Jean Pommier (1893-1973) : éléments biographiques

Après le feuilleton consacré aux mystères du Cheval d’Octobre dans le fonds Georges Dumézil, les archives du Collège de France vous proposent une nouvelle série. Vous êtes invités à découvrir, dans le sillage et les méandres de nos propres sondages, les sources de l’écriture autobiographique conservées dans les archives du Professeur Jean Pommier. Ce dernier fut le successeur de Paul Valéry et occupa, de 1946 à 1964, une chaire nouvellement intitulée « Histoire des créations littéraires en France ». Au sein des soixante-treize boîtes que comptent ses archives au Collège, les carnets personnels manuscrits ont les premiers attiré notre attention par leur nombre (plus d’une trentaine) et la constance de leur tenue, de 1908 à 1971, soit de la quinzième année de l’auteur jusqu’à deux ans avant son décès. La présence, sur les rayons de la bibliothèque patrimoniale, du Spectacle intérieur, ouvrage autobiographique paru chez Denoël en 1971 et premier outil de notre propre rencontre avec l’homme Jean Pommier, acheva de nous inciter à pousser plus avant la lecture des carnets. Bien vite, ces derniers se révélèrent en effet constituer le matériau privilégié, sinon premier, de cette écriture de soi à laquelle le critique littéraire Pommier devait consacrer une part de son travail et de sa réflexion.

Comme dans le précédent feuilleton, nous ne prétendons aucunement mener à bien le travail de recherche qu’inspirent des papiers fraîchement et partiellement découverts. Nous espérons seulement ouvrir quelques pistes aux chercheurs en partageant les échos et les résonances que suggèrent de premiers sondages dans les sources primaires et leur confrontation avec la littérature publiée.

Le fonds d’archives conservé au Collège de France comprend, outre les témoignages pédagogiques et scientifiques, de précieuses sources pour approcher l’homme Jean Pommier (1893-1973)1 derrière le « grand professeur » ou plutôt avec lui : ce sont les épreuves annotées de son autobiographie publiée en 1970 sous le titre Le Spectacle intérieur2 ainsi qu’une trentaine de carnets personnels couvrant plusieurs périodes de la vie de l’auteur depuis son adolescence niortaise3.

Jean Pommier naît à Niort, ville de l’angélique, le 11 décembre 1893, l’année de la disparition de Taine et de Ferry, un an après celle de Renan, la figure centrale de ses futurs travaux, comme il le souligne lui-même dès la première page de son autobiographie bien avant d’en venir à son histoire personnelle et aux « [siens] ».   Il se plaît en effet à faire saillir, rétrospectivement, quelques signes du destin : le panorama littéraire de 1893 est décliné, du dernier volume des Rougon-Macquart par Zola jusqu’à Maurice Barrès en passant par Mallarmé, Verhaeren, Pierre Loti sans oublier les grandes sommes qui formeront des générations d’historiens et critiques littéraires, celles de Brunetière et de Gustave Lanson. C’est que la fréquentation des auteurs semble presque aussi importante que celle de leurs œuvres ; les Balzac, Flaubert, Maupassant, Baudelaire, mais aussi Pascal, Racine, et encore Diderot, lui sont familiers semble-t-il, en tant que personnes créatrices. Renan est à la fois un maître, un père spirituel et un double, un alter ego. Rien d’étonnant dès lors qu’ils surgissent à tout moment dans le récit de sa propre vie. Son père est un personnage presque balzacien, écrit-il en se rappelant son obsession, maladive voire fatale, d’acquérir toujours plus de terre dans la fameuse concurrence pour les parcelles entre paysans. Le souvenir de sa mère ne peut se dire sans référence et révérence proustiennes. Le « grand professeur » est une expression empruntée à cette maîtresse femme, énoncée comme une prédestination alors même que la maison niortaise semble peu pourvue de livres. Pommier insiste sur le rôle de sa mère dans son instruction : il fut bercé par les vers de Béranger et de Racine que récitaient sa mère et sa grand-mère sous le toit commun. Sa grande piété filiale fait écho à cet environnement bienveillant et confiant. Pommier vit une enfance heureuse, choyée même, d’enfant unique de parents déjà relativement âgés.

Le milieu social est celui de la paysannerie dans l’âme, aux confins de la petite bourgeoisie propriétaire : les grands-parents maternels étaient viticulteurs et négociants en vin ; le père, peu instruit à la différence de la mère, est receveur des Postes4 ; les Pommier ont une bonne, un train de vie confortable et forment une famille visiblement intégrée à la petite notabilité niortaise même si le jeune Jean est boursier lorsqu’il entre au lycée Louis-le-Grand pour ses classes préparatoires.

Après des études secondaires au lycée Fontanes de Niort, de 1899 à 1910, c’est en effet la voie royale qui peut s’ouvrir : Louis-le-Grand, l’École normale – Pommier est le « cacique5 » de la promotion 1913, celle de Marcel Bataillon, son futur collègue et administrateur au Collège de France, qui sera aussi un fidèle camarade. Les carnets personnels témoignent alors de la rupture douloureuse infligée par la Grande Guerre à cette prometteuse carrière et surtout aux élans intellectuels et aux convictions pacifistes du jeune Pommier. La caserne Xaintrailles en 1914 est évoquée très brièvement au travers du souvenir d’un camarade tué dès les premiers temps de la guerre6 ; Pommier part ensuite avec le Corps expéditionnaire d’Orient et son carnet de 1916 retrace quelques jours seulement de cette période près de Salonique7. N’étaient les sentiments de vanité et de profond découragement exprimés dans son journal de 19208, on pourrait croire que son cursus honorum reprend sans heurt, avec  l’agrégation de Lettres puis la Fondation Thiers à partir de 1921, qui lui évite, hormis quelques mois au lycée de Bastia, le coutumier passage par l’enseignement secondaire, et lui permet d’avancer sa thèse consacrée à Renan.  Pour Pommier, ce sera l’Université, dès 1922-23 à Amsterdam, puis à Strasbourg, où il publie ses thèses et gravit les échelons de la Faculté en dix ans, avant de rejoindre la capitale et la Faculté des Lettres de la Sorbonne en 1935.  Entre-temps, l’enfant unique s’est marié à Lucie Chapellier, une Niortaise, et cette union restera sans enfant – Pommier confesse que l’inquiétude pour un enfant l’aurait rongé sans doute.

Une décennie et une guerre mondiale plus tard, en 1946, il succède à Paul Valéry au Collège de France, par transformation de la chaire de Poétique en chaire d’Histoire des créations littéraires en France ; il l’occupe jusqu’en 1964, année de son honorariat. En 1952, l’Institut lui confie la conservation de la prestigieuse bibliothèque Spoelberch de Lovenjoul à Chantilly, de quoi satisfaire son goût des manuscrits et de l’érudition, y compris par l’offre de sources méconnues et inédites9.

Membre de l’Académie des sciences morales et politiques sur le fauteuil d’André Siegfried à partir de 1959, il cumule les honneurs à l’étranger, en Europe principalement (Académie royale de langue et littérature françaises en Belgique, Doctorat honoris causa de l’Université de Lausanne, entre autres exemples). Il décède en février 1973 d’un accident de la route survenu à Menton, lieu où il avait pris sa retraite et, après une relecture assidue de ses carnets personnels, achevé la rédaction du Spectacle intérieur. Voici ce que le « grand professeur » Pommier y dit de lui-même, se situant, à sa manière, dans le champ littéraire :

Ni romancier ni dramaturge, je ne suis qu’un critique de l’école de Sainte-Beuve. Je sors de moi ; mais ceux chez qui j’entre sont des écrivains que textes et documents me rendent familiers. Je recrée les créateurs. A ceux-ci la société, où ils prennent leurs modèles ; à moi ces monstres sacrés de la littérature, insupportables quelquefois, mais dont je préfère souvent la compagnie à celle de leurs personnages10

Cependant, comme son titre en présage, l’autobiographie de Jean Pommier nous fait approcher l’homme sensible plus que l’homme social. Elle nous présente, sans complaisance, avec humour souvent, le Pommier misogyne11 et parfois misanthrope, l’homme pessimiste sur la nature humaine mais amoureux de la nature, amateur de chasse et de pêche, ces loisirs qu’il partageait avec son père12.  C’est aussi un grand nostalgique et un conservateur assumé à bien des égards, préférant la compagnie de ses « chers disparus », le souvenir des siens et la fréquentation assidue de ses auteurs favoris à la société de ses contemporains, négligeant notamment les mondanités de la carrière. 

Autres sources biographiques

En plus des sources primaires conservées au Collège de France et de l’ouvrage autobiographique publié par Jean Pommier en 1970, Le Spectacle intérieur, on pourra consulter avec profit les références suivantes :

  • Notice sur la vie et les travaux de Jean Pommier : 1893-1973, lue dans la séance du 2 juin 1975, Institut de France, Académie des sciences morales et politiques / par M. Pierre-Georges Castex, [Paris] : Institut de France, 1975, 11 p.
  • la notice nécrologique de l’Annuaire des Anciens élèves de l’École normale supérieure
  • la notice que lui consacre l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, à laquelle il est admis en 1960 : http://www.arllfb.be/composition/membres/pommier.html
  • Hommage à Jean Pommier: une esquisse biographique et littéraire : exposition du 26 au 30 avril [1974, Paris], Collège de France… / [organisée par la] Société des études renaniennes [et la] Société d’histoire littéraire de la France – Paris (16, rue Chaptal, 75009) : Société des études renaniennes, 1974 (42-Saint-Étienne : Impr. I.G.C.) – 15 p.
Pour citer cet article : Laure Léveillé, "Jean Pommier (1893-1973) : éléments biographiques," in Colligere, 24/01/2019, https://archibibscdf.hypotheses.org/3230. Consulté le 22/07/2019.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Attention à la confusion possible avec René Pommier, lui aussi normalien (1955), né aussi un 11 décembre mais à quarante ans d’intervalle, lui aussi critique littéraire et enseignant à la Sorbonne, connu pour ses ouvrages pamphlétaires contre Roland Barthes. []
  2. Le Spectacle intérieur, Paris, les Lettres nouvelles, Denoël, 1970, 424 p. et les boîtes cotées IMEC PMM 5 à 8. []
  3. Cf. Boîte cotée IMEC PMM 9. []
  4. Dans le chapitre « Les Miens » du Spectacle intérieur, Pommier écrit de lui : « Sa bibliothèque se composait du Littré – ce meuble de famille – et d’un très petit nombre de romans, dont deux ou trois de Zola (La Terre en particulier (…). (…) il nouait les idées, ou plutôt les notions comme des ficelles. » []
  5. Le terme désigne l’élève reçu premier au concours d’entrée. []
  6. Cf. Boîte cotée  IMEC PMM 5.1 p. 186. []
  7. Cf. Boîte cotée IMEC PMM 9, pièce 9. 1. 2. « B ». []
  8. Cf. Boîte cotée IMEC PMM 9, pièce 9. 1. 1. « A-C », partie « C » du journal. []
  9. C’est là un point commun de plus avec sa figure tutélaire, Renan, que cette expérience professionnelle au cœur des bibliothèques savantes. []
  10. p. 203 du tapuscrit du chapitre « L’imagination » en boîte cotée IMEC PMM 5. 2. []
  11. Cf. Boîte cotée IMEC, PMM 5.1. p. 31 : « Je ne suis pas philogyne. Mais je dois reconnaître que dans ma famille les femmes étaient supérieures aux hommes. » Et il fut en effet un enfant et un adolescent choyé par les femmes, au nombre de quatre dans son plus proche entourage, sa mère, sa grand-mère, une amie de sa mère, Mlle Cott, hébergée avec compassion par la famille et la bonne de la maison. []
  12. Les vers qu’il cite de préférence parmi ceux qui le font vibrer de longue date appartiennent presque tous au registre de l’évocation des animaux en pleine nature, notamment du gibier. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.