier de l’autre ; elle a le visage grimaçant teint en jaune, est vêtue d’une blouse blanche et d’une jupe de couleur rouge. Le prêtre qui figure Ilamatecuhtli se tient sur un piédestal de maçonnerie flanqué de crânes humains. En comparant les textes recueillis par Sahagún et cette description pictographique, on constate dans ce cas une bonne corrélation de l’image du rite et du récit, dont la liturgie ne se limite cependant pas à ce seul évènement.

L’identification des dix-huit vingtaines du xiuhpohualli dans le codex Borbonicus figure dans le tableau infra :

FeuilletsVingtaineThèmes et divinités représentés
21 gauche Izcalli Xiuhtecuhtli, Cihuacoatl
21 droite Cuahuitl ehua Tlaloc ; bannières tachées de latex
22 gauche Tlacaxipehualiztli Xipe totec ; bâton à sonnailles ; bannière
22 droite Tozoztontli Tlaloc dans son sanctuaire ; papier taché de latex
23Hueyi tozoztontli Tlaloc en son temple ; bannières tachées de latex ; enfants (tlacatetehuitl)
24 gauche Toxcatl Quatre divinités ; encensement
24 droite Etzalcualiztli Quetzalcoatl, Xolotl, Tlaloc, prêtres en procession ; récipient d’etzalli ; papier taché de latex
25 gaucheTecuilhuitontli Jeu de balle ; Ixtlilton, Cihuacoatl, Cinteotl et Èecatl
25 droiteHueyi tecuilhuitl Cinteotl ; Xipe totec ; personnages en train de consommer
26 gaucheTlaxochimaco Tezcatlipoca, Cihuacoatl, Atlahua ; guirlandes de fleurs
26 droiteXocotl huetzi Mât Xocotl ; danseurs autour du mât ; tambour
27, 28, 29 Ochpaniztli
Teotl eco
30Tepeilhuitl Tlaloc en son sanctuaire ; papiers tachés de latex
31Quecholli Mixcoatl, Ixteocale ; flèches
32 Panquetzaliztli Huitzilopochtli ; cérémonie du feu nouveau ; congrégation de prêtres
33Atemoztli Tlaloc et Chalchiuhtlicue en leur temple ; papiers tachés de latex
34Tititl Ilamatecuhtli-Cihuacoatl ; tous les dieux ; le grenier à grain
35Izcalli Deuxième représentation de cette vingtaine

Dans les deux derniers  feuillets (35 et 36), on trouve  de nouveau une représentation du xiuhmolpilli, ce rituel qui devait être accompli à la fin de chaque cycle de 52 années. Chaque année y est représentée dans une case, délimitée par une bordure bleue. Il s’agit d’une image partielle car les deux derniers feuillets sont manquants. Hormis le nom des années, on trouve également associée une référence au « feu nouveau », un feu étant allumé à l’issue de ce « siècle » : il est figuré au-dessus de l’année 2 Roseau, symbolisé par une baguette et un bâton à foret.

Bibliographie sélective

  • Anders, Ferdinand, Maarten Jansen et Luis Reyes García, 1991, El libro del Ciuacoatl, Homenaje para el año del Fuego Nuevo : Libro explicativo del llamado Códice Borbónico, Graz, Akademische Druck-u. Verlagsanstalt ; Madrid, Sociedad Estatal Quinto Centenario ; Mexico, Fondo de Cultura Económica.
  • Batalla Rosado, Juan José, 1992, El arte de escribir en Mesoamérica : El Códice Borbónico, Madrid, memoria de licenciatura, Universidad complutense de Madrid, Dpt de Historia de América II.
  • Batalla Rosado, Juan José, 1993, « La perspectiva planigráfica precolombina y el Códice Borbónico : página 31-escena central », Revista española de antropología americana 23, pp. 113-134.
  • Batalla Rosado, Juan José, 1994, « Teorías sobre el origen colonial del Códice Borbónico: una revisión necesaria », Cuadernos prehispánicos, Valladolid, pp. 5-42.
  • Batalla Rosado, Juan José, 1994, « Datación del Códice Borbónico a partir del análisis iconográfico de la representación de la sangre », Revista española de antropología americana 24, pp. 47-74.
  • Batalla Rosado, Juan José, 1994, « Los tlacuiloque del Códice Borbónico: una aproximación a su número y estilo », Journal de la Société des Américanistes 80, pp. 47-72.
  • Batalla Rosado, Juan José, 2011, « El Códice Borbónico : reflexiones sobre la problemática relativa a su confección física y contenido », in N. Ragot, S. Perperstraete et G. Olivier (éds), La quête du serpent à plumes, Paris, Brepols, EPHE, pp. 197-211.
  • Brown, Betty A., 1977, European Influences in Early Colonial Descriptions and Illustrations of the Mexica Monthly Calendar, Albuquerque, University of New Mexico, University Microfilms International.
  • Brown, Betty A., 1984, « Ochpaniztli in Historical Perspective », in Elizabeth H. Boone (éd.), Ritual Human Sacrifice in Mesoamerica, Washington D.C., Dumbarton Oaks, pp. 195-210.
  • Couch, N. C. Christopher, 1985, The Festival Cycle of the Aztec Codex Borbonicus, Oxford, BAR international series, 270.
  • DiCesare, Catherine R., 2009, Sweeping the Way. Divine Transformation in the Aztec festival of Ochpaniztli, Boulder, University Press of Colorado.                                                                                
  • Hamy, Ernest Théodore, 1899, Codex Borbonicus, Manuscrit mexicain de la Bibliothèque du Palais Bourbon, avec un commentaire explicatif par M. E. T. Hamy, Paris, Ernest Leroux.
  • Nicholson, Henry B., 1988, « The Provenience of the Codex Borbonicus : An Hypothesis », in J. Kathryn Josserand et Karen Dakin (éds), Smoke and Mist: Mesoamerican Studies in Honor of Thelma D. Sullivan, 2 vols, Oxford, BAR International Series 402, vol. 1, pp. 77-97.
  • Nowotny, Karl Anton et Jacqueline de Durand-Forest, 1974, Codex Borbonicus, Bibliothèque de l’Assemblée Nationale – Paris (Y120), Graz, Akademische Druck-u. Verlagsanstalt.
  • Paso y Troncoso, Francisco del, 1898, Descripción, historia y exposición del Códice Pictórico de los antiguos nahuas, Florencia, Tipografía de Salvador Landi.
  • Pottier, Fabien, 2017, Étude des matières picturales du Codex Borbonicus. Apport des spectroscopies non-invasives à la codicologie, Cergy-Pontoise, Thèse de doctorat de l’Université de Cergy-Pontoise.

Pour accéder à une reproduction numérique du document :

http://www.famsi.org/research/graz/borbonicus/thumbs_0.html

Antoine Franconi, doctorant à l’École Pratique des Hautes Études

Pour citer cet article : Antoine Franconi, "Le Codex Borbonicus," in Colligere, 30/01/2019, https://archibibscdf.hypotheses.org/3391. Consulté le 22/07/2019.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Remarquons que le terme « codex », employé par les Espagnols pour qualifier les livres peints utilisés en Mésoamérique, désigne à l’origine un manuscrit constitué de feuillets reliés par la marge. Sa définition renvoie donc à une réalité européenne qui ne correspond pas aux formes que prenaient les manuscrits mésoaméricains, dont la plupart étaient pliés en accordéon ou enroulés. []
  2. Population d’origine aztèque du plateau central mexicain entre les XIVème et XVIème siècles. Leur capitale, Tenochtitlan (l’ancienne Mexico), fut conquise et détruite par les Espagnols en 1521. []
  3. Le nahuatl est une langue de la famille uto-aztèque qui était parlée notamment par les Aztèques dans le Mexique central. []
  4. Ces signes qui représentent des animaux, des phénomènes naturels, des entités religieuses, sont les suivants : Crocodile, Vent, Maison, Lézard, Serpent, Mort, Chevreuil, Lapin, Eau, Chien, Singe, Herbe, Roseau, Jaguar, Aigle, Vautour, Mouvement, Silex, Pluie, Fleur. []
  5. Nom nahuatl désignant les peintres, scribes. []
  6. Dans l’ordre chronologique se succèdent Cuahuitl ehua, « lever les bâtons » ; Tlacaxipehualiztli, « écorchement des hommes » ; Tozoztontli, « petite veille » ; Huey tozoztli, « grande veille » ; Toxcatl ; Etzalcualitztli, « consommation d’etzalli » ; Tecuilhuitontli, « petite fête des seigneurs » ; Hueyi Tecuilhuitl, « grande fête des seigneurs » ; Tlaxochimaco, « des fleurs sont offertes » ; Xocotl Huetzi, « le fruit tombe » ; Ochpaniztli, « balayage » ; Teotl eco, les dieux arrivent » ;  Tepeilhuitl, « fête des montagnes » ; Quecholli, « spatule rose » ; Panquetzaliztli, « érection des bannières » ; Atemoztli, « chute des eaux » ; Tititl ; Izcalli, « croissance » ; Nemontemi, « jours creux ». []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.